Mi-fugue, mi-raison

Vivre à Bali : notre quotidien à Ubud

Publié dans la catégorie Indonésie, le 21 octobre 2016

Connaissez-vous Bali, en Indonésie ? C’est probablement l’une des régions du monde où la vie est la plus douce.

Imaginez une île de 90km de large pour 120km de long, un climat chaud mais supportable, trois volcans tranquilles et une nature abondante. Imaginez des habitants souriants, aux traditions séculaires et attachés à rendre leur île la plus belle possible. Imaginez enfin une destination où tout est facile et où le confort est abordable. Voilà, c’est Bali.

Parapluie et rizières à Ubud, Bali

L’île est entourée de plages, et pourtant nous avons choisi de nous installer loin de celles-ci. À la recherche d’authenticité, c’est à Ubud, au centre, que nous avons décidé de poser nos valises, ou plutôt nos sacs à dos.

Alors que nous sommes sur le point d’achever notre séjour balinais de onze semaines, voici un premier article dans lequel nous allons tenter de vous donner un aperçu de notre quotidien à l’autre bout du monde, et vous expliquer pourquoi nous nous sommes sentis si bien à Ubud.

 

Il était temps de recharger nos batteries

Deux mois et demi à Ubud, c’est un record pour nous, notre record du plus long séjour dans une même ville depuis notre départ de France.

Après avoir passé près de deux mois à vagabonder d’hôtels en auberges de jeunesse, en Malaisie puis à Java, nous ressentions vraiment le besoin d’avoir à nouveau un chez nous. Attention, nous ne disons pas que nous n’aimons pas voyager en itinérants. Nous adorons ça… mais c’est fatigant. Nous avons ensuite besoin de compenser par des périodes plus calmes.

Villa à Bali

Se fixer, c’est aussi un moyen simple de réduire nos dépenses. Les logements sur le long terme sont généralement moins chers que les hôtels et comme nous pouvons cuisiner, nous réduisons grandement les sorties au restaurant. Nous avons également plus de temps pour travailler. En bref, nous rechargeons nos batteries, nous économisons et nous avançons sur nos projets.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Bali propose un cadre fantastique pour cela.

 

L’incroyable ferveur religieuse balinaise

La religion a une telle importance dans la vie des Balinais que nous ne pouvons pas commencer l’article autrement. À peine avions-nous roulé quelques kilomètres en bus sur les routes de l’île que nous avions déjà remarqué des dizaines et des dizaines de temples. Chaque village possède au moins trois temples et chaque famille installe sur son terrain un sanctuaire privé, constitué de mini-temples et d’autels. Résultat : l’architecture religieuse est omniprésente.

Saraswati temple, Ubud, Bali

Le temple Saraswati à Ubud

Temple autour d'un arbre à Bali

Deux arbres, un toit : un temple

Ici, contrairement aux îles indonésiennes voisines, on pratique l’hindouisme. C’est assez surprenant car l’hindouisme est une religion minoritaire dans cette région du globe et l’Inde se trouve à 4 300 km de là. À titre de comparaison, c’est un peu comme si l’île grecque de Chypre était une enclave hindouiste. Mais l’hindouisme balinais s’est finalement beaucoup éloigné des courants que l’on trouve en Inde, les concepts hindous s’étant mêlés aux croyances balinaises anciennes.

Encore plus nombreuses que les temples, les statues en pierre sont omniprésentes dans les maisons, les magasins, sur les ronds-points… Certaines sont carrément effrayantes !

Ubud Palace, Bali, Indonésie

La figure de Ganesh, le dieu éléphant de la sagesse, est souvent présente dans les habitations, de même que celle de Bouddha. Les hindous considèrent ce dernier comme l’une des incarnations terrestres du dieu Vishnou. Entre nous, c’est un moyen fort ingénieux qu’ont trouvé à l’époque les Indiens pour contrer la progression fulgurante du bouddhisme sur leurs terres.

dsc03624Statue de Bouddha zen, Bali

Le plus impressionnant est probablement le rituel quotidien des offrandes. Ce sont les femmes qui préparent ces petits paniers faits en feuilles de palmier, puis les remplissent de fleurs et de nourriture. Elles servent soit à remercier les dieux, lorsqu’elles sont déposées en hauteur, soit à calmer les démons, lorsqu’elles sont au sol. Et on en retrouve absolument partout !

Offrandes balinaises Offrandes à Bali

Chaque soir sans exception, la mère de notre propriétaire venait déposer une bonne dizaine d’offrandes devant la porte de notre maison, parfois même sur notre scooter !

Offrandes à Bali

Notre porte d’entrée

Enfin, les cérémonies religieuses sont nombreuses à Bali, elles rythment la vie des habitants. Il n’est pas rare que quelqu’un nous explique qu’il ne sera pas disponible tel jour en raison d’une cérémonie.

Offrandes et femmes balinaisesBalinais au temple

Nous avons nous-mêmes assisté à une cérémonie dans un temple, invités par une famille balinaise.

