Mi-fugue, mi-raison

Plongée dans la belle et mystérieuse Porto

Publié dans la catégorie Portugal, le 3 octobre 2021

L’autre jour, nous écrivions à quel point la ville de Lisbonne nous avait ensorcelés. Aujourd’hui, nous réservons le même sort à Porto, la deuxième ville du Portugal. Les cinq semaines que nous y avons passées au printemps dernier ont filé en un battement de cœur et il nous tardait, depuis, de vous raconter cette ville intrigante, palpitante, épatante et toute en pentes. Cela vous tente ?

Nous allons même vous confier les noms de quelques-uns de ses goélands. Vous leur passerez notre bonjour si vous les croisez.

Lui, c’est José le blasé

 

 

Premières impressions à Porto

Le train de Lisbonne ralentit. Il passe une colline, pose une roue sur un pont. Nous lâchons un coup d’œil désinvolte par la fenêtre et… WAOUH ! PORTO ! La vision de la ville nous attrape par les boyaux et nous jette à la renverse. Idée de génie que celle d’édifier une ville sur les flancs de deux collines, qui terminent chacune leur course dans les eaux sombres du Douro.

À peine remis, nous découvrons le hall de la gare São Bento et sa grande galerie d’azulejos. Décidément, Porto sait accueillir.

Gare de Sao Bento à Porto et ses azulejos

Les montagnes russes émotionnelles replongent lorsque nous esquissons nos premiers pas dans la ville : les bâtiments sont hauts, les façades sombres et abîmées, les parapluies humides. Quant aux palmiers qui égayaient Lisbonne, ils sont restés dans le sud du pays.

Dessin : atterris en Écosse

Il nous faudra quelques promenades avant de renouer avec l’exaltation, tomber sous le charme des ruelles, nous enthousiasmer face aux détails partout disséminés, apprivoiser le regard teigneux des goélands, découvrir où trinquer avec le soleil couchant et… finir par adorer Porto.

 

Les façades de Porto, un monument à elles seules

Il existe à Porto une quantité impressionnante de bâtiments poussiéreux, lézardés ou abandonnés. Cet état est à mettre sur le dos de décennies de gel des loyers qui, conjugués à l’inflation, ont pétrifié les travaux d’entretien. Les lois ont changé, les façades retrouvent leurs couleurs, mais il demeure dans les rues comme… hmm… un parfum de désuétude.

Façades de Ribeira à Porto
Façades d'immeubles à Porto près de Clerigos
Immeubles de Porto vus depuis le parvis de Sé

Certaines rues sont de véritables machines à remonter dans le temps. Les menuiseries sont en bois, les balcons en fer forgé, les murs en faïences, les trottoirs en petits pavés, les tramways pourraient avoir transporté nos arrière-grands-parents… seules les voitures proviennent du futur. Enfin, du présent. La rue Belomonte est un parfait exemple de ces « ruelles du passé ». Elle comporte même un adorable marchand de balais fabriqués main, pour vous dire !

Rue Belmonte à Porto, Baixa, Portugal
Vendeur de balais rue Belmonte à Porto
Façades d'immeubles dans les rues de Porto

Les devantures de boutiques jouent elles aussi aux vieilles dames, de la plus simple à la plus théâtrale. Porto se visite comme une chasse aux œufs de Pâques.

Vitrine d'un magasin à Bolhao, Porto
Vélo dans la ville de Porto
Majestic Café rue Santa Catarina à Porto
Vitrine et parapluies rue Flores à Porto
Collages dans les rues de Porto
Tramway à Porto, Portugal
Devanture de magasin au robinet à Porto

Si vous cherchez à prolonger l’expérience, deux vieux cafés s’appliquent à conserver l’atmosphère d’époque : le Majestic Café et A Brasileira. Attention, ce deuxième est très chic, n’oubliez pas votre ombrelle ou votre chapeau haut-de-forme.

Visite de Porto : rue de Santa Catarina

La Rua de Santa Catarina, la plus commerçante de la ville

Architecture à Porto : rue José Falcão

Une façade rue José Falcão

Ce n’est pas tout. Certaines façades encore plus anciennes et couvertes d’azulejos, telle la Capela das Almas, nous replongent quatre siècles en arrière.

Capela das Almas et azulejos à Bolhao, Porto

 

Ribeira, ou les vieux quais de Porto

Avant d’être une ville et un vin réputé, Porto est un port dont le quartier de Ribeira (rivière) est le berceau. En guise de décorum, les quais sont garnis de terrasses de restaurants, une flopée de barques « rabelo » à fond plat s’amarrent et un énorme pont de fer enjambe l’eau. Ce dernier, baptisé Dom-Luís, est bien entendu devenu le symbole de la ville.

