Mi-fugue, mi-raison

Bijapur : mausolées somptueux et folie photographique

Publié dans la catégorie Inde, le 5 avril 2019

À force de monter vers le nord de l’Inde du sud, nous ne sommes plus très loin d’atteindre… l’Inde du centre. Nous arrivons à Bijapur, notre dernière étape dans l’État du Karnataka. Vous n’allez plus nous croire à force de le lire dans chacun de nos articles, mais Bijapur est encore une ville indienne dont le patrimoine nous coupe le souffle.

Coucher de soleil à Gol Gumbaz, Bijapur, Inde

Curieusement, ce coin est peu couru des voyageurs étrangers. Nous croisons en tout et pour tout un autre couple d’Occidentaux en trois jours sur place. Chic, pensez-vous, un endroit peu touristique, hors des sentiers battus, peinard…

HA HA !

HA HA HA HA !

HA HA HA HA HA HA HA !

Vous oubliez les touristes indiens, tellement nombreux ! Et parce que nous n’aimons pas faire les choses à moitié, nous visitons Bijapur un weekend de vacances de fin d’année.

 

Sous les feux des projecteurs

Nous ne nous sommes jamais rêvés en stars. Et pourtant, à Bijapur, la célébrité nous tombe dessus, sans prévenir. Cela commence même un peu avant que nous n’approchions de la ville. Coincés pour une heure dans le minuscule terminal de bus d’un minuscule village, nous sommes au centre de l’attention. Les passants s’arrêtent, surpris, s’approchent de nous et nous fixent. Silencieusement.

Dessin : Les Indiens sont vraiment de gros gros curieux !

À Bijapur, nos fans s’enhardissent et se transforment en fous du selfie ! Les demandes étaient déjà fréquentes depuis le début de notre voyage en Inde, elles atteignent ici des sommets. Nous découvrons le quotidien de Kim Kardashian ou Brad Pitt. Certains Indiens jouent même aux paparazzis en nous photographiant à distance. Que vont-ils bien pouvoir faire de toutes ces photos de nous ?

 

Gol Gumbaz, le mausolée de nos oreilles

La grande différence entre Bijapur et nos étapes précédentes est religieuse. Bijapur, qui fut longtemps la capitale d’un puissant sultanat musulman, relègue les temples hindous au second plan et déploie une vaste collection de monuments d’architecture typiquement islamique.

Nous commençons fort en rendant visite au plus imposant de tous, Gol Gumbaz (300 roupies). Qu’est-ce que c’est ? Un impressionnant mausolée, cube immense surmonté de l’un des plus grands dômes du monde. Nous n’en revenons pas de n’avoir jamais entendu parler de ce monument.

Gol Gumbaz à Bijapur en Inde

Le monument vous paraît petit ? Regardez mieux, il est partiellement caché derrière un premier bâtiment !

Indien au turban, Bijapur, Karnataka

À peine pénétrons-nous dans le parc que nos fans se déchaînent et que les demandes de selfie affluent ! Au départ, nous sommes ravis, sauf qu’à ce rythme nous ne ferons rien de notre après-midi. Nous passons à la technique « Pac-Man » : dès qu’un smartphone approche, hop, nous bifurquons.

Arrivés au pied de Gol Gumbaz, nous découvrons une longue file d’attente qui, chose rare en Inde, est respectée. Sifflets en bouche et bâtons en main, les gardiens rappellent à l’ordre le moindre écart. Certainement d’anciens geôliers.

Cela n’empêche pas les trois cents gamins indiens du cortège d’avoir les yeux rivés sur nous et de crier « Hello » dès que nous tournons la tête.

Foule au mausolée Gol Gumbaz, Bijapur, Inde

Nous finissons par atteindre l’intérieur du mausolée et… NOM DE NOM !!! La file se poursuit tout autour de l’immense salle, bien alignée sous les coups de baguette, mais dans un brouhaha INCOMMENSURABLE ! Même en nous bouchant les oreilles, nos tympans frôlent la crise cardiaque.

Petite explication : le Gol Gumbaz est réputé pour son acoustique. Un murmure à un bout de la coupole s’entend, paraît-il, de l’autre côté. Sauf que les Indiens, gamins comme adultes, ont trouvé qu’il était beaucoup plus drôle de crier ou de siffler de toutes leurs forces. Et nous sommes facilement cinq cents enfermés dans ce caisson de résonance géant…

Dessin : au Gol Gumbaz, ici repose en paix, ou plutôt en vacarme, Muhammad Adil Shah

Cette épreuve terminée, nous accédons au toit du bâtiment via un petit escalier en colimaçon. La vue est superbe…

Mausolée Gol Gumbaz, Bijapur, Inde

… et nos amis sont toujours aussi enthousiastes !

