Mi-fugue, mi-raison

Anuradhapura, Polonnaruwa, Sigiriya : le triangle culturel sri-lankais

Publié dans la catégorie Sri Lanka, le 22 mai 2017

Que ce terme de « Triangle Culturel » cache-t-il au juste ? Il s’agit du cœur historique du Sri Lanka, regroupant d’innombrables vestiges : capitales de royaumes disparus, palais, temples en ruines, lieux sacrés…

Dessin : le Triangle Culturel du Sri Lanka

 

Nous vous avons déjà présenté l’une de ses trois pointes, la ville de Kandy. Nous allons maintenant enchaîner Anuradhapura, Polonnaruwa, Dambulla et Sigiriya en six jours, afin d’en prendre plein les yeux avant de quitter le pays !

 

Anuradhapura, la très ancienne capitale

Il faut bien le dire, le Sri Lanka foisonne de noms de ville à rallonge, ce qui ne simplifie pas toujours la vie des touristes !

Dessin : noms de ville à rallonge au Sri Lanka

Malgré son nom impossible à retenir, un roi cingalais fit d’Anuradhapura sa capitale, au quatrième siècle avant J.C. Elle conserva ce statut pendant plus de 1300 ans, se modernisant et s’élargissant sans cesse. Puis la capitale déménagea et Anuradhapura fut abandonnée de façon assez radicale, pour ne redevenir qu’un petit village.

Nous louons des vélos et partons de bon matin, à 7h. L’objectif est de visiter la vieille ville avant que le soleil ne cogne trop fort.

Le premier temple que nous croisons est Isurumuniya (200 Rp par personne). Il est calme, accolé à un rocher qui abrite une grotte.

Isurumuniya temple, Anuradhapura, Sri Lanka Isurumuniya temple, Anuradhapura, Sri Lanka

Le monument le plus emblématique d’Anuradhapura est Jethawanaramaya, un stūpa géant mesurant cent vingt-deux mètres et relativement bien conservé pour son grand âge, mille sept cents ans. Il renfermerait, sous les cent millions de briques rouges qui le composent, un morceau de la ceinture de Bouddha. Un volontaire pour aller vérifier ?

Jethawanaramaya, Anuradhapura, Sri Lanka Jethawanaramaya, Anuradhapura, Sri Lanka

Plus loin, le Sri Maha Bodhi (gratuit) est le temple le plus prisé des Sri-Lankais. Il est construit autour d’un bodhi, arbre sacré pour les bouddhistes. Pour être qualifié de bodhi, l’arbre de la famille des ficus doit impérativement être la bouture d’un autre bodhi. La lignée peut être ainsi remontée jusqu’au bodhi originel, l’arbre sous lequel Bouddha a connu l’éveil spirituel. Celui de ce temple se trouve être carrément la branche droite du bodhi de Bouddha, précautionneusement rapportée d’Inde et plantée ici à Anuradhapura en 288 avant J.C., ce qui en ferait le plus vieux bodhi du monde.

Une grande ferveur religieuse entoure ce temple, avec de nombreux fidèles, des offrandes, des moines, des familles qui s’assoient pour prier ensemble…

Sri Maha Bodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka Sri Maha Boodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka Sri Maha Bodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka Sri Maha Bodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka Sri Maha Bodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka Sri Maha Bodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka Sri Maha Bodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka Sri Maha Bodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka Sri Maha Bodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka
Sri Maha Bodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka

Il n’y a pas d’âge pour devenir moine bouddhiste

Sri Maha Bodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka Sri Maha Boodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka
Sri Maha Boodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka

Les singes sont nombreux autour de ce temple, probablement attirés par les offrandes !

Sri Maha Boodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka

Non, ce ne sont pas des caleçons qui sèchent, mais des tissus de prières !

Sri Maha Boodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka Sri Maha Boodhi Temple, Anuradhapura, Sri Lanka

Mais au fait, pourquoi n’y-a-t-il que des temples et des stūpas à Anuradhapura ?