 

Sourires indonésiens

Abordons maintenant les Balinais. Même si nous n’avons pas réussi à créer de vrais liens d’amitiés avec des Indonésiens, il est très agréable de vivre parmi eux.

Nous retiendrons surtout leurs sourires. La plupart d’entre eux ont le sourire facile, un grand sourire franc, avec les yeux qui pétillent, le genre de sourire qui fait immédiatement sourire en retour. Dès que nous mettions un pas dehors, nous récoltions des sourires en pagaille. Que ce soient les ouvriers d’un chantier, une femme en scooter, des enfants sortant de l’école, tout le monde nous saluait joyeusement. Après toutes ces années à Paris, hmmm… ça fait tout drôle.

Danseuse balinaise

Une magnifique danseuse balinaise

Sourire balinais

Petit coucou imprudent à 50km/h

Une grande partie des Balinais parlent anglais et communiquer n’aura jamais été un problème. En revanche, les différences culturelles se font sentir :

  • Ils ne s’énervent jamais, la colère est considérée comme une immense impolitesse.
  • Ils sont patients. Il ne viendra à l’idée de personne de s’emporter sur quelqu’un en double file qui crée un embouteillage.
  • Ils attendent autant de patience de notre part. Par exemple, il n’est pas rare d’attendre une heure son plat au restaurant.
  • Ils ne respectent pas forcément leurs engagements…
  • … et ne sont pas du tout désolés quand cela se produit. Apparemment, il n’y a même pas de mot pour dire « coupable » en balinais. Toute une philosophie !
  • Détail mignon, certains ne savent pas comment donner un ordre ou une instruction et utilisent « maybe ».
Maybe, à la balinaise

 

Beaucoup de touristes disent se sentir harcelés par les Indonésiens et ont l’impression qu’ils n’en veulent qu’à leur argent. En restant longtemps sur place et à l’écart des villes, nous n’avons pas ressenti cela. Bien sûr, il y a des « attrape-touristes » un peu grossiers. Naturellement, les chauffeurs de taxis sont insistants car ils sont plus nombreux que les clients. Certes, il faut négocier pour avoir le prix juste. Mais rien d’insurmontable et ce n’est jamais fait de façon désagréable.

Enfants indonésiensEnfants à Bali

 

La belle et apaisante ville d’Ubud

Malgré la taille réduite de l’île de Bali, il y en a pour tous les goûts en termes d’ambiance. Les fêtards apprécieront les plages « lounge » de Kuta et les bières bien fraîches que l’on y sert. Les surfeurs indomptables trouveront de belles vagues sur les plages un peu plus sauvages de la presqu’île de Bukit tout au sud. Les amateurs de plongée se dirigeront eux vers les plages du nord. Quant à Ubud, c’est la capitale de la culture balinaise et probablement la ville qui exhale le plus de charme et d’authenticité.

Temple et oies à Ubud, Bali

À vrai dire, le charme et l’authenticité, ce n’est pas vraiment ce que nous avons ressenti en débarquant dans le centre-ville d’Ubud en plein mois d’août. Les rues étaient bondées de touristes et un magasin sur dix vend des polos Ralph Lauren.

Ce n’est qu’après avoir trouvé une maison en périphérie que nous avons réellement commencé à respirer. En s’éloignant du centre, le ratio entre touristes et Indonésiens s’inverse, en même temps que la courbure des lèvres sur les visages. Très rapidement, les boutiques font place à des rizières et l’on découvre des quartiers calmes, séparés les uns des autres par des portions de jungle millénaire, ou du moins qui semblent l’être.

Intuitive Yoga Flow, Ubud, Bali

Dans cette région de Bali peut-être plus que partout ailleurs, les habitants s’appliquent à créer de la beauté autour d’eux. Tout est décoré, jardiné et présenté avec un raffinement exceptionnel.

Comme si cela ne suffisait pas à notre bien-être, Ubud propose tout ce qu’il faut pour détendre son corps et son esprit. L’offre de massages et de cours de méditation ou de yoga est vaste. La nourriture saine est reine. Le bio, le végétarien, le végétalien, le « raw », tout cela se trouve très facilement dans une multitude de restaurants tous plus délicieux et inventifs les uns que les autres.

Les prix sont certes un peu plus chers que dans le reste de l’Indonésie mais ils restent très très corrects. En bref, une vie de rêve pour le couple de nomades numériques que nous sommes !

 

Villa avec piscine

Si nous avons autant apprécié la vie à Bali, c’est dû en grande partie à notre petit chez nous. Nous avons loué deux maisons différentes, des villas comme on dit ici.

La particularité de ces villas, c’est qu’à part les chambres, toutes les pièces sont ouvertes sur l’extérieur. Même la salle de bain n’a pas de toit, la douche se prend à la belle étoile. C’est tellement agréable d’être tout le temps dehors !

