Mi-fugue, mi-raison
Photo de Voyage au Monténégro : notre itinéraire et nos conseils

Voyage au Monténégro : notre itinéraire et nos conseils

Publié dans la catégorie Monténégro, le 2 mai 2024

En mai/juin 2023, nous avons réalisé un voyage sans avion, sans voiture et sans nous presser, depuis la France, qui incluait trois semaines au Monténégro.

 

Notre avis sur le Monténégro

Voici un très joli petit pays, d’une grande variété pour sa superficie réduite. Les villes et villages ont à notre avis peu d’intérêt, sauf Kotor (et son voisin Perast). En revanche, les paysages bien préservés combinent mer turquoise, montagnes hérissées, forêts bien vertes, lacs émeraude, pics enneigés et canyons profonds. Nous y avons aussi retrouvé avec plaisir le charme suranné de l’ex-Yougoslavie, même s’il a tendance à disparaître sous une bonne louche de modernité et de tourisme, laissant moins de place au dépaysement culturel.

 

 

Notre itinéraire de voyage au Monténégro

Nous nous sommes lancés dans une boucle qui combinait Monténégro (trois semaines) et Kosovo (dix jours). Dans cet article, nous allons nous concentrer sur le Monténégro, mais puisque les frontières sont faciles à franchir dans les Balkans, il ne faut pas hésiter à constituer son voyage en piochant parmi les villes alentour.

Voici donc notre circuit au Monténégro uniquement :

Carte circuit touriste Monténégro

 

 

 

Résumé de chacune de nos étapes au Monténégro

Kotor et Perast

Vue sur la baie de Kotor
Vue sur le village de Perast, bouches de Kotor
Eglise Notre-Dame du Rocher, île à Perast, Kotor

Est-ce la mer, un lac, un fjord ? Nous ne savons plus bien ce que nous contemplons, mais les bouches de Kotor offrent des paysages uniques en Méditerranée. La beauté des vieux villages, en particulier Kotor et Perast, encadrés par la montagne, nous a scotchés. En basse saison, c’était le summum de la dolce vita à la monténégrine. En été, la densité touristique qui atteint des sommets nous aurait probablement rebutés.

À Perast, nous avons dormi chez Bluemarinei (maisonnette toute simple mais très bien), avant de déménager chez Apartments Peranovic 2i à Kotor (quelle vue depuis la terrasse !).

Lire notre article sur la baie de Kotor

 

Cetinje et le parc national du Lovćen ★☆

Ville de Cetinje au Monténégro
Ville de Cetinje, voyage au Monténégro
Eglise à Cetinje, Monténégro
Monastère de Cetinje au Monténégro

Nous avons poursuivi en direction de Cetinje, l’ancienne capitale du Monténégro. Cette jolie ville tranquille est dotée de quelques beaux bâtiments, églises, monastères et d’une vie locale sympathique en fin de journée.

Notre plan était aussi de randonner dans le parc national de Lovćen. Manque de pot, il était en session d’arrosage, noyé sous des trombes d’eau. Notez qu’il n’existe pas de transports en commun entre Cetinje et le parc de Lovćen, il faut prendre un taxi.

Nous avons dormi chez Apartments Grudai, un parfait petit studio bien neuf, bien propre et bien équipé.

➤ Nous n’avons pas dédié d’article à Cetinje

 

 

Virpazar et le lac de Skadar 

Lac de Skadar au Monténégro
Vue depuis la forteresse de Besac sur le lac de Skadar au Monténégro
Cormoran sur le lac de Skadar au Monténégro

Nous avons ensuite rejoint Virpazar, un village à deux pas (deux brasses ?) du lac de Skadar, où le paysage n’est qu’un immense camaïeu de vert. Ne vous attendez pas à siroter un cocktail sur une plage du lac, il est recouvert de roseaux et de nénuphars entre lesquels des flopées de volatiles vivent leur petite vie, déjouant les tentatives d’approche des touristes en bateau.

Nous avons dormi chez Apartment Vukasevici, en plein centre de Virpazar. La mère et sa fille sont des hôtesses en or, elles nous ont couverts d’attentions et de cadeaux.

Lire notre article sur le lac de Skadar

 

Ulcinj ★☆

Ulcinj, voyage au Monténégro
Ulcinj : logement avec vue sur mer au coucher du soleil
Foot sur la plage à Ulcinj au Monténégro

Nous pensions découvrir à Ulcinj une vie locale plus animée qu’ailleurs ainsi que de petites touches d’Albanie, puisqu’une majorité d’habitants se disent albanais. La vieille ville est certes jolie, mais vidée de ses habitants et l’autre quartier proche de l’eau était en hibernation, dans l’attente des touristes balnéaires. Une nuit sur place nous aurait suffi.