Après la désertion de la ville, seuls les temples sont restés en activité, entretenus au fil des âges par les moines et visités par les pèlerins. En tant que visiteurs, nous avons l’impression d’aller de temple en temple, mais en y regardant de plus près, la zone est truffée de murs mal en point ou de colonnes qui ne tiennent plus rien. Il faut un bel effort d’imagination pour reconstruire mentalement une grande ville antique. Sachez que les lacs eux-mêmes sont en réalité d’immenses réservoirs artificiels façonnés par l’Homme.

Anuradhapura, Sri Lanka

Conseils pratiques sur Anuradhapura

Venir depuis Colombo ou Jaffna : La gare d’Anuradhapura se trouve sur la ligne Colombo-Jaffna. En venant de Jaffna, nous nous sommes offert un trajet dans un train 100% première classe (1000 Rp par personne, 2h30 de trajet), avec une climatisation bienvenue après la canicule subie dans le nord. Les horaires sont disponibles ici.

Visiter le site d’Anuradhapura : Le site n’a pas d’entrée à proprement parler, sa frontière avec la ville nouvelle est floue. Les touristes sont alors censés se rendre dans l’un des musées pour acheter un ticket à 25$. C’est cher, mais ce n’est pas encore suffisant puisque certains temples demandent un supplément. Nous avons donc pris le risque de nous passer du ticket en visitant seulement quelques temples qui ne l’exigeaient pas.

Hôtel à Anuradhapura : Nous sommes restés deux nuits à l’hôtel Diamond Lake, qui offre de belles chambres neuves et surtout luxueuses, pour un tarif très abordable. Un vrai bon plan ! Ils louent des vélos sur place pour 500 Rp, ce qui permet d’explorer le site historique en toute autonomie.

Restaurant : La plupart des hébergements proposent les repas. De ce fait, nous avons eu du mal à trouver de vrais restaurants. Nous avons cependant apprécié notre dîner dans la sympathique guesthouse Little Paradise, proche de notre hôtel, pour 500 Rp par personne, dessert compris.

 

Polonnaruwa, les ruines assiégées par la jungle

En désertant Anuradhapura au XIe siècle, le royaume cingalais choisit Polonnaruwa comme nouvelle capitale. Il faut tout recommencer : des temples et des palais sont construits dans toute la ville et… un nouveau lac est façonné.

C’est une nouvelle fois au guidon de nos bicyclettes que nous partons explorer l’énorme site archéologique. Il s’avère facile à parcourir et particulièrement verdoyant, ombragé par de vieux arbres tortueux. Les ruines elles-mêmes sont en meilleur état de conservation que celles d’Anuradhapura, permettant de mieux visualiser l’ancienne ville. Le raffinement de l’architecture sri-lankaise d’époque n’a rien à envier aux cathédrales construites parallèlement en Europe

Site antique de Polonnaruwa, Sri Lanka Polonnaruwa, Sri Lanka Polonnaruwa, Sri Lanka Site antique de Polonnaruwa, Sri Lanka Polonnaruwa, Sri Lanka
Polonnaruwa, Sri Lanka

Les temples bouddhistes côtoient des temples hindous comme celui-ci, dédié au dieu Shiva.

Polonnaruwa, Sri Lanka Polonnaruwa, Sri Lanka Site antique de Polonnaruwa, Sri Lanka Site antique de Polonnaruwa, Sri Lanka Site antique de Polonnaruwa, Sri Lanka Polonnaruwa, Sri Lanka Polonnaruwa, Sri Lanka Polonnaruwa, Sri Lanka
Polonnaruwa, Sri Lanka

Bouddha aurait-il perdu la tête ?

Polonnaruwa, Sri Lanka Polonnaruwa, Sri Lanka

Là encore, des macaques vivent dans le parc, mais ils ne se montrent pas agressifs. Nous passons pas loin de cinq heures à parcourir l’ensemble des ruines. Clou du spectacle, trois grands bouddhas : assis, debout, couché. Le dernier est un petit chef-d’œuvre.

Polonnaruwa, Sri Lanka Bouddha couché, Polonnaruwa, Sri Lanka Polonnaruwa, Sri Lanka

Conseils pratiques sur Polonnaruwa

Venir depuis Anuradhapura en bus : Départs fréquents depuis la station de bus d’Anuradhapura. Nous n’avons attendu que deux minutes, c’est la magie des bus sri-lankais. Le trajet dure 3h30 et coûte 150 Rp par personne.

