Mi-fugue, mi-raison

Pondichéry, une touche de France en Inde

Publié dans la catégorie Inde, le 27 avril 2019

Et voici déjà le dernier récit de notre voyage de deux mois en Inde du Sud ! Nous choisissons de passer une semaine complète à Pondichéry, histoire de finir en douceur.

Dessin : Pondicherry - Pondi chérie

Bien que la ville se trouve en plein milieu de l’État du Tamil Nadu, elle n’en dépend pas. Il s’agit d’une enclave, un territoire un peu à part. La faute aux Français qui le colonisèrent et y conservèrent longtemps un comptoir de commerce, jusqu’en 1962 pour être précis.

Rickshaw à Pondichéry, Inde

 

Pondichéry ou le retour en France prématuré

En débarquant dans le cœur de la vieille ville, nous sommes complètement déstabilisés. D’un côté, Pondichéry ne ressemble en rien à l’Inde que nous traversons depuis le début du voyage, mais nous ne nous sentons pas non plus en France. Toujours est-il que le charme s’exerce immédiatement. De jolies maisons colorées bordent les ruelles proprettes, des arbres exotiques poussent partout et des bougainvilliers en fleurs débordent des murs.

Quartier français de Pondichéry, Inde

Ce qui nous marque probablement le plus, dans ce quartier dit « français » de la ville de Pondichéry, c’est que nous pouvons marcher sans être importunés toutes les trois secondes par la circulation. Pfiou, quel luxe en Inde !

Centre colonial de Pondichéry, Inde

Sans surprise, cette pépite multicolore attire les touristes. Une bonne dose d’Occidentaux, auxquels vient s’ajouter chaque week-end une foule de voyageurs indiens. Nous ne serions pas surpris que nombre d’entre eux soient en voyage de noces, petits couples flânant main dans la main en bord de mer.

Naturellement, parmi les Occidentaux, les Français sont nombreux. Nous-mêmes, pour une raison que nous ne parvenons à expliquer, nous attendions avec impatience de découvrir les dernières traces du passé français en Inde. Cela commence avec les noms des rues : rue Romain Rolland, rue Dumas, rue du Bazar Saint-Laurent, rue de l’Évêché…

Quartier français de Pondichéry, Inde

Nous croisons par ici un monument aux soldats morts rédigé dans la langue de Molière, par là un bureau surmonté d’un écriteau « Douanes », quelques prières sur les murs d’une église… Sans compter les innombrables restos, cafés, magasins qui surfent sur la vague en choisissant un nom français. Il paraît même que les anciens jouent encore à la pétanque, mais l’histoire ne dit pas s’ils le font avec un verre de pastis à la main.

Quartier français de Pondichéry, Inde

Est-ce que les habitants d’origine indienne parlent français ? Quelques-uns, mais pas en tant que langue principale. Ceux à qui nous parlons ont vécu quelques années en France avant de rentrer. Vous aurez plus de chances de croiser des Français sans lien avec l’Inde, expatriés ici pour profiter du climat et des mangues mûries à point.

Le lycée français de Pondichéry est célèbre pour être le premier à passer les épreuves du bac chaque année, fuseau horaire oblige. Attablés dans un café, nous entendons nos voisines lycéennes discuter de la prof de maths et du devoir à rendre pour le lendemain. Très déconcertant, aussi loin de la France !

Vu le nombre de beaux bâtiments encore debout, Pondy (c’est son surnom) ne devait pas manquer de moyens sous l’occupation française. Nous n’en finissons pas de repérer de belles villas et des palais pompeux, généralement agrémentés de jardins exotiques.

Bâtiment colonial à Pondichéry, Inde

Nous découvrons sur l’un d’eux le drapeau de la ville-État : bleu, blanc, rouge, un rouet indien et, étrangement, deux fleurs de lys.

Plusieurs églises parfaitement entretenues siègent également dans la vieille ville. La plus coquette est celle de Notre Dame des Anges, vêtue de rose des pieds à la tête et tout aussi élégante à l’intérieur.

