Mi-fugue, mi-raison

Lombok la sauvage : étape à Sekotong

Publié dans la catégorie Indonésie, le 14 décembre 2016

L’île indonésienne de Lombok aurait-elle loupé le coche auprès des touristes ? Tout le monde connaît Bali, aime Bali, fonce à Bali, nous les premiers ! Or sa voisine Lombok, à la géographie semblable, reçoit beaucoup moins de visiteurs.

Carte de Lombok et des îles de la Sonde

Pourquoi un si grand écart ? C’est aux niveaux artistiques et culturels que la différence s’est jouée. Bali possède un charme envoûtant et sa religion, tirée de l’hindouisme, est très démonstrative. Lombok, de son côté, est majoritairement musulmane et se montre discrète sur ses traditions.

Lombok n’est pas moins intéressante ! Nous y avons découvert une nature abondante et préservée, loin du tumulte de la société moderne. Ajoutez à cela que nous avons mis immédiatement le cap sur la péninsule de Sekotong, réputée pour son calme. Une région calme sur une île calme, nous allons vous raconter ce que cela donne !

 

L’île aux mille mosquées

Arrivés sur Lombok, deux choses nous frappent rapidement : la nature est partout et les mosquées aussi ! Tout le long de notre chemin vers Sekotong, des coupoles de couleurs chaque fois différentes hérissent les plaines et les collines. Nous en venons à nous demander s’il n’y a pas plus de mosquées que d’habitants.

Mosquée à Lombok

 

Y’a pas grand monde dans le coin

Nous rejoignons notre petit hôtel, niché dans la large baie quasi déserte de Sekotong, aux plages de sable blanc.

Baie de Sekotong, Lombok

Ça pour être calme, Sekotong est vraiment très calme. Pas de restaurants ni aucune boutique à destination des touristes. Dans le village le plus proche, la vie tourne au ralenti entre les vaches, les chèvres, les poules et les quelques mobylettes qui passent. Nous sommes dans l’un de ces coins du monde où les habitants s’installent au bord de la route pour passer le temps. Quant aux enfants, ils s’amusent joyeusement avec ce qu’ils ont sous la main : un bidon fait une excellente moto, des assiettes peuvent servir de raquettes, une chambre à air pendue se transforme en balançoire… L’imagination ne manque pas !

Sekotong, Lombok Sekotong, Lombok

Il y a quelques années, de l’or a été découvert dans la région. Nous ne pensions pas qu’une ruée vers l’or pouvait encore exister de nos jours, mais c’est exactement ce qui s’est passé. Nombreux sont les locaux qui ont abandonné leurs champs ou leurs filets de pêcheurs pour partir à la recherche du métal qui fera leur fortune. D’après notre hôtelier, les premiers déçus seraient en train de revenir puisque le nombre de bateaux de pêche repart à la hausse.

 

Cap sur Mekaki Beach et pneu crevé

Dès le premier matin, nous enfourchons un scooter pour explorer la région. Nous partons en direction du sud de la péninsule de Sekotong pour rejoindre la plage de Mekaki. Ce coin de Lombok est vraiment peu peuplé et nous nous régalons des paysages.

Paysages de Lombok Environs de Sekotong, Lombok

Comme les rares habitations sont collées aux petites routes que nous empruntons, nous sommes repérés de loin par les Lombokiens. Leurs visages sont souvent fermés, leurs yeux presque méfiants. Cela change des sourires de Bali. Nous remarquons aussi que la plupart se promènent avec une machette à la main. Ce n’est pas très rassurant au début, puis l’on s’y fait !

Les enfants, eux, réagissent tout autrement. Ils sont complètement surexcités d’apercevoir deux blanc-becs. À force d’entendre des « Hello! Hello! » sur notre passage, nous commençons à nous prendre pour la reine d’Angleterre et donnons du coucou à tout va. Leur jeu préféré est de taper dans nos mains. Tous se ruent sur nous en tendant le bras !

Dessins : enfants à Lombok

C’est joyeux, mais ils ne se rendent pas compte que c’est dangereux. Méfiance, car certains garçons plus âgés s’amusent à taper fort pour faire mal.

L’arrivée à Mekaki Beach nous donne l’impression de découvrir un trésor soigneusement caché. Dans la plupart des endroits du monde, cette immense plage de sable blanc aux eaux turquoise, encerclée par la forêt tropicale, serait envahie par les touristes. Pas à Lombok. Nous sommes probablement les seuls de la journée à fouler ce sable.

Route vers la plage de Mekaki, Lombok

L’approche de Mekaki Beach est grandiose !

