Mi-fugue, mi-raison

Tulum : ruines maya et mer des Caraïbes

Publié dans la catégorie Mexique, le 21 novembre 2017

Après nos quelques jours sur l’île d’Holbox, nous changeons de cap et descendons à Tulum, un célèbre site archéologique maya qui surplombe la mer des Caraïbes.

Tulum, c’est aussi une ville nouvelle, édifiée à quelques kilomètres des ruines et sur laquelle nos impressions sont mitigées. Elle s’est développée autour de l’idée d’un tourisme « éco-chic ». Pourquoi pas. Or les terrasses de restaurants féériques et les hôtels à la décoration impeccable sont disséminés entre les terrains vagues et les rues sales. Sans parler de l’artère principale du village qui n’est rien d’autre que… l’autoroute !

Le village de Tulum, Mexique

L’anniversaire de Mi-raison est un bon prétexte, une fois n’est pas coutume, pour jouer le jeu du tourisme de luxe. Nous nous offrons deux nuits dans un appartement de haut standing, avec piscine à débordement sur le toit et vue sur la jungle. Le pied ! Le temps de notre court séjour, nous nous imaginons une vie de voyageurs à grand budget, faite de jolis éclairages tamisés et de lits plus larges que longs (eh oui, ça existe !).

Hôtel à Tulum, Mexique Hôtel à Tulum, Mexique

 

La zone archéologique de Tulum

Le premier matin, nos rêves princiers sont interrompus par l’alarme du réveil. Nous l’avons réglée de bonne heure afin d’arriver dans l’ancienne ville maya dès son ouverture, à 8h précise. Nous sommes même les premiers de la file au guichet. Un coati, visiblement habitué aux touristes, vient se glisser entre nos jambes en espérant obtenir son petit déjeuner.

Dessin : un coati qui réclame de la nourriture

À peine nos billets en main, nous fonçons. Pari réussi, nous avons les ruines pour nous tous seuls pendant quelques minutes. À la vue de la foule qui se déverse une heure plus tard, nous ne regrettons pas le réveil matinal !

Temples maya de Tulum, Yucatán, Mexique Zone archéologique de Tulum, Mexique

L’ancienne cité nous fascine. Non pas que ses temples soient particulièrement imposants ou nombreux, il y a mieux ailleurs dans le Yucatán, mais sa situation est incroyable. Nous revivons encore en souvenir le moment où, au détour d’une pyramide, nous apercevons la mer d’un turquoise presque irréel. Mazette !

Zone archéologique de Tulum, Mexique

Si les Mayas ont fondé une ville à cet emplacement, ce n’était pas simplement pour admirer le bleu de l’eau. Il s’agissait d’un important port de commerce maritime, qui nous rappelle à quel point les civilisations précolombiennes étaient développées avant que les conquistadors ne débarquent avec leurs fusils et leurs bibles.

Temples maya de Tulum, Yucatán, Mexique

La petite plage en dessous du temple principal est une photo de carte postale, avec ses rochers et les palmiers qui l’entourent. Un escalier y mène mais, manque de pot, un drapeau jaune nous interdit de tremper plus que les genoux ce jour-là.

Temples maya de Tulum, Yucatán, Mexique

Au passage, nous faisons connaissance avec les iguanes mexicains : soixante centimètres de long, des petits yeux pernicieux, de longues griffes et parfois une série d’épines sur le dos. Pas du tout le genre de lézards que nous aimerions croiser dans une ruelle sombre.

Iguane mexicain, Yucatán Iguane mexicain, Yucatán Iguane mexicain, Yucatán Dessin : Bouh !

 

Le Gran Cenote

Nous rendons ensuite visite à un cénote. Qu’est-ce donc ? C’est un gouffre naturel. Il faut imaginer la péninsule du Yucatán comme un immense gruyère, dont les trous se remplissent avec la pluie et communiquent parfois entre eux par des conduits souterrains. Il y en aurait des milliers à travers la région, la plupart n’ayant jamais été explorés !

Dessin : Attention aux cénotes au Mexique

C’est sur le Gran Cenote, l’un des rares accessibles à vélo depuis Tulum, que nous jetons notre dévolu. Pour une première, nous sommes ravis ! En approchant, nous ne nous doutons de rien. Puis nous repérons une rambarde d’escalier et, finalement, le trou. Un large trou qui tombe à pic, entouré de végétation. Au fond, une eau limpide brille de mille nuances de vert et de bleu.

Gran Cenote, Tulum, Mexique

Évidemment, l’expérience n’est pas complète sans une petite baignade dans l’eau fraîche, au milieu des tortues d’eau douce et de quelques poissons. Nous n’avons que des masques et tubas mais, à côté de nous, un couple de plongeurs suréquipés s’enfonce, lampes-torches allumées, dans un boyau subaquatique.

Tortue d'eau douce, Cenote de Tulum

Et le reste de la journée ? Eh bien, nous l’avons essentiellement passé à profiter de la piscine de notre hôtel !