Église Notre-Dame des Anges à Pondichéry, Inde

Nous rendons visite à une boulangerie (Baker Street) en nous attendant à une imitation française mal réussie… pas du tout ! Il y a des viennoiseries, du pain, des gâteaux, des chocolats, disposés dans les mêmes vitrines qu’en France. Mieux encore, ils vendent de la galette des rois. Une tarte à l’amande, expliquera le serveur à un client indien.

Les cafés et restaurants ne sont pas en reste, avec une décoration soignée, des terrasses qui incitent à flâner des heures et des plats redoutables qui mixent saveurs indiennes et françaises.

Resto et plantes à Pondichéry, Inde Café mignon à Pondichéry, Inde

 

Passer de la France à l’Inde, sans passeport

Même si le quartier « français » sait se faire apprécier, nous en sortons à plusieurs reprises pour explorer le reste de Pondichéry. Les traces de la France s’effacent, nous sommes incontestablement en territoire indien et ce n’est pas pour nous déplaire !

Vous vous souvenez des kolams dessinés sur le pas des portes dans le Karnataka ? Ils sont ici aussi nombreux et encore plus colorés. D’autant que le nouvel an tamoul approche.

Kollams dessinés au sol à Pondichéry, Inde

Nous approchons du temple hindou principal, l’Arulmigu Manakula Vinayagar Temple, bien plus impressionnant que les églises finalement assez classiques. Déjà, le quartier alentour bouillonne de vendeurs et d’animation, puis le temple lui-même est un grand méli-mélo de couleurs et de formes.

Temple hindou à Pondichéry, Inde

À l’intérieur, les Hindous se livrent à toutes sortes de rituels qui nous laissent perplexes. Que les prêtres se déplacent torses nus de fidèle en fidèle pour marquer leur front, à la rigueur. Mais que les croyants croisent les bras pour se boucher les oreilles et sautiller sur place, cela nécessiterait bien quelques explications. Nous remarquons même des femmes occupées à exploser des noix de coco de toutes leurs forces sur le sol. En termes de surprises, les églises se trouvent battues à plate couture !

Vendeuse de fleurs à Pondichéry, Inde

En traversant l’ancien canal aujourd’hui vide, ou plutôt rempli de détritus, nous atteignons la partie la plus vivante de Pondichéry. Des magasins de tout et de rien se serrent le long des trottoirs presque inexistants, les scooters et rickshaws en profitent pour nous frôler et les déchets quasi absents des rues de la vieille ville jonchent à nouveau le sol.

Ambassador à Pondichéry, Inde

Une Ambassador, la voiture indienne au luxe suranné

Ville de Pondichéry en Inde

Un détail nous amuse encore. Nous passons devant un générateur électrique tout neuf, il est bardé de traces blanches et rouges… exactement celles que les prêtres dessinaient sur les fronts dans le temple.

Dessin : transformateur électrique béni en Inde

Voilà un appareil qui ne risque plus de tomber en panne !

 

Les marchés de Pondichéry

Le dimanche, un marché s’installe sur la MG Road de Pondichéry, mais il fait beaucoup de bruit pour rien. Sous un méchant soleil s’alignent quelques stands qui vendent des tongs, des balais ou des vêtements sans grand intérêt.

Sunday market à Pondicherry, Inde

Heureusement, quelques pas de côté nous mènent au marché aux fruits voisin, Goubert market. Il est à l’ombre, coloré et plein de sourires, un marché indien comme nous les aimons. Il est juste… un peu étroit !

Goubert market, Pondichéry, Inde Mix de religions en Inde Marché goubert à Pondichéry, Inde

 

« Promenade » en bord de mer

En retraversant le vieux centre, nous débouchons sur une avenue de bord de mer, la bien nommée Promenade.

Promenade près de la plage de Pondichéry, Inde

Un début de plage donne envie de faire trempette, sauf qu’elle est coupée dans son élan quelques mètres plus loin par de gros blocs de pierre. D’après les journaux locaux, un chantier géant serait en cours pour donner à Pondichéry-sur-Mer une véritable plage d’ici 2020.

Indiennes en saris sur la plage de Pondichéry

Cela n’empêche pas les Indiens de venir profiter des couchers de soleil. Même ici, sur la côte est, où l’astre se couche dans notre dos.

