Mi-fugue, mi-raison

Tanger la venteuse, Tanger la mystérieuse

Publié dans la catégorie Maroc, le 2 juin 2019

Tanger, cité blanche qui, perchée sur une butte, surveille tous azimuts l’Europe et l’Afrique, l’Atlantique et la Méditerranée. Ville de tous les échanges, polyculturelle, premier port d’Afrique, porte d’entrée d’un monde d’exotisme pour des générations de peintres et d’écrivains en mal d’inspiration.

Vue sur la médina de Tanger, Maroc

Nous avions découvert Tanger mystérieuse et mélancolique dans le film Only lovers left alive, puis l’avions admirée, magique et envoûtante, sur des photographies. Enfin, après plusieurs années à rêver d’elle, nous voilà à sa porte.

Main de fatma sur une porte de Tanger

Nous choisissons de loger au cœur de la médina afin de mieux nous perdre dans l’ambiance intemporelle de ses ruelles. Nous perdre… c’est le cas de le dire. Chaque fois que nous sortons, nous nous emmêlons les pinceaux.

Dessin : se perdre dans la médina... et c'est pas grave

Organiser notre propre « perte » à Tanger est à double tranchant. Nous passons de la ruelle la plus cracra à la plus croquignolette. Certaines sont réellement adorables, murs couverts de bleu, pavés parsemés de chats alanguis.

Médina de Tanger, Maroc Ruelle de la médina de Tanger, Maroc

La médina de Tanger, à l’inverse de celles de Marrakech, Fès, ou Essaouira, ne s’est jamais retrouvée envahie de touristes, ce qui minimise le nombre de boutiques de tapis, babouches et autres bricoles « juste pour le plaisir des yeux ».

Porte verte à Tanger, Maroc Vieux coiffeur à Tanger

À la place, des habitants qui dévalent ou remontent les ruelles, des épiceries, des coiffeurs, un marché plein d’olives, de pains aplatis et de mandarines. Pardon, de tangerines, la variété qui tient son nom de la ville.

Vendeur de pain à Tanger Ruelle bleue et blanche à Tanger, Maroc

La partie la plus photogénique de la médina, avec ses murs régulièrement repeints et ses pavés impeccables, est la kasbah fortifiée, le point le plus haut de la colline.

Médina de Tanger au Maroc Ruelle de médina de Tanger, Maroc Kasbah de Tanger au Maroc

À la question du nombre incroyable de chats dans les rues du Maroc, nous avons trouvé deux réponses. L’une est terre à terre, ils chassent rats et souris. L’autre est spirituelle, le prophète Mahomet possédait un félin et l’aimait beaucoup. Les deux raisons doivent se mêler, saupoudrées d’un peu d’Oh comme ils sont mignons !

Sieste de chat à Tanger

Il est un animal que les Marocains adulent plus encore : la Vache qui rit ! Nous sommes sérieux, les petits triangles de fromage sont incroyablement populaires ici. Publicités à la télé, dans la rue, sur les devantures d’épiceries, au petit déjeuner, étalés sur une crêpe msemen, en sandwich, en rayon entier au supermarché… partout !

Vache qui rit au Maroc Porte dans la médina de Tanger, Maroc

Mais revenons-en à nos moutons. Sur la gauche de la Kasbah, un balcon offre une vue sur la Méditerranée qui laisse contemplatif.

Vue sur le port de Tanger au Maroc Marocains avec vue sur la mer à Tanger

Si au contraire nous redescendons de la Kasbah par la droite, nous nous retrouvons dans la belle rue d’Italie, une artère un peu plus large qui contraste avec le reste de la médina. En hiver, les orangers qui la bordent croulent sous le poids de leurs fruits.

Ville de Tanger, Maroc

Tout en bas de la rue d’Italie, nous voilà sur la place du Grand Socco, dérivée du mot souk en espagnol. Le souk en question n’est plus au cœur de la place, il s’est réfugié dans une allée couverte.

Grand socco, Tanger, Maroc Marché de Tanger au Maroc

Quelques ingrédients achetés ici nous permettent de cuisiner notre tout premier tajine maison, une réussite !

Dessin : recette tajine de légumes

La place du Grand Socco s’entoure également d’une belle mosquée et de la Cinémathèque de Tanger, qui passe des films méticuleusement choisis tout en servant des cafés en terrasse.

Papis à djellabas, Grand Socco, Tanger Cinémathèque de Tanger, Maroc

Puisqu’il y a un Grand Socco, il y a forcément un Petit Socco. Lui non plus n’héberge plus de souk, mais à la place, quatre ou cinq cafés qui empiètent sur la rue.

