Mi-fugue, mi-raison

Karimunjawa : un tour au paradis

Publié dans la catégorie Indonésie, le 18 septembre 2016

Dans notre dernier article, nous vous avons laissés à Yogyakarta, avec ses palais, ses temples… Or l’Indonésie possède des milliers de plages tropicales et nous ne comptons pas garder le maillot de bain au fond du sac à dos ! Alors, après quelques recherches, nous repérons un petit coin qui nous semble idéal pour une escapade de quelques jours depuis Yogyakarta.

Karimunjawa est un petit archipel de vingt-sept îles, isolé au large des côtes de Java.

L’archipel est tellement isolé que les Britanniques y installèrent une colonie pénitentiaire. Il faut croire que les lieux ne déplaisaient pas aux détenus puisque, lorsque la prison ferma, un bon nombre d’entre eux décidèrent de rester sur place.

D’ailleurs, on croise encore des uniformes de prisonniers à Karimunjawa :

Poissons prisonniers à Karimunjawa

 

Des îles qui se méritent

Il nous aura fallu quinze heures de trajet pour nous rendre à Karimunjawa depuis Yogyakarta. Il faut être patient ! Le plus difficile, ce n’est pas de trouver des informations sur les rares compagnies de bus qui mènent jusqu’au petit port de Jepara. Ce n’est pas non plus de passer la nuit dans un minibus qui roule comme un fou. Ce n’est pas d’être déposés à 4h du matin dans un embarcadère bruyant…  C’est surtout de ne pas savoir, à ce moment-là, s’il restera des places dans le ferry ou s’il faudra attendre le prochain deux jours plus tard ! Et encore, les rares ferries peuvent être annulés lorsque la mer est trop agitée.

Ferry pour Karimunjawa

Finalement, tout se passe bien, nous trouvons des billets et nous effectuons la traversée sur des vagues à peu près sages. Le ferry ne dessert que l’île principale, qui s’appelle tout simplement Karimunjawa, comme l’archipel.

 

Un amour de ponton

Dès notre arrivée à l’hôtel, nous repérons le panneau « BEACH ». Nous suivons un petit chemin qui traverse la mangrove, c’est-à-dire une forêt marécageuse de bord de mer.

Mangrove, Karimunjawa, Indonésie

Le chemin à travers la mangrove, avec l’hôtel au fond.

Mangrove

Au bout du chemin : surprise ! Ce n’est pas du tout une plage mais un ponton. Nous ne sommes pas déçus, au contraire c’est très agréable et nous avons une vue à 360° sur la mer. Le long ponton traverse une eau complètement transparente, pour se terminer au-dessus d’un banc de sable peu profond. L’eau y est alors turquoise, voire turquoise fluo.

Ponton à Karimunjawa, Indonésie Ponton à Karimunjawa, Indonésie

 

En nous retournant, nous avons un beau panorama sur l’île et ses collines recouvertes de jungle.

Ponton à Karimunjawa, Indonésie

 

Même s’il n’y a pas grand-chose à faire sur notre ponton, à part descendre nous baigner, nous en sommes tombés amoureux. Et quelle est l’activité la plus romantique à faire avec son amoureux ? Attendre le coucher de soleil !

Karimunjawa, Indonésie Karimunjawa, Indonésie

 

La liberté en deux-roues

Le ponton est sympa, mais nous en faisons vite le tour. Dès le lendemain, lassés par cet amour pontonique, nous partons voir ailleurs. Direction la plage !

Comme elle se trouve un peu loin, nous louons des scooters. Il faut savoir que, six ans plus tôt, nous avions voulu apprendre à conduire le scooter à Goa en Inde. Et que cette aventure s’était terminée par terre lors des deux tentatives, une fois chacun. Cette fois, les routes sont en bon état, les habitants conduisent lentement et, le plus important, il n’y a aucune bouse de vache pour nous faire glisser. Bref, les conditions sont idéales et nous gagnons rapidement en aisance !

