Mi-fugue, mi-raison

L’île de San Andres en Colombie et son eau turquoisissime

Publié dans la catégorie Colombie, le 2 mai 2018
Adios Nicaragua, hola Colombia!

Avant de foncer en Colombie continentale pour crapahuter sur la Cordillère des Andes et mâcher des feuilles de coca, nous avons la faiblesse de désirer un dernier bain d’eau à la fois chaude et turquoise, comme seules les Caraïbes savent en proposer. C’est sur l’île de San Andres que nous jetons notre dévolu. Vous connaissez ? Elle se situe proche des côtes nicaraguayennes mais bat pavillon colombien.

Carte dessinée de San Andres, Colombie

 

San Andres, la capitale de la détaxe

Oh là là ! T’as vu cette couleur ! Nous restons bouche bée face au hublot de l’avion. Notre coucou se dirige droit vers une étendue d’eau couleur turquoise comme jamais vue. Notre ancienne référence, la lagune de Bacalar au Mexique, s’en trouve battue à plate couture.

Sitôt les bagages récupérés, nous galopons vers la plage la plus proche. Sacrée plage ! Des cocotiers, du sable blanc et cette eau si limpide…

Île de San Andres, Colombie Île de San Andres, Colombie

Le paradis ? Hélas, pas tout à fait. Cette plage fait face à San Andres, la ville principale de l’île du même nom, véritable amoncellement d’hôtels en béton qui déversent dans les vagues un flot nourri de vacanciers. Bienvenue à kékéland, le pays des strings, casquettes et pectoraux gonflés. Le détail qui tue : tous portent un bracelet fluo, celui de leur resort « all inclusive ».

Île de San Andres, Colombie Île de San Andres, Colombie

Derrière le front de complexes hôteliers, nous nous attendons à découvrir une ville plus conventionnelle. Erreur, nous pénétrons dans le royaume du duty free. L’île de San Andres échappe à toute TVA et s’est spécialisée en vente de bouteilles Jack Daniel’s ou Absolut, de bidules Sony ou Samsung, de flacons Dior ou Cacharel, de fringues Gucci ou Timberland…

Boutiques duty free, San Andres, Colombie Boutiques duty free, San Andres, Colombie

Dans une ville où il est cinquante fois plus facile de mettre la main sur une tequila à bas prix que sur une eau minérale, inévitablement, l’équilibre des passants a tendance à se dégrader d’heure en heure. Ainsi, en fin de soirée sur le front de mer, nous croisons surtout des bouteilles vides et des touristes pleins.

Nous logeons à La Loma, ville perchée sur une colline au nord de San Andres. Le rapport touristes/locaux s’inverse, ce qui n’est pas pour nous déplaire. En revanche, c’est le calme plat à partir de 20h.

Centre de l'île de San Andres, Colombie Scooter à San Andres Centre de l'île de San Andres, Colombie

Après cette découverte fracassante du nord de l’île, nous décidons d’y passer le moins de temps possible et de chercher des petits coins plus calmes au sud. Bonne nouvelle, ça existe !

 

Rocky Cay et la Cocoplum Bay

La serviette sur l’épaule et le tuba quasiment en bouche, nous grimpons dans un bus en direction de Rocky Cay. Puisqu’une photo vaut mieux que mille mots, économisons les touches de nos claviers :

Plage de San Luis, San Andres, Colombie Plage de San Luis, San Andres, Colombie Plage de San Luis, San Andres, Colombie

Il y a du monde, mais toujours moins qu’à la plage de San Andres. Le plus surprenant, à la Cocoplum Bay, est la présence d’une épave de bateau rouillée à moins de deux cents mètres du rivage, accessible à pied. À pied, mais pas au sec, nous faisons l’aller-retour dans l’eau turquoise jusqu’au genoux, nombril, voire parfois épaules. L’un de nos meilleurs souvenirs de l’île !

C’est près de cette épave que nos tubas entrent en jeu, puisqu’un récif sous-marin entoure la carcasse et des poissons en robes de soirées bleues ou jaunes se promènent comme des divas, de rocher en rocher.

Rocky Cay, San Andres, Colombie

L’épave, cachée derrière les palmiers d’une minuscule île.