Villa à Bali

Notre villa et sa piscine à température idéale

Villa à Bali

Le jardin rempli de plantes et de fleurs exotiques

 

Nous avons logé dans le village de Penestanan, tout proche, mais pourtant si loin de l’agitation ubudesque. Ici, face à l’affluence des expatriés, de nombreuses maisons sont mises en location par les familles indonésiennes sur leurs terrains. L’offre est vaste et elles sont si belles qu’il est facile d’en trouver une à son goût.

dsc03024

Détail de notre jardin, Bouddha veille sur nous

Rizières à Penestanan, Ubud, Bali

Notre villa est au bout de ce petit chemin qui traverse les rizières !

Cerise sur le gâteau, les débits internet sont excellents à Ubud. Parfait pour travailler entre deux pauses-piscine.

Travail depuis Bali

 

Pratique

Nous avons loué deux villas différentes :

  • La première était suffisamment grande pour accueillir de la famille venue nous rendre visite de France. Toute neuve et très belle, deux chambres, deux salles de bain, une cuisine, une piscine et une grande terrasse avec vue sur la jungle, au prix de 6M Rp pour quinze jours (7,5M avant négo).
  • La seconde, juste pour nous deux, n’avait qu’une seule chambre mais un superbe salon/cuisine semi-extérieur donnant sur un joli jardin et, là encore, une piscine. Nous avions cette fois-ci la clim dans la chambre et elle s’est révélée très utile à partir de septembre. Nous y sommes restés deux mois pour 10M Rp par mois, ménage compris (12M avant négo). Cela dépassait le budget prévu mais nous avons craqué et ne l’avons pas regretté !

Il faut éviter de passer par internet pour rechercher un logement sur le long terme. Seuls les professionnels du tourisme mettent leurs offres en ligne et elles sont chères, y compris sur AirBnb. Il vaut mieux être sur place et négocier. Nous avons suivi les précieux conseils du blog Never Ending Voyage. Les deux fois, nous avons trouvé en moins de deux jours alors que c’était la haute saison.

 

Cuisiner avec les ingrédients locaux

Quel plaisir de retrouver une cuisine et des marmites ! Refaire les plats que nous adorons !

Mais… oups, il y a une petite complexité. Déjà qu’en Europe de l’Est, nous avions perdu nos repères dans les rayons des magasins, en Asie, c’est dix fois plus déroutant. Et encore, nous étions à Ubud, l’une des villes où il y a le plus d’Occidentaux en Indonésie. Les magasins font de gros efforts pour importer des produits d’Europe, mais leur prix est conséquent.

Crème fraiche

Rapidement, il est devenu clair que nous ne pourrions pas nous permettre de vivre avec nos réflexes français. Nous nous sommes mis à adopter les ingrédients locaux.

Crème de coco à Bali

Voici ce que nous aimons désormais cuisiner (et dévorer) :

  • Les nouilles sautées à la sauce soja, avec n’importe quel légume. Ici ce plat s’appelle « mie goreng »
  • Le curry au lait de coco, dans lequel on laisse infuser de la citronnelle asiatique (lemongrass)
  • La purée au lait de coco, délicieuse
  • Le tempeh, un aliment à base de graines de soja entières, à ne pas confondre avec le tofu, très bon une fois grillé. C’est facile à trouver à Bali : la moitié des rayons boucherie des supermarchés est consacrée au tempeh et au tofu
  • Les lumpias, des sortes de nems que l’on farcit selon l’envie
  • Les cacahuètes, non grillées, non salées pour agrémenter les plats
  • La sauce satay, faite de cacahuètes grillées, de sucre et d’épices, un régal. On peut l’acheter sous la forme d’une pâte durcie, que l’on dilue dans de l’eau chaude
  • Le riz bien entendu, que nous cuisinons beaucoup plus qu’avant
Lumpias, Warung Mendez, Ubud, Bali

Lumpias aux légumes

Et les fruits… Ah les fruits indonésiens ! Ils sont absolument délicieux. Nous nous sommes gavés de mangues bien mûres, d’ananas, de pastèques, de bananes, etc. Quoi de mieux au petit déjeuner, pour bien commencer la journée ?

Nous sommes aussi partis à la découverte des fruits encore plus exotiques, ceux que l’on n’aperçoit pas souvent en France :

  • Le fruit du dragon, très bon, rose flashy à l’extérieur, violet ou blanc à l’intérieur
Fruit du dragon
  • Le melody, sorte de concombre sucré
  • Le mangoustan, qui fond délicatement dans la bouche
  • La carambole, pas très bonne mais qui, une fois tranchée, possède une jolie forme étoilée
Fruit carambole
  • La pomme d’eau ou pomme de Java, un fruit en forme de cloche qui a tout simplement un goût d’eau
  • Les mangues acides, à chair blanche
  • Le fruit du jacquier, énorme et au goût subtil
  • Le salak, une peau de serpent, la forme d’une grosse gousse d’ail et un petit goût d’ananas
Fruit salak

Vous l’aurez compris, nous ne nous sommes pas ennuyés devant les étals des marchands de fruits.

 

Vivre avec des animaux « tropicaux »

Certains s’imaginent peut-être qu’en vivant dans un pays tropical nous nous débattons quotidiennement contre des mygales de trente centimètres et des boas de huit mètres. Non, il n’y a aucune bête terrifiante à Bali, du moins nous n’en avons pas croisé. En revanche, comme les maisons sont ouvertes sur l’extérieur, une foule de petites bestioles s’y sentent comme chez elles, et c’est finalement assez amusant.

