Mi-fugue, mi-raison

Zipolite et Mazunte : les plages mexicaines côté Pacifique

Publié dans la catégorie Mexique, le 3 février 2018

Océan Pacifique ? Mais qui a choisi ce nom mensonger ? Au Mexique, les vagues de la côte soi-disant « pacifique » sont beaucoup plus puissantes que celles de l’Atlantique. L’eau est également moins turquoise que dans la région du Yucatán, les poissons moins colorés…

Et pourtant, cette côte a d’autres charmes qui laissent d’excellents souvenirs ! Nous étions venus neuf ans plus tôt et nous ne rêvions que d’y retourner. C’étaient nos premiers bains de mer sous les tropiques, nos premières nuits dans une cabane ouverte à tous les vents, nos premières siestes dans des hamacs tendus sous les cocotiers, nos premiers dîners à la bougie les pieds dans le sable encore chaud…

Nous avons longuement hésité. Fallait-il retourner à Zipolite, ce petit coin de paradis mexicain, et risquer une déception ? Ou bien glisser notre souvenir intact dans un coffre-fort et en jeter la clé ?

Zipolite

Revenus au Mexique et installés dans la ville de Oaxaca, nous prenons le risque. Nous partons pour trois jours et deux nuits sur la côte de l’état du même nom. Cela nous donnera l’occasion de découvrir le village voisin de Mazunte, ainsi que la plage confidentielle de San Agustinillo.

 

Zipolite, ou plutôt Zizipolite…

Ça nous frappe immédiatement : le village a changé en neuf ans. Il y a facilement trente fois plus de monde que lors de notre dernière venue. Le fait que nous débarquions en pleine saison touristique n’est pas la seule raison. L’ambiance Robinson Crusoé a été gentiment remerciée et des cocotiers ont été tronçonnés pour laisser place à de nouveaux hôtels. Les vieux bougons qui sommeillent en nous ne peuvent pas s’empêcher de penser : c’était mieux avant !

Plage de Zipolite, Mexique

Au fait, Zipolite est l’une des rares plages naturistes du Mexique, et même la plus célèbre. C’était déjà le cas à l’époque mais nous l’avions à peine remarqué. Aujourd’hui, c’est difficile à ignorer !

Dessin : oh un bateau entre deux naturistes

Nous nous sommes déjà retrouvés à quelques reprises sur des plages naturistes, en Espagne par exemple, sans que cela ne nous émeuve. Mais ici, l’atmosphère nous semble un peu étrange : la majeure partie des promeneurs sont des hommes seuls, tous attributs dehors bien évidemment, qui roulent des mécaniques sans un sourire.

Dessin : naturiste qui a en fait oublié sa valise

Nous alternons séances de travail dans un hamac et bains de mer, malgré le drapeau rouge. Les vagues sont costaudes, mais pas si dangereuses à cette saison. En fin d’après-midi, l’ambiance change. Les sans-culottes, moins nombreux, sont remplacés par des familles mexicaines qui s’amusent gaiement.

Plage de Zipolite, Mexique

Tout à l’est de la plage de Zipolite, un escalier nous mène à la superbe Playa del Amor, nichée entre de petites collines.

Playa del amor, Zipolite

Juste au-dessus de cette plage, un bar sur la corniche prétend avoir la plus belle vue pour le coucher de soleil. Nous pensons arriver dans un piège à touristes, mais pas du tout, nous sommes seuls sur une superbe terrasse. La gérante est adorable et sa fillette nous rejoint, bavarde et rigolote. C’est beau, presque poétique…

Coucher de soleil à Zipolite, Mexique

… jusqu’à ce qu’un couple âgé ne débarque dans le plus simple appareil et ne se lance dans une longue séance photo, avec poses suggestives à gogo. Pendant qu’ils immortalisent la lune, nous essayons de nous concentrer sur le soleil.

Coucher de soleil à Zipolite, Mexique Coucher de soleil à Zipolite, Mexique

Le lendemain matin, nous vivons notre plus beau moment à Zipolite. Lorsque nous arrivons sur le sable, les yeux encore brumeux, les pêcheurs mexicains ont déjà les pieds dans l’écume. Tournoyant au-dessus des vagues, les pélicans sont les premiers à repérer les bancs de poissons.

Lever de soleil à Zipolite, Mexique Lever de soleil à Zipolite, Mexique

L’homme n’a plus qu’à rappliquer avec son filet pour tirer le gros lot.

