Mi-fugue, mi-raison

Chefchaouen, la ville bleue

Publié dans la catégorie Maroc, le 7 juillet 2017

Installés dans la ville de Fès pour huit jours, nous hésitons… Le village de Chefchaouen a l’air magnifique, mais n’est pas la porte d’à côté. Allez, c’est décidé, nous prenons une voiture de location ainsi qu’une bonne dose de poudre d’escampette. Qu’importe la distance, pourvu qu’on ait l’ivresse !

Partis de bonne heure, nous cheminons au milieu de la campagne marocaine qui se réveille. En avril, les champs de blé sont déjà jaunes, prêts pour la récolte. Les collines prennent un petit air de dunes du Sahara… ou peut-être plutôt de paysages toscans, puisque des notes de vert s’invitent çà et là. C’est d’ailleurs sous un olivier en fleurs que nous prenons notre petit déjeuner : du pain marocain trempé dans une confiture d’abricot.

Champs de blé au Maroc

Ici, l’âne fait office de mobylette. Nous en croisons sans cesse, montés par des Marocains encapuchonnés. Parfois, nous ralentissons pour laisser passer un troupeau de moutons qui bêlent sur toute la largeur de la route. Sur une ligne droite, un incroyable parfum inonde soudain l’habitacle. De la menthe ! Nous en longeons tout un champ. Plus loin, nous nous arrêtons pour admirer un champ d’oliviers envahi de fleurs violettes. Le printemps est la bonne période pour visiter le Maroc !

Paysage marocain

Enfin, au détour d’un virage, une ville aux murs bleus s’étale sous nos yeux : Chefchaouen.

Vue sur Chefchaouen, Maroc

Nous nous immergeons dans le dédale des ruelles bleutées. Sur les murs, sur les portes, sous les arches, se mêlent des bleus vifs, pâles, électriques, célestes, effacés… Un régal pour les yeux. Devant sa boutique, un vendeur nous donne le tempo : « Bienvenue à Chefchaouen et prenez votre temps ».

Chefchaouen, Maroc Chefchaouen, Maroc

L’entêtante chanson du dessin animé Aladdin tourne en boucle dans nos têtes :

Dessin : Chefchaouen sur un tapis volant Chefchaouen, Maroc Chefchaouen, Maroc Chefchaouen, Maroc Chefchaouen, Maroc

Ici, comme à Sidi Ifni, nous sommes surpris d’entendre les enfants nous saluer en espagnol : « Holà ». Contrairement à la majeure partie du Maroc occupée par la France colonisatrice, cette région située tout au nord fut dominée par les Espagnols, entre 1920 et 1956.

Cinq siècles avant, Chefchaouen était fondée par des musulmans et des juifs andalous, fuyant les persécutions. Tant d’édifices religieux furent édifiés que le petit village de montagne fut élevé au rang de ville sainte et strictement interdit aux chrétiens sous peine de mort. Les murs n’étaient pas bleus mais verts, teinte préférée de Mahomet et couleur sacrée de l’Islam. Lorsque les Espagnols percèrent les défenses de la ville en 1920, ils furent surpris de constater que les habitants parlaient espagnol, un très vieil espagnol du quinzième siècle.

Quant à la teinte bleue, elle serait apparue dans le quartier juif avant de s’imposer plus largement sur tous les murs de la ville. Certains prétendent que c’est par esthétisme, d’autres, plus prosaïques, expliquent que les moustiques ont une peur bleue de cette couleur. Toujours est-il qu’il est presque impossible de traverser la ville sans croiser un habitant en train de repeindre sa maison ou sa boutique.

Chefchaouen, Maroc Chefchaouen, Maroc

Les détails eux-mêmes sont craquants : les pots de fleurs accrochés aux murs, les chats, les enfants qui jouent, les jolies portes…

Chefchaouen, Maroc Chefchaouen, Maroc Chefchaouen, Maroc Chefchaouen, Maroc Chefchaouen, Maroc Chefchaouen, Maroc Chefchaouen, Maroc

Notre coin préféré est la petite place El Hauta, reconnaissable à sa jolie fontaine. Nous y retournons plusieurs fois pour nous asseoir sur un banc, profiter de l’ambiance de village et reposer nos mollets. Sillonner une ville à flanc de montagne, c’est du sport !