Pèlerins sur la plage de Pondichéry, Inde

Curieux à l’idée d’admirer également un lever de soleil, nous nous tirons du lit vers 6h du matin. Nous nous attendons à être seuls, or nous faisons face à… une armée de zombies ! Toute la ville se donne rendez-vous sur la Promenade, en silence, pour sa séance de marche rapide quotidienne, suivie de quelques étirements.

Sportif sur la plage de Pondichery, Inde Méditation sur la plage de Pondichery
Statue de Gandhi à Pondichery, Inde

Gandhi montre l’exemple, bâton de randonnée en main

Jamais nous n’avons vu cela ailleurs, ni en Inde, ni dans le monde. Mais le plus étonnant, c’est que la plupart des passants portent un bonnet, une cagoule, un cache-oreilles, une écharpe. Ils craignent apparemment que la fraîcheur hivernale ne les transforme en glaçons. Nous portons à peine un petit pull !

Marche rapide à Pondicherry, Inde Dessin : on n'a jamais vu autant de cagoules qu'en hiver en Inde du Sud !

 

Auroville, dans l’ombre de Pondichéry

À une dizaine de kilomètres au nord de Pondichéry se trouve une étrange ville, Auroville, conçue de toutes pièces par une communauté d’utopistes internationaux. Elle a récemment fêté ses cinquante ans et peut s’enorgueillir d’avoir transformé son bout de désert en jardin. Il est possible de la visiter, mais nous apprenons que les habitants préfèrent que le tourisme ne se développe pas trop. Ce qui nous étonne, c’est qu’ils ont fait main basse sur les magasins de souvenirs de Pondichéry et qu’ils y vendent un artisanat onéreux et pas indien, ni de près ni de loin.

Plus troublant encore est l’Ashram de Sri Aurobindo, la communauté spirituelle presque sectaire à l’origine d’Auroville. Celle-ci est restée implantée dans Pondichéry et semble d’ailleurs être en train de racheter un par un les bâtiments du nord du quartier français pour les repeindre en gris. Doucement les amis, ne volez pas aux rues de Pondichéry toutes leurs couleurs ! Pour les curieux, le bâtiment principal de l’ashram peut se visiter. Au milieu d’un petit jardin, la tombe de la « Mère » est couverte de fleurs fraîches et entourée de dizaines de disciples qui méditent (photos interdites).

 

Excursion aux forts de Gingee

Dernière découverte indienne : nous nous lançons dans une petite expédition jusqu’à Gingee, une ville située à 1h30 de bus de Pondichéry. Près de celle-ci, trois collines fortifiées surveillent l’horizon. Ou plutôt surveillaient, puisque les dernières batailles remontent aux querelles de territoire entre Français et Britanniques, terminées depuis longtemps. Plus personne n’est là pour le protéger des invasions de… groupes scolaires !

Balançoires dans les arbres, Gingee, Inde

OOOoooOOOoooOOOOoooooh (citation extraite du film Tarzan)

Nous choisissons de grimper sur la plus haute colline, celle dont le sommet héberge le fort principal de Gingee et quelques autres surprises. L’ascension n’est pas particulièrement difficile, deux cents mètres de dénivelé. Si nous mettons une heure à atteindre le point culminant, c’est juste parce que nous craignons de nous liquéfier sous le soleil.

Fort de Gingee, Tamil Nadu, Inde

Le site est une belle claque visuelle. Nous en avons encore mal à la joue. À mesure que nous prenons de l’altitude, la vue se dégage sur les paysages alentour, des lacs, une jungle, des vestiges abandonnés…

Panorama depuis le Fort de Gingee, Inde

En chemin, nous croisons les maîtres des lieux, une famille de macaques réputée enquiquineuse. Sur les conseils de précédents randonneurs, nous avons réclamé un gros bâton au vendeur de billets, qui s’est révélé bien efficace pour les garder à distance. Le bâton, pas le vendeur.

Singe au Fort de Gingee, Tamil Nadu Fort de Gingee, Tamil Nadu, Inde

De la ville jusqu’au sommet, nous comptons treize murailles franchies, plus un pont-levis. Gingee n’a pas usurpé son qualificatif de forteresse la plus imprenable d’Inde !