Nous avons dormi chez Apartments Susannai dans la citadelle, un peu vieillot, mais avec une vue imprenable sur la mer.

Lire notre article sur Ulcinj

 

Kolašin et le parc de Biogradska Gora

Visite du parc de Biogradska Gora au Monténégro
Restaurant traditionnel près de la rivière à Kolasin
Restaurant traditionnel de Vodenica à Kolasin

Après notre détour kosovar, nous sommes revenus au Monténégro par une petite ville de montagne appelée Kolašin. Elle ne nous a pas éblouis, mais sa situation proche du joli parc national de Biogradska Gora lui vaut bien une petite visite.

Nous avons dormi chez Rooms Sanjai, des chambres simples et bon marché, assorties d’une cuisine partagée et tenues par un couple sympathique.

Lire notre article sur Kolašin et Biogradska Gora

 

 

Le parc national de Durmitor

Visite du lac noir, Zabljak, Durmitor
Lac noir, paysage du Durmitor
Voyage au Durmitor : coucher de soleil sur le lac noir

Voici selon nous la merveille du Monténégro : le parc national de Durmitor, qui contient quelques sommets parmi les plus hauts et les plus beaux du Monténégro. Les paysages autour de Žabljak sont sublimes, notamment le Lac Noir et le Canyon de la Tara.

Nous avons dormi chez Apartments Grbovići à Žabljak, dans un petit studio confortable.

Lire notre article sur Žabljak et le Lac Noir

 

Et pour admirer encore mieux le parc national, nous nous sommes lancés à vélos électriques sur une boucle appelée Durmitor Ring. Elle n’est pas réservée aux cyclistes, vous pouvez l’emprunter en voiture, mais… elle est encore plus belle à vélo. Nous avons tellement aimé l’expérience que nous avons écrit un article dédié.

Voyage à vélo au Durmitor, Monténégro
Vélo sur le Durmitor ring au Monténégro
Canyon de Susica, voyage au Monténégro

Sur le Dormitor Ring, nous avons dormi dans la Guesthouse Nedajnoi, une cabane dans un village de montagne, avec produits de la ferme servis au dîner et au petit-déjeuner.

Lire notre article sur le Durmitor Ring à vélo

 

Nikšić et le monastère d’Ostrog ★☆

Visite du monastère d'Ostrog, voyage au Monténégro
Visite du monastère d'Ostrog, voyage au Monténégro
Café dans la ville de Niksic au Monténégro
Statue de Ljubo Cupic à Niksic, Monténégro

Avant de quitter le pays, nous avons fait une dernière courte étape à Nikšić, une ville jeune, animée (goûtez les bons cocktails pas chers du bar Propaganda !) et très peu touristique. D’ici, nous avons fait un rapide aller-retour au spectaculaire monastère d’Ostrog, avec Saint Basile aux manettes pour les miracles.

Attention, le train Nikšić-Ostrog dépose à 1h30 et 500m de dénivelé du monastère. Si vous n’êtes pas d’humeur sportive, les taxis de Nikšić proposent l’aller-retour avec 1h de pause comprise, pour 20€.

➤ Nous n’avons pas dédié d’article à Nikšić

 

Et la capitale Podgorica ?

Nous avons fait l’impasse sur Podgorica, car la plupart des visiteurs témoignent d’une ville de peu d’intérêt. Nous avons juste aperçu, le temps d’une correspondance de bus, ses vieilles cités communistes entourées de parkings et ponctuées de centres commerciaux modernes. Pas de regrets.

 

 

Se loger au Monténégro

Les hébergements sont globalement bon marché au Monténégro, surtout si vous parvenez comme nous à éviter la saison estivale. Nous avons dépensé entre 30 et 50€ pour une chambre double en mai/juin. Sans surprise, c’est à Kotor et dans le Durmitor que les tarifs étaient les plus élevés.

L’offre croule sous les petits appartements ou studios, souvent tenus pas une famille qui vit au-dessus ou en dessous, si bien que nous avons très peu dormi à l’hôtel. Ils sont très propres, gérés sérieusement par des hôtes accueillants, moins chers et référencés de la même façon que les hôtels sur Bookingi, vous n’aurez donc aucun mal à les trouver.

Notez juste que les propriétaires ont une légère tendance à la surestimation. Ils appellent souvent « appartement » un studio sans cloison et « studio » une chambre avec un frigo et une bouilloire. Observez le détail des annonces si c’est important pour vous. À l’inverse, la literie est souvent généreuse, avec des matelas bien larges et un petit tapis de chaque côté. Très importants les tapis !

 

Manger au Monténégro

Nous avons lu dans un guide « les Monténégrins ne mangent que pour se nourrir ». Comme pour confirmer cet adage, les restaurateurs sont tenus d’indiquer le poids de chaque plat sur le menu. Niveau qualité… navrés si des Monténégrins nous lisent, mais les autres pays des Balkans proposent mieux.