Quartier de Ribeira au bord du Douro à Porto

Fleuve Douro et pont Luis Ier à Porto

En tournant le dos à la rive, Porto apparaît sous son angle le plus coloré. Les étroites maisons sont surélevées sur des arcades en pierre, vestiges d’une époque où les crues étaient courantes, mais rassurez-vous, des barrages en amont ont depuis dompté le versatile cours d’eau.

Tourisme à Porto : les Cais Ribeira

Cet endroit, le plus beau de la ville est aussi, naturellement, celui où grouillent le plus de paires d’yeux grands ouverts et de bouches bées. C’est le quartier touristico-touristique, et nous déconseillons d’ailleurs de s’asseoir aux diverses terrasses-attrape-touristes près du Douro, il existe de meilleures tables en ville. Sauf si vous convoitez les premières loges pour assister au défilé quotidien des chanteurs de rue.

Concert sur les quais de Ribeira à Porto

Selon nos statistiques au doigt mouillé, vous avez 47% de chances d’entendre « Cause I’m a creeeeeeep » et 56% « I’m an Englishman in New Yoooooork ».

Pour vous marrer un peu, vous pouvez aussi observer les pique-niqueurs qui s’installent confiants sur le quai… puis battent en retraite face aux goélands déchaînés.

Porto : Douro, arc-en-ciel et goélands

Ce goéland-ci s’appelle Denver le Chapardeur. Quelques minutes plus tard, il confisquait l’hamburger d’un touriste en plein vol.

 

Nul besoin d’ailes pour prendre de la hauteur sur Porto

L’instant magique d’une visite à Porto, l’image principale que nous conserverons de la ville est… un pont. Mais pas une banale route qui traverse l’eau, non. Le tablier supérieur du pont Dom-Luís est piéton et offre la vue la plus plongeante possible sur tout Porto, en particulier sur le quai de Ribeira et sur le Douro qui ondule pépère vers son embouchure.

Vue sur Porto et Ribeira depuis le Pont, Portugal Pont Dom Luis à Porto Coucher de soleil à Porto avec goélands

Si vous appréciez déjà la vue de jour, attendez la nuit. Les lampadaires orangés se réveillent et diffusent un halo de mystère sur la belle portugaise.

Ville de Porto la nuit, quartier Ribeira Escalier de Guindais et pont de Porto de nuit

Le seul défaut du point de vue du pont est qu’il empêche d’admirer… le pont lui-même. Pour cela, une fois la rive d’en face atteinte, il existe des chemins où se perdre vers la gauche et des cailloux sur lesquels grimper, s’asseoir, profiter.

Vue sur Porto et son pont au coucher du soleil Porto de nuit et le pont Dom Luis

Quelques mètres plus haut, l’esplanade du monastère de Serra do Pilar propose une vue encore plus… divine.

Coucher de soleil sur la ville de Porto

 

Vila Nova de Gaia, la sœur jumelle de Porto

Retournez une bouteille de porto, collez-y votre nez et déchiffrez l’adresse : Vila Nova de Gaia. Quoi ?!? On nous ment ? On nous spolie ? Pas beaucoup. C’est juste que les producteurs ont progressivement déménagé leurs chais sur la rive d’en face, pour des raisons de prix du mètre carré.

De fait, l’architecture y est très différente, couverte d’entrepôts sur lesquels s’écrivent les grands noms : Cálem, Porto Cruz, Graham’s, Ferreira…

Vila Nova de Gaia et ses caves à vin

Vila Nova de Gaia vue depuis Porto

La marque « Porto Cruz » a su s’imposer sur nos étals français, mais localement c’est Sandeman, l’homme à la cape noire, qui hante les esprits et les boutiques.

Bouteilles de vin de Porto Sandeman
Bateau Sandeman à Vila Nova de Gaia, Porto

Le bateau rabelo à l’effigie du ténébreux buveur, décroché une fois par an pour une régate contre les autres maisons.

Les grandes caves proposent des dégustations, certaines des visites payantes. Nous avons préféré nous attabler dans un petit bar à vin indépendant, qui pioche à droite à gauche les crus moins industriels et moins standardisés.

Dégustation de Porto chez Bacchus Vini à Porto

Si vous pensez connaître le porto par cœur, préparez-vous à découvrir toute la variété et la subtilité aromatique des tawny, ruby, branco, 20 ans d’âge, vintage… sans parler des vins non sucrés.

Mais revenons sur les quais de Vila Nova de Gaia. Ils consistent en une longue promenade piétonne, entrecoupée de restaurants et vendeurs de souvenirs. Peu de choses nous retiennent ici, sauf… sauf… sauf…

Bateau sur le Douro à Vila Nova de Gaia

… la vue sur Porto, bien entendu !