Petit Socco, Tanger, Maroc

Pour le petit déjeuner, un slogan sur le mur de l’un d’eux nous convainc : « Toujours le service est rapide et frais ». Nous confirmons. À peine la commande passée, le serveur court à la boulangerie du coin et nous rapporte des crêpes baghrir (mille trous) encore chaudes qu’il arrose de miel et d’amlou. Redoutable.

Baghrir et msemen, petit déjeuner marocain

Petit conseil pour les voyageurs au Maroc : prenez le temps de demander aux gens s’ils vont bien. Que ce soit aux commerçants, aux taxis, aux passants qui vous indiquent votre chemin, au policier qui vous contrôle… à tout le monde ! Il nous aura fallu plusieurs visites dans le pays pour comprendre cela. Et ne passez pas à un autre sujet en un éclair, non, réjouissez-vous de la réponse. Vous gagnez immédiatement dix points de sympathie !

Dessin : les salutations marocaines

Sur une autre pente de la colline, nous entrons dans un quartier au look nettement plus européen. Les vieux immeubles roses-orangés de trois ou quatre étages rappellent même clairement l’Espagne. Ce n’est pas la façade décrépie du Gran Teatro Cervantes qui nous contredira, ni les restaurants qui servent de la paella.

Nos pas nous mènent enfin jusqu’à la grande promenade du front de mer. Le quartier est moderne et clinquant, il n’a absolument plus rien à voir avec la tortueuse médina, ni même avec le quartier « espagnol ». Une longue rangée de clubs et de bars lounge attendent les beaux jours et surtout les belles nuits d’été pour redémarrer leurs sonos.

Plage de Tanger, Maroc

Les baigneurs aussi attendent les beaux jours. En plein mois de février, nous avons bien plus envie de nous abriter du vent que d’enfiler un maillot. Nous ne croisons que des dromadaires, et leurs maîtres bien sûrs, qui foncent droit sur nous pour nous proposer une balade sur bosse. Non merci, nous avons mieux en tête !

 

Le Parc Perdicaris avec vue sur l’océan

À l’ouest de Tanger, la côte méditerranéo-atlantique (c’est ici que la mer et l’océan se rencontrent) est réputée belle et sauvage. Nous hésitons à nous rendre aux grottes d’Hercule mais, sans voiture, nous nous rabattons sur le Parc Perdicaris accessible en bus. Bien nous en prend. Nous débarquons dans une vaste forêt de pins qui surplombe la mer azur.

Parc Perdicaris à Tanger, Maroc

Nous pensions nous retrouver seuls, houlà non ! Par ce beau dimanche de février, tout Tanger a eu la même idée que nous. Des marcheurs et des fans de VTT se frayent un chemin entre des familles et des groupes d’amis qui déploient des pique-niques gargantuesques. Nos pauvres sandwichs font pâle figure à côté.

Dessin : le matériel indispensable d'un pique-nique marocain

Nous nous écartons des tam-tams et des you-yous (le cri de fête des Marocaines) afin d’explorer les différents points de vue, humer les embruns, plisser les yeux pour tenter d’apercevoir les côtes espagnoles et profiter des belles nuances de vert du nord du Maroc !

Parc Perdicaris, Tanger, Maroc Balançoire dans les arbres au parc Perdicaris Parc Perdicaris et Océan à Tanger, Maroc

 

Notre avis sur Tanger

Voilà une ville qui possède une véritable identité, quelque chose d’un peu intense mais indéfinissable, loin des clichés du Maroc désertique et touristique. Nous avons arpenté Tanger pendant deux jours et demi, mais il doit être bien agréable d’y passer encore plus de temps pour flâner dans ses ruelles, s’asseoir dans ses cafés, voir un film à la cinémathèque, compter les mouettes…!

Conseils pratiques pour visiter Tanger

Transports entre Asilah et Tanger

Nous sommes arrivés depuis Asilah en une heure de train. Le prix est de 16 dirhams par personne et il n’est pas nécessaire de réserver. Consultez juste les horaires au préalable car les départs sont rares.

Transports entre Tanger et Rabat

Une ligne de TGV toute nouvelle toute belle vient d’être inaugurée entre Tanger et Casablanca, le premier train à grande vitesse d’Afrique. Nous l’avons emprunté pour nous rendre à Rabat après Tanger. Prix 172 dirhams (et moins cher si vous voyagez en semaine), durée 1h20.