Plage de Mekaki, Lombok, Indonésie Plage de Mekaki, Lombok, Indonésie Plage de Mekaki, Lombok, Indonésie

Une plage non touristique n’a pas que des avantages, car le soleil ne plaisante pas et il n’y a aucun parasol ou arbre agréable sous lequel protéger nos épidermes. Nous ne restons pas longtemps. La route du retour est tout aussi belle. C’est un vrai plaisir de monter et descendre les collines de cette région.

Tout à coup, la roue arrière de notre scooter devient incontrôlable. Le pneu est à plat et nous sommes au milieu de nulle part. Nous mettons pied à terre et poussons le bolide dans une direction au hasard. Au bout de dix minutes, un jeune nous interpelle et nous hurle dessus en indonésien en nous indiquant le sens opposé. Un demi-tour et trois minutes plus tard, le revoilà sur son scooter, qui nous crie à nouveau dessus. Il tient à nous accompagner et nous atteignons finalement un réparateur de scooter. Au fur et à mesure de notre voyage, nous prenons conscience de la grande serviabilité des Lombokiens.

Garagiste à Lombok Garagiste à Lombok

Le garage de fortune est aussi efficace qu’un stand de Formule 1. En cinq minutes, notre chambre à air est remplacée. Le plus drôle, c’est encore une fois le petit groupe d’enfants qui gravitent autour de nous. Ils sont tout fous de nous voir et de jouer avec nous !

Cache-cache

 

Plage de surfeurs à Selong Belanak

Emballés par cette balade, nous reprenons la route le lendemain en direction de Selong Belanak, une autre plage plus éloignée (1h30 de scooter) mais plus connue que Mekaki. Encore une fois, la route est verte et vallonnée, et la mer jamais bien loin.

Selong Belanak, Lombok

Nous traversons quelques rizières en terrasses, malheureusement vides. Ce n’est pas la saison. Nous partageons le bitume avec des poules et leurs poussins, des vaches et des chiens qui somnolent.

Route de campagne à Lombok Vaches en bord de mer à Lombok

Tous les enfants, de deux à quinze ans, sont déchaînés par notre passage. C’est vraiment ce qui nous marquera le plus à Lombok.

Fillettes indonésiennes

Quatre sourires et demi

Lorsque nous nous arrêtons, nous pouvons être sûrs que des enfants vont débouler dans les dix secondes et tester les quelques mots d’anglais qu’ils connaissent :

Dessin : fillette essayant de parler anglais à Lombok

L’arrivée sur la plage de Selong Belanak en met plein les yeux. L’eau est d’un bleu turquoise éblouissant et les vagues forment de parfaits rouleaux. Les surfeurs se sont passé le mot puisqu’il y a plus de planches dans l’eau que de serviettes sur la plage. Ça change de la baie de Sekotong où nous étions quasi seuls !

Surf à Selong Belanak, Lombok Selong Belanak, Lombok Plage de Selong Belanak, Lombok Surf à Selong Belanak, Lombok Selong Belanak, Lombok

La partie gauche de la plage est le coin des pêcheurs. Ils sont nombreux, assis dans l’ombre, à accrocher avec minutie de petits accordéons sur de longues cordelettes ou à construire des radeaux avec du bois et des flotteurs. C’était donc ça, tous ces points qui flottent au loin dans la grande baie. Cela ressemble fort à des élevages de moules ou autres coquillages.

Selong Belanak, Lombok

 

La minuscule île de Gili Nanggu

Le troisième jour, nous prenons un bangka, le bateau traditionnel des pêcheurs, pour passer la journée à Gili Nanggu, une petite île paradisiaque qui se trouve à une vingtaine de minutes de la côte.

Jukung à Lombok

Durant la traversée, nous croisons de grandes structures en bambou qui nous intriguent. Cette fois-ci, nous nous renseignons, ce sont des systèmes de pêche au calamar.

Pêche aux calamars à Sekotong, Lombok

L’île de Gili Nanggu est la propriété d’un hôtel, mais il accepte que les touristes profitent de la plage et des cabanes ombragées, moyennant un petit droit d’entrée. Nous sommes ainsi quelques bateaux à accoster sur la plage.

Jukung à Gili Nanggu, Lombok, Indonésie Gili Nanggu, Lombok, Indonésie Gili Nanggu, Lombok, Indonésie

Avec l’argent récolté, les employés de l’hôtel travaillent à la reconstruction du massif corallien autour de l’île. Pour cela, ils déposent au fond de l’eau des structures métalliques sur lesquelles des boutures de corail ont été accrochées. Les plus anciens, qui poussent depuis quelques années, sont impressionnants tant leurs couleurs sont vives : jaune, bleu, rose, orange, violet…

Dessin : Coraux de Gili Nanggu

Les poissons semblent eux aussi apprécier les coraux, puisqu’ils sont présents en nombre. Outre les espèces colorées que nous avons l’habitude de croiser sous l’eau, d’énormes bancs de poissons presque transparents s’approchent parfois de nous. Ce sont parmi les plus beaux fonds marins que nous ayons observés en Indonésie !

