Mi-fugue, mi-raison

Voyage au Yucatán : itinéraire, conseils, top et flops

Publié dans la catégorie Mexique

Au tout début de notre voyage de trois mois au Mexique, nous avons passé deux semaines dans la péninsule du Yucatán. Une entrée en matière parfaite, au milieu de paysages paradisiaques. Ce n’est pas un secret, la région est très connue des touristes du monde entier. Cependant, en visant la basse saison, en nous déplaçant en bus et en esquivant les endroits les plus courus, nous avons réalisé un superbe voyage sans avoir l’impression de subir le tourisme de masse.

Voici donc notre itinéraire et tous nos conseils pour un voyage de deux semaines au Yucatán riche en découvertes et loin de la foule (autant que possible !). Vous êtes prêts ? C’est parti pour une profusion de temples mayas, de plages, de cénotes, et de villes colorées. Sans oublier le turquoise de l’eau. Enfilez vos lunettes de soleil, ça risque de faire mal aux yeux !

Lagune de Bacalar, Yucatán, Mexique

La lagune de Bacalar

 

Jour 1 : Cancún, juste pour une nuit

À vrai dire, le nom de Cancún à lui seul nous donnait envie de fuir le Yucatán. Cette station balnéaire représente à peu près tout ce que nous évitons en voyage : d’énormes immeubles alignés le long de la plage, des restos/bars qui passent de la musique très fort et des centaines de transats posés sur le sable. Comme notre avion atterrissait tard, nous y avons seulement dormi en coup de vent avant de partir vers Holbox au petit matin. En journée, des bus bien pratiques permettent de se diriger directement vers Holbox depuis l’aéroport.

 

Jours 2 à 4 : Holbox, ambiance tranquille et flamants roses

En guise de première « vraie » étape, nous avons jeté notre dévolu sur l’île d’Holbox. Nous nous y sommes tout de suite sentis bien ! La plage est immense, l’eau est limpide et peu profonde, les restaurants savent parler à nos palais et les habitants passent tranquillement à vélo. En marchant un peu depuis le village, nous avons atteint la Punta Coco et rencontré nos premiers flamants roses ! N’imaginez pas pour autant vous retrouver seuls au monde à Holbox. L’île possède beaucoup de charme mais cela commence à se savoir. De nouveaux hôtels ouvrent régulièrement et les prix suivent une tendance à la hausse. En visitant l’île fin octobre, en tout début de saison, nous avons trouvé l’ambiance vraiment relax. Un dernier point positif : il est facile de parcourir Holbox à pied, et d’ailleurs les voitures sont bannies de l’île.

Flamants roses à Holbox, MexiquePlage d'Holbox, Mexique

➤ Pour plus de détails, lire notre article : Holbox, petite île paisible du Yucatán

 

Jours 5 et 6 : Tulum, superbe site archéologique et baignade dans un cénote

Retour sur la terre ferme et direction Tulum ! Soyons clairs, nous n’avons pas tout apprécié dans cette ville balnéaire, loin de là. Certes, elle n’est pas archi-bétonnée comme Cancún, mais des centaines d’hôtels et de restaurants à l’ambiance bohème/chic ont poussé au milieu des arbres de la jungle. L’esprit mexicain n’est plus là, sauf dans les noms des cocktails. Dommage aussi que le « centre » consiste en… une énorme route. Malgré cela, nous sommes heureux de nous y être arrêtés. Nous avons profité de vélos (très souvent proposés par les hôtels du coin) pour foncer au superbe site archéologique maya dès l’ouverture, avant l’afflux des visiteurs, puis nous nous sommes rendus à notre premier cénote, sorte de piscine naturelle qui foisonne dans la région.

Temples maya de Tulum, Yucatán, MexiqueGran Cenote, Tulum, Mexique

➤ Pour plus de détails, lire notre article : Tulum, ruines maya et mer des Caraïbes

 

Jours 7 à 9 : Bacalar, notre coup de cœur

Vous vous demandez peut-être s’il est raisonnable de descendre tout au sud jusqu’à la lagune de Bacalar ? Oui, cent fois oui ! C’est l’étape que nous avons préférée dans la péninsule du Yucatán. Ici, les plages sont inexistantes et remplacées par de simples pontons qui plongent dans la lagune. C’est peut-être ce qui a jusqu’ici préservé Bacalar du tourisme de masse. Les variations de bleu sont sublimes, l’eau est incroyablement chaude et la végétation alentour est luxuriante. En plus de cela, Bacalar est un petit village sympathique dont la place principale s’anime le soir. Ici aussi, nous avons grimpé sur des vélos pour découvrir les environs, sinon des alternatives en bateau ou kayak permettent par exemple d’admirer le lever du soleil depuis l’eau.