Si vous n’êtes pas équipés, quelques loueurs peuvent vous fournir masques et tubas. Mais ces petits malins ont paraît-il mis en place une arnaque qui consiste à saboter l’élastique, puis à demander de rembourser l’ensemble à prix d’or. Faites-leur passer un contrôle technique en règle avant de partir. Ces mêmes personnes peuvent garder vos affaires dans un locker et nous n’avons pas eu de problème de ce point de vue-là.

 

San Luis, village et plage

Toujours sur la côte orientale, un peu plus au sud, s’étale le village de San Luis. Nous sommes surpris d’y découvrir des dizaines de maisons colorées, en bois, dans un joli style Louisiane… sans les crocodiles.

Village de San Luis, San Andres, Colombie Maisons traditionnelles à San Andres, Colombie Village de San Luis, San Andres, Colombie

Toujours plus au sud, la plage San Luis, du nom du village, est la plus calme que nous ayons trouvée. L’eau y est peut-être un peu trouble, car personne ne vient ramasser les algues, mais sa couleur reste surnaturelle. Nous en venons à soupçonner les habitants de déverser quelques tonneaux de colorant chaque nuit autour de leur île !

Nous débusquons un petit restaurant tout simple, appelé Star Kitchen, qui nous plaît instantanément.

San Luis, San Andres, Colombie San Luis, San Andres, Colombie

Nous aurions pu y passer la journée entière, bercés par la brise dans de jolis hamacs colorés accrochés aux cocotiers, sirotant des jus de fruits meilleurs les uns que les autres. Des fruits exotiques bien entendu, comme le lulo, au goût proche du kiwi. Pour ne rien enlever à notre bonheur, le personnel du petit resto est agréable et sympathique. Car il vaut mieux que nous vous prévenions, les autres serveurs de San Andres sont les plus blasés que nous ayons jamais rencontrés. Certainement une épidémie de touristite aigüe !

 

La Piscinita et West View : snorkeling en eaux limpides

Depuis la playa San Luis, un chemin traverse l’île et plonge directement dans La Piscinita, un lieu réputé pour l’observation sous-marine.

La côte ouest devait être absente le jour de l’attribution des plages puisqu’elle n’en possède absolument aucune. Nada de nada ! En contrepartie, elle a récupéré les plus beaux poissons, qui adorent se cacher dans les anfractuosités de ses roches coupantes. À bien y regarder, ces roches pourraient bien être d’anciens coraux. Toujours est-il que le seul moyen d’accéder à la mer sans s’écorcher les pieds est de passer par les pontons et échelles installés à quelques rares endroits, dont La Piscinita fait partie.

Snorkeling à La Piscinita, San Andres

Le lieu n’est vraiment pas glamour, avec sa musique forte, ses chaises en plastique fissurées et ses vieux balais qui traînent… Heureusement, ce qui se passe sous la surface est nettement plus réjouissant et vaut les 4 000 pesos demandés : toute une ribambelle de poissons frétillent dans une eau parfaitement cristalline. Des tranches de pain de mie sont fournies pour les attirer, mais nous trouvons qu’il y a bien assez à observer sans avoir à tricher !

Le snorkeling avec du pain

Le lendemain, nous visons un autre lieu spécialisé en snorkeling : le West View. L’entrée est à 5 000 pesos par personne et nous prenons un casier de vestiaire à 5 000 également. Ici encore, nous admirons les poissons sans nous lasser, en revanche, il y a beaucoup plus de monde dans l’eau. Dont une statue de Poséidon qui se demande ce qu’il fait là !

 

Coucher de soleil à El Cove

En remontant à pied vers le petit port d’El Cove, nous croisons un vieux monsieur qui cueille d’étranges haricots marrons dans un arbre. Il s’agit de tamarin dont il compte faire, nous explique-t-il, du vin. Après quelques incompréhensions dues à notre maîtrise de l’espagnol toute relative, l’homme passe sans problème à l’anglais. San Andres est en grande partie peuplée de descendants d’esclaves dont la langue maternelle est un créole anglais : « Hey ma fwens, wana try ma wine? »

Route de San Andres, Colombie

El Cove est un lieu charmant, qui donne une bonne idée de l’esprit de San Andres avant l’arrivée massive des touristes. Quelques maisons, quelques barques… Seuls les poissons volants et oiseaux plongeurs viennent parfois troubler la surface de l’eau et chambouler l’ordre du monde.