Les propriétaires de l’île se préoccupent également de la protection des tortues marines. Ils ont créé un petit élevage qui protège les bébés tortues à l’âge où elles sont encore des proies faciles, avant de les libérer.

En nous éloignant de la plage principale, nous débusquons une autre plage, juste pour nous. L’endroit rêvé pour accrocher notre hamac, lire et dormir à l’ombre !

Hamac sur Gili Nanggu, Lombok, Indonésie

Notre fameux hamac deux places (le lien Amazoni pour les curieux)

 

Retour à la réalité administrative

Nous aurions aimé explorer Lombok plus longuement. Notre plan pour la suite était de rejoindre Tetebatu pour quelques randonnées en bas du célèbre volcan Rinjani. Seulement, un problème de renouvellement de visa a abrégé notre séjour et nous a forcés à retourner sans attendre… sur Bali. Ah, les joies de l’administration indonésienne !

 

Conseils pratiques sur Sekotong

Hôtel à Sekotong : nous avons dormi à Coral Palmsi, probablement l’option la moins chère de la région. Les chambres sont simples mais la piscine et les sofas installés en face de la mer sont vraiment agréables. La plage en elle-même n’est pas très belle, raison de plus pour apprécier la piscine. Des scooters sont proposés à la location, ce qui est bien pratique pour ne pas dépendre entièrement de l’hôtel pour les repas.

Hôtel Coral Palms

Manger à Sekotong : la nourriture servie à l’hôtel Coral Palms n’est pas des plus savoureuses. Comme il n’y a pas de restaurants dans le coin, il est intéressant de sortir manger dans les autres hôtels. Le restaurant du Cocotinosi a des prix plutôt élevés pour la région, mais la qualité est au rendez-vous. Plus proche de Coral Palms et accessible à pied, nous avons apprécié la nourriture et l’accueil chaleureux du Silver Ferni, où nous nous sommes même vu offrir des cocktails. Ce dernier semble idéal pour ceux qui recherchent un vrai bel endroit où dormir.

Excursion en bateau à Gili Nanggu : ayant échoué à négocier directement au village, nous sommes passés par l’hôtel pour organiser notre aller-retour sur la petite île, pour 250 000 Rp le bateau. Essayez de partager les frais avec les autres hôtes.

Transport depuis les îles Gili : un bateau public dit « charter » part des îles Gili vers Bangsal dès que quarante personnes sont inscrites, et pour 12 000 Rp seulement par personne. Nous avons attendu environ trente minutes. Une fois à Gili, un taxi nous a emmenés à Sekotong pour 300 000 Rp pour deux.

Transport vers Bali : depuis Lembar, un bateau public part toutes les heures vers Padangbai, pour 40 000 Rp par personne. La traversée est relativement confortable mais prend cinq heures.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.


21 réponses à “Lombok la sauvage : étape à Sekotong”

  1. Laurent dit :

    Eh bien j’aurai appris quelque chose. J’avais vu exactement ces mêmes structures en bambou posées sur la mer au nord de Sulawesi sans qu’on puisse m’expliquer en anglais ce que c’était. On en était resté à « fishing ».
    Je crois bien que ça me plaît votre description de Lombok. Et comme la suite plus à l’est traîne aussi dans un coin de ma tête…

  2. Justine dit :

    vraiment une belle découverte, je ne connaissais pas ce lieu

  3. aurore dit :

    De selong belanak continuez vers la côte sud nouvelle route et rejoignez air torok belek paysage époustouflant nature intacte.

  4. MATHILDE dit :

    Vous avez dû vous sentir vraiment seuls au monde sur cette île… Intéressant !
    On risque peut-être de s’y ennuyer si on reste trop longtemps ?

    • mifuguemiraison dit :

      Il y a quand même pas mal de touristes qui viennent sur l’île mais c’est généralement pour voir les plages du sud (Kuta beach) ou escalader le Mont Rinjani pour les plus courageux. À part ça, ça semble être une grande île très tranquille ! Dans le coin où on était, oui, c’est sûr qu’on aurait fini par s’ennuyer assez rapidement.

  5. Marie dit :

    Super, cette sortie des sentiers battus, ça donne vraiment envie !! Bon, et ça dépayse vraiment votre article à l’approche de Noël. Surtout au niveau paysage, vu que le brouillard nous a plombé toute la journée… Biz !