Lagune de Bacalar, Yucatán, MexiqueLever de soleil à Bacalar, Mexique

➤ Pour plus de détails, lire notre article : Bacalar, la lagune aux sept nuances de bleu

 

Jour 10 : Merida, une base pratique mais peu de charme

En cinq heures de bus, nous traversons une bonne partie de la péninsule en diagonale et nous retrouvons à Merida, capitale de l’État du Yucatán. Nous l’avons choisie comme base pour les jours suivants car de nombreux points d’intérêt se trouvent dans ses environs. La ville en elle-même possède quelques jolis bâtiments coloniaux mais elle nous paraît assez peu agréable à visiter, polluée et fatigante. En soirée, tout change : les voitures se calment et des concerts inopinés surgissent ici et là. Les passants entament des pas de danse et le charme du Mexique agit à nouveau.

Merida, Yucatán, MexiqueMerida, Yucatán, Mexique

➤ Pour plus de détails, lire notre article : Le nord-ouest du Yucatán : Merida, Uxmal, Izamal, Campeche

 

Jour 11 : les temples d’Uxmal et Mayapan

Depuis Merida, nous louons exceptionnellement une voiture à la journée pour rendre visite à deux temples mayas et une paire de cénotes. D’abord, le temple d’Uxmal nous impressionne avec sa pyramide géante qui surgit au-dessus de la jungle, puis nous visitons le petit Mayapan. Nous enchaînons avec deux cénotes. Celui de Yah Nah est un échec : un trou noir sale. Le cénote Nos Mozon en revanche nous laisse un sacré souvenir : de longues racines d’arbre qui plongent dans la cavité, 2-3 petits poissons et une eau parfaitement limpide. Bilan : une belle journée mais toute cette route nous a bien fatigués. À refaire, nous nous serions sûrement contentés d’un aller-retour en bus à Uxmal.

Temples Maya à Uxmal, Yucatán, MexiqueSite archéologique de Mayapan, Mexique

➤ Lire l’article : inclus dans l’article précédent

 

Jour 12 : Izamal, la ville jaune

Nous visitons Izamal, la petite ville jaune située à proximité de Merida. Si Bacalar est notre étape aquatique préférée, Izamal est sans aucun doute notre découverte citadine favorite. Le centre est très tranquille, avec davantage de locaux que de touristes, et ses murs jaunes sont extrêmement photogéniques. Oh, et des pyramides maya se cachent à deux pas des maisons.

Izamal, Yucatán, MexiqueVille d'Izamal, Yucatán, Mexique

➤ Lire l’article : inclus dans l’article précédent

 

Jours 13 à 15 : Campeche la multicolore

Nous replions bagage pour une dernière étape dans le Yucatán avant de rejoindre l’État du Chiapas. Il s’agit de la petite ville de Campeche. Alléchés par des photos multicolores, nous avons carrément décidé d’y passer trois jours. Certes les ruelles sont belles, mais nous en avons fait le tour complet en deux heures. Nous vous conseillons de rester simplement une après-midi et une nuit sur place, le temps de profiter de l’ambiance du soir et d’un bon restaurant.

Rues de Campeche, MexiqueVille de Campeche, Yucataán, Mexique

➤ Lire l’article : inclus dans l’article précédent

 

Suggestion d’itinéraire dans le Yucatán

Nous avons adoré notre circuit qui nous a permis de varier les paysages et de croiser relativement peu de monde. À refaire ? Nous resterions moins longtemps à Campeche et nous en profiterions pour visiter Valladolid. Nous ne changerions rien d’autre. Si vous n’avez que dix jours pour votre voyage au Yucatán et que vous devez faire des choix, zappez directement Campeche, trop excentrée. Mais conservez Bacalar, car ce serait dommage.

Nous avons beaucoup hésité à entreprendre un long détour pour voir Rio Lagartos et Las Coloradas. Des collègues blogueurs ont trouvé ces lieux magnifiques, tandis que d’autres en sont repartis très déçus. Votre avis nous intéresse !

Nous avons volontairement évité Cancún, mais aussi Cozumel et Playa del Carmen dont la réputation nous a effrayés. Ces stations balnéaires semblent arrivées à saturation depuis une dizaine d’années.

