Mi-fugue, mi-raison

Fès : la plus grande médina du monde

Publié dans la catégorie Maroc, le 30 juin 2017

Depuis longtemps nous rêvions de visiter Fès, une ville chargée d’histoire et réputée pour son immense médina, haut lieu de l’artisanat traditionnel marocain.

Nous rejoignons le petit studio que nous avons loué pour une semaine, situé à quelques pas de la médina. Quelle surprise en arrivant sur place ! Notre hôte nous accueille dans un somptueux palais, aux murs décorés de nombreuses mosaïques et autres arabesques. Un lieu de mahboul, comme on dit ici. Il mériterait une rénovation mais, après tout, les marques du temps font aussi son charme. Nous nous rendons même compte que ce palais, appelé El Mokri, figure dans la liste des monuments à visiter sur TripAdvisor !

Palais El Mokri, Fès, Maroc Palais El Mokri, Fès, Maroc Thé à la menthe au Maroc

Nous partons gaiement à la découverte de la médina… qui met rapidement notre sens de l’orientation à rude épreuve. Le labyrinthe semble spécialement conçu pour attirer le visiteur dans ses culs-de-sac et même les GPS de nos téléphones jettent l’éponge, incapables de s’y retrouver.

Or la détresse des uns fait le bonheur des autres. Des rabatteurs attendent aux endroits stratégiques et insistent pour nous montrer le bon chemin : celui qui mène à une belle boutique pour touristes, bien entendu !

Dessin : les rabatteurs de la médina de Fès au Maroc

Ce jour-là, il faut l’avouer, nous sommes un peu déçus par la médina de Fès et l’ambiance tranquille du sud du Maroc nous paraît bien loin. La foule nous bouscule, des gosses de dix ans proposent du kif (cannabis), des ânes lourdement chargés sont battus pour avancer… Nous devinons que la ville recèle bien quelques charmes, mais encore fatigués par notre trajet en bus de nuit, nous avons du mal à les découvrir.

Entrée dans la Medina de Fès, Maroc Médina de Fès, Maroc Babouches marocaines

Nous rentrons tant bien que mal, en nous perdant encore huit ou dix fois.

Dessin : Se perdre dans la médina de Fès

Le lendemain, bien reposés et décidés à donner une deuxième chance à la médina, nous bondissons sur nos pieds dès les premiers rayons de soleil. À 7h30, les ruelles sont quasi désertes et les rabatteurs roupillent encore. Jusqu’à 10h, la vieille ville tourne ainsi au ralenti. Avec les boutiques fermées, nous remarquons bien mieux les détails architecturaux et les traces du passé : ici une porte finement ciselée, là une fontaine en mosaïque…

Les Marocains sont aussi plus détendus et plus chaleureux que la veille, comme cette femme qui nous prête des coussins alors que nous sommes assis devant la grille de son magasin ; ou ce vendeur de cassettes audio, probablement le dernier au monde, qui insiste pour partager son verre de thé à la menthe.

Medina de Fès, Maroc Medina de Fès, Maroc Medina de Fès, Maroc Medina de Fès, Maroc Medina de Fès, Maroc Medina de Fès, Maroc Medina de Fès, Maroc Medina de Fès, Maroc Medina de Fès, Maroc

Régulièrement, nous croisons des portraits du roi, bien encadrés et mis en valeur, autant dans les magasins que dans les ruelles de la médina. Dès qu’un Marocain nous voit y jeter un œil, il s’empresse de nous préciser « Vous avez vu ? C’est Mohammed VI, notre roi. Un bon roi ! ».

Medina de Fès, Maroc Medina de Fès, Maroc Medina de Fès, Maroc Fruits secs, Fès, Maroc

Fès fait partie des grandes cités légendaires du monde arabe au même titre qu’Istanbul, Bagdad ou Jérusalem. Cet enchevêtrement de ruelles était autant réputé pour son artisanat que pour son niveau intellectuel et spirituel. La ville abrite à ce propos de nombreuses écoles coraniques appelées medersas, dont certaines sont des chefs-d’œuvre d’architecture.

Et puis, aussi incroyable que cela puisse paraître, une mosquée de vingt mille places est parvenue à se faire une place au cœur de la médina. Il s’agit de la vénérable mosquée Al Karaouiyne, qui abrite à la fois la plus vieille université et la plus vieille bibliothèque du monde. Elle est si bien intégrée à la médina que nous sommes passés plusieurs fois devant sans la remarquer ! L’entrée est interdite aux non-musulmans, comme toutes les mosquées du pays, mais voici un tuyau pour l’observer d’en haut et juger de sa taille : près de l’une des deux portes principales, une boutique de couvertures artisanales ouvre l’accès à sa terrasse en échange d’une dizaine de dirhams par personne. Demandez aux commerçants du coin de vous l’indiquer.

