Mi-fugue, mi-raison

Les belles couleurs des îles Gili

Publié dans la catégorie Indonésie, le 8 décembre 2016

Bali, c’est fini. C’est une longue et belle page qui se tourne. La bonne nouvelle, c’est que nous repartons sur les routes indonésiennes, sacs sur le dos, en direction du levant. Notre première halte, ce sont les Gili, trois petites îles alignées, toutes proches de la grande et sauvage Lombok, en face de Bali.

Nous tenons à vous présenter des excuses, car nous allons encore vous parler d’îles tropicales. Pour notre défense, en Indonésie, il est difficile d’être ailleurs que sur une île !

Commençons par une petite mise au point. Le mot Gili signifie déjà « île » en sasak, la langue du coin. On ne devrait donc pas parler des « îles Gili ». Mais les touristes ne sont pas à une erreur de logique près et le nom est maintenant couramment adopté.

Il ne faut pas venir sur ces îles pour chercher de l’aventure. Ici, c’est plutôt sieste sous les cocotiers. Du moins c’est le cas sur Gili Air, l’une des trois Gili, celle sur laquelle nous avons choisi de mettre le cap pour trois jours de détente.

 

Traversée depuis Bali

Pour le trajet depuis Bali, nous avons choisi le « fast boat »… pas si rapide que prévu. Déjà à l’approche du bateau, nous ne sommes pas rassurés. L’équipage nous observe, une bande de jeunes aux bras croisés et lèvres serrées, avec de vrais airs de pirates !

Au bout de vingt minutes de croisière, le moteur tombe en rade en pleine mer. Il parvient à redémarrer, mais s’étouffe à nouveau. La troisième fois, le capitaine se rend vers l’arrière du bateau avec sa caisse à outils. Ce n’est pas bon signe. Après un long moment, nous finissons par passer la tête hors de la cabine, en quête d’un message rassurant et… non ça va, tout baigne ! La moitié des matelots est en train de danser et boire des bières sur le toit en compagnie de touristes russes qui bronzent en maillots de bain !

Equipage sur le fast boat pour les îles Gili

L’un des membres de l’équipage, esquissant un pas de danse.

Le bateau finit par repartir et nous devinons le mot d’ordre aux Gili : pas de stress.

 

Gili Air, l’île sans stress

Cela s’est confirmé dans les jours qui ont suivi : les habitants de Gili ne sont pas du genre à se tracasser. Sinon, à quoi bon vivre sur une île tropicale ? Ils sont joyeux, souriants, zen, aiment le reggae et se déplacent à vélo. Ça, c’est parce que les véhicules à moteur sont interdits sur l’île. Une excellente idée que voilà ! Nous nous laissons contaminer par cet état d’esprit, sans opposer la moindre résistance.

Plage de Gili Air et Junkung

Nous redoutions que le succès des Gili ne les ait rendues peu attachantes. Pas du tout ! Certes, il y a de nombreux restaurants et bars, mais ils sont simples et accueillants. Nous nous promenons sur Gili Air en toute tranquillité et profitons de ses magnifiques plages. Correction : nous profitons de l’unique plage, celle qui fait le tour de l’île.

Gili Air, Indonésie

L’hôtel que nous avons choisi se trouve au centre de l’île. Changement d’ambiance : les chemins de terre traversent des champs de cocotiers sous lesquels paissent quelques vaches. Des enfants rentrent de l’école, chahutent, jouent au foot ou au cerf-volant… Il ne faut pas s’imaginer un paysage glamour, mais des scènes de vie sans artifice, comme on en voit ailleurs en Indonésie.

Gili Air, Indonésie

Père et enfant sur Gili Air
Ruelles de Gili Air

La rue principale de l’île

 

Aujourd’hui c’est snorkeling. Demain aussi !

À part contempler ses orteils sur la plage, l’activité principale aux îles Gili est le snorkeling. Pas besoin de bateau, il suffit de tremper son masque et son tuba sur les plages à l’est de Gili Air pour voir des poissons très colorés et en grand nombre. À croire que les Gili sont recommandées dans le Guide du Poissonard 2016.