Nous prenons de l'aisance en scooter

Au bout de plusieurs kilomètres sur la route principale, la plage est indiquée. Nous nous acquittons d’un péage qui donne accès au chemin vers la mer, serpentant entre des habitations, des cocotiers, des poules et des chèvres.

 

Deux plages pour le prix d’une

Les deux plus belles plages de l’île sont Tanjung Gelam Beach et Batu Topeng Beach. Elles sont en fait voisines et se rejoignent à pied en cinq minutes. La première regroupe un peu plus de monde et elle est mieux située pour assister au coucher du soleil. Sur le petit chemin qui relie les deux plages, nous trouvons une minuscule crique juste pour nous, avec deux arbres pour accrocher notre hamac.

Plage à Karimunjawa, Indonésie Plage à Karimunjawa, Indonésie Plage à Karimunjawa, Indonésie Karimunjawa, Indonésie
Cocotier, Karimunjawa, Indonésie

Un touriste qui se prend pour Robinson Crusoé

 

Les hauteurs de Karimunjawa

Sur les conseils d’un habitant du coin, nous grimpons à Love Hill pour admirer le coucher du soleil. C’est un point de vue accessible en scooter, via un chemin bien pentu. Aucun problème pour les riders que nous sommes devenus !

Scooter en Indonésie

L’emplacement est vraiment très sympathique, avec des chaises éparpillées par-ci, par-là sur la colline. En revanche, la bonne blague, c’est qu’ils prétendent être un bar. En arrivant, il faut payer un petit droit d’entrée, à transformer en la boisson de son choix. Sauf qu’en guise de choix, c’est eau minérale ou… ah non, il n’y a rien d’autre !

Love hill, Karimunjawa, Indonésie Love hill, Karimunjawa, Indonésie Karimunjawa au coucher du soleil, Indonésie

Nous ne sommes pas les seuls à apprécier le superbe coucher de soleil. De nombreux Indonésiens arrivent au fur et à mesure que le soleil rougeoie, toujours pleins d’enthousiasme pour enchaîner les selfies.

Allez, pour la première fois et à la demande générale, nous allons vous montrer nos têtes en photo. Voici un selfie que nous avons pris ce soir-là :

Selfie de Mi-fugue, mi-raison

 

Cinquante nuances de bleu

Pour le troisième jour, nous souhaitons découvrir une des autres petites îles de l’archipel. La plupart des agences proposent des tours à thème snorkeling, avec des étapes sur plusieurs îles et plusieurs « spots » où les poissons sont nombreux. Nous ne sommes pas si emballés à l’idée de passer la journée en groupe à observer des poissons, alors nous insistons pour être déposés sur une seule île afin de prendre notre temps.

Cette île s’appelle Cemara Kecil et se trouve à une heure de bateau de l’île principale. Un tout petit bateau en bois, avec un petit moteur, mais nous ne sommes pas pressés.

L’île de Cerema Kecil vue du ciel, avec sa barrière de corail (© Apple)

 

En approchant, nous sommes sous le charme : l’île est vraiment petite, même pas 200m de long. Il y a quelques arbres en son centre, dont l’ombre est très appréciable lorsque le soleil est au zénith. Tout le reste est une plage aux eaux limpides. Nous sommes complètement émerveillés par le turquoise de l’eau.

Aucun ponton ici. Le bateau ne peut pas s’approcher de l’île, il faut se jeter à l’eau pour rejoindre la terre ferme.

Karimunjawa, Indonésie

Petite déception à l’arrivée sur l’île, il y a des déchets qui traînent un peu partout entre les arbres. Ce n’est pas un dépotoir non plus, mais quelques bouteilles ou autres plastiques, par-ci, par-là. Parmi les groupes qui débarquent sur l’île pendant la journée, nous en repérons clairement certains qui repartent en laissant leurs détritus sur place, comme s’ils allaient disparaître miraculeusement. Le niveau de conscience écologique n’est pas le même qu’en France et c’est triste.

