Mi-fugue, mi-raison

Florès : Tout sur Maumere

Publié dans la catégorie Indonésie, le 17 janvier 2017

Nous quittons le village de Moni pour rejoindre la ville de Maumere, qu’il convient de prononcer « Maoméré » pour se faire comprendre des chauffeurs de bus (ou comment ruiner la blague du titre de l’article en quelques secondes). C’est la plus orientale de nos étapes en Indonésie.

Que de distance parcourue depuis notre arrivée à Jakarta ! Nous avons l’impression d’être au bout du bout du monde. Un coup d’œil à la carte nous remet rapidement à notre place. La frontière de ce gigantesque pays, plus large que les États-Unis, se situe deux mille kilomètres plus à l’est, sur l’île de Nouvelle-Guinée. Nous n’avons découvert qu’une petite partie de l’Indonésie et c’est tant mieux, nous avons hâte de revenir un jour dans ce pays coup de cœur !

Indonesie, un pays coup de coeur

 

Le bus du grand n’importe quoi

Cinq heures de bus pour parcourir quarante-trois kilomètres à vol d’oiseau, vous y croyez ? Ce trajet de Moni à Maumere sera le trajet le plus abracadabrantesque de Florès ! Enfin… pour nous. Car, pour le chauffeur et les locaux, il s’agit d’un voyage tout ce qu’il y a de plus classique.

Pour quitter Moni, nous posons nos sacs au bord de la Trans-Flores et arrêtons un bus dit « public ». Il est déjà bien rempli et les passagers se tassent gentiment pour nous offrir des places de choix, juste derrière le chauffeur, au-dessus du moteur. Et c’est parti pour un long trajet entrecoupé d’arrêts toutes les trois minutes :

  • lorsqu’un passager veut descendre,
  • lorsqu’un passager hèle le bus,
  • chaque fois que le chauffeur voit un potentiel client, c’est-à-dire à la moindre personne au bord de la route,
  • pour trifouiller quelque chose sous le volant avec une clé à molette :
Bus de Florès
  • pour regonfler un pneu,
  • pour verser un liquide dans un orifice au-dessus du volant,
  • lorsque le chauffeur ou son assistant se ravitaillent en cigarettes, café ou friandises,
  • lorsque le chauffeur a faim et s’installe à la table d’un restaurant,
  • lorsqu’il salue ses potes et échange quelques bonnes blagues avec eux,

À un moment où le bus nous semble déjà trois fois trop plein, deux mamies font signe au chauffeur de s’engouffrer dans un marché jusqu’à leur stand. Tout le monde s’active alors pour charger sur le toit du bus d’énormes sacs de légumes et de riz, des boîtes d’œufs ainsi qu’une montagne de noix de coco. L’opération prend quarante-cinq bonnes minutes. Lorsqu’il n’y a plus de place pour un seul pois chiche sur la carlingue, c’est à l’intérieur du bus que la fin du chargement est déversée, à peu près jusqu’au niveau des fenêtres.

Dessin : trajet en bus à Florès

Évidemment, tout cela est parfaitement normal. Personne ne regarde sa montre en soupirant, ni ne bronche lorsqu’il reçoit un quatrième sac entre les genoux. La moitié des passagers rêvasse, l’autre moitié nous prodigue de grands sourires chaque fois que nous nous retournons. Dix kilomètres plus loin, nous assistons à l’opération inverse : les mamies et leurs marchandises sont déchargées sur un autre marché.

Bus de Florès Enfants indonésiens à Florès

 

L’hôtel des voyageurs au long cours

Dans la région de Maumere, nous rejoignons un petit hôtel de bord de mer appelé Lena House, sur les conseils d’un blog. Nous ne nous attendions pas à débarquer dans un repère de backpackers francophones !