  6. geoffrey dit :

    On en viendrait à croire que les touristes vous manquent ! Ça ressemble quand même pas mal à ce que vous avez déjà fait dans les précédents articles cette île de Lombok. En tout cas, j’en retiens une leçon, il est préférable de faire Bali avant Lombok. Je pense bien d’après votre description qu’un jour ou l’autre Lombok deviendra la proie des tour-opérateurs. Vous n’avez pas été rendre visite aux chercheurs d’or ?

    • mifuguemiraison dit :

      C’est vrai q’il y a des ressemblances au niveau des paysages, mais on n’a pas du tout ressenti la même ambiance qu’à Bali ou aux îles Gili. On aurait dû retranscrire ça mieux alors !
      La côte sud de Lombok, près de Kuta, a paraît-il déjà commencé à attirer les promoteurs, cela viendra.
      Non, nous n’avons pas cherché les chercheurs d’or 😉

  7. tania dit :

    ah superbe cet article sur Lombok
    il n y a pas que Bali dans la vie lol
    j espère que je pourrais inclure cela lors d un futur voyage

    • mifuguemiraison dit :

      On te le souhaite ! On n’a vu qu’une petite partie de Lombok au final mais ça donne envie de découvrir le reste de cette grande île nature.

  8. Ange dit :

    Bonjour
    Puisque vous connaissez bien LOMBOK, j’y vais début juillet 2017 et je me pose une question sur le Palu. Le centre médical de voyages du monde préconise de prendre de la Malarone pour Lombok. J’ai pu lire les effets secondaires et ça ne donne pas envie d’en prendre (indépendamment du coût élevé) Avez-vous une expérience sur ce médicament ? On m’a aussi suggéré de prendre Doxypalu, mais visiblement incompatible avec le soleil. Donc être sur une plage en autre et ne pas pouvoir en profiter c’est bof.
    Avez-vous un avis sur ces traitements à prendre pour Lombok.
    Merci.

    • mifuguemiraison dit :

      Salut Ange !

      Comme nous voyageons au long cours, nous avons pris la décision (et le risque) de ne pas prendre de traitement contre le paludisme. Ce n’est pas pour autant que nous te recommandons d’en faire autant. Si nous n’étions partis que quelques semaines, nous aurions probablement pris l’un de ces médicaments. Mais nous ne connaissons pas leurs différences. Lors d’un précédent voyage en Inde, nous avons pris de la Savarine, qui a une liste d’effets secondaires toute aussi longue que la Malarone, sans subir de problème particulier. Nous ne connaissons pas le Doxypalu, mais il nous semble que les deux autres déconseillent aussi l’exposition au soleil.

      Quoi qu’il en soit, avec ou sans traitement, protège-toi des moustiques car ils peuvent aussi être porteurs de la dengue qui cloue au lit comme une grosse grippe. Mais il ne faut pas que ça t’empêche de profiter de tes vacances. Même dans une zone a risque, ce n’est souvent qu’un moustique sur cent, voire sur mille, qui est porteur d’une maladie.

      À bientôt !

  9. Ange dit :

    OK merci beaucoup pour votre message. Nous allons profitez pleinement de notre voyage.
    A bientôt.

  10. Jérémy dit :

    Bonjour à vous,
    Merci pour ces articles intéressants !Notre envisageons une route de Munduk à Sekotong, ainsi je suis preneur de votre expérience pour ce trajet (sous réserve que ce soit celui que vous ayez fait :))

    Nous envisageons 3 nuits dans la région avant de remonter vers nusa lembogan, est-ce suffisant?

    Merci d’avance!
    A bientôt!

    • mifuguemiraison dit :

      Salut Jérémy !

      Nous ne sommes pas partis directement de Munduk, donc nous aurons un peu de mal à te donner des infos. En plus Bali et Lombok ne sont pas connus pour leurs systèmes de transports en commun très efficaces…

      Trois nuits à Sekotong devraient suffire, il n’y a pas énormément de choses à voir et à faire dans la région. Mais du coup, cela semble faire un très large détour entre Munduk et Nusa Lembongan, fatigant, pour ne rester que quelques jours sur place.

      Nous, nous étions revenus à Ubud après Munduk pour y prolonger notre séjour, puis étions passés quelques jours par les îles Gili avant d’atteindre Lombok et de rejoindre Sekotong. Pour aller de Sekotong à Nusa Lembongan, nous avons pris un ferry de Lembar à Padang Bay, de là tu peux rejoindre Sanur en Uber et prendre un bateau rapide !

      Tu devrais trouver un moyen, tout est toujours possible en Indonésie, au pire ce sera en taxi.

      Bon voyage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.