Si l’on met cela de côté, le lieu est vraiment magique. L’eau est complètement transparente et propre, elle. Le banc de sable s’étend jusqu’à la barrière de corail et nous avons pied jusque loin, loin, loin…

Plage à Karimunjawa, Indonésie

C’est parti pour une journée au ralenti. Nous barbotons, nous observons les poissons avec des masques et tubas qu’on nous a prêtés et nous lisons dans le hamac. Les bateaux qui organisent des tours accostent à l’heure du pique-nique. Les touristes en descendent surexcités à la vue de cette petite île incroyable, font des selfies, déjeunent, refont des selfies puis repartent. L’après-midi, nous sommes quasiment seuls.

Plage à Karimunjawa, Indonésie Snorkeling à Karimunjawa, Indonésie

À noter : pour les amateurs de snorkeling, il vaut mieux prendre le fameux tour organisé. Nous voyons bien quelques poissons mais comme il y a peu de profondeur, les récifs coralliens constituent une sorte de labyrinthe qui n’est pas très agréable.

Snorkeling

Alors autant lire, dans le hamac ou… carrément dans l’eau !

Hamac à Karimunjawa Lecture à la plage

La fin de la journée arrive et nous quittons notre île avec regrets. La traversée du retour sous le soleil couchant est très belle.

Bateau sur l'eau Bateau sur l'eau au coucher du soleil

 

Voilà, nous pouvons arrêter de montrer des photos, de toutes façons tous nos lecteurs sont déjà partis à la recherche du billet d’avion le moins cher pour l’Indonésie.

 

Y’a quelqu’un ?

 

Notre avis sur Karimunjawa

Ce fut un séjour formidable, en particulier notre excursion sur la minuscule île de Cemara Kecil. Nous n’avions jamais vu des paysages de mer pareils. Quant à l’ambiance, elle est vraiment paisible, comme ces enfants qui jouent dans la rue et crient « hello » sur notre passage. On se sent très loin de l’agitation du monde. Il n’y a de l’électricité qu’en soirée et le service dans les quelques restaurants est « à la cool », autrement dit, il ne faut pas être pressé. En résumé, Karimunjawa méritait largement un jour de transport à l’aller et un jour au retour.

 

Conseils pratiques sur Karimunjawa

Venir depuis Yogyakarta : nous avons pris un minibus de la compagnie Day Trans qui a roulé de nuit jusqu’à Jepara (23h-4h). Ce sont des bus 12 places assez confortables.

Nous avons enchaîné avec le ferry « slow boat », qui est plutôt confortable, pas trop cher et fait la traversée en cinq heures. Il y a aussi un « fast boat » qui fait la traversée en deux heures. Les horaires étant différents chaque jour et les informations contradictoires sur le net, il vaut mieux vous renseigner auprès de votre hôtel par exemple. Le billet s’achète au comptoir, deux heures avant le départ pour être sûr de partir. En théorie il n’est pas possible de réserver de billet, mais il paraît que certaines agences de voyage le proposent moyennant un supplément.

Retourner à Yogyakarta : le ferry lent nous a déposés à Jepara à 17h50, trop tard pour attraper le dernier bus que nous avions repéré. Nous avons alors trouvé deux autres voyageurs avec qui partager les frais d’un « taxi » (comprendre une voiture de particulier, conduite par un chauffard), 700 000 Rp au total pour cinq heures de route. Demandez autour de vous et un local finira par arriver avec sa voiture, appelé par ses amis.

Attention à ne pas réserver votre hôtel avant de consulter les horaires de bateau, puisqu’il n’y en a pas tous les jours.

Attention à ne rien prévoir de trop important juste après votre retour de Karimunjawa. Gardez de la flexibilité en cas de mauvaise météo qui vous bloquerait sur l’île.