Place El Hauta, Chefchaouen, Maroc

Chefchaouen attire évidemment de nombreux touristes, mais les habitants vivent leur vie sans trop s’occuper de nous. Le jeudi, jour de marché, des dizaines de femmes berbères descendent des montagnes environnantes et installent leur maigre production à même le sol : un petit tas de fèves accompagné de quelques légumes et herbes aromatiques.

Marché à Chefchaouen

En fin de journée, nous explorons les collines avoisinantes. Le chemin de randonnée traverse paraît-il des plantations de cannabis, parfaitement légales, mais nous faisons demi-tour sans les apercevoir. Nous revenons à temps pour assister au coucher de soleil depuis la colline de la mosquée Buzafar, également appelée mosquée espagnole. Ce mirador offre une belle vue plongeante sur Chefchaouen.

Chefchaouen, Maroc Mosquée Buzafar, Chefchaouen Vue de Chefchaouen depuis la mosquée espagole Colline au-dessus de Chefchaouen Coquelicots

C’est ainsi que notre séjour marocain s’achève. Au prochain épisode, rendez-vous dans un petit archipel tout proche !

Conseils pratiques sur Chefchaouen

Hôtel : Nous avons dormi à la Casa La Palma, bien décorée, avec une terrasse sur le toit pour le petit déjeuner. Pour ne rien gâcher, le patron fournit de bons conseils sur la ville. Bref, un petit hôtel parfait !

Restaurant : Les restaurants sont nombreux à Chefchaouen et vous n’aurez aucun mal à vous nourrir. Si vous cherchez un bon plan à petits prix, éloigné de l’agitation de la touristique place Outa el Hammam, nous vous recommandons le restaurant Assaada. Les recettes sont classiques (tajine, couscous ou brochettes), mais le service est rapide et amical.

Venir depuis Fès : Nous avons opté pour la voiture, qui situe Chefchaouen à environ trois heures de Fès. Il est aussi possible d’emprunter les bus des compagnies CTM ou Supratour, qui proposent quelques départs en matinée et rejoignent Chefchaouen en quatre heures.

Location de voiture à Fès : Nous avons payé notre voiture 300 dirhams par jour, en nous y prenant au dernier moment. Il doit être possible de trouver moins cher en s’organisant plus tôt. Nous utilisons généralement ce comparateur de locations de voiture d’Expedia. Prenez juste garde à choisir une compagnie connue parmi les résultats, car il existe quelques loueurs facétieux au Maroc.

Dessin : Mais c'est fini oui, ta chanson ?!?
Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.


9 réponses à “Chefchaouen, la ville bleue”

  1. tania dit :

    merci pr cette balade
    pr mon seul séjour au Maroc j avais opté pour Marrakech et Essaouira
    ce bleu est saissant
    cool hors saison vous avez pu savourer encore plus

  2. Constance dit :

    Très très très hâte de lire vos prochaines aventures!

  3. Valérie dit :

    Très belle balade, le lieu à l’air magique ! Merci également de partager vos récits de voyage, que nous lisons avidement maintenant depuis plus de deux mois, le dépaysement garanti !

    • mifuguemiraison dit :

      C’est vraiment une petite ville magnifique ! Vous prévoyez un voyage au Maroc un de ces jours ?

      • Valérie dit :

        C’est l’une des destinations que nous aimerions visiter, parmi beaucoup d’autres ! Nous sommes installés au Canada depuis quelques années, et c’est vrai qu’entre tout ce que notre nouveau pays offre, l’Europe, l’Asie… il est parfois difficile de faire des choix… Vos descriptions donnent vraiment envie par contre 🙂

  4. geoffrey dit :

    Décidément le Maroc éveille vos sens ! Superbe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.