Gecko à Bali

Un gecko balinais

Il y a d’abord les geckos, ces lézards qui passent leur temps sur les murs à épier tous nos faits et gestes. L’un d’entre eux adorait se nicher dans le grille-pain. Il a eu chaud aux fesses plusieurs fois. Puis nous avons eu d’autres lézards plus gros qui préféraient jouer dans le jardin. Des minuscules grenouilles venaient sautiller dans notre salon tandis que les plus grandes faisaient des longueurs le soir dans la piscine. Quelques oiseaux nous rendaient visite dans le jardin, certains étaient d’ailleurs très jolis.

Ensuite, il y a toute la clique des insectes : des fourmis de toutes les tailles, d’un millimètre à deux centimètres, des petites araignées rigolotes et sauteuses, des libellules qui aiment plus que tout se poser sur les cordons d’ordinateurs. Un peu plus inquiétantes, mais pas du tout agressives, de grosses guêpes maçonnes passaient la journée à transporter de la boue pour fabriquer des nids sur nos meubles. N’oublions pas les moustiques, qui eux seuls sont vraiment gênants.

Si c’était très déroutant au début, nous nous sommes rapidement faits à la présence de cette ménagerie chez nous. Il suffit de les écarter gentiment (ou de les écraser violemment pour les moustiques). Le chant des grenouilles est même plutôt berçant. Il n’y a que lorsqu’un gecko décide de lancer son puissant cri « gec-kooooooo » dans la chambre que c’est un peu ennuyeux.

Gecko qui empêche de dormir

Devinez qui dort avec des boules Quies

Ah, nous avons failli oublier les coqs. Nous étions plutôt épargnés mais les Balinais adorent les coqs et plus d’un touriste les maudit au petit matin.

Poule dans un pot de plante

Voilà, c’est beaucoup plus douillet comme ça !

 

La superbe nature d’Ubud

Bali est très très verte et notre petit village de Penestanan ne déroge pas à la règle. Dès que nous sortions de chez nous, nous avions devant les yeux cette splendide rizière :

Rizières à Penestanan, Ubud, Bali

Nous avons vu la céréale grandir, mûrir, puis se faire récolter. Une femme âgée s’est chargée de la moisson, entièrement à la main pendant dix jours, sous un soleil de plomb. Cela donne à méditer sur la valeur de chaque grain de riz.

Partout où l’humain ne vient pas mettre son grain de riz, la nature semble pousser vite et drue. Par exemple, beaucoup d’arbres à lianes poussent au-dessus des chemins et des trottoirs. Nous sommes plutôt grands et nous avons passé notre temps à nous les prendre dans la tête. Nous soupçonnons un complot des Indonésiens car elles s’arrêtent pile au-dessus de leurs têtes à eux !

Temple dans la nature, Ubud, Bali

L’image que nous retiendrons de Bali: du vert et des temples !

Parmi toute cette végétation, nous accordons la palme de la beauté au frangipanier, cet arbre aux fleurs magnifiques que les Balinais plantent dans tous les jardins.

Un frangipanier jaune de Bali

Quitte à ternir ce beau chapitre, nous ne pouvons pas parler de nature sans parler d’environnement. Malheureusement et comme dans la plupart des pays en cours de développement, la pollution plastique est importante à Bali. Les recoins, les bords de route et les bouts de nature où le balai ne peut pas être passé sont souvent jonchés de petits détritus. Et encore, Ubud et Penestanan sont plutôt épargnées par rapport à d’autres coins de l’île.

Plusieurs belles promenades préservées des déchets partent d’Ubud. La Campuhan Ridge Walk, qui nous plaît tant, suit la crête d’une petite colline en passant au milieu d’une superbe végétation, tandis que le chemin du Sari Organik traverse de belles rizières.

Campuhan Ridge Walk, Ubud, Bali Rizières à Ubud, Bali Balade à Ubud, Bali

 

Scoot toujours

Si les petits chemins sont agréables pour se promener, ce n’est pas le cas de la plupart des routes. Les trottoirs sont soit encombrés, soit inexistants. Le moyen de transport le plus utilisé d’Indonésie est sans conteste le scooter. Toute la famille monte dessus, y compris les petits enfants et les bébés.

Dessin d'une famille indonésienne sur des scooters

Forts de notre apprentissage express du scooter à Karimunjawa, nous étions suffisamment en confiance pour louer un deux-roues et affronter la circulation balinaise. Cela s’est très bien passé : aucun bobo, aucune poule écrasée, aucun arbre aplati à déplorer (merci les offrandes ?). Nous avons même osé faire deux longs périples de plusieurs jours plus loin d’Ubud. Le nord de l’île est très agréable à scooter avec peu de voitures et de beaux paysages. En revanche, le chemin vers le sud est constitué de grosses routes dangereuses et ce n’est pas du tout le même plaisir.