Hôtel : nous étions à l’hôtel Mangrove Inn, mais nous ne le recommandons pas vraiment. Il n’y avait pas d’eau chaude, ce n’était pas très propre et l’équipe n’était pas pro. On doit pouvoir trouver beaucoup mieux hors-saison. Deux points positifs tout de même : d’abord, le beau ponton, et puis comme l’hôtel est loin du centre-ville, vous ne serez pas réveillés à 4h du matin par la mosquée.

Restaurants : il ne faut pas venir à Karimunjawa pour ses restaurants, nous les avons trouvés très moyens. Nous avons été très déçus par Eat & Meet, le restaurant le mieux noté de l’île, qui attire les touristes à coups de burgers et de pizzas sans assurer la qualité. Sinon, le petit hôtel Karimunjannah House proche du nôtre ne sert que du « chicken satay » mais il le fait très bien.

Excursion sur Cemara Kecil Island : nous sommes partis de 9h30 à 17h30 pour 240 000 Rp chacun, pique-nique compris. Les agences se trouvent facilement en centre-ville.

Distributeur de billets : apportez suffisamment d’argent en liquide car le seul distributeur de l’île n’accepte pas les cartes étrangères.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.


22 réponses à “Karimunjawa : un tour au paradis”

  1. MILLA dit :

    Ça c’est ce qui se rapproche le plus de mon idée du paradis lool!
    et comme tous les paradis terrestre, il est plutot difficile d’accès! (je me souviens avoir fait des periples similaires au mexique, pour finalement me retrouver sur des plages desertes et paradisiaques!)

    • mifuguemiraison dit :

      C’est sûr que si c’était trop facile d’accès ça ne resterait pas si sauvage si longtemps ! Il doit y en avoir, des merveilles cachées au Mexique…

  2. Martine dit :

    Y a comme une erreur dans votre appareil photo pour le selfie!

    Belles plages paradisiaques ! est ce qu’elles seront aussi belles en Polynésie si j’y vais un jour ?

  3. Oh la la… la couleur de l’eau est juste digne des plus belles cartes postales… Comme tu me fais envie !

  4. Oh la la c’est MA-GNI-FIQUE. Oui oui jsuis encore là mais si un voyage en Indonésie se profile un jour, je mets ce petit coin paradisiaque de côté.

  5. Bernard & Isabelle dit :

    Nous sommes encore tout éblouis par ces vues de rêve et d »humeur joyeuse grâce aux textes et dessins ! Et ravis que vous fassiez d’aussi belles découvertes

  6. Marie dit :

    Wouhaou !! trop chouette, trop beau, pas de ville, du calme. y des randos à faire ou que de la plage ? bon des articles comme ça, j’en veux bien d’autres :: Et les coups de soleil ? vous n’en parlez pas ? ou alors vous êtes tout bronzés ?! Bon, c’est clair, trop belles les photos !! Biz

    • mifuguemiraison dit :

      Non, il n’y a malheureusement pas trop de randonnées. Nous nous sommes renseignés, il faut prendre un guide et faire attention aux sangsues, ce qui nous a un peu refroidis…
      Quant aux coups de soleil, ton cousin avait oublié de tartiner quelques parties de son dos, le résultat était assez artistique !

  7. Manon dit :

    Bonjour, Bravo pour votre blog que je suis avec attention car votre trip en Indonesie ressemble beaucoup à ce que nous souhaitons faire lors de notre prochain voyage ! Les dessins sont tops, les récits parfaitement détaillés, et les photos magnifiques ! A ce sujet, quel appareil photo utilisez vous ?
    Merci pour votre réponse et profitez bien de votre voyage à durée indéterminée !

    • mifuguemiraison dit :

      Oh merci pour tous ces compliments ! L’appareil photo est un Sony NEX-5N d’il y a cinq ans. C’est un hybride assez léger dont nous sommes très contents ! Bon voyage à vous aussi !