 

Notre avis sur Tulum

Avec ses ruines, ses cénotes et ses plages sublimes, Tulum est une destination qui concentre tout ce dont peut rêver un touriste dans le Yucatán… Certes, nous y avons passé une excellente journée, entre la visite du site archéologique, celle du cénote et notre bel hôtel. Mais tout cela manque tout de même un peu d’âme (où sont les Mexicains ?) et un jour nous aura suffi. Voyageurs en quête d’authenticité, venez à la rigueur admirer les ruines maya, puis passez votre chemin.

Conseils pratiques sur Tulum

Venir depuis Holbox : Depuis l’île d’Holbox, nous sommes repassés par Cancún pour récupérer des affaires oubliées. Pour cela, nous avons pris le bus Oriente qui quitte Chiquila à 7h45 vers Cancún (125 pesos) et enchaîné avec un bus ADO de 2ème classe (110 pesos, un départ par heure). Si vous comptez faire le trajet Holbox – Tulum plus rapidement, nous avons repéré un petit van blanc (compagnie inconnue et prix négociable) qui part du port de Chiquila à 7h30 et rejoint Playa del Carmen. Ensuite, vous pourrez prendre un bus ADO Playa del Carmen – Tulum (environ un par heure). Lisez notre article pour tout savoir sur les transports en bus au Mexique.

Se déplacer dans Tulum : Notre hôtel, comme beaucoup d’autres à Tulum, proposait gratuitement des vélos. Sinon, il doit être possible d’en louer dans le village. C’est bien pratique pour se rendre aux ruines (2km vers l’est sur une piste cyclable séparée) ou au cénote le plus proche (4km vers le nord pour le Gran Cenote, avec une large bande de sécurité utilisable à vélo). Sans bicyclette, les nombreux taxis vous mèneront où vous le souhaitez pour un tarif élevé pour le pays (à négocier).

Hôtel à Tulum : Le bel hôtel dont nous vous parlions plus haut se nomme The Wooden Housei et est réservable via AirBnb. Si vous n’avez pas encore de compte sur ce site, vous pouvez économiser 34€ sur votre première réservation en suivant notre lien de parrainage. Les hôtels poussent comme des champignons à Tulum alors n’hésitez pas, comme nous, à viser les nouveaux établissements pour profiter de leurs prix de lancement. Enfin, de manière générale, évitez la zone du bord de mer si votre budget n’est pas conséquent (comptez un bras par nuit).

Restaurant : Nous avons débusqué une superbe adresse : le restaurant végétarien Co.ConAmor. Les prix sont très raisonnables pour Tulum et la cuisine est inventive. Le « hamburger thaï » est particulièrement bon. Avec en prime une belle terrasse :

Restaurant de Tulum

Visiter la zone archéologique : Nous vous recommandons de vous y rendre dès l’ouverture, à 8h, pour éviter les cars de touristes qui convergent de toute la Riviera Maya dès 9h. Il est même possible de venir observer le lever de soleil en payant plus cher, 225 pesos contre 70 pesos pour le tarif normal. Comptez 1h30 de visite. Oh, et n’oubliez pas votre maillot de bain 😉

Nager dans un cénote : la région de Tulum dispose de plusieurs cénotes. N’étant pas motorisés, nous avons opté pour l’un des plus proches : le Gran Cenote. L’entrée, à 180 pesos par personne, n’est pas donnée. Les prix des cénotes de la région flambent depuis 2-3 ans. Ajoutez 35 pesos pour la location d’un masque et d’un tuba si vous n’en avez pas et 30 pesos supplémentaires pour protéger vos affaires dans un casier pendant la baignade. Pensez à apporter une pièce d’identité comme caution. À 11h, nous n’étions pas si nombreux que ça dans l’eau mais si vous voulez être vraiment tranquilles, venez plutôt dès l’ouverture à 8h.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.



Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

10 réponses à “Tulum : ruines maya et mer des Caraïbes”

  1. Pierre dit :

    ça donne envie d’y aller en tout cas !

  2. Bernard & Isabelle dit :

    Des paysages de rêve* qui égaient notre soirée automnale… C’est la fête ! 🙂
    * et des dessins !

  3. Alain dit :

    Toujours un plaisir de vous lire et vous suivre ! 🙂

  4. geoffrey dit :

    Chuis d’accord avec vous, je n’ai pas trop aimé Tulum. Quand j’ai visité les ruines, il y avait des touristes partout (et beaucoup de touristes mexicains). Et la ville m’a beaucoup déçu. Les hôtels étaient chers et moyens. La ville se construit un peu n’importe comment. Par contre je suis triste d’être passé à côté du cenote dont vous parlez !
    Mi-raison, je sais pourquoi tu rêvais de Tulum : il y a une photo sur le planisphère dans les toilettes familiales.
    Pour ceux qui aiment faire la fête, le meilleur endroit du Yucatán est Playa del Carmen ; et certainement pas Tulum.

    • mifuguemiraison dit :

      Oui c’est ça, la ville se construit n’importe comment. Et ça ne va pas s’améliorer. Si tu regardes une image satellite sur Google Maps, tu vois d’immenses quartiers en train de se préparer à surgir de la jungle !

      Haha, je ne rêvais pas spécialement de Tulum… et je ne me souviens pas de cette photo !

  5. Marie dit :

    Bon, sympa pour les ruines, la mer à l’air trop belle, mais ça à l’air trop touristique (même si vous avez géré le timing et un peu machine à fric partout… la suite, la suite… Biz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.