El Cove, San Andres, Colombie

Assis sur un ponton, nous attendons patiemment le coucher de soleil sur la mer.

El Cove, San Andres, Colombie

 

Notre avis sur l’île de San Andres

Malgré son eau turquoisissime, San Andres n’est clairement pas notre endroit préféré en Colombie. Nous avons trouvé l’accueil décevant, les prix élevés et certains lieux totalement dénaturés. Heureusement, en nous éloignant du nord, nous avons débusqué des coins plus sympathiques. Si vous venez pour l’ambiance, vous serez certainement déçus. En revanche, si vous êtes de grands amateurs de baignade, c’est tout de même un lieu assez incroyable !

Si vous avez plus de temps et d’argent, trois heures de bateau peuvent vous mener sur l’île voisine de Providencia, apparemment bien mieux préservée.

 

Conseils pratiques sur San Andres

Dormir à San Andres : Attention, point de vue logement, l’île n’est pas adaptée aux petits budgets. Il y a essentiellement de gros hôtels all inclusive. Pour notre part, nous avons dormi dans une chambre d’hôtes trouvée sur Airbnb (~29€)i que nous ne conseillons pas vraiment, car loin de tout et bruyante.

Les parents de Mi-fugue se sont rendus à San Andres un mois après nous et ont logé au sud de l’île, dans une maison d’hôtes apparemment tenue par un couple très sympathique, la Posada San Andres (~59€)i. Elle a contribué à leur laisser un excellent souvenir de l’île et ils la recommandent. En logeant dans le sud, ils ont eu une toute autre expérience que la nôtre.

Manger à San Andres : Là aussi, les prix sont globalement élevés pour la Colombie. Comptez 30 à 40 000 pesos le plat dans la plupart des restaurants. En voici deux qui sortent du lot :

  • Star Kitchen à San Luis, ouvert le midi seulement. Nous en parlons plus haut, il s’agit du petit restaurant plein de hamacs entre les cocotiers !
  • Sea Watch Cafe, sur le front de mer de la capitale. Un restaurant à burgers et pizzas avec des plats corrects et des prix plutôt honnêtes pour l’île. Le burger végétarien est très bon, à 19 000 pesos.

Si vous êtes ric-rac, quelques supermarchés de San Andres ville peuvent vous aider à préparer vos pique-niques.

Se déplacer à San Andres : L’île fait environ 15km du nord au sud. Voici différentes solutions :

  • Des bus fréquents parcourent l’île, en longeant soit la côte est, soit la côte ouest. N’hésitez pas à demander aux habitants l’emplacement des arrêts, pas toujours très clairs. Prix du ticket : 2 400 pesos. C’est la solution que nous avons utilisée.
  • Si vous êtes motivés et que vous ne logez pas en haut d’une colline, vous pouvez louer des vélos à 18 000 pesos la journée.
  • La location de scooter est bien plus chère, à 90 000 pesos les 24h. Attention, il est rare qu’on vous fournisse un casque et la conduite est dangereuse sur l’île.
  • Beaucoup de touristes louent une voiturette de golf ou un buggy. Les tarifs s’envolent à 130 000 pesos les 24h.
  • Enfin, pour vos déplacements dans la partie nord de l’île, vous pouvez faire comme les locaux et monter à l’arrière d’un mototaxi (environ 3 000 pesos les 10 minutes). Postez-vous au bord de la route et hélez tous les hommes seuls à moto. Si l’un d’eux s’arrête, c’est que c’est son métier !

Faites attention, si vous utilisez Google Maps, car certains points d’intérêt sont incorrectement situés. El Cove et La Piscinita, par exemple, se trouvent en réalité sur la côte ouest. La playa de San Luis est plus au sud. Jetez un œil à notre carte ci-dessous.