Le principal, une fois qu’on a retenu qu’il faut conduire à gauche, c’est de s’adapter au code de la route local, ou plutôt à ce que l’on pourrait considérer comme une absence de code de la route : celui qui s’impose passe en premier. Néanmoins, les Balinais conduisent prudemment et sont très patients. Le klaxon est utilisé pour prévenir, jamais pour houspiller.

Balinaise portant des offrandes à scooter

Le scooter nous aura permis de nous sentir vraiment libres et d’économiser sur les déplacements.

 

Pratique

Nous avons loué le scooter 500 000 Rp par mois. À la journée, le prix est généralement de 50 000 Rp. Le permis international est théoriquement obligatoire, même si beaucoup d’étrangers roulent sans. Un policier qui nous a arrêtés pour un sens interdit semblait surpris et heureux de voir le nôtre. Il nous a laissé repartir sans amende.

 

Bali, le paradis des yogis

À Ubud, le yoga a complètement intégré notre routine de vie. Avec deux à trois cours par semaine, les progrès se sont rapidement fait sentir, autant au niveau de la forme physique que de la souplesse.

Intuitive Yoga Flow, Ubud, Bali

La salle que nous avons adoptée proposait des cours variés avec de très bons professeurs et une vue magnifique. Elle n’était qu’à cinq minutes de chez nous et le chemin pour s’y rendre était lui-même très joli. Nous recommandons donc l’Intuitive Flow à Penestanan.

Blague de yogi à Ubud, Bali

« Attention !!! Chiens la tête en bas » (un autre studio de yoga pas très loin)

 

Retrouver le plaisir du cinéma

Nous qui sommes de grands amateurs de cinéma, nous avons trouvé une salle dans Ubud : le Paradiso. Non seulement cela nous a rappelé nos habitudes françaises, mais en plus ce cinéma est formidable ! La salle est remplie de sofas et une excellente cuisine vegan est servie pendant le film. Le prix des billets (50 000 Rp) est un bon à valoir sur le même montant en nourriture, c’est donc vraiment un bon plan et nous y sommes allés souvent. Les films passent en version originale, sous-titrés en anglais.

Cinema Paradiso, Ubud, Bali

 

Les fabuleux restaurants d’Ubud

En parlant de restaurants, nous en avons bien profité également. Le rapport qualité/prix est tellement bon à Bali que nous n’hésitions pas longtemps avant de craquer pour une sortie resto. En plus, Ubud est très en avance par rapport au reste du monde sur l’offre végétarienne, un paradis pour les non carnivores que nous sommes en train de devenir.

Nous nous sommes tellement régalés que nous avons écrit un article à part rien que pour lister les meilleurs restaurants que nous avons testés à Ubud, végétariens et mixtes.

Curry Coco, Melting Wok, Ubud, BaliClear coffee, Ubud, Bali

Les jus de fruit frais sont tout aussi incroyables que la nourriture, de quoi oublier complètement que nous aimions le vin.

 

Notre avis sur la vie à Ubud

Bali est probablement l’un des meilleurs endroits sur Terre où vivre un quotidien agréable. Même si l’essor du tourisme a été considérable ces dix dernières années, il reste de nombreux coins calmes et accueillants, y compris aux alentours d’Ubud. Nous craignions d’avoir quelques difficultés à nous adapter à une vie au long terme à la fois sous les tropiques et en dehors d’une grande ville. Au final, nous nous sommes rarement sentis aussi bien qu’ici.

 

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.



Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

55 réponses à “Vivre à Bali : notre quotidien à Ubud”

  1. Lavande dit :

    Superbe article ! Vous avez du passer des moments magiques dans cette tranquillité…
    Je serais bientôt à Ubud, j’ai hâte de tester ces fruits et de croiser les geckos (je ne savais pas que ça faisait du bruit, ces adorables lézards, je me coucherais moins bête ^^).

    Je vais suivre vos aventures avant beaucoup d’intérêt.
    Bon voyage !

    • mifuguemiraison dit :

      Le moment le plus magique est le matin, presque toujours ensoleillé. Quel bonheur au réveil…
      Tu devrais en rapporter de belles photos !

  2. Marie dit :

    Ah, ça donne vraiment envie. Une vie paisible !! Et puis, ça à l’air vraiment beau, ça pourrait bien être une destination qui nous plairait. Bon et à part nos faire voyager, j’espère que vous avez bien travailler, et gagner des sous ! Biz, nous c’est la Bretagne la semaine prochaine.
    La suite, la suite !!

  3. J.Claude dit :

    Merci de nous faire profiter de votre voyage.Bonne continuation et à bientôt de vos aventures .

  4. Laura dit :

    Comme d’habitude c’est magnifique!! Ca doit être une super expérience de vivre à Bali loin des coins à touristes. J’ai adoré cet article 🙂 Bisous!

  5. Bernard & Isabelle dit :

    2 allers Bali SVP ! Voilà qui fait rêver en ce dimanche automnal, humide et gris… Merci pour cet article riche en infos diverses ce qui nous permet de visualiser votre « quotidien à Bali » et de cheminer virtuellement avec vous. Que de belles découvertes vous avez faites lors de cette longue halte. Bonne semaine !