Ribeira à Porto depuis Vila Nova de Gaia Maison à Vila Nova de Gaia, Porto

Nous nous aventurons aussi dans les arrière-ruelles de Vila Nova de Gaia, où quelques maisons et une église font de la résistance au milieu des entrepôts. En cas de fringale, passez la tête par la porte du Mercado Beira-Rio, un ancien marché couvert transformé en food court.

Vila Nova de Gaia, ses rues et son monastère
Eglise à Vila Nova de Gaia
Caves à vin, entrepôts de Porto à Vila Nova de Gaia
Vue sur Porto et Vila Nova de Gaia depuis le château

Le point de vue depuis la rua do Castelo de Vila Nova, réservé aux plus explorateurs d’entre vous.

 

Monuments et musées du centre de Porto

Ne traînons pas. Retournons côté Porto où un bon nombre d’édifices attendent notre visite !

Le plus illustre est la cathédrale Sé (entrée 3€). Sévère à l’extérieur, elle dissimule un bel intérieur et surtout un redoutable cloître mêlant voûtes gothiques et azulejos. Nous notons l’idée si nous avons une salle de bain à retaper un jour.

Cathédrale Sé dans la ville de Porto
Visite du cloître de Sé à Porto
Visite du cloître de Sé à Porto
Vue sur Porto depuis la cathédrale Sé

Le point de vue depuis l’esplanade de Sé.

L’autre monument qui marque la silhouette de Porto est la fine Torre dos Clérigos. Il est possible de grimper à son sommet pour une vue à 360 000 degrés. Oui, c’est beaucoup. Le prix est un peu élevé également (6€), mais regardez un peu le panorama sur la ville aux toits serrés :

Terrasse devant la Tour des Clercs à Porto
Vue sur Porto depuis la Torre dos Clerigos
Vue sur les toits de Porto du haut de la Torre dos Clerigos
Vue panoramique sur Porto depuis la Tour des Clercs

Un peu plus loin se trouve l’église des Carmes et son flanc d’azulejos. L’autre flanc est occupé par une église jumelle. Mais comme une loi du Vatican interdisait de coller deux églises, les petits malins les ont séparées par une maison d’un mètre de large. Véridique. (L’ensemble se visite, mais bof bof, gardez vos 3,50€ pour autre chose.)

Eglise des carmes à Porto

Laissez-nous maintenant vous présenter notre église préférée, la choupinette Santo Ildefonso. Là encore, nous notons l’idée si nous avons un jour une façade à retaper.

Eglise Santo Ildefonso à Bolhao, Porto
Quartier Bolhao à Porto

Face à la surenchère des églises, les adorateurs du Dieu argent se sont mis d’accord pour frapper un grand coup. C’est ainsi qu’est né le Palais de la Bourse (Palacio da Bolsa), dont la décoration intérieure est impressionnante. La visite guidée coûte 10€, esprit capitaliste oblige.

Visite du Palacio da Bolsa à Porto
Visite du Palais de la Bourse à Porto
Intérieur du Palais de la Bourse à Porto

Nous pouvons aussi conseiller le musée de la photographie de Porto. Cette ancienne prison écroue cinq ou six expositions d’artistes portugais bien choisies. Profitez de l’entrée gratuite, ne serait-ce que pour découvrir l’intérieur du bâtiment et ses vues depuis les barreaux du haut.

Visite du centre de la photographie à Porto

Centre de la photographie à Porto

Si vous remarquez une longue file d’attente devant une façade Art Nouveau, pas de doute, voici la librairie Lello.

Librairie Lello à Porto

L’extérieur de la librairie, surmontée d’un drapeau rouge

Certains expliquent qu’elle a inspiré la bibliothèque d’Harry Potter, l’autrice affirme au contraire n’y avoir jamais mis les pieds. Toujours est-il que la décoration est… ensorcelante. (Entrée : 5€ d’avoirs à dépenser en bouquins.)

Dessin : intérieur de la librairie Lello à Porto

J.K. Rowling ayant vécu plusieurs années à Porto avant d’écrire sa saga, il est possible qu’un autre élément l’ait inspirée : les longues capes noires portées par les étudiants portuans.

Etudiante de Porto à cape noire Dessin : les capes d'étudiants à Porto

 

Les recoins de Porto un peu plus secrets…

… ou pas, puisqu’ils sont publics. Voici des lieux pas forcément connus, mais qui méritent un détour : des ruelles, escaliers, jardins et points de vue.

Dessin : encore un détour

Commençons par Miragaia, ancien quartier juif et arménien dont les maisons serrées comme des sardines bigarrées dévalent jusqu’au Douro.