Venir à San Andres depuis la Colombie : La concurrence entre les compagnies aériennes fait que les prix sont particulièrement bas depuis Bogota, Medellín, Carthagène ou Cali. Notez que vous aurez à régler une taxe d’entrée de 110 000 pesos (début 2018, le montant augmente régulièrement) auprès de votre compagnie avant d’embarquer. Si vous choisissez Vivacolombia, prenez soin d’imprimer votre carte d’embarquement, car elle nous a été facturée 30 000 pesos par personne à l’aéroport.

Venir à San Andres depuis le Nicaragua : Même si l’île est proche des côtes nicaraguayennes, ne cherchez pas, aucun bateau ni avion ne réalise ce trajet. Le pays est en froid avec la Colombie, justement au sujet des frontières maritimes de San Andres. Nous avons pris un bus jusqu’à la capitale du Costa Rica, puis deux avions, avec une escale à Bogota.

Ailleurs sur Internet : Voici un article utile de notre consœur Gloupschloé qui décrit très bien les mauvais aspects de San Andres et nous a dissuadés de participer aux excursions sur les petites îles alentour.

Notre carte de San Andres

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter. Pour en savoir plus, c'est ici.



Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

12 réponses à “L’île de San Andres en Colombie et son eau turquoisissime”

  1. Sego dit :

    Vous vous attendiez a cela en venant dans ce coin ? Qu’est-ce qui vous avait attiré ?

    Bises a vous et le bonjour aux parents de mi-fugue ! (ou mi-raison je ne sais jamais trop !)

    • mifuguemiraison dit :

      On ne s’était pas assez renseignés, mais non, on ne s’attendait pas vraiment à ça : on pensait l’île moins touristique et moins bétonnée, avec une ambiance relax un peu reggae. À part l’article qu’on cite (et qu’on a lu une fois sur place), les autres blogs décrivent généralement San Andres comme le paradis sur terre. Alors forcément, nos attentes étaient élevées !

  2. Constance dit :

    Les photos donnent tout de même sacrément envie! C’est vraiment l’île des Caraïbes dans toute sa splendeur. Et c’est amusant ces maisons en bois, ça me fait penser aux maisons de la Nouvelle-Angleterre genre Cap-Code mais transposées aux Caraïbes.
    Et c’est quoi cette histoire du colorant chez les bretons?

    • mifuguemiraison dit :

      On ne connaît pas d’autres îles des Caraïbes mais on a l’impression qu’il y a pas mal de coins bien sympas, et pas juste pour la couleur de l’eau. Il va falloir qu’on creuse tout ça 🙂

      C’était une blague pour le colorant breton, on était tellement surpris par la couleur de l’eau à l’Île Vierge ! Mais personne ne comprend notre blague alors on retire !

  3. geoffrey dit :

    Attention aux hamacs sous les cocotiers !
    Intéressante découverte que cette île dont je n’ai jamais entendu parler, mais qui me fait penser à un mix entre les îles San Blas et Cancun !

    • mifuguemiraison dit :

      Oui, on fait gaffe, on porte un casque 😉
      Ça a l’air sympa les îles San Blas, du moins les photos de mer bien bleue !

  4. Alain dit :

    Salut mi fugue mi raison !
    C’est vrai quand on est des voyageurs hors circuit comme vous on a des attentes fortes sur certaines destinations
    Et dès qu’il y a un peu d’eau turquoise et des plages de sable blanc ça peut vite déraper avec des hordes de touristes qui passent leur temps à boire …
    La planète a encore quelques lieux secrets authentique mais il est de plus en plus difficile de les trouver…
    Heureusement vous êtes en voyage permanent ça vous laisse l’occasion pour vos prochaines destinations
    Amitiés

    • mifuguemiraison dit :

      Salut Alain !

      Tu résumes bien, on se rattrapera sur d’autres coins du monde ! Le problème, c’est qu’on grossit nous-mêmes la horde de touristes 🙁

  5. Marie dit :

    Bon, bah, c’est beau à voir et vos photos sont toujours aussi chouettes, mais votre article remplit suffisamment ma curiosité, mais vu comme c’est riquiqui à l’autre bout du monde, je peux facilement l’éviter, même si vous avez su sortir des sentiers touristiques !! Biz

    • mifuguemiraison dit :

      Oui, c’est beau à voir mais pas forcément agréable à visiter. Quoi que, un peu grâce à nos conseils, les parents de Mi-fugue ont adoré !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.