Les ruines maya de Chichén Itzá font également partie des attractions prises d’assaut. Le temple d’Uxmal nous a semblé une bonne alternative. Cela dit, il est peut-être possible d’être tranquille à Chichén Itzá en arrivant dès l’ouverture… Et puis c’est l’une des sept « nouvelles » merveilles du monde après tout !

Après Campeche, nous ne sommes pas retournés vers Cancún car nous poursuivions vers les États du Chiapas et de Oaxaca. Si vous optez pour un itinéraire en boucle, le circuit que nous vous conseillons ressemblerait à : Cancún – Tulum – Bacalar – Merida – Izamal – Valladolid – Holbox – Cancún. Ou bien dans l’autre sens !

 

Notre conseil de circuit dans le Yucatán sur une carte

 

À quoi ressemble le tourisme au Yucatán ?

L’avantage à voyager dans le Yucatán est que les locaux sont des pros du tourisme : tout est bien organisé, bien pensé, bien traduit, le choix de logements est infini, les restaurants ont bien compris ce que les touristes aimaient déguster, les transports sont fiables… Ce qui n’empêche pas les Mexicains d’être particulièrement sympathiques. Nous nous attendions à les trouver blasés face aux touristes, que nenni ! La sécurité est également très bien assurée, contrairement à d’autres coins du pays. Tout cela fait du Yucatán une destination facile pour un premier voyage au Mexique.

Notons toutefois que le tourisme s’est orienté vers les voyageurs à gros budget, proximité avec les États-Unis oblige, et les vacanciers all inclusive, en particulier le long de la Riviera Maya. Tout est mis en œuvre pour offrir une détente maximale et le savoir-faire à la mexicaine est très abouti sur ce sujet. Il n’y a qu’à jeter un œil à la liste des établissements sur Bookingi pour être saisi d’une sérieuse envie d’exploser son compte en banque !

À qualité équivalente, les prix restent tout de même plus abordables qu’en France, Espagne ou Italie par exemple, tant au niveau du logement que de la nourriture ou des transports. En tant que voyageurs à petit budget, en n’optant ni pour une location de voiture ni pour des excursions organisées, nous avons maîtrisé nos dépenses sans pour autant nous priver.

Et du point de vue de l’intérêt culturel et des rencontres ? Nous n’avons pas trouvé la même ambiance mexicano-mexicaine que dans le reste du pays. Disons que la péninsule du Yucatán est joyeuse et intéressante, mais édulcorée pour les touristes, surtout lorsqu’on approche de la Riviera Maya avec ses balançoires et hamacs positionnés aux bons endroits pour des photos de vacances parfaites.

 

Farniente à Holbox

L’île d’Holbox

 

Quand partir visiter le Yucatán au Mexique ?

La meilleure saison, ensoleillée sans être étouffante, court officiellement de novembre à avril. De notre côté, nous avons débarqué juste avant, fin octobre, et c’était idéal : la mousson était terminée, les touristes pas encore arrivés et les prix réduits. Il doit y avoir les mêmes avantages en fin de saison. Si vous le pouvez, évitez la période des moussons entre juin et septembre. Ce n’est pas que ce soit invivable, mais les pluies sont plus fréquentes.

 

Attention aux algues sargasses

C’est une plaie, partout dans les Caraïbes et notamment sur la côte est du Yucatán. Ces algues rouges malodorantes viennent parfois recouvrir les plages durant de longues semaines. Le phénomène s’est amplifié ces dernières années, probablement à cause du dérèglement climatique.

Les grands hôtels en bord de plage font le ménage chaque jour devant chez eux. La solution pour éviter les sargasses serait donc peut-être de lire les avis des établissements avant de réserver et de choisir ceux pour lesquels personne n’évoque les algues. L’autre solution est de sélectionner un hôtel avec une belle piscine, sur laquelle vous pourrez vous rabattre en cas de problème.

Sachez que l’île d’Holbox est plus rarement touchée par les algues sargasses, car abritée des courants marins, et que Bacalar ne connaît jamais ce problème, puisqu’il s’agit d’une lagune.

 

Lagune de Bacalar, Yucatán, Mexique

La lagune de Bacalar

 

Où loger lors de votre voyage au Yucatán ?

Si vous voyagez en haute saison, il semble préférable de réserver. La péninsule du Yucatán est le genre de région où les touristes s’organisent et où vous pouvez vous trouver embarrassés si vous vous y prenez à la dernière minute. C’est nettement moins le cas en basse saison.

