Mi-fugue, mi-raison

Une montagne de raisons de visiter Kazbegi en Géorgie

Publié dans la catégorie Géorgie, le 6 novembre 2018

Nous avions débuté notre découverte de la Géorgie en fanfare avec les majestueuses montagnes couvertes de neiges éternelles de la Svanétie, c’est-à-dire vers le nord-ouest. Et comme, à nos yeux, cette chaîne du Grand Caucase est LE trésor national, nous n’hésitons pas bien longtemps avant d’y retourner en guise de dernière étape. Cette fois-ci, ce sera du côté nord-est du pays, dans la petite ville de Kazbegi.

Carte de Kazbegi en Géorgie

L’avantage, ou bien le problème de Kazbegi selon les points de vue, est sa proximité avec la capitale Tbilissi. À trois heures de route seulement, les touristes s’y pressent bien plus volontiers qu’en Svanétie. Un problème qui se volatilise en octobre, puisque la plupart des voyageurs sont repartis vaquer à leurs occupations !

 

De Tbilissi à Kazbegi : la Military Highway

Ne tenez pas rigueur à l’autoroute pour son nom militaire, il ne s’agit que de son tout premier usage il y a plus de deux siècles, à l’époque des tsars de Russie et de leurs pulsions conquérantes.

À la station de bus de Tbilissi, nous ratons de peu le départ d’une marshrutka et nous nous rabattons sur un taxi partagé avec quatre autres voyageurs. L’avantage, c’est que le chauffeur (et chauffard sur les bords) fait deux belles pauses en chemin, aux endroits les plus spectaculaires.

D’abord à la forteresse d’Ananouri, qui surplombe un lac…

Forteresse d'Ananouri, Géorgie

… puis au bien nommé « Panorama Point » juste après la station de ski de Gudauri. L’étrange monument qui s’y trouve est dédié à l’amitié entre la Géorgie et la Russie.

Russia–Georgia Friendship Monument, Gudauri, Géorgie

Nous passons la dernière portion de route le nez collé à la vitre tant les paysages sont grandioses : des vallées immenses, des nuages bas, des arbres atteints de jaunisse automnale et parfois, sur la montagne d’en face, des troupeaux de trois cents moutons chargés de l’entretien du gazon.

Montagnes de Géorgie, Gudauri, Kazbegi

 

La ville de Spetan… Staman… Stepantsminda !

Stepantsminda est le nouveau nom de la ville de Kazbegi. Il a cependant peu de chances de s’imposer tant il est long. Comme tout le monde, nous allons continuer d’utiliser l’ancien nom.

Kazbegi, donc, est le genre de ville qui peut paraître belle de loin, dans son écrin de montagnes, mais n’éblouit pas particulièrement par son charme une fois entre ses murs. Nous sentons bien que nous retrouvons la Géorgie des alpages, celle des ruelles mal éclairées et des bouses de vaches, un combo gagnant !

Village de Stepantsminda, Kazbegi, Géorgie

Pas étonnant que nos regards tentent constamment de s’enfuir vers le lointain, vers les flancs spectaculaires qui nous entourent et surtout… surtout… vers le sublime Mont Kazbek dans son manteau de neige.

Montagnes au-dessus de Stepantsminda, Géorgie

Vue vers l’est

Église de Kazbegi, Géorgie

Vue vers l’ouest

Et cette église, n’est-elle pas jolie ? Si les Géorgiens sont plutôt doués pour hisser leurs temples sur des promontoires qui les mettent en valeur, les habitants de Kazbegi ont poussé le concept jusqu’à aligner leur petite église de la Trinité de Guerguétie entre la ville et le sommet le plus emblématique du pays, afin de la rendre inratable.

 

Ascension jusqu’à l’église à pied

Il y a une trentaine d’années, les autorités soviétiques ont implanté un téléphérique reliant l’église au village. Or il s’est rapidement retrouvé déboulonné comme une statue de Staline par les habitants qui considéraient qu’il profanait les lieux. À la place, un défilé de 4×4 effectue l’aller-retour toute la journée, ce qui n’est guère mieux.

Si vous le pouvez, montez à pied, vous ne le regretterez pas. Cela ne représente qu’1h15 de marche environ, sans grande difficulté.

Les prévisions météo nous offrant une fenêtre de soleil en matinée uniquement, nous voilà sur les sentiers dès 7h30. Nous pensions être les seuls randonneurs déjà en action, mais nous en croisons d’autres. Ils nous recommandent un chemin alternatif qui permet d’éviter la route des 4×4. Merci à eux, il est superbe !