    • mifuguemiraison dit :

      C’est tellement bien ici qu’on reviendra, c’est sûr. Et la prochaine fois, il faut à tout prix que vous nous y retrouviez !

  6. Martine dit :

    Oui, ça semble très, très sympa ! Moi qui aime tant les plages pourtant, cette verdure m’attire beaucoup!

  7. Ségo dit :

    2 mois à Ubud, en voila une bonne idée. Reste plus qu’à trouver 2 mois avec un travail à distance ! Super vos blagues en dessins et magnifiques photos !

  8. Sego dit :

    Ben je vais essayer de me surpasser alors car la retraite me parait trop loin !!

  9. Céline dit :

    J’ai beaucoup aimé votre article et je m’y retrouve puisque je reviens tout juste de Bali. J’ai passé plus de temps a Ubud qu’ailleurs et j’ai comme une envie d’y retourner.

  10. Jean-Charles dit :

    Nous y retournerons 2 mois en 2017.

  11. tania dit :

    j espère y aller un jour
    très chouette article
    c est cool d avoir pu developper votre point de vue
    rester sur la durée cela permet de voir les choses autrement
    pendant quelques minutes j’étais à Bali
    moi qui ai du annuler un voyage en Asie cette annéee
    snif snif

    • mifuguemiraison dit :

      Merci pour ton sympathique commentaire ! C’est triste ton voyage annulé, on espère que tu pourras t’en ré-organiser un bientôt !

  12. geoffrey dit :

    Très intéressant cet article sur la vie balinaise, votre meilleur je trouve ! C’est dingue toute l’énergie qu’ils consacrent à la religion. Ça me rappelle vraiment la Thaïlande et les Thaïlandais cette douceur de vivre.
    Je crois bien que les chauffeurs de taxis sont des roublards partout sur terre !
    « C’est tellement agréable d’être tout le temps dehors ! » -> ça doit vous changer de Paris.
    Perso le fruit du dragon, je n’ai pas aimé, mais vous m’avez fait découvrir de nouveaux fruits.
    Trop bien la section animaux !
    Euh les films sont en quelle langue ?

    • mifuguemiraison dit :

      Notre meilleur article ? Carrément ! Peut-être parce qu’il répond à une question que tout le monde se pose : « comment se passerait ma vie à l’autre bout du monde ? ».
      Tu nous rends encore plus impatients de découvrir la Thaïlande si c’est aussi cool que Bali.
      Les films sont en VO, sous-titrés en anglais même lorsque le film est déjà en anglais. On va le préciser dans l’article tiens.

  13. claudine dit :

    merci beaucoup pour ces images sublimes de bali,j,y etais la semaine derniere,c,était renversant,je me suis sentie en harmonie avec cette ile.la nourriture est tres saine,les fruits je connaissais car je suis antillaise..l,aspect spirituel de bali m,a plu, j ,ai adore visiter les temples….j,ai eu un choc culturel mais positif..j,espere y retourner…merci beaucoup.

  14. Olivier dit :

    Merci pour pour cet article plein de justesse sur ce qu’est Bali et plus précisément Ubud, j’y étais il y a une semaine et vos photos ainsi que votre récit prolongent mon séjour.
    C’était la sixième fois, la septième sera pour un séjour plus long j’espère.

  15. PHILIPPE & SABINE dit :

    Bonjour à vous 2, nous découvrons votre blog grâce à Géo…..et on a adoré, tout d’abord bravo pour cette évasion et merci de nous faire partager à travers vos photos merveilleuses ! Nous, nous sommes de Carcassonne et nous ne sommes pas de grands voyageurs mais nous aspirons à cette liberté de découvrir le monde et vivre heureux……vous nous donnez envie de sauter dans un avion et de rejoindre ces merveilleux endroits !
    Merci à vous d’avoir la générosité de partager votre aventure et nous allons vous suivre…..
    Bonne route et à très vite !
    Philippe & Sabine

    • mifuguemiraison dit :

      Bonjour !
      Merci pour ce super commentaire qui nous fait très plaisir (et merci au magazine Géo). Peut-être nous croiserons-nous un jour sur la pente d’un volcan ou sur une plage aux eaux turquoises !

  16. Bernard dit :

    Bonjour les fugueurs,
    après la lecture de divers blogs qui nous ont douchés froidement, nous avons eu le bonheur de tomber sur le votre qui nous a encouragés dans notre projet pour Bali – achat des billets hier-; faut-il le dire…nous avons adoré vous lire: le ton juste, le texte, les photos, les dessins, les conseils. Exactement ce que nous cherchions.
    Séjour fin fev-fin Mars, en partie seuls et aussi avec nos enfants qui connaissent un peu l’ endroit, surtout UBUD .
    Une question: je vois que vous négociez certains tarifs…comment faites-vous? c’est apre ou facile?

    je vois que vous êtes aux Philippines en ce moment; ce fut notre destination pendant six ans, nous étions devenus accro à ce pays…mais l’élection du dernier président DUTERTE nous a fait prendre de la distance. Nous avons écrit quelques textes sur cet archipel.
    Profitez bien…en attendant vos textes sur les Phils.