Vous trouverez, dans chacun des articles listés plus haut, nos conseils de logements ville par ville. En revanche, nos articles n’expliquent pas dans quel coin chercher si vous ne souhaitez pas réaliser un circuit et préférez rester dans un seul et unique hôtel pour toute la durée de votre séjour. Nous allons tâcher de répondre à cette question.

Personnellement, notre premier choix se porterait sur l’île d’Holboxi pour ses plages non bétonnées et, en second choix, sur la lagune de Bacalari pour la beauté de ses eaux (cliquez sur les liens pour ouvrir la liste des hôtels sur Booking dans un nouvel onglet). D’autant plus que ces deux lieux sont épargnés par les algues sargasses. Cependant, une fois installés à l’un ou l’autre de ces points, vous vous trouverez isolés du reste de la région et vous aurez du mal à explorer des temples maya ou à visiter une jolie ville dans la journée. Si c’est ce que vous comptez faire, vous aurez alors une préférence pour des villes comme Tulumi (plus chic) ou Playa del Carmeni (plus grande et plus bondée).

 

Hôtel à Tulum, Mexique

Notre hôtel à Tulum

 

Comment se déplacer dans le Yucatán ?

Une grande partie des voyageurs itinérants louent une voiture, ce qui permet d’atteindre tous les coins de la région, y compris certains cénotes reculés.

Si vous souhaitez plutôt, comme nous, vous déplacer en bus, c’est simplissime dans toute la péninsule. Les bus sont confortables, ponctuels, rapides et vous ne raterez pratiquement rien car ils se rendent partout, ou presque. Vous réaliserez une belle économie et pourrez vous reposer pendant les trajets. Nous détaillons cela dans cet article consacré aux réservations de bus au Mexique.

Notez que les paysages que vous apercevrez en route seront particulièrement ennuyeux et que vous n’aurez jamais besoin de descendre de l’engin pour prendre des photos. C’est simple, le relief est plat, les routes sont droites et les arbres bouchent la vue de part et d’autre. À moins de grimper sur un temple maya !

 

Temple d'Uxmal, Yucatán, Mexique

La grande pyramide d’Uxmal

 

Arriver au Yucatán depuis la France

Coup de chance, les billets d’avion les moins chers pour le Mexique sont généralement ceux vers Cancún. Nous n’avons pas de compagnie particulière à recommander, un comparateur quelconque vous permettra de trouver les meilleurs prix à vos dates.

Pour notre part, nous avons réservé un aller simple Madrid – Cancún à 350€ auprès de la compagnie Wamos Air, l’une des rares low cost à traverser l’Atlantique. Le principal inconvénient est l’absence de TV (prenez de quoi vous occuper), sinon c’est une compagnie sérieuse.

 

Pour plus d’infos pratiques (santé, sécurité, nourriture, etc.) ou pour vous renseigner sur d’autres régions, vous pouvez consulter notre article général sur le Mexique.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter. Pour en savoir plus, c'est ici.


Nous sommes aussi freelances : Mi-fugue est photographe, Mi-raison est illustrateur et nous sommes tous deux rédacteurs. Envie de travailler avec nous ?

3 réponses à “Voyage au Yucatán : itinéraire, conseils, top et flops”

  1. Estelle dit :

    Je viens également de découvrir ton site qui est vraiment génial. Nous partons à Cancun pour 1 semaine d’hôtel et 4 jours de visite….après avoir lu plusieurs blogs et épluché tes articles, je me rends compte que nous aurions dû faire le contraire. Mais c’est réservé et ce sera l’occasion de retourner au Mexique. Si nous devons choisir 2 ou 3 sites, lesquels me conseilles-tu ? Entre Ekbalam, Coba, Tulum, Uxmal et Chichen Itza? je pensais éviter cette dernière trop touristique semble-t-il….. Nous partirons de Cancun dès notre arrivée en fin de journée direction Akumal, afin de nager avec les tortues le matin puis partirons direction Valladolid.

    • mifuguemiraison dit :

      Hello Estelle !
      Nous n’avons visité que Tulum et Uxmal, et nous pouvons au moins te recommander ces deux-là.
      Chichen Itza est apparemment le plus impressionnant, mais il paraît effectivement qu’il croule sous le nombre de visiteurs.
      Nous ne pouvons pas t’aider beaucoup plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.