Vue sur la ville de Fès, Maroc Vue sur la ville de Fès, Maroc

Près de notre palais (nous ne pensions pas écrire cela un jour !), nous en visitons un autre qui appartenait au pacha de Marrakech et qui porte son nom : El Glaoui. Il est possible de demander à le visiter en s’adressant au gardien des lieux Abdou, petit-fils de l’ancien intendant du pacha, ou à sa femme, en échange d’une donation libre. Et cela vaut le coup ! Imaginez un palais de plus de mille pièces, décorées par les meilleurs artisans avec les meilleurs matériaux… Combien de pépites comme celle-ci se cachent encore à Fès ? Plus nous découvrons la ville et plus nous avons le sentiment de n’entrevoir qu’une infime partie de son incroyable patrimoine.

Palais El Glaoui, Fès, Maroc Palais El Glaoui, Fès, Maroc

À trois cents mètres de la belle porte Bab Boujloud, se trouve le jardin Jnan Sbil. Il fait bon se reposer dans cette oasis de verdure après une éprouvante visite de la vieille ville.

Jardin Jnan Sbil, Fès, Maroc Jardin Jnan Sbil, Fès, Maroc Jardin Jnan Sbil, Fès, Maroc

Après quelques jours, nous commençons à prendre nos habitudes. Nous ne sommes pas peu fiers de parvenir à nous repérer sans nous perdre ! Comme les restaurants sont assez chers pour le pays, nous cuisinons nos repas et privilégions les produits locaux : légumes, semoule, ras el-hanout (un mélange d’épices pour le tajine), menthe, agrumes… Alors que les vendeurs d’artisanat parlent un français parfait, il n’est pas toujours facile de converser avec les marchands de légumes ou les épiciers, nos accents sont trop différents !

Dessin : différence d'accent marocain français avec l'épicien

Le dernier soir, comme un au revoir à la ville, nous montons sur la colline El Qolla qui abrite les ruines des tombeaux mérinides. De nombreux Marocains viennent s’asseoir au crépuscule, seuls ou entre amis, pour profiter du superbe panorama et oublier le chaos de Fès. Le silence ne se brise qu’au moment des derniers rayons de soleil, lorsque l’appel à la prière s’élance et résonne dans toute la vallée.

Hauteurs de Fès, Maroc Tombeaux des Mérinides, colline El Qolla, Fès Tombeaux des Mérinides, colline El Qolla, Fès Vue sur Fès, Maroc Vue sur Fès, Maroc Vue sur Fès, Maroc

Conseils pratiques sur Fès

Venir à Fès depuis Agadir : Un bus de la compagnie CTM effectue la liaison de nuit au départ de la gare routière « de voyageurs » : départ 20h45, arrivée 9h30. Il vaut mieux réserver sa place, depuis n’importe quel comptoir CTM du pays. Des Marocains nous ont aussi parlé d’un bus Tiznit-Fès.

Venir à Fès depuis Casablanca : Pour ce trajet, l’idéal est d’emprunter le train qui réalise le trajet en 3h20 pour 116 dirhams (174 dirhams  en première classe).

Hôtel à Fès : Le superbe palais dans lequel nous avons dormi s’appelle El Mokri. Les petits déjeuners avaient une saveur toute particulière au milieu de ces marbres, colonnes et fontaines. On trouve plusieurs chambres sur AirBnb, du petit studio à la suite grand luxe, à des tarifs très raisonnables. Un vrai bon plan ! Si vous n’avez pas encore de compte AirBnb, notre lien de parrainage permet d’économiser 35€ sur la première réservation.

Restaurants : Nous avons eu du mal à trouver de bonnes adresses. Nous avons apprécié le Ruined Garden pour une pause rafraîchissante dans un beau jardin, mais n’y avons pas mangé. Vous pouvez en revanche faire confiance au blog À-Contresens, qui a récemment écrit cet excellent article : Où manger à Fès ?

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.



Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

6 réponses à “Fès : la plus grande médina du monde”

  1. Martine dit :

    Que vos photos sont belles et le texte et dessins rigolos ! Je me suis amusée en vous lisant !

  2. geoffrey dit :

    Dessin du rabatteur trop drôle, photos de plus en plus belles, texte de mieux en mieux écrit… Bravo ! Maintenant que j’ai utilisé votre blog en voyage, je sais comme les informations que vous donnez peuvent être bien utiles !

  3. Cet article est un régal, comme toujours 🙂
    De bien jolies photos colorées qui font partir illico ! Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.