Randonnée vers le mont Kazbek, Géorgie Randonnée vers l'église de Stepantsminda, Kazbegi

Comme lors de chacune de nos randonnées, ou presque, un chien nous adopte et nous montre le chemin tout du long. C’est incroyable à quel point ces petites bêtes peuvent se prendre d’affection pour des humains lambda alors qu’elles pourraient vivre leur vie dans leur coin… aller draguer leurs congénères sur des sites de rencontres canines par exemple.

Le chien rêve à une gaufre

Une fois là-haut, nous sommes légèrement déçus par l’église dont l’intérieur est sombre et pauvrement décoré. Nous sommes en revanche complètement sous le charme des paysages environnants avec vue sur la ville de Kazbegi en contrebas et sur le magnifique Mont Kazbek en contre-haut.

Église Trinite Guerguétie, Géorgie Volcan Kazbek, Kazbegi, Géorgie

Nous découvrons que le Kazbek, non content d’être le plus haut sommet de Géorgie avec ses 5 047m, est également un volcan, ce qui explique ses teintes rouges.

Dessin : le Mont Kazbek timide rougit un peu

Rassurez-vous, il roupille depuis bientôt trois mille ans.

Nous poursuivons un peu l’ascension en nous faufilant entre les vaches jusqu’au sommet de la colline suivante. La vue est encore plus impressionnante sur l’église. C’est en revanche le moment que choisissent de vilains nuages pour faire disparaître le volcan. Nous ne le reverrons plus de la journée.

Église Tsminda Sameba, Kazbegi, Géorgie

 

Randonnée vers Juta, dans la vallée de Sno

La région est si belle que nous en réclamons encore ! Nous repérons dans les environs la vallée de Sno, qui semble plaire aux randonneurs, ainsi qu’une agence qui assure l’aller-retour en minibus. Une fois arrivés au village de Juta, le chauffeur nous pointe du menton la direction et fixe une heure de rendez-vous en fin d’après-midi pour le retour. Son chemin nous mène vers cette vallée :

Trek dans la vallée de Sno, Juta, Kazbegi

Nous sommes aux anges ! Nous nous dirigeons droit sur le mont Chaukhi, tout au fond de ce tableau. C’est beau de tous les côtés. À moins que ce ne soit l’amour de la montagne qui nous rende aveugles ?

Mont Chaukhi, Juta, Sno, Géorgie Âne devant le Mont Chaukhi, Géorgie

Nous marchons une petite heure, traversons une rivière sur des cailloux, croisons des chevaux en liberté, prenons mille photos… jusqu’à atteindre un petit lac qui marque le début d’une ascension plus raide vers le haut des montagnes.

Chaukhi pass, Juta, Sno valley, Kazbegi Randonnée dans la vallée de Sno, Juta, Kazbegi, Géorgie

Un choix difficile s’offre alors à nous. Poursuivre et transpirer ou bien rebrousser chemin pour étaler nos corps pas encore fatigués dans les chaises longues du café croisé un peu plus tôt ?

Dessin : On tire à pile ou face pour les transats

Les transats finissent par l’emporter.

Détente dans les montagnes de Kazbegi, Chaukhi, Juta, Géorgie

Nous ne nous lassons pas du spectacle, et alors que la température chute, nous nous enroulons dans les couvertures mises à nos disposition. Le lendemain matin, nous prenons quelques flocons de neige sur le crâne. Dire que, six semaines plus tôt, nous étions sous la fournaise estivale à l’autre bout du pays !

Il est temps pour nous de cavaler vers le sud, vers…

Cheveux dans les montagnes de Kazbegi, Géorgie

… l’Arménie ! Alors à bientôt pour nos premiers articles arméniens !

 

Conseils pratiques sur Kazbegi

Transport de Tbilissi à Kazbegi : Les bus partent de la gare routière de Didube (près de la station de métro du même nom). Là, c’est un peu le bazar, une dizaine de chauffeurs de taxi cherchent des touristes vers Kazbegi et il faut insister pour repérer les marshrutkas qui partent chaque heure pour 15 laris par personne. Pas de chance, nous sommes arrivés cinq minutes trop tard. Les taxis partagés attendent juste autour de la marshrutka et font payer 20 laris par personne pour une voiture pleine, plus sinon. L’avantage du taxi, ce sont les pauses à la forteresse d’Ananouri et surtout au Panorama Point. Au retour, nous avons pu monter dans une marshrutka. Durée des trajets : 3h, pauses comprises dans le cas du taxi.

Transport de Sighnaghi à Kazbegi : Nous espérions ne pas repasser par Tbilissi, mais ce n’est pas vraiment possible en bus. Nous avons donc enchaîné un bus de Sighnaghi à Tbilissi, quelques stations de métro, puis le trajet indiqué ci-dessus jusqu’à Kazbegi.