Pour les végétariens, il est frustrant de voir à quel point la viande grillée occupe une place centrale sur les menus. Restent généralement une ligne ou deux dans un coin de la carte pour un plat de pâtes ou une pizza margherita, mais rarement très savoureux.

Il existe aussi quelques différences entre les menus de la côte, très poissonneux, et ceux de la montagne, épais mais réconfortants, tels la purée/polenta au fromage kačamak, le ragoût de haricots prebranac ou les beignets priganice au petit déjeuner.

Priganice, beignets du Monténégro

Nous nous sommes rattrapés sur les cafés qui sont excellents, une constance dans les Balkans.

Notez aussi que, malgré les lois en vigueur, la cigarette perdure dans de nombreux restaurants. C’est bien sûr moins gênant à la saison des terrasses.

 

 

Les rencontres avec les Monténégrins

Nous avons trouvé les Monténégrins patients, souriants et particulièrement serviables. L’affluence touristique ne favorise pas les échanges, à l’inverse du Kosovo où tout le monde nous saluait, mais tous les locaux avec qui nous avons échangé étaient sympathiques ! Ils parlent bien anglais, italien et parfois une touche de français, même si, étrangement, tout le monde nous prenait pour des Allemands.

Pour en revenir à l’affluence touristique, elle efface l’ambiance locale par endroits. C’est ce que nous avons ressenti à Kotor ou Žabljak. Vous aimerez peut-être compenser en prenant du temps dans des lieux moins fréquentés par les voyageurs étrangers comme Cetinje ou Nikšić.

Enfants sur une trottinette à Ulcinj en bord de mer

 

Les transports au Monténégro : voyager avec ou sans voiture ?

Nous avons réalisé tout notre voyage au Monténégro sans voiture (en bus principalement, en taxi et vélos de location provisoirement). Surtout par conviction, mais aussi parce que cela s’était bien passé dans les pays voisins. Hélas, nous avons parfois un peu galéré au Monténégro et, une fois n’est pas coutume, envié les voyageurs avec voiture.

Les avantages de voyager sans voiture au Monténégro :

  • Les bus sont fréquents, efficaces et faciles à réserver.
  • Les distances sont courtes, c’est un petit pays.
  • En haute saison, les touristes se plaignent des parkings trop petits et des embouteillages.
  • Cela nous a poussés à louer des vélos dans le Durmitor : l’une de nos meilleures décisions !

Les inconvénients :

  • Même si les distances sont courtes, nous avons souvent mis le double ou le triple de la durée en voiture à cause de détours ou de correspondances pas très logiques.
  • Certains parcs nationaux ou monuments sont difficiles à atteindre en transports en commun, il faut alors se rabattre sur un taxi. C’est le cas pour le parc Lovćen depuis Cetinje, pour le parc de Biogradska Gora depuis Kolašin et pour le monastère d’Ostrog depuis Nikšić.
Vieille voiture à Ulcinj dans les Balkans

Conseils pour voyager en bus au Monténégro :

Le site à garder sous le coude est busticket4.me, qui semble référencer toutes les compagnies inter-villes et même inter-pays. C’est bien pratique pour connaître les horaires, le prix, le lieu de départ, le nombre de places restantes et même pour réserver. Au mois de mai, nous pouvions nous permettre de réserver la veille, mais prenez de l’avance en haute saison car les bus souvent petits se remplissent vite.

Les billets achetés en ligne indiquent en gras qu’il faut les imprimer. Comme vous n’aurez probablement pas d’imprimante sur vous, venez en avance à la station et demandez l’impression au guichet. Parfois ils vous diront que ce n’est pas nécessaire sur la compagnie choisie. D’autres fois ils vous demanderont de payer une petite somme qui, ce n’est pas très clair, semble inclure les frais d’utilisation de la gare routière.

Enfin, prévoyez une marge supplémentaire si vous montez en cours de ligne, car il arrive que des bus passent avec cinq minutes d’avance.

Lac noir, parc national du Durmitor au Monténégro

 

Quand venir au Monténégro ?

En été, la côte méditerranéenne entière s’emplit de touristes et devient chère. Le Monténégro n’échappe pas à la règle, en particulier vers les bouches de Kotor, qui subissent des embouteillages routiers et le ballet incessant des bateaux de croisière.

Pour cette raison, nous recommandons plutôt de visiter le Monténégro au printemps ou à l’automne. Vous aurez des prix de logements corrects, randonnerez sans craindre l’insolation et visiterez hors de la foule. Prévoyez en revanche des imperméables, car ce n’est pas par magie que le pays est si vert, et attendez juin pour profiter des plages.

Enfin, si vous visez le Durmitor et les autres régions de montagne, prévoyez votre voyage entre mai et octobre, puisque la neige s’invite une bonne partie de l’année sur les cols et les sentiers de randonnée.