Dessin : One Day One Travel

 

Il n’y a qu’une seule grande table dans les parties communes et nous nous retrouvons à chaque repas dans une sympathique ambiance de colonie de vacances. Les autres occupants sont tous des voyageurs au long cours, comme s’il fallait avoir beaucoup de temps devant soi pour décider de venir dans ce coin du monde. Alors autant vous dire que notre voyage à durée indéterminée n’impressionne personne !

Plage de Maumere, Florès Plage de Maumere, Florès

Nous passons cinq jours au ralenti dans ce lieu très nature, dormons dans des huttes sommaires, marchons le long de la plage de sable noir et nous baignons dans une mer incroyablement chaude.

Plage de Maumere, Florès

Nous ratons malheureusement des baleines observées par nos voisins, toutes proches de la plage ! Elles viennent paraît-il chaque année faire trempette dans le petit golfe, entre novembre et décembre. Nous nous consolons avec les poules et le troupeau de porcelets de l’hôtel.

Cochon indonésien

Comment cela, vous n’avez jamais vu de cochons dans un hôtel ?

 

Expédition en scooter vers Koka Beach

La plage de Koka Beach nous attire beaucoup, mais elle se trouve à deux heures de route de Lena House. Qu’à cela ne tienne, nous louons le scooter de l’hôtel et partons à la journée. Nous conduisons pour la première fois un scooter à vitesses manuelles et, après quelques ratés et à-coups, des passants adorables nous aident à dompter la bête.

Campagne à Florès

Un paysage de rizières sur la route

Autour de Maumere, plus que partout ailleurs sur Florès, le sport national est le « Hello Mister ». Le principe est simple : dès qu’un Indonésien, enfant ou adulte, repère un touriste, il crie de tous ses poumons « HELLO MISTERRRRRRR ». Ils sont franchement très doués, capables de réagir en une fraction de seconde, même à grande distance. Ils nous demandent aussi à la moindre occasion où nous nous rendons. En France, nous aurions pu répondre aux curieux de s’occuper de leur dix-septième lettre de l’alphabet mais, après tout ce temps passé en Indonésie, nous savons bien qu’ils agissent en pure gentillesse.

Quant à la plage de Koka, elle est à la hauteur de nos attentes. Il s’agit en fait de deux plages, séparées par une colline qui offre un beau point de vue.

Koka beach, Florès Koka beach, Florès Koka beach, Florès Koka beach, Florès

C’est le week-end. L’endroit grouille de familles venues pique-niquer et d’enfants qui affrontent sans se lasser des vagues pourtant plus hautes qu’eux. Nous-mêmes, nous manquons plusieurs fois de boire la tasse ! Comme souvent, les Indonésiens nous demandent joyeusement de poser avec eux en photo. Ici, même les femmes ont droit à un « THANK YOU MISTERRR »… La définition du mot a dû se perdre quelque part !

Les petits stands de nourriture nous régalent de beignets de patates douces et de bananes, que nous digérons, repus, dans le hamac.

Koka beach, Florès

 

L’ascension du volcan Egon

Dans un style totalement différent, le Mont Egon est un volcan qui culmine et fulmine à 1700 mètres d’altitude. Chauds comme de la lave en fusion, nous décidons de partir à 5h du matin afin de relever le défi de son ascension avant que la chaleur ne nous assomme.

Ascension du Mont Egon, Florès Ascension du Mont Egon, Florès

L’ascension commence en traversant une forêt clairsemée. La pente est raide. Au bout de deux heures de grimpette, les arbres laissent place à un paysage rocailleux et la vue se dégage enfin derrière nous sur la baie de Maumere. Waouh !

Ascension du volcan Egon, Florès Ascension du volcan Egon, Florès

Le chemin devient encore plus raide et de plus en plus difficile jusqu’au cratère. Les roches se teintent de couleurs étranges et les dernières traces de végétation disparaissent totalement. Sans les petits amoncellements de pierres érigés par nos prédécesseurs, nous aurions bien du mal à trouver notre chemin.