Rejoindre la médina de Tanger depuis la gare

Montez dans un petit taxi (couleur turquoise) et comptez 15 dirhams. Ils sont normalement équipés de compteur. Si ce n’est pas le cas, demandez le tarif avant de monter et refusez si c’est supérieur à 20 dirhams.

Se loger à Tanger

Nous tenions à loger au cœur de la médina et nous y avons trouvé cet appartement (~31€ la nuit)i. Il est un peu sombre car dans une ruelle étroite, mais très propre et doté d’une cuisine bien équipée (avec un plat à tajine !). Bref, un bon plan. Les gérants sont arrangeants, notamment pour garder les bagages.

Avec du recul, il ne nous semble pas indispensable de loger exactement dans la médina. De nombreux hôtels se situent dans les environs immédiats et vous pourrez alors tout visiter à pied.

Si en revanche vous tenez à dormir dans le coin le plus mignon de Tanger, cherchez du côté du Musée de la Kasbah. Vous mettrez toutes les chances de votre côté en utilisant le filtre « avec vue » sur un comparateur d’hôtels, puisque les plus belles ruelles sont au sommet de la colline. Voir ce lien Bookingi.

Où Tanger à manger ? Euh… l’inverse

Le seul restaurant que nous ayons testé était un petit syrien appelé Abou Tayssir. Il tient plus du fast-food que du restaurant, mais on y mange bien et il est géré par une femme vraiment très sympa ! Déjeunez sur place ou emportez la nourriture pour la déguster sur la place du Grand Socco.

Se rendre au Parc Perdicaris

Cela se fait facilement avec le bus de ville n°5. Il se prend à la station Sidi Bouabid, non loin du Grand Socco (ici). La station n’indique pas le n°5, mais il passe bien ici toutes les 20-25 minutes. Descendez à la station « Forêt Rmilat » (ici). Prix du trajet : 3,50 dirhams.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter. Pour en savoir plus, c'est ici.


Nous sommes aussi freelances : Mi-fugue est photographe, Mi-raison est illustrateur et nous sommes tous deux rédacteurs. Envie de travailler avec nous ?


Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

7 réponses à “Tanger la venteuse, Tanger la mystérieuse”

  1. Ange & Like dit :

    Je me posais la même question au sujet de la vache qui rit (que je ne mange pas du tout) lors de ma parenthèse expatriée au Sénégal. Et c’est là-bas que j’ai eu une explication plutôt rationnelle. La Vache qui rit est partout en Afrique car c’est le seul fromage qui se conserve sans problème n’importe comment et n’importe où. Encore fallait-il le savoir 🙂 !

  2. Arnaud dit :

    Que j’ai adoré Tanger ! Ma ville préférée au Maroc 🙂 Vous avez dégusté un thé à la menthe avec vue au Café Hafa ? Je voulais voir les Grottes d’Hercule mais comme vous je n’avais pas de voiture. Pour la première fois de ma vie, j’ai opté pour ce gros bus rouge à touristes (car il y allait !). Mais j’ai été un peu déçu à vrai dire, c’est pas si impressionnant (et beaucoup trop de perches à selfie à mon goût).

    Pour les Digital Nomads, j’ai une vraie pépite à recommander pour loger au coeur de la casbah. Il y a un bureau pour travailler (la pièce pas le meuble !) avec une magnifique vue. J’étais accompagné de nombreuses mouettes dont une qui couvait ses oeufs sur le rooftop juste en face 🙂 Le lien (plus abordable en basse saison) : https://www.airbnb.fr/rooms/32248199
    La douceur de vivre de cette ville me manque déjà 🙂

    • mifuguemiraison dit :

      Ça ne nous étonne pas que Tanger plaise aux nomades et autres voyageurs lents, il y a un petit quelque chose d’agréable dans l’air. Merci pour le lien Airbnb, c’est plus lumineux que notre appart !
      Non, nous ne sommes pas allés au Café Hafa, mais c’est noté pour la prochaine fois. Pour les grottes, eh bien nous n’avons pas raté grand-chose alors !

  3. Geoffrey dit :

    Belle découverte, pas une destination à laquelle on pense

  4. Gaia dit :

    Je voulais vous dire merci pour votre joli article, il m’a beaucoup aidé à organiser notre week-end à Tanger! Inspirante découverte, nous avons suivi votre itinéraire et découvert plein de belles choses! Je recommande également le café Hafa quand vous y retournerez et le bleu de fez est une magnifique boutique de tapis, les plus beaux qu’on ai vu!

Répondre à mifuguemiraison Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.