 

 

Trucs, astuces et surprises

Une rubrique un peu fourre-tout :

  • Beaucoup de distributeurs bancaires s’octroient des frais (jusqu’à 5€ le retrait !), et les banques gratuites ont tendance à varier d’une ville à l’autre. Difficile de donner un conseil dans ces conditions, si ce n’est de faire de gros retraits.
  • Le Monténégro se vante d’être le « pays de la 4G » et nous confirmons. Nous captions très bien partout ! Si vous êtes chez Free Mobile, la data est incluse dans le forfait à 19,99€ (pas les appels).
  • Nous avons halluciné du nombre de boutiques de paris et jeux de hasard. Serait-ce un pays de chanceux ?
  • Dans tous nos logements, nous avons eu des paires de chaussons à disposition. Ça aide à se sentir chez soi.
  • Nous avons trouvé que les hommes avaient souvent des voix de caverne. Mais nous n’avons pas d’explication.

 

À visiter autour du Monténégro

Le Monténégro étant petit, n’hésitez pas à combiner sa visite avec un ou deux pays voisins de palier. Cette fois-ci, nous sommes arrivés par la Croatie, avons inséré un voyage au Kosovo au milieu de notre circuit monténégrin, puis sommes repartis via la Bosnie-Herzégovine. Mais nous vous recommandons aussi très chaudement l’Albanie (et la Serbie que nous connaissons moins).

 

Bon voyage à vous !

 
 
À propos de nous Nous sommes deux fugueurs lancés à travers le monde à vitesse d'escargot. En savoir plus
Vous souhaitez nous remercier pour les conseils du blog et nous encourager à continuer ? Voici diverses manières de le faire

Une question ? Une envie de discuter ? C'est ici !

  1. Coucou ! J’adore vos articles, toujours de l’humour dans les mots et les dessins.
    Je suis expatriée au Monténégro depuis bientôt 3 ans et j’aime ce sentiment « France des années 80 » qui y règne. Je suis à Kotor mais en dehors, je vois la baie depuis mon balcon, c’est superbe. Nos proprios vivent en dessous en effet et nous nous sentons bien, ils nous apportent 1 à 2 fois par semaine un petit plat.

    On se déplace en bus car pas de voiture pour l’instant, il y a les avantages et inconvénients dont vous parlez. Les contrées un peu isolées comme Ostrog ne sont en effet pas très bien desservies, d’ailleurs on avait loué une voiture pour y aller.

    Il paraît que cette année, Kotor est devenue la destination n°1 de l’Europe, je ne sais qu’en penser car le tourisme de masse, pas terrible. En haute saison, tous les prix en magasins augmentent de 20 % mais redescendent ensuite en octobre, heureusement.

    Tout à fait d’accord pour la nourriture, le Monténégro n’est pas fantastique à mon sens, surtout comparé à ses voisins des Balkans (la Bosnie, miammmm !), je ne sais pas d’où ça vient. Il y a beaucoup de viande (notamment charcuterie ou grasse) et parfois beaucoup trop salée. On a heureusement déjà mangé du super bon aussi, style traiteur, pour des fêtes, ce qui est rassurant ^^

    Ils ont des lits super grands et confortables (matelas dur et bon pour mon dos), des 160 cm, et ils les appellent lits français, je ne sais pas pourquoi ah ah !

    Un bon week-end à vous, où que vous soyez !

    • mifuguemiraison dit :

      Hello Marjorie !
      Les classements « destination n°1 » sont un peu bidon, faits au doigt levé, mais ça risque d’attirer encore des touristes. On se met à ta place, ça ne doit pas être facile le retour de la haute saison, du moins pour ceux qui ne vivent pas du tourisme. Il faudrait lisser tout ça avec un nouveau classement « 1ère destination hivernale d’Europe » !
      Marrant pour les lits « français », ça alors ! Dans le même genre, on avait découvert en Macédoine du Nord que la macédoine se disait « salade française ».
      Profite bien de ton joli pays d’adoption !

  2. Ghuenaelle dit :

    Très captivant et précis. Cherche de bons conseils et vous envie d’être aventuriers. Merci pour ce précieux partage.

  3. Johanna dit :

    Bonjour,
    Je lis que tout étranger se rendant en visite au Monténégro et qui est hébergé chez des particuliers doit procéder à l’enregistrement de son séjour auprès de l’Organisation du tourisme ou de l’inspecteur pour les étrangers du Commissariat de police de la commune où il séjourne, dans les 24 heures suivant son arrivée. Le contrevenant se verra infliger une amende d’au moins 60 €. Vous n’évoquez pas cette formalité. Qu’en est-il ? Merci pour votre aide !

Laissez-nous un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les messages sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.