Billet d’entrée de la vieille ville : Le billet s’achète au musée, situé en bordure du lac. Son coût de 25$ est très élevé pour l’Asie, mais au même prix c’est bien plus beau et intéressant qu’Anuradhapura. Au Sri Lanka, les tarifs sont souvent indiqués en dollars mais nul besoin d’en avoir sur soi, les roupies suffisent.

Hôtel à Polonnaruwa : Nous vous recommandons la guesthouse Ruins Villa, située dans une zone de calme et de nature. Le propriétaire est très sympathique et disponible. Il nous a emmenés en promenade nocturne pour nous montrer des biches et des porcs-épics à la lampe torche. Il loue des vélos pour 300 Rp la journée. Une belle promenade de vingt minutes en bordure du canal mène à l’entrée du parc archéologique et la guesthouse se situe juste à côté de l’une des sorties.

Restaurant : Si vous souhaitez manger dans un restaurant plus local que touristique, rendez-vous au Sunrise & Achille, qui propose un buffet de riz au curry au prix imbattable de 250 Rp.

 

Dambulla et ses grottes colorées

Pour ceux qui n’ont pas encore eu leur dose de bouddhas, voici un site culturel qui dénote. Les grottes de Dambulla se situent en haut d’un rocher et abritent d’innombrables peintures et sculptures rouges, bleues, or… La montée est raide mais ne prend que quinze minutes à pied, au milieu de grands singes peu farouches qui, sous leurs airs mignons, n’hésitent pas à chaparder les glaces des touristes !

Au sommet, nous sommes déjà récompensés par un point de vue sur le paysage alentour.

Singes à Dambulla, Sri Lanka Singe à Dambulla, Sri Lanka Colline à Dambulla, Sri Lanka Temple d'or de Dambulla, Sri Lanka Temple d'or de Dambulla, Sri Lanka

Sur les quatre-vingts grottes du rocher, seules les cinq principales se visitent. Chaque centimètre carré des murs et des plafonds est recouvert de fresques et de motifs. Ce n’étaient pas des feignants à l’époque ! Des dizaines et des dizaines de statues figent le grand sage dans toutes les positions.

Dessin : Bouddha Breakdance Temple d'or de Dambulla, Sri Lanka Temple d'or de Dambulla, Sigiriya Temple d'or de Dambulla, Sigiriya Temple d'or de Dambulla, Sigiriya
Temple d'or de Dambulla, Sigiriya

Les sculpteurs avaient visiblement une passion pour le copier-coller.

 

Informations pratiques sur Dambulla

Venir depuis Polonnaruwa en bus : Plusieurs bus font le trajet. Cependant, si vous voulez être déposé devant le temple, choisissez celui qui part de la station de bus de Polonnaruwa à destination de Kandy. Demandez au contrôleur ou aux passagers de vous prévenir lorsque vous arrivez. Le trajet dure 3h pour 100 Rp par personne.

Grimper aux caves sans ses bagages : En arrivant au temple, nous avons grignoté dans un boui-boui, deux cents mètres plus loin, de l’autre côté de la route. Ils ont gentiment accepté de garder nos sacs pendant notre visite des grottes et ont même refusé le billet tendu.

Ticket d’entrée aux grottes : Nous avons dû payer 10$ chacun. Le guichet se trouve à l’opposé de l’entrée principale, sur le parking, ce qui oblige à un détour. D’après les témoignages, le temple est parfois gratuit.

Aller à Sigiriya depuis Dambulla : Plutôt que de dormir sur place, nous avons préféré enchaîner et dormir à Sigiriya, qui ne se trouve qu’à 19km. Pour cela, il nous fallait retourner au centre-ville de Dambulla, ce que nous avons fait en tuk-tuk pour 100 Rp. Attention, le bus pour Sigiriya ne part pas toujours du terminal de bus, où nous l’avons attendu en vain. Il arrive que l’arrêt soit déplacé 1km plus loin, en face du restaurant Bentota Bake House.

 

L’ascension du rocher Pidurangala à Sigiriya

L’attraction principale de Sigiriya est le Rocher du Lion, un immense bloc chapeauté d’un palais dont il ne reste que des ruines.