Lever de soleil à Zipolite, Mexique

Conseils pratiques sur Zipolite

Dormir à Zipolite : Les options bon marché sont plutôt rares à Zipolite, mais nous en avons trouvé une. Nous logions au Castillo Oasis (~24€)i, un hôtel au confort sommaire et situé un peu loin des meilleurs restaurants qui se trouvent à l’autre bout de la plage, à un kilomètre environ. Les hamacs et l’accueil sympathique compensent.

Restaurants : Pour un petit déjeuner, vous pouvez vous diriger sans trop d’hésitation à l’Orale Café, un lieu tranquille à l’ombre des arbres. Pour un repas les pieds dans le sable, la terrasse de l’hôtel Alquimista est particulièrement agréable. Sinon, la rue principale de Zipolite est fermée à la circulation tous les soirs à 18h et les restaurateurs y installent leurs tables.

 

Mazunte, ou les souvenirs retrouvés

Dix minutes suffisent à l’arrière d’une camioneta, le transport public local, pour rejoindre le village de Mazunte depuis Zipolite. Nous avons cette fois-ci un logement en haut de la colline, ouvert sur l’extérieur, avec vue sur la mer. Waouuuuh ! Il faut juste être prêt à vivre en coloc’ avec quelques geckos, mais nous avions déjà pris l’habitude en Indonésie.

Hôtel à Mazunte, Mexique

Le village est moins construit que Zipolite. L’ambiance est à notre goût, relax, avec quelques restaurants et bars sans prétention.

Village de Mazunte, Mexique Village de Mazunte, Mexique Village de Mazunte, Mexique

La plage de Mazunte nous ravit également. Nous retrouvons la côte oaxaquénienne de nos souvenirs, avec plus de cabanes en bois que d’hôtels en béton. Le naturel au lieu du naturisme. Ici, les touristes sont jeunes, détendus, un peu hippies sur les bords. Les vagues elles-mêmes sont plus tranquilles, comme apaisées par l’ambiance.

Plage de Mazunte, Mexique Plage de Mazunte, Mexique Plage de Mazunte, Mexique Plage de Mazunte, Mexique

En fin d’après-midi, nous empruntons le chemin de la Punta Cometa, un long promontoire qui s’enfonce dans la mer. Nous y retrouvons une bonne partie des touristes de Mazunte, assis sur les rochers pour admirer le coucher du soleil dans la mer.

Punta cometa, Mazunte, Mexique Punta cometa, Mazunte, Mexique Punta cometa, Mazunte, Mexique Punta cometa, Mazunte, Mexique

Conseils pratiques sur Mazunte

Dormir à Mazunte : Nous étions à la Villa Luna de Miel (~32€)i, un bel hôtel où nous nous serions bien vus rester une nuit de plus (ou deux, ou trois). Le salon est ouvert et la chambre est protégée par une grande moustiquaire qui laisse filtrer une agréable brise nocturne.

Restaurant : Le soir, nous avons profité du joli éclairage du restaurant La Empanada. Les sushis côtoient les pizzas sur la carte et tous les plats ne sont pas aussi réussis les uns que les autres, mais l’adresse est tout de même sympa.

Petit déjeuner : La minuscule boulangerie « La Baguette » et son bar à jus voisin constituent un bon petit déjeuner, à emporter et à déguster sur la plage de Mazunte pour un réveil parfait !

 

San Agustinillo, le village le plus tranquille

Le dernier jour, nous explorons San Agustinillo avant de prendre notre bus de nuit vers Oaxaca. Ce village, situé entre Zipolite et Mazunte, est notre meilleure surprise : peu fréquenté, avec une vaste et belle plage. Le coin idéal pour ceux qui recherchent la quiétude. Pour les familles, une partie de la plage de San Agustinillo est d’ailleurs naturellement protégée des vagues et les enfants peuvent barboter dans les clapotis.

Plage de San Agustinillo, Mexique Plage de San Agustinillo, Mexique

Même les baleines viennent en famille ! Cela ne semble pas si courant puisque tout le village s’arrête immédiatement pour observer, au loin, les nageoires qui dansent et les jets d’eau.

Dessin : baleines pas naturistes

 

Notre virée à la plage s’achève sur ce troisième coucher de soleil…

Plage de San Agustinillo, Mexique Plage de San Agustinillo, Mexique

Conseils pratiques sur San Agustinillo

Hôtels : Nous n’avons pas dormi à San Agustinillo, cependant les hôtels y semblent particulièrement bien notési.