    B

    • mifuguemiraison dit :

      Mille mercis pour ces beaux compliments. Vous n’imaginez pas comme nous sommes contents d’avoir provoqué l’achat de billets pour Bali ! Nous espérons que vous vous y plairez autant que nous.

      Les propriétaires de villas baissent d’eux-mêmes le prix lorsqu’on y reste plus d’une semaine. C’est plus ou moins facile de faire descendre le prix encore un peu plus bas. Nous nous y sommes pris en plusieurs fois, sur deux jours, mais globalement la négociation n’est pas désagréable car les Balinais restent très sympas ! Nous n’avons pas négocié grand-chose d’autre, de mémoire.

      Où pouvons-nous lire vos textes sur les Philippines ? C’est triste qu’un tel fou furieux soit à la tête de ce beau pays. À vrai dire, en tant que touristes, nous ne nous rendons pas compte de grand-chose, juste un petit choc à chaque fois que nous voyons son portrait géant accompagné de louanges sur des boutiques ou des maisons…

      Bon voyage à vous !

      • Bernard dit :

        Merci pour ce petit mot.
        Aux Philippines, nous avions pris l’habitude de négocier, mais en tant que Senior citizen c’était assez facile; le pays a l’ habitude de faire une fleur aux anciens ce qui n’est pas le cas chez nous.
        J’ ai écrit des textes que l’on peut trouver à doud24.wordpress.com et philinfofrancoy.wordpress.com pour ces dernières années. Il s’agissait de textes pour nos familles et proches au départ, puis qui ont intéressé les voyageurs.
        Où êtes-vous en ce moment? Sans indiscrétion. Le temps semblait moyen sur l’ archipel ces derniers temps.
        La population semble favorable à Duterte, alors que sa politique est basée sur la liquidation sans impunité, étonnant. Mais par le passé, j’ ai rencontré des filipins cultivés qui regrettaient Marcos alors que il avait totalement pillé le pays et le peuple par la même occasion. Surprenant ???

        Profitez bien; dans le SO, il gèle tous les jours?

        B

        • mifuguemiraison dit :

          Vous avez l’air de connaître les Philippines comme votre poche et d’avoir fait de belles rencontres ! Bravo pour les sacs de 7kg seulement 🙂
          Nous sommes repartis ce matin de Camiguin, dernière étape aux Philippines. Nous filons vers le nord de la Thaïlande. Nous avons eu pas mal de pluie dans les Visayas, surtout à Camiguin où c’était non-stop, dommage ! Nous avons quand même bien profité des étapes précédentes sous un grand soleil (Batad, Coron, Port Barton, Bantayan, Siquijor…).

  17. Léa dit :

    Hello !
    Je tombe sur votre blog un peu par hasard : je suis en Indonésie, et je cherchais des conseils pour Yogya, où je vais demain 🙂
    Et bien je dois vous dire : BRAVO ! Il est génial. J’adore vos photos, vos dessins, vos textes,.. tout, quoi ! Alors merci beaucoup pour tous ces partages !
    Une petite question : comment vous êtes vous débrouillés pour rester 11 semaines à Bali, en ce qui concerne le visa ? Aviez-vous un visa socio-culturel, ou est-ce que vous êtes sortis puis re-rentrés sur le territoire plusieurs fois ?

    Merci d’avance pour votre réponse et encore un gros bravo !

    Léa

    • mifuguemiraison dit :

      Bonjour Léa et merci pour tous ces compliments !
      Nous sommes entrés dans le pays avec un visa touristique de 60 jours fait à Penang en Malaisie. Ensuite, nous l’avons prolongé deux fois 30 jours à Bali. Chaque extension coûte une quarantaine d’euros et prend un peu de temps mais c’est accordé à tous les coups, ils ne sont pas pénibles.
      Tu comptes rester un moment en Indonésie ? Bonnes découvertes dans ce beau pays !

  18. Léa dit :

    Merci pour votre réponse !
    Pour l’instant, j’ai comme vous un visa 60 jours que j’ai fait à Paris avant de partir, et je suis censée quitter le pays le 9 mars. Mais vu tout ce que je lis sur Bali, je me dis qu’il y a de grandes chances pour que j’aie envie d’y rester un peu plus longtemps moi aussi..
    En tout cas, c’est bon à savoir, j’étais persuadée qu’il fallait sortir du pays pour refaire un visa. Si vous avez une adresse en particulier à me donner pour l’extension, je suis preneuse !
    Bon séjour en Thaïlande !