Vue sur le Lion's rock depuis le Pidurangala rock, Sigiriya, Sri Lanka

Son histoire est liée à celle d’un homme qui, au Ve siècle, voulait devenir roi. Kassyapa, c’est son nom, était le fils cadet du roi. Sachant que le trône était destiné à son frère aîné, il le chassa en Inde. Mais en partant, ce dernier promit de revenir se venger. Kassyapa, devenu paranoïaque, fit construire une citadelle imprenable en haut de ce rocher et s’y mura. Dix-huit ans plus tard, le grand frère revint à la tête d’une armée. Kassyapa avait pensé à tout sauf aux réserves de nourriture. Après une semaine de siège seulement, il descendit de son rocher et se fit exécuter.

Dessin : le roi Kassyapa sur son rocher du lion

L’ascension du Lion’s Rock coûte 30$. Les prix augmentent régulièrement et le triangle culturel sera bientôt renommé le « triangle tirelire ». Plutôt que de grimper sur cet onéreux rocher, nous escaladons le rocher voisin appelé Pidurangala. Légèrement moins élevé (162m contre 180m), il offre plusieurs avantages :

  • la montée ne coûte que 500 Rp contre 4500 Rp,
  • il attire beaucoup moins de visiteurs, donc la montée ne se fait pas à la queue leu-leu,
  • il offre une belle vue sur le Lion’s Rock au milieu de la jungle,
  • il est possible d’y grimper tôt le matin pour assister au lever du soleil, ce que nous avons fait !

Nous partons de notre hôtel en tuk-tuk à 5h du matin. À cette heure, le corps se lève sans activer le cerveau ! Nous sommes déposés vingt minutes plus tard devant le Pidurangala. La montée est abrupte et s’apparente presque à de l’escalade sur la fin. Il vaut mieux réactiver son cerveau. Rien de très dangereux cependant. Après trente minutes, nous voilà au sommet. Le ciel commence à rougeoyer, puis à éclairer une dense jungle embrumée qui s’étend à perte de vue.

Pidurangala rock, Sigiriya, Sri Lanka Pidurangala rock, Sigiriya, Sri Lanka

Ce lever de soleil est l’une de nos meilleures expériences au Sri Lanka. Nous ne sommes pas plus d’une trentaine de personnes sur la large esplanade naturelle au sommet. Nous restons là un long moment, à contempler le majestueux Rocher du Lion et les vagues de brume qui persistent bien après le lever du soleil.

Pidurangala rock, Sigiriya, Sri Lanka Pidurangala rock, Sigiriya, Sri Lanka Vue sur le Lion's rock depuis le Pidurangala rock, Sigiriya, Sri Lanka Lion's rock, Sigiriya, Sri Lanka Pidurangala rock, Sigiriya, Sri Lanka

Une promenade de quatre kilomètres nous reconduit jusqu’à notre guesthouse. Nous passons devant l’entrée du Rocher du Lion, noire de monde. Ces cinq semaines de voyage au Sri Lanka finissent en apothéose. Maintenant, la sieste !

Attention éléphants

Éléphants sauvages errants au crépuscule.

Informations pratiques sur Sigiriya

Venir depuis Dambulla : Comme expliqué précédemment, le bus depuis Dambulla s’attend soit au terminal de bus, soit en face du restaurant Bentota Bake House. Un bus passe toutes les trente minutes, au prix de 34 Rp par personne pour 45 minutes de trajet.

Hôtel à Sigiriya : Nous avons beaucoup apprécié notre guesthouse Jaan Guest, qui propose des chambres simples mais parfaites (terrasse, wifi, eau chaude) à un prix ultra-compétitif, petit déjeuner compris. Les dîners valent le détour.

Tuk-tuk pour Pidurangala avant le lever du soleil : Nous ne sommes a priori pas nombreux à nous lever si tôt, mais le propriétaire de notre guesthouse contacte plusieurs connaissances et hop, il trouve quelqu’un qui accepte d’écourter sa nuit, au tarif très raisonnable de 500 Rp l’aller simple. La route la plus courte est dangereuse au crépuscule à cause des éléphants sauvages. Ne vous étonnez donc pas si le conducteur entreprend un large détour.

Rejoindre Negombo (l’aéroport de Colombo) depuis Sigiriya : Nous avons repris le bus en sens inverse jusqu’à Dambulla, puis enchaîné un bus Dambulla-Kurunegala (2h30, 81 Rp par personne) et Kurunegala-Negombo (2h, 195 Rp chacun avec clim, le grand luxe).