Monument Gol Gumbaz, Bijapur, Inde

La méthode Pac-Man ne fonctionne plus sur l’étroite plateforme. Pour aller plus vite, nous prenons maintenant les demandes de selfies deux par deux, un inconnu de chaque côté. Sur une photo nous serons à droite de l’image, sur l’autre à gauche.

Oh… attendez… faites plutôt des photos entre vous, le soleil est en train de se coucher !

Coucher de soleil à Gol Gumbaz, Bijapur, Inde

 

Petit intermède hindou

Le lendemain, nous sautons dans un rickshaw pour découvrir à trois kilomètres de Bijapur le temple Shivgiri. Une statue géante de Shiva y siège en pleine méditation.

Shiva, Temple Shivgiri, Bijapur, Inde

Méditer avec un cobra autour du cou… respect !

Encore une fois, nous sommes étonnés de constater que les Hindous n’ont aucun problème à lier religion et divertissement. Shivgiri est en réalité bien plus un mini parc d’attraction qu’un temple, avec des dizaines d’autres statues, des bancs, des manèges de fête foraine pour enfants et des boutiques de souvenirs.

Gare à ne pas marcher sur le gazon, car ici aussi le gardien est un ancien maton.

Dieux hinous au Shvgiri temple à Bijapur

I’m blue da ba dee da ba daa 🎶

Cinq minutes suffisent à en faire le tour. Tarif : 10 roupies + 20 roupies pour l’appareil photo.

Nous nous mordons les doigts d’avoir laissé repartir notre rickshaw et nous retrouvons au milieu de rien. Un autocar qui passait par là accepte de nous prendre en stop. À l’intérieur… des fans ! Un groupe d’étudiants en voyage organisé que notre apparition rend hystériques ! En échange du service, nous leur devons bien quelques selfies. La séance photo se transforme rapidement en embouteillage géant dans le couloir central du bus.

 

L’ancien centre-ville de Bijapur

La carte de Bijapur étant bombardée de noms de monuments, nous nous lançons dans ce que nous espérons être un joli tour des vestiges du centre. Hélas, même avec le Lonely Planet dans une main et Google Maps dans l’autre, nous ne trouvons pas la moitié des monuments. Dommage, car la ville semble posséder un sacré patrimoine : des ruines grandioses par-ci, une mosquée défraîchie par-là, des morceaux de murailles un peu partout…

Gagan Maha à Vijayapura, Inde

Après la recherche infructueuse d’un hypothétique fort, nous jetons Bob (l’éponge) et nous dirigeons vers le clou du spectacle…

 

Ibrahim Rauza

Les sultans de Bijapur misaient décidément tout sur leurs dernières demeures. Ici nous avons droit à deux mausolées pour le prix d’un, et non des moindres.

Ibrahim Rauza à Bijapur, Karnataka

Si ces deux chefs-d’œuvre vous rappellent le Taj Mahal, c’est normal. L’emblématique monument indien s’est librement inspiré de l’architecture islamique d’Ibrahim Rauza.

Un coup de peinture ne ferait pas de mal, mais au prix du billet pour les Indiens, cela risque de prendre un certain temps (25 roupies). Comme souvent, le tarif est plus élevé pour les étrangers (300 roupies), mais avec quatre touristes par jour, cela ne paye même pas les pinceaux !

Monument Ibrahim Rauza à Bijapur, Inde

Que se passe-t-il à l’intérieur du monument ? Eh bien, comme d’habitude, nous essayons tant bien que mal de le visiter, entre les coucous et les demandes de selfies. Sacrés Indiens, ils vont nous manquer !

Coucous indiens à Ibrahim Roza Enfant à Ibrahim Rauza en Inde

Autant Gol Gumbaz était colossal, autant les mausolées d’Ibrahim Rauza s’apprécient pour la finesse de leurs détails : arabesques, demandes de selfies, arches délicates, re-demandes de selfies, frêles minarets…

Fillette à Ibrahim Roza, Bijapur, Inde

En quittant Ibrahim Rauza, nous marchons un peu, heureux de traverser un quartier plus piéton que le centre. Il est plus pauvre et plus sale aussi, mais nous nous amusons bien avec ses habitants surpris de nous voir !