    • mifuguemiraison dit :

      La première fois, nous avons suivi les conseils en bas de cet article et utilisé les services d’une Elizabeth à Penestanan, à côté d’Ubud. Elle est peu aimable mais assez efficace. La deuxième fois, nous sommes allés à côté du supermarché Bintang, toujours à Penestanan et nous sommes tombés sur de gros incapables. Mieux vaut privilégier Elizabeth ! Les deux fois nous avons récupéré nos passeports tamponnés environ dix jours après l’expiration du visa précédent, ça fait un peu stresser mais ça semble être normal pour les Balinais. Il faut juste faire attention à ne pas devoir quitter le pays ou la région quelques jours après avoir confié son passeport. Sinon les plus motivés organisent ça tous seuls auprès du consulat de Denpasar.

  19. Mimi dit :

    Wow, nous allions changer d’idée et oublier Bali après avoir lu de nombreux commentaires négatifs sur l’île. Votre blog nous a redonné la furieuse envie d’y aller. Au moins 5 semaines. Merci encore

  20. Wow, ça fait rêvé ! Les photos sont très jolies et ça donne vraiment envie d’y aller
    Merci pour le partage!

  21. Cécile dit :

    Votre blog est vraiment top : une belle plume, de chouettes photos, des dessins très sympas…et une douce philosophie !
    Je suis fan ! Nous partons en Indonésie à 4 en juin-juillet et je me suis bien inspirée de vos expériences pour préparer le voyage : merci pour le partage !
    Au sujet de Bali, votre 1ère villa à Ubud correspond à nos critères : pouvez-vous SVP nous communiquer l’adresse ?
    Merci !

    • mifuguemiraison dit :

      Bonjour Cécile et merci pour ce gentil message !

      Tu sais, les adresses postales n’existent pas vraiment à Penestanan, mais voici quelques indications qui te permettront de retrouver cette villa :
      – Elle se situe dans le quartier piéton juste derrière le restaurant Kopi Desa, sur la rue Penestanan Kaja. Si tu trouves le resto, tu n’es plus très loin.
      – Le propriétaire s’appelle Kesi, les gens du quartier peuvent t’aider si tu demandes « Kesi’s house » ou « House of Kesi ».
      – Cela donne une adresse qui ressemble à : « BR. Penestanan Kaja, Ubud Rumah, bpk Kesi »

      Le plus simple est probablement de contacter le fils du propriétaire, qui s’appelle Ady. Il est sur l’appli WhatsApp avec le numéro +6285792647378. Essaye d’utiliser un anglais simple, tu verras qu’il confond facilement les mots. Tu peux aussi l’appeler, mais la communication risque d’être un peu chère depuis la France !

      Tu nous diras si tu as réussi à l’avoir ?

      • Cécile dit :

        Merci !
        J’ai contacté Ady : hélas la villa est déjà louée pour la période qui nous intéresse. Mais il nous propose celle de son cousin. J’attends des photos…suspens !

  22. sarah dit :

    je dois partir à Ubud en septembre, et je suis affolée par un article concernant la viande de chien qui est vendu comme du poulet, apparemment ils en tuent 70000chiens par an pour les touristes, moi qui bat pour la protection animale je ne sais plus si je dois partir ou boycotter ce pays de barbares, je ne supporterais pas de voir des chiens ou chats martyrisés et tuer pour les papilles des touristes qui ne sont pas au courant,

    • mifuguemiraison dit :

      Bonjour Sarah,
      Nous avons vu passer cet article nous aussi mais nous ne sommes pas les mieux placés pour te renseigner : apparemment ça arriverait surtout au sud de Bali vers les très touristiques Kuta et Canggu où nous ne sommes pas allés. Et puis nous sommes végétariens, alors nous n’avons mangé ni poulet ni chien !
      Espérons que ce ne soit pas une pratique si généralisée que ça, c’est clair que ça fait froid dans le dos… Pourquoi n’en profites-tu pas pour manger végétarien ? Tous les restos de Bali proposent d’excellents plats sans viande !

  23. sarah dit :

    Merci de ta réponse, je ne mange plus de viande depuis 2 ans mais savoir que dans ce pays on mange du chien ou du chat me révolte. j’ai signé la pétition qui circule en ce moment sur Bali. J’appréhende beaucoup ce voyage car je ne supporte pas la maltraitance animale. J’ai déjà versé un acompte et je ne sais plus si je vais y aller. Hormis ce gros problème, ton blog est super, bravo, à te lire c’est paradisiaque mais l’enfer pour les animaux

  24. Nadège dit :

    Super cet article, très complet, très belles photos, ça donne vraiment envie, d’autant que l’heure approche pour moi qui y serait quelques ours fin juillet. Bravo et à bientôt pour d’autres lectures

  25. Andreia dit :

    Je viens de découvrir votre blog à travers cet article et j’ai adoré! Une chose est sûre, je continuerai à lire les récits de vos aventures. En plus, après ce petit moment de lecture, j’ai plus que hâte de partir à Bali 🙂 (mi-septembre)

  26. Bonjour, très inspirant et bien faite votre article, felicitations. Je planifie quelques années de voyage a commencer dans 2 ans environ. Je garde précieusement ce que vous avez publié, ça me servira comme un guide en fait. Si ça vous dérange pas de me dire, j’aimerais avoir une idée du budget moyenne par mois, pour m’embarquer dans cette aventure. Merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.