Restaurants à San Agustinillo : Nous avons eu le temps d’en tester deux et ils nous ont beaucoup plu. Le premier est le restaurant végétarien Luz del Sol qui propose des plats simples mais très réussis pour le petit-déjeuner ou le déjeuner. Le second est la crêperie Kasbah, voisine du précédent et qui n’ouvre que le soir. Même si la patronne est Française, les recettes semblent d’inspiration vietnamienne (aux légumes et cacahuètes par exemple) et le résultat est excellent.

Quel village choisir, au final ?

À moins que vous ne soyez naturiste, nous vous conseillons de vous orienter soit vers Mazunte, soit vers San Agustinillo, deux endroits vraiment charmants. Le premier est plus vivant, avec un grand choix de restaurants et la promenade de Punta Cometa pour les couchers de soleil. San Agustinillo dispose d’une plage plus grande et il est plus facile de trouver un coin peinard pour poser sa serviette, y compris en haute saison. Au pire, les deux villages ne sont qu’à un kilomètre de distance et vous pouvez facilement marcher de l’un à l’autre.

Soixante-dix kilomètres plus à l’ouest, Puerto Escondido est une ville de bord de mer réputée. Nous y étions passés neuf ans plus tôt et n’avions pas été très emballés : une plage trop bétonnée à notre goût. C’est en revanche un excellent spot de surf.

 

Combien de temps rester sur les plages de l’État de Oaxaca ?

Notre séjour de deux nuits est vraiment passé trop vite ! Prévoyez trois ou quatre nuits pour bien en profiter. Beaucoup de voyageurs ne sont jamais repartis, c’est dire ! Sachez que la haute saison court de décembre à mars. Le reste de l’année est beaucoup plus tranquille, sauf qu’il a tendance à pleuvoir à grosses gouttes entre juin et septembre.

Conseils transports en commun sur les plages de Oaxaca

Venir en bus depuis Oaxaca : Vous devrez passer par Pochutla, la ville qui sert de hub pour atteindre les villages côtiers. Il existe des minibus, réservables dans n’importe quelle agence de voyage de Oaxaca, qui mettent 6h en passant par « la route qui rend malade tellement il y a de virages ». L’autre solution que nous avons retenue, plus longue mais plus confortable, est de monter dans un bus de nuit de la compagnie OCC. Le trajet dure 9h car on fait un détour au lieu de couper à travers la montagne, pour un coût de plus ou moins 375 pesos selon la réduction que vous obtenez. Voir notre article sur la réservation de billets de bus au Mexique.

Se rendre à l’un des villages depuis Pochutla : Une fois au terminal de bus de Pochutla, une vingtaine de taxis attendent et demandent 150 pesos (davantage s’il fait nuit). Mais en marchant deux minutes sur la route principale, à gauche en sortant du terminal, vous trouverez un arrêt de camionetas, les transports collectifs locaux. Repérez le magasin « Elektra » et les locaux qui patientent devant, c’est l’arrêt ! Vous ne devriez pas avoir à attendre plus de dix ou quinze minutes. Comptez 15 pesos par personne pour rejoindre Zipolite ou Mazunte.

D’un village à l’autre : Là encore, les camionetas sont la solution la moins chère. Attendez simplement sur le bord de la route principale et faites signe à celles qui passent. Le tarif est de 10 pesos par personne entre deux des trois villages (Zipolite, Mazunte, San Agustinillo). À partir de 18h, les camionetas ne circulent plus. Vous pouvez demander à votre hôtel ou restaurant d’appeler un taxi.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter. Pour en savoir plus, c'est ici.



Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

17 réponses à “Zipolite et Mazunte : les plages mexicaines côté Pacifique”

  1. Jéromine dit :

    Trop chouette la photo des enfants qui sautent dans les vagues ! (Et on a bien ri sur Zizipolite…)

    • mifuguemiraison dit :

      Merci, c’est une de nos photos préférées ! (Haha, désolés pour la blague pourrie, celle-là n’est pas dans nos préférées !)

  2. Louis dit :

    Ah oui tout change assez rapidement dès que ça commence à étre trop connu . Zipolite avait pourtant été longtemps épargnée .
    C’est comme Pt Escondido tout petit village sublime et confidentiel avec certaines petites plages désertes il y a encore 30ans devenu une ville infréquentable .
    Il vaut mieux parfois de pas revenir dans certains endroits .
    Merçi pour vos conseil sur Mazunte ou je compte aller prochainement .
    Amicalement .
    Louis …

    • mifuguemiraison dit :

      C’est fou ça, Puerto Escondido qui n’était qu’un petit village ! Avec le tourisme mondial qui augmente de 5% par an, il n’y aura un jour plus aucun petit coin de paradis… et ce n’est pas nous qui arrangeons les choses avec notre voyage permanent ! Allez, profite bien de Mazunte !