Ascension du volcan Egon, Florès Ascension du volcan Egon, Florès Ascension du volcan Egon, Florès Ascension du volcan Egon, Florès

Au bout de la troisième heure, pause petit déjeuner comprise, nous atteignons le cratère. Bigre, il est gigantesque !

Cratère du volcan Egon, Florès

Nous nous sentons insignifiants face à ses trois cents mètres de diamètre et deux-cents mètres de profondeur. Le lac qu’il abrite ressemble à une petite flaque. Il a dû connaître des jours meilleurs.

Mont Egon, Florès Mont Egon, Florès

À notre droite, des vapeurs volcaniques s’échappent avec force en produisant le bruit d’un moteur d’avion. La comparaison que les scientifiques établissent entre un volcan et une cocotte-minute prend ici tout son sens : il y a quelque chose qui mijote là-dessous ! Entre nous, la recette n’a pas l’air très fameuse, si nous en croyons l’odeur d’œuf pourri qui s’échappe du sifflet.

Mont Egon, Florès Volcan Egon, Florès, Indonésie Volcan Egon, Florès, Indonésie Pierre volcanique, Florès

La redescente nous prend à nouveau trois heures. Les petits gravats sont vicieux et nous atterrissons sur les fesses à plusieurs reprises. Au lieu du cagnard attendu, nous nous retrouvons enveloppés de nuages et la randonnée se termine dans une brume rafraîchissante. Cerise sur le volcan, nous apercevons une famille de singes dans la forêt !

Volcan Egon, Florès, Indonésie Vue depuis le Mont Egon, Florès

 

Voilà, l’Indonésie c’est fini ! Nous vous laissons en musique avec l’un des tubes indonésiens du moment, qui a accompagné nos trajets en bus.

 

Conseils pratiques sur la région de Maumere

Hôtel : Si vous n’êtes pas attachés au confort, nous vous recommandons de prendre une hutte au bord de la mer au Lena House, très basique mais économique (165 000 Rp, petit-déjeuner compris). La plage est tranquille, l’ambiance entre voyageurs est conviviale et le restaurant propose des plats simples à bons prix. Attention, seulement quelques heures d’électricité par jour dans l’annexe « Lena 2 ». À contacter par email.

Arriver à Lena House : Si comme nous vous arrivez à Maumere par le bus public depuis l’est, vous serez déposés devant un terminal où tous les conducteurs s’entendent pour gonfler les prix. Pour payer moins cher, éloignez-vous du terminal et vous trouverez des ojek (mototaxi) qui proposent d’eux-mêmes un tarif de 20 000 Rp. En revanche, le trajet de 40min semble interminable lorsqu’on porte un gros sac sur le dos.

Restaurant : Pour changer des plats de notre hôtel, nous sommes allés nous régaler au restaurant du Budi Sun Resorti, à mi-chemin entre Lena House et Maumere.

Ascension du Mont Egon : Le niveau de la randonnée est difficile, même s’il y a pire. Partez avec au moins 1,5L d’eau par personne et de bonnes chaussures. Lena House demande 80 000 Rp par personne pour l’aller-retour en ojek. Ce volcan est en niveau d’alerte élevé. La dernière éruption date de 2004 et la dernière alerte sérieuse avec évacuation de janvier 2016. Renseignez-vous donc auprès des locaux avant d’entreprendre son ascension !

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.


25 réponses à “Florès : Tout sur Maumere”

  1. Martine dit :

    Votre récit du trajet en bus est hilarant. Je me souviens que Geoffrey en avait décrit un semblable lors de son voyage.

  2. J.Claude dit :

    Merci les jeunes , c’est toujours agréable de voyager avec vous .Bon vent .

  3. Ségo dit :

    Haha mais il y a de plus en plus de blagues par ici !