Bus au Sri Lanka
Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.



Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

11 réponses à “Anuradhapura, Polonnaruwa, Sigiriya : le triangle culturel sri-lankais”

  1. geoffrey dit :

    J’aime beaucoup les dessins de cet article ! Tous excellents.
    Et j’adore la blague du copier-coller.
    Très intéressant l’histoire de la lignée de bodhi, j’ai appris un truc. Et le bodhi originel, il existe encore ?
    Vos photos au rocher du lion sont dingues.
    Décidément, ça donne envie d’aller au Sri Lanka ! Bises à vous deux. Et qui sait, à bientôt peut-être ?

    • mifuguemiraison dit :

      Merci !

      Le bodhi originel en Inde a été détruit et remplacé plusieurs fois, par des ennemis du bouddhisme ou plus récemment une tempête. L’arbre actuellement planté est issu d’une branche du bodhi sri-lankais !

      Oui, à bientôt peut-être 😉

  2. Waouw! Cette série d’articles sur le Sri Lanka est … waouw! Super intéressante. Le rocher du lion était déjà sur ma bucket list, mais je n’avais pas idée à quel point le Sri lanka était riche en paysage et en histoire. Polonnaruwa à l’air particulièrement sympa. Merci pour toutes ces infos! 🙂

  3. Julien dit :

    Bonjour,
    Très bon blog, avec juste ce qu’il faut d’ironie ! Très bonnes photos aussi (en particulier sur cette page le lever de soleil et la silhouette de dos). J’avais laissé le Sri Lanka de côté sur ma liste de pays, de peur de me retrouver en Inde mais en moins spectaculaire (et moins pénible cela dit), mais je le remettrais presque, ayant déjà visité le Népal !

    J’ai tout de même l’impression que les temples ne sont pas exceptionnels : confirmez-vous ?
    Sinon, vous diriez qu’au global, c’est facile en mode routard, sans organisation à part la première nuit ?
    Et enfin, quelle durée recommanderiez-vous à un rythme correct, et pour quel budget ?
    Merci.

    • mifuguemiraison dit :

      Salut Julien et merci pour les compliments !

      On te confirme qu’il n’y a pas vraiment de temples extraordinaires, comme il peut y avoir dans d’autres pays. Ce n’est pas l’aspect le plus emballant du Sri Lanka. La visite en mode routard semble très facile (hors saison en tous cas). Les transports sont pratiques et les hébergements ne sont pas trop chers. La durée parfaite est probablement de trois semaines, ou un peu moins si tu enchaînes vite, pour un budget d’environ 20€ par jour (hors prix d’entrée des visites dans le triangle culturel).

      Bref, nous on a adoré (en ayant visité l’Inde) et tu devrais aimer aussi !

  4. Ça y est je les ai tous lus : vos articles sur le Sri Lanka sont géniaux! À défaut de partir en vacances loin cet été, je m’évade en lisant vos articles 😀 D’ailleurs, on pense sérieusement au Sri Lanka pour notre prochaine escapade en Asie en mars prochain 😉

    • mifuguemiraison dit :

      Super, ça fait bien plaisir de te lire 🙂 On vous souhaite vraiment d’y aller l’an prochain, c’est clairement l’un de nos plus beaux voyages !

  5. Sylviane dit :

    Merci pour tous ces commentaires et details qui sont très utiles, quand on visite pour la première fois un pays, nous pensons nous rendre au Sri Lanka mi janvier prochain, nous sommes retraités, donc nous avons le temps, nous aimerions aussi faire in séjour balnéaire après tout ce circuit.
    Merci aussi pour les adresses.
    Cordialement.
    Sylviane

    • mifuguemiraison dit :

      Bonjour Sylviane, ravis que notre blog vous soit utile. Le Sri Lanka devrait vous plaire, ce pays plaît à tout le monde !

      • Sylviane dit :

        Oui, je pense, nous avions réserve en 2004 et malheureusement, il y a eu ce terrible tsunami, et nous avons laissé passer le temps, en visitant d’autres pays, mais nous sommes heureux de pouvoir enfin y aller.
        Je reviendrais vers vous bientôt.
        Sylviane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.