 

Pour en savoir plus sur les Indo-Français de Pondichéry

Un soir, nous repérons un documentaire (« Two Flags ») diffusé dans le vieux « Pathé Ciné Familial ». Il met en lumière la situation très spéciale de centaines d’habitants de Pondichéry ayant la nationalité française.

En résumé, avant de quitter définitivement ce bout d’Inde, la France a laissé le choix à tous les Pondichériens de conserver la nationalité française au lieu de devenir indiens et des centaines de Tamouls l’ont acceptée. Un cadeau piégé puisqu’ils vivent maintenant en Inde sans être officiellement indiens. Un exemple ? Eh bien il leur est impossible de profiter de la gratuité des universités indiennes, or partir étudier en France leur coûterait un bras.

Un extrait (9 minutes) du documentaire est en ligne ici.

 

Notre avis sur Pondichéry

Voilà une ville qui repose en Inde ! Le quartier français est adorable et tout sauf stressant, presque exempt de circulation et de sollicitations. Le seul défaut de Pondichéry est le manque de points d’intérêt à visiter. Nous en avons rapidement fait le tour. Prenez donc cette ville comme une pause hors du temps, une sorte de dolce vita franco-indienne.

 

C’était le dernier article de notre voyage en Inde. Mais nous reviendrons. Amoureux de l’Inde un jour, amoureux de l’Inde toujours !

Conseils pratiques pour visiter Pondichéry

Transport entre Mahabalipuram et Pondichéry

Nous sommes montés dans le même bus public qui nous avait déposés à Mahabalipuram depuis Chennai. Il se prend au croisement à l’entrée du village. Passage toutes les 15 minutes environ, prix 91 roupies, durée 2h, pause devant un restaurant comprise. Malheureusement ce bus ne dépose pas dans le centre de Pondichéry, mais à 5km du quartier français. Nous avons enchaîné avec un rickshaw à 200 roupies.

Transport entre Pondichéry et Chennai

Pour rentrer à Chennai, nous avons emprunté un bus privé et climatisé, que vous pouvez donc utiliser dans l’autre sens. Le tarif n’est pas beaucoup plus élevé que le bus public. Réservation effectuée sur le site Redbus, à 262 roupies par personne. Il dessert plusieurs stations de métro à Chennai, ce qui est particulièrement pratique pour relier l’aéroport.

Où manger à Pondichéry

Vous n’aurez aucun mal à vous nourrir, mais les restaurants de fruits de mer ont tendance à pulluler sans laisser de place aux autres. Nous vous confions donc nos trois lieux préférés :

  • Le Coromandel Café, une superbe ancienne demeure coloniale rénovée et dotée d’une terrasse de rêve. C’est chic, mais les prix restent très raisonnables (certains plats ne dépassent pas 5€) en regard de la qualité. Ah, ça fait plaisir de prendre son temps à l’ombre de plantes exotiques ! Les petits déjeuners sont également exquis.
  • Dans un style plus simple mais tout aussi agréable, le café de la boutique Domus tenue par un Français propose une petite terrasse et des snacks légers mais bien pensés. L’endroit est idéal pour travailler à l’ombre avec prises et wifi.
  • Et pour manger indien dans une ambiance de cantine indienne (c’est-à-dire sombre et archi-climatisée), le restaurant Surguru propose une belle liste de dosas, uttapams, idlis, etc. Mention spéciale aux apam kurma. Préférez le Surguru principal à sa succursale Surguru Spot, moins accueillante et moins fournie.

Où dormir à Pondichéry

Sur ce plan, Pondichéry a de quoi satisfaire tous les budgets, de l’auberge de jeunesse à la maison coloniale transformée en hôtel tout confort.

Nous étions contents de notre logement : la Suffren Residency (~31€)i. Une chambre simple, propre, climatisée et surtout située au cœur du quartier français. Nous aurions juste apprécié qu’elle ait un peu plus de charme, pour rester dans l’ambiance des ruelles alentour.

Lorsque vous vous apprêtez à réserver votre logement à Pondichéry, le point le plus important à vérifier est l’emplacement dans la ville. Le quartier français, aussi appelé « white town », est de loin le plus sympa (et le plus prisé !). Voir les hébergements situés précisément dans le quartier françaisi.