Dessin : Snorkeling à Gili Air

Nous avons même croisé une superbe tortue marine, occupée à brouter les coraux. Apparemment, cela demande de la chance, car plusieurs touristes en cherchaient en vain.

Tortue de mer à Gili Air

Merci à notre amie qui nous accompagnait pour sa photo sous-marine et pour avoir repéré la tortue !

 

Que faire le soir sur une petite île ?

Admirer le coucher de soleil, pardi ! Direction les plages de l’ouest pour profiter des couleurs crépusculaires.

Coucher de soleil sur Gili AIr, Indonésie

Ce qui est pratique sur cette île, c’est que tout est accessible en moins de quinze minutes de marche. Il y a là quelques restaurants, pieds dans le sable, pour enchaîner avec un bon petit curry, ou d’autres plats indonésiens.

Coucher de soleil sur Gili Air Coucher de soleil sur Gili AIr, Indonésie

 

Un tour à Gili Meno, l’île voisine

Le deuxième jour, nous décidons de partir à la journée sur Gili Meno. Il est facile de trouver un bateau qui parte dans l’heure.

Le capitaine de notre bateau pour Gili Meno !

Enfants à Gili AIr

Des gamins qui s’entraînent pour devenir matelots

Enfant à l'avant du bateau

Comme pour Gili Air, le tour de Meno se fait très bien à pied. L’île est plus calme et sauvage.

Gili Meno, Indonésie
Gili Meno, Indonésie

Les charrettes sont nombreuses aux Gili, puisque les moteurs sont interdits.

Gili Meno, Indonésie Gili Meno, Indonésie Gili Meno, Indonésie Plage de Gili Meno

Balançoire sur la plage à Gili Meno

Après nous être renseignés sur le meilleur coin de l’île pour observer les poissons, nous repartons pour une session de snorkeling depuis la plage. Les fonds sont moins impressionnants que ceux de Gili Air, mais, veinards, nous tombons à nouveau sur une tortue !

Gili Meno, Indonésie

À mesure que l’après-midi avance, le ciel se fait de plus en plus menaçant. Cependant, les nuages gris, au lieu de recouvrir tout le ciel, restent concentrés sur une moitié. La limite se trouve juste au-dessus de nos têtes. D’un côté, le ciel est bien bleu et l’eau bien turquoise. De l’autre, les éclairs et la pluie tombent sévèrement à quelques kilomètres seulement. Étonnant !

Gili Meno, Indonésie Plage de Gili Meno

Nous nous imaginions que la tempête allait déchaîner la mer et nous empêcher de rentrer en bateau sur Gili Air. Aucun problème, le soleil continue de tenir la tempête en respect pendant notre trajet de retour !

 

Conseils pratiques sur les îles Gili

Quelle île choisir ? 

  • Gili Air : une île à l’ambiance tranquille, avec des hôtels et des restaurants au très bon rapport qualité/prix. Nous sommes heureux d’avoir choisi cette île.
  • Gili Meno : nous la conseillons à ceux qui recherchent davantage de tranquillité ou de romantisme.
  • Gili Trawangan : l’île pour ceux qui veulent faire la fête jusqu’au bout de la nuit. Nous ne nous y sommes pas rendus, mais nous en avons eu des échos mitigés.

Hôtel à Gili Air : nous avons dormi à l’hôtel Vintomi qui est beau, propre, neuf et bon marché. Attendez-vous à un accueil amical et très détendu.

Restaurants à Gili Air : nous avons testé différents restos, tous étaient simples et bons. Nous avons trouvé les currys particulièrement savoureux.

Snorkeling : nous avons facilement trouvé des masques, tubas et palmes en location, dans un club de plongée, pour 40 000 Rp la journée. Nous avons même pu tester les nouveaux masques intégraux (le lien Amazon, pour les curieuxi) pour 70 000 Rp. Plus besoin de mâchouiller un tuba, quel luxe !

Excursion à Gili Meno depuis Gili Air : il y a deux bateaux publics par jour, à 35 000 Rp. Les fast boats partent plus souvent, pour un tarif de 60 000 Rp. Dernière solution, s’adresser aux agences de snorkeling qui ont parfois un bateau qui s’apprête à partir dans la bonne direction, pour le même prix qu’un fast boat.