  3. Virginie dit :

    Bonjour,
    Rien à dire a par zizipolite tout à l’air parfait, par contre on se pose une question, le Mexique a plutôt mauvaise presse en terme de sécurité. Qu’en est-il réellement ??
    Bon séjour au Guatemala, c’est toujours un vrai régal de vous suivre.
    Virginie

    • mifuguemiraison dit :

      C’est vrai que le Mexique peut faire un peur de loin, à la lecture de certaines infos. C’est vrai aussi qu’il ne fait pas bon être journaliste politique dans ce pays. En revanche, en tant que touriste, il n’y a vraiment aucun danger. C’est un pays où on s’est particulièrement sentis en sécurité, où on s’est promenés plein de fois la nuit sans avoir peur une seconde. En fait, c’est étrange mais véridique, les états touristiques du sud du pays ne sont pas du tout dangereux et les états dangereux ne sont pas du tout touristiques.

      Merci et à bientôt !

  4. Que de bons souvenirs à Mazunte !!! je suis contente de voir que le coin n’a pas trop changé en 10 ans (déjà!!!). Je me souviens qu’on étais allés à Zipolite sans savoir que c’était une plage naturiste (on était jeunes et insouciants !). je vous laisse imaginer notre surprise quand on a compris où on avait mis les pieds loool!

    • mifuguemiraison dit :

      Haha, effectivement ça a dû vous faire bizarre de vous retrouver là ! Il n’y a aucun panneau qui l’indique, rien, seul le bouche à oreille, donc beaucoup doivent encore venir sans savoir !

  5. Bernard & Isabelle dit :

    Pendant que tombe la neige nous arpentons grâce à vous les plages mexicaines ensoleillées. Cela nous réchauffe tout comme rire aux éclats devant l’écran !

  6. Louis dit :

    Merçi à vous deux et bonne exploration du Guatemala .
    Je suivrais vos conseils au sujet de Mazunte et San Augustin …
    Hasta luego …

  7. janine dit :

    Je dis comme Bernard et Isabelle : pendant que nous sommes enneigés nous nous réchauffons à la vue de toutes ces belles plages. Comme tu dis dans ton commentaire, les très bons souvenirs d’un vécu sont mieux de rester dans un coffre-fort dont on a jeté la clé ! On ne retrouve jamais la même chose.

    • mifuguemiraison dit :

      Ça doit être beau Rouen sous la neige ! De notre côté, nous retenons la leçon, c’est vrai que c’est bien aussi les souvenirs.

  8. geoffrey dit :

    Alors, vous avez essayé le naturisme ? C’était l’occasion !
    La photo avec les enfants qui sautent dans les vagues est superbe !
    Au fait ne manquez pas Ometepe au Nicaragua ! Je dis ça car il y avait une finca très sympa du nom de Zopilote, votre article m’y a fait penser.
    Bises !

  9. Patrick dit :

    Nous avons, ma compagne et moi, découvert Zipolite en novembre 1978, il y a 40 ans donc. Nous avions atterri dans ce petit coin de paradis grâce au Guide du Routard qui le mentionnait. Nous y sommes restés 3 semaines et avons séjourné à la Casa de Gloria qui était alors le seul endroit où loger à Zipolite, tout au bout de la longue plage, adossé à la dernière colline et surplombant l’Océan. Le prix de la nuitée était de 40 pesos pour deux, soit 8 Francs, c’est à dire l’équivalent de 1.20 € aujourd’hui. Si, si, je vous assure, c’était le tarif, j’ai conservé toutes mes notes de notre voyage :o) Bon, ok, il y a eu l’érosion monétaire, mais quand même, c’était cadeau. J’ai quelques photos de cette époque que je pourrais vous faire passer si cela vous intéresse. Elles sont de bien moindre qualité que les vôtres mais bon, cela peut être amusant de voir Zipolite quasiment désert.

    • mifuguemiraison dit :

      Salut Patrick,
      Ton histoire est assez incroyable ! La plage de Zipolite devait être tellement différente et, effectivement, le logement n’était pas bien cher.
      On serait curieux de voir tes photos, est-ce que tu veux bien nous en envoyer une ou deux ? Notre adresse mail est hello.mifuguemiraison@gmail.com.
      À bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.