Se rendre à Gingee et grimper au sommet de la colline

Il faut aller au New Bus Stand, à 3km du quartier français, monter dans un bus à destination de Tiruvannamala et préciser à l’assistant du chauffeur que vous descendrez à Gingee (fréquence apparemment élevée, prix 57 roupies, durée 1h30). Autre solution : prendre un bus pour Tindivanam et changer pour Gingee. Une fois à Gingee, nous sommes grimpés dans un rickshaw jusqu’au fort situé 3km plus loin, 70 roupies. Notez son numéro afin de le rappeler au retour. Le billet d’entrée du site est à 300 roupies. Pensez à apporter beaucoup d’eau, car le soleil cogne fort.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter. Pour en savoir plus, c'est ici.


Nous sommes aussi freelances : Mi-fugue est photographe, Mi-raison est illustrateur et nous sommes tous deux rédacteurs. Envie de travailler avec nous ?


Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

12 réponses à “Pondichéry, une touche de France en Inde”

  1. Ampi dit :

    Merci pour tous ces posts passionnants. Bon vent pour la suite.

  2. Geoffrey dit :

    En Chine, à Pékin notamment, vous pourrez aussi voir tout le monde dans les parcs faire du sport, surtout les seniors.
    Sympa Pondi!

    • mifuguemiraison dit :

      Oui on a vu ça dans pas mal d’endroits. Ici, ce qui nous a étonnés, c’est surtout le succès de la marche rapide et le silence quasi total dans la pénombre… une armée de zombies en cache-oreilles !

  3. Elisabeth dit :

    Excellent compte rendu de Pondichéry la blanche et de Pondichéry la noire. C’est un plaisir de refaire un voyage au fil de vos mots. Il y a quelques années, quelques anciens jouaient encore à la pétanque près de Notre Dame des Anges, l’histoire de dit pas si Fanny était revenue avec eux !

    • mifuguemiraison dit :

      Merci, ça fait plaisir que les amateurs de Pondichéry partagent nos impressions ! On leur souhaite de ne pas avoir croisé trop de Fanny 😉

  4. Virginie dit :

    Bonjour tous les 2.
    J’avoue que j’ai pris plaisir à découvrir votre séjour en Inde. Il y a même quelques lieu qui m’ont donné envie. Et c’était pas fait 🙂
    Mais bon malgré tout je crois que nous allons encore attendre pour l’inde.
    Encore un grand merci 😊.
    Bonne continuation
    Virginie

    • mifuguemiraison dit :

      Ahh tu nous fais plaisir là ! Laisse tout ça mijoter, un jour peut-être l’envie te prendra de t’y précipiter, qui sait ! Merci !

  5. Ségo dit :

    Merci de nous donner envie d’aller en Inde. Rattrapez-vous peu à peu votre retard sur les articles ?
    Bisous Bisous

    • mifuguemiraison dit :

      On parie que ça vous plairait ! Il y a des choses surprenantes à observer dans tous les sens, on y mange bien et l’accueil est archi enthousiaste : de bons arguments, non ? 🙂
      Pour nos récits, on va faire un bond d’un mois grâce au passage en France, mais on a une bonne série d’articles à venir sur le Maroc, donc on va garder du retard encore un petit moment.

  6. Marie dit :

    Bon bah, de l’avis de mon prof d’anthropologie de la fac, l’Inde est incontournable, c’est donc entré dans ma tête depuis des années. Mais grâce à vos récits et vos photos, on oublie les inconvénients : la foule, le bruit, la saleté… mais ça donne vraiment envie, il y a pleins de choses à voir, et je retiendrais : pleins de couleur et des sourires. En effet, c’est une destination attirante à condition de ne pas rechercher le repos… mais plutôt l’ouverture, la culture, la diversité… Merci pour ces articles ! J’ai rattrapé un peu de retard, et je continue la lecture demain !!

    • mifuguemiraison dit :

      Même si ce n’est évidemment pas la Suisse, le sud de l’Inde est déjà beauuuucoup moins poussiéreux et fatigant que le nord, c’est pas mal pour découvrir la culture indienne sans être assommé par les petites difficultés quotidiennes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.