Slums de Bijapur, Karnataka, Inde Enfants qui dansent au Karnataka, Inde

 

Notre avis sur Bijapur

Cette ville n’est certainement pas la plus agréable pour flâner, la faute aux voitures et au bruit. En revanche, ses habitants (ainsi que les touristes indiens dans les monuments) sont les plus joyeux et enthousiastes que nous ayons croisés en Inde. Quant aux mausolées, vous l’aurez compris, ils valent douze fois le détour.

 

Épilogue

Le dernier soir, devant un distributeur de billets, le gardien de la banque approche timidement…

Dessin : demande de selfie en Inde... avec notre propre téléphone !

 

Conseils pratiques pour visiter Bijapur

Transports de Badami à Bijapur

La meilleure option semble être un train direct à 6h10 du matin. Vérifiez l’horaire exact en ligne car, mal informés par notre hôtelier, nous nous sommes pointés à la gare à 7h30. Nous nous sommes rabattus sur les bus. Un premier bus de Badami à Kerur (fréquence inconnue, durée 35 minutes, prix 25 roupies), puis un deuxième de Kerur à Bijapur (toutes les 30 minutes, durée 2h30, prix… oublié). Attention, le deuxième bus arrive déjà plein et nous avons dû en laisser passer deux.

Dormir à Bijapur

Qui dit peu de touristes, dit peu d’hébergements. Comme, en plus, nous nous y sommes pris tardivement, en haute saison, nous nous sommes rabattus sur le bel hôtel Kyriad (~46€)i. Comment cette chaîne française s’est-elle retrouvée ici ? Aucune idée. En tous cas c’est un peu cher pour l’Inde, mais cela fait plaisir d’avoir une chambre propre et confortable, pour changer !

Manger à Bijapur

Même si vous logez ailleurs, vous pouvez vous attabler au restaurant de l’hôtel Kyriad, appelé Haritam. Les plats sont bons et l’hygiène est impeccable. Nous vous recommandons surtout leur super buffet de petit-déjeuner (pastèque, dosas, idlis, curries…), lui aussi accessible aux gens de l’extérieur.

Sinon, dans le vieux centre de Bijapur, nous conseillons la chaîne spécialisée en dosas Anna Idli Grahu. Ce n’est pas diététique pour un sou, mais nous nous sommes régalés en commandant trois plats chacun !

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter. Pour en savoir plus, c'est ici.


Nous sommes aussi freelances : Mi-fugue est photographe, Mi-raison est illustrateur et nous sommes tous deux rédacteurs. Envie de travailler avec nous ?


Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

13 réponses à “Bijapur : mausolées somptueux et folie photographique”

  1. Geoffrey dit :

    J’ai bien aimé la blague « I’m blue da ba dee da ba daa »
    ça va pas trop marre des selfies ?
    Vous devriez porter des écriteaux « no selfies please »

  2. Ampi dit :

    Ah si j’étais plus jeune! Merci de me faire voyager dans mon fauteuil. C’est si vivant qu’on s’y croirait.

    • mifuguemiraison dit :

      Tout le plaisir est pour nous 🙂 Tant mieux si la frénésie indienne est perceptible ! C’est difficile de rendre justice à un pays si vivant.

  3. Lauriane dit :

    Je ne sais si c’est grâce à vous mais l’Inde me titille de plus en plus, j’imagine bien un itinéraire au nord/centre d’ouest en est. Il fat que j’aille lire vos autres articles indiens, ça fait un petit moment quue j’ai déserté votre blog (dont les articles sont toujours aussi chouettes :D)

  4. Hélène dit :

    Quel bonheur de vous suivre et de vous lire ! Merci pour ce superbe reportage qui a réveillé les souvenirs et sensations vecues en Inde du Sud en 2017, comme si j’y étais encore, et m’a particulièrement émue !

  5. Isabelle dit :

    Encore un bien bel article ! L’écriture, les dessins, les photos* et l’humour nous transportent !

    * l’une d’elles m’a évoqué l’esprit d’une photo prise par Willy Ronis en Italie… C’était au cours d’un autre siècle, en noir et blanc et pourtant…

  6. Marie dit :

    Encore une fois, vos photos sont vraiment chouettes !!!!! On sent bien l’enthousiasme et la gaieté dans laquelle vous êtes baignés !! On en oublierait la foule, le bruit, la poussière… C’est clair que ça donne envie, même si faut savoir pourquoi on y va et pas attendre le repos, le calme, la tranquillité !! Allez, je continue ma lecture !

Répondre à mifuguemiraison Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.