Où dormir à Kazbegi ? La ville regorge de maisons d’hôtes et vous n’aurez que l’embarras du choix. Nous étions à la Gocha Toliketi Guesthouse (~23€ la chambre double)i, dans une grande chambre confortable et impeccablement propre avec vue sur le Mont Kazbek depuis le lit ! Les propriétaires ne parlent pas anglais mais sont doués pour se faire comprendre avec des gestes.

Où manger à Kazbegi ? Les choix ne sont pas exceptionnels. Une poignée de cafés/restaurants se sont installés le long de la route principale. L’Anno’s Sweet Corner par exemple propose quelques snacks corrects. Pour un cadre beaucoup plus chic, le restaurant du grand hôtel Rooms qui domine la ville concocte de bons plats géorgiens et il est possible de s’en sortir sans dépenser un bras. (Nous avons regardé par curiosité le prix des chambres : très élevéi !)

Randonner jusqu’à l’église perchée : Pour débusquer le bon chemin vers l’église de la Trinité, ce n’est pas compliqué. Marchez vers la partie haute de la ville. Une fois ici, repérez la vieille tour sur votre gauche, rapprochez-vous et contournez-la d’un côté ou de l’autre, les deux chemins se rejoignent. Ensuite, plus de risque de se perdre. Comptez entre 1h et 1h30 de montée.

Randonner dans la vallée de Sno : Nous avons réservé la veille pour le lendemain nos places dans un van auprès de la petite cahute qui vend des souvenirs près de la fontaine. Rendez-vous à 11h pour rejoindre Juta en 30 minutes. Le retour à Kazbegi est à 18h. Entre-deux, quartier libre. Ce sont les horaires de la basse saison (à partir de début octobre). En haute saison, ils organisent deux départs à 9h30 et 11h. Tarif : 30 laris par personne. Plusieurs petits restos/refuges/campings se sont installés dans la vallée le long de la randonnée, vous ne mourrez pas de faim.

Nous avons hésité entre cette vallée de Sno et la vallée de Truso. Selon les informations que nous avons glanées, Truso est au moins aussi belle, avec possibilité de randonner à plat sur une vingtaine de kilomètres.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter. Pour en savoir plus, c'est ici.


10 réponses à “Une montagne de raisons de visiter Kazbegi en Géorgie”

  1. Mila dit :

    Wow, mais quelle beauté ces paysages, c’est dingue ! Ça fait rêver en tout cas et ça donne bien envie de venir faire un tour par là, tant il n’y a personne sur vos photos.
    Merci pour ce voyage !!

    • mifuguemiraison dit :

      T’as vu ça ? Il y a pas mal de Russes l’été mais en basse saison, c’est très calme. Le pays semble apprécié des cyclistes en plus 🙂

  2. Marie dit :

    Wahou !!!!!!!!!!!trop beau, ça y est je suis prête à y aller ! Merci pour cette balade !! Biz

  3. Véronique dit :

    Nous aussi nous avions hésité entre Sno et Truso. Truso est un de nos plus beaux souvenirs de voyage (nous avons la photo sur notre frigo pour les longs mois d’hiver …) car même en plein été il n’y a pratiquement aucune voiture, simplement des moutons au loin et des cavaliers. Par contre il faut faire une vingtaine de km à pied mais au plat. Et les couleurs sont magnifiques. Mais votre article m’a fait regretter de ne pas être allée à Juta. Une autre fois j’espère.
    Et merci encore pour votre blog.

    • mifuguemiraison dit :

      Merci pour ton retour, on note pour Truso et on va modifier notre petit commentaire en bas de l’article. La prochaine fois on ira à Truso pendant que vous irez à Juta !

  4. Julian Sloane dit :

    J’ajoute la Kazbegi à mon itinéraire. J’ai décidé d’y passer 3 jours. J’espère que ce sera suffisant. En tout cas, j’ai hâte de lire tes prochains articles sur l’Arménie

  5. Constance dit :

    Ces chaises longue avec la vue sur la vallée…c’est le spot le plus sympa au monde non?
    Les montagnes de Géorgie ont définitivement l’air sublimes, mais j’ai très très hâte de voir celles d’Arménie (il y a bien des montagnes en Arménie?)

    • mifuguemiraison dit :

      C’est clair, on peut difficilement trouver mieux dans le monde ! En plus on dégustait en même temps un excellent chocolat chaud. Oui, il y a des montagnes en Arménie. Moins hautes et impressionnantes qu’en Géorgie, mais sympas quand même 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.