  4. Marie dit :

    Bon, vraiment, vous êtes très convaincant pour nous faire aller en Indonésie ! ça donne vraiment envie. La nature est vraiment belle, mais le bus, bon, une expérience à vivre !! Biz

    • mifuguemiraison dit :

      Oui, c’est ce que nous retiendrons de l’Indonésie, les paysages sont sublimes et la nature est conservée presque intacte sur une immense partie du pays !

  5. geoffrey dit :

    J’adore les bus complètement improbables comme celui que vous décrivez. Trop bien le dessin avec la poule sur la tête ! Moi j’avais eu la cage du coq qui chantait sous mon siège et les lamas dans l’allée centrale.
    Elle est vraiment belle cette plage de Koka ! Vous y avez pris un Coca quand même ?
    Super la musique ! Un peu bizarre le clip.

  6. Lauriane dit :

    J’adore cet article <3 Nous aussi on a expérimenté le bus que tu-crois-que-là-plus-rien-peut-rentrer-mais-si-t'inquiètes ! Au final, c'est charmant !
    Le coin où vous étiez c'est vraiment le rêve… quand je dis que Flores a un potentiel incroyable !

  7. Mathilde dit :

    Enfin pris le temps de déguster cet article, et j’ai bien fait car il était excellent 🙂 ! Très drôle et bien écrit, décidément l’Indonésie est en effet une destination à mettre en top list, d’ailleurs je la conseille ainsi que vos articles à tous ceux qui ne savent pas où partir ! Hâte de découvrir les Philippines à travers vos yeux maintenant, et Hello Misters !!!

  8. janine dit :

    enfin j’ai pris le temps de voyager ce matin:maumere et avant singapour!que de surprises et d’étonnements!toujours de bons commentaires et des dessins rigolos

  9. Anne dit :

    Super récit qui donne très envie. Pour moi, Florès, c’était surtout les squelettes de cette population non parfaitement identifiée, mais il n’y a pas que la géologie, il y a les volcans et les plages aussi!

    • mifuguemiraison dit :

      Merci ! Oui, l’Homme de Florès, qui faisait environ 1 mètre, est une histoire passionnante. Nous ne sommes pas passés très loin de la caverne où leurs ossements ont été découverts, mais il paraît qu’il n’y a plus rien d’intéressant à y voir. À bientôt !

  10. Therese et Gilles dit :

    Salut les jeunes ,quel rève vous vivez!! Vous nous donnez envie !!
    Photos et commentaires magnifiques .bonne continuation et bon vent .

  11. Nathalie dit :

    Merci pour cette description pleine d’humour, ça nous conforte dans notre envie de visiter Flores. Mais que conseilleriez-vous : faire 1 semaine Flores et 1 semaine Bali ou zapper Bali et rester 15 jrs sur Flores?
    Nous sommes 2 adultes et 3 ados filles (les bons plans Scooter n’iront pas pour nous, peut-être y a t-il moyen de louer un chauffeur, ne serait-ce pas plus rapide que le bus?).
    Merci d’avance pour vos conseils

    • mifuguemiraison dit :

      Salut Nathalie !

      Ça nous fait toujours plaisir les projets de voyage à Florès, on en garde tellement un bon souvenir ! Sachez juste que c’est une destination un peu « roots ». Alors tout dépend ce que vous aimez en voyage, mais une petite semaine à Bali ne vous ferait peut-être pas de mal pour vous remettre de Florès 😉

      En effet il est très facile de trouver les services d’un chauffeur/guide pour traverser l’île plus rapidement qu’en bus. En plus les voitures ont souvent 7 places. Il paraît qu’on en trouve facilement à l’aéroport de Maumere et il nous semble que les gens s’échangent les contacts des meilleurs chauffeurs sur les forums tel celui du Routard.

      Profitez bien ! C’est pour bientôt ?

      • Nathalie dit :

        Merci pour votre réponse. On va effectivement essayer de combiner Flores et Bali.
        On planifie d’y aller en juillet 2018. Pour les 18 ans de notre fille aînée, elle a pu choisir la destination du voyage … son prénom c’est Flore 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.