  8. Mona dit :

    Shadow man sur la plage, ça m’inquiète cette histoire!!
    Merci pour toutes les nouvelles publications, c’est très sympa de voyager avec vous à distance 😉

  9. geoffrey dit :

    Joli ponton, jolie île, ça fait rêver.
    Vous nous aviez caché vos déboires de scooter en Inde !
    Vous allez peut-être enfin parvenir à bronzer ? ;o)

    • mifuguemiraison dit :

      Rien de grave, juste un petit bobo chacun. À l’époque nous n’avions pas de blog pour raconter ça !
      Bronzer, c’est pour ceux qui n’ont qu’un mois de vacances par an ça 🙂

  10. Manon dit :

    Bonjour, j’aurai besoin d’informations complémentaires pour le voyage entre yogjakarta et Jepara :
    – Vous souvenez vous du prix du minibus pour relier Yogja à Jepara ? Ces liaisons se font-elles tous les jours avec la compagnies Day Trans ? Le trajet inverse est-il proposé ?
    – Je vois que vous etes revenus à 17h50 à Jepara ? Alors que sur les sites je vois que le bateau part à 7h du matin. Y a-t-il un autre bateau ou le votre a-t-il eu du retard ?
    – Je vois que vous avez enchainé avec le Bromo. Pensez vous que la solution la plus simple soit de repasser par Yogja ?

    Beaucoup de questions, mais le trajet Jepara>Bromo nous semble vraiment compliqué.

    Merci pour votre réponse et pour ce blog qui nous est vraiment très utile !

    • mifuguemiraison dit :

      Salut !

      Nous comprenons bien tes interrogations car nous aussi nous avons eu beaucoup de mal à organiser ce voyage. Malheureusement, c’est l’Indonésie et tout change, rien n’est fiable !

      – Il y a plusieurs compagnies de minibus qui effectuent le trajet mais les informations sont difficiles à obtenir. Pour l’aller, nous avons été satisfaits par l’horaire proposé au téléphone par Day Trans donc nous n’avons pas cherché plus loin. D’après ce que nous voyons sur leur site, le tarif est de 130 000 Rp par personne. Le trajet inverse est proposé, mais nous sommes arrivés trop tard pour le prendre.

      – Les horaires des bateaux sont difficiles à obtenir et changent pour un oui ou pour un non. Le nôtre est parti à 13h, c’était le seul ce jour-là. La veille il y en avait deux le matin. Le lendemain zéro. Comme tout change régulièrement, nous conseillons de ne pas tenir compte de nos informations et de se renseigner par exemple auprès votre hôtel à Karimunjawa. Enfin, la météo est capricieuse et les bateaux sont souvent annulés plusieurs jours de suite, surtout pendant la saison des pluies (plus ou moins de novembre à mars).

      – Nous n’avons pas tenté d’enchaîner avec le Bromo car nous avions prévu de revenir deux jours à Yogyakarta pour continuer de visiter. Le train pour le Bromo passe par la côte nord, peut-être qu’il est possible de rejoindre une gare, voire directement Probolinggo en bus. Sinon, la solution de facilité est le taxi. En Indonésie vous pouvez toujours trouver quelqu’un qui sera ravi de vous emmener où vous le souhaitez, sans réservation.

      Bon voyage à vous ! Ça vaut le coup de s’entêter malgré le manque d’infos, l’île est vraiment sublime !

  11. lili dit :

    C’est dommage pour la nourriture parce que les meilleures choses que j’ai mangé en indonesie, c’etait à Karimunjawa justement 🙂
    Il y a un mini marché de nuit dans le « centre » avec principalement des stands de bouffe. Poisson frais cuit au barbecue, riz et sauce cacahuètes/piment/echalottes dont je reve encore ! et noix de coco cuite dans les cendres en dessert
    Et pas mal de petits resto locaux vraiment pas mal !

    • mifuguemiraison dit :

      Salut Lili !
      Nous sommes allés au marché de nuit, mais pour tout te dire la vue de poissons morts ne nous a jamais vraiment ouvert l’appétit. Dommage pour les restaurants locaux, nous aurions dû mieux chercher ! Quant à nous, notre meilleur souvenir culinaire en Indonésie est Ubud, sans hésitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.