Transport depuis Bali : venant d’Ubud, nous avons déboursé 300 000 Rp par personne pour le trajet bus + fast boat (l’aller simple). Nous avons acheté ces billets dans l’une des nombreuses agences de voyage d’Ubud. La traversée depuis Padangbai prend 1h30 environ (hors panne moteur !).

Transport vers Lombok : un bateau public quitte Gili Air pour Bangsal dès que 40 personnes sont inscrites (nous avons attendu environ 1/2h). Prix : 12 000 Rp seulement.

 

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.



Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

19 réponses à “Les belles couleurs des îles Gili”

  1. Martine dit :

    Que de beau bleu ciel dans toutes ces photos !

  2. Cet article est magnifique, et nous donne vraiment envie d’y aller un jour ! On est à Bali en ce moment, mais on n’a malheureusement pas le temps d’aller aux Gili. Ce n’est que partie remise ! Surtout que vos photos sont vraiment belles et reflètent bien le charme de l’Indonesie. 🙂

  3. Lavande dit :

    On s’est loupé d’une semaine ou d’une dizaine de jours ^^
    Ce ciel chaque après midi qui devenait moitié orageux et moitié bleu, ça m’a fasciné les 3 jours aussi <3 L'ambiance ressort vraiment très bien sur vos photos !
    Quelle chance vous avez eu pour les tortues !! Un (deux) beaux souvenirs ça !

    J'ai choisi Gili Meno pour ma part. Je n'ai pas du tout senti le coté luxe de l'île par contre. J'ai croisé des hôtels avec piscine en ruine, ça oui XD. Debout, deux seulement je dirais. J'ai même trouvé l'île relativement pauvre. Mais je n'ai pas vu Gili Air en comparaison (vaguement Trawagan, juste 2 heures pour l'escale en bateau).

    • mifuguemiraison dit :

      Ah c’est marrant ça, on aurait pu partir à la rencontre des tortues ensemble !
      C’était un peu effrayant ces gros nuages qui revenaient tous les jours, mais ça créait une belle ambiance.
      C’est vrai qu’en y réfléchissant, on est tombés rapidement sur un hôtel luxueux mais ensuite on en a croisé plusieurs en ruines, étrange… On va atténuer ça dans l’article.

  4. Joli petit coin de paradis…

  5. geoffrey dit :

    Merci de continuer à nous faire rêver.
    « l’hiver arrive à grands pas vers chez vous » : il est déjà arrivé depuis longtemps !
    Attention évolution, je vois qu’il y a la couleur dans les dessins maintenant ! Un ou deux dessins de plus ne seraient pas du luxe, c’est ce que je préfère 🙂
    Vous n’auriez pas une petite chanson indonésienne à la mode à nous faire découvrir ?
    La lumière juste avant l’orage est fabuleuse pour les photos !
    Pas mal ce petit masque tuba. Je vais faire sensation à la piscine avec ça !

  6. Bernard & Isabelle dit :

    Drs habitants joyeux, souriants, zen, qui aiment le reggae et se déplacent à vélo sur une île paradisiaque, c’est le rêve ! Sans oublier le détour par la balançoire…

  7. Normand dit :

    Quel est l’aéroport International prenez vous pour aller a c’est île merveilleuse ?
    Nous partirons de Montréal Québec Canada

  8. Guillaume dit :

    Magnifique !
    Les iles Gili seront à coup sur une étape de notre futur voyage à Bali et Lombok.

  9. Nordine dit :

    Une question pour moi qui aime aller sur des iles:
    Ou sont les plus belles plages gili ou karimunjawa

    • mifuguemiraison dit :

      Les plages des îles Gili sont déjà sacrément belles mais celles de Karimunjawa sont encore un niveau au-dessus, sans aucun doute les plus belles de notre vie ! C’est aussi beaucoup plus tranquille.

      • Nordine dit :

        Merci beaucoup car j’ai fais les îles gili et ça fais longtemps que j’aimerai aller à Karimunjawa. Je cherche qqch de calme et authentique sans trop de monde à l’image de besar au perhentiens malaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.