Quartier de Miragaia à Porto

Pour poursuivre avec les quartiers pittoresques, les ruelles sous la cathédrale ne sont à rater sous aucun prétexte. Elles tournicotent, s’entrecroisent, s’inclinent en escaliers, le tout agrémenté de linge qui sèche, de murs colorés, de drapeaux du FC Porto et de pots de plantes par centaines.

Rue de Porto : Ribeira et Clerigos
Visiter Porto : maisons colorées au soleil
Porto : linge aux fenêtres dans le quartier de Ribeira Scène de rue à Ribeira, Porto, Portugal

 

Aquarelle ruelles de Porto, Portugal

 

Ruelle Sant'Ana à Porto, Portugal

La partie la plus mignonne est possiblement Barredo, une série d’escaliers à deux pas du port. Difficile d’imaginer aujourd’hui son passé sulfureux, fréquenté par des hordes de marins libidineux.

Quartier Barredo, ville de Porto

Escalier dos Guindais, rue de Porto

Juste au-dessus du couvent des Grilos, Porto s’offre à nous depuis le belvédère de la Rua das Aldas.

Eglise des Grilos à Porto
Vue sur Porto depuis le Convento des Grilos

Sur la même colline, mais à l’ombre du pont métallique et des Murailles Fernandines, s’étalent les pentes d’un quartier esseulé : Guindais. Prévoyez des réserves de souffle pour le découvrir, ou économisez-le en empruntant le funiculaire.

Promenade sur le Pont Dom Luis, maisons de Porto

L’un des rares bars panoramiques de la ville se niche dans une ruelle toute en escaliers, le Guindalense Football Club. Vue à consommer sans modération.

Bar Guindalense Football Club à Porto

Enchaînons de l’autre côté du pont avec la meilleure pelouse à pique-nique du monde, idéalement orientée pour un coucher de soleil du feu de dieu : le jardin Morro.

Jardim do Morro à Porto au coucher du soleil

Ici aussi, attention à Denver le Chapardeur. Mais il y a pire, Mi-raison s’est retrouvé sous la trajectoire de Fernand l’Incontinent.

Coucher de soleil à Porto, Jardin Morro

Sacrée ville, n’est-ce pas ?

D’ici, une petite boucle permet de retourner à Porto par un autre pont, le ponte do Infante. Pour cela, passez sous le monastère et suivez la Travessa do Cabo Simão. Vous ralliez alors Porto par son quartier Fontainhas, avec ses terrasses de bars, ses jardins partagés et ses étudiants en art qui croquent.

Le Monastère de Serra do Pilar depuis le Pont Infante à Porto

La vue depuis le Ponte do Infante

Pour répondre à un besoin de verdure, c’est le Parque das Virtudes que nous recommandons. Idéalement à l’heure de la sieste, puisque son aménagement en terrasses offre des coins de pelouses bien tranquilles.

Parque das Virtudes à Porto

Vous pouvez aussi rendre visite aux jardins du Palais de Cristal, plus éloignés du centre mais plus vastes et parés de points de vue enchanteurs.

Jardins du Palais de Cristal à Porto
Banc avec vue au parc du Palacio de Cristal

Notre banc préféré du parc, sous le mûrier platane, n’est pas souvent libre !

Notre tout dernier conseil de point de vue répond au nom de miradouro Vitória. Il est à moitié abandonné, profitez-en rapidement avant qu’il ne soit transformé en hôtel de luxe.

Mirador Vittoria à Porto, avec goéland

Elle, c’est Dolores la Poétesse.

 

Les quartiers animés, pour un verre ou une bouchée

Nous avons déconseillé plus tôt les terrasses du quai de Ribeira. Mais alors, où siroter un bon jus d’oranges mûries en Algarve et fraîchement pressées ? Où goûter une bière allongée au Favaios (un vin doux) façon portugaise ? Où manger goulûment sans se sentir pris pour un pigeon ? Eh bien il suffit de suivre les habitants, et c’est ce que nous avons fait pour vous.

Dessin : nous jouons aux détectives

Notre enquête nous mène d’abord dans le quartier de Cedofeita, où nous pouvons par exemple citer la rua das Oliveiras, la rua da Galeria de Paris ou bien le largo de Mompilher. Les soirs de week-ends y sont particulièrement vivants.

Près de l’université de Porto, au nord du jardin de João Chagas, se trouve aussi une jolie brochette de terrasses plébiscitées par les étudiants. Après les examens de fin d’année, on se croirait sur un tournage de film de cape et d’épée, sans les épées.

Terrasses de bars d'étudiants à Porto

Plus à l’est, dans le quartier animé de Bolhão, c’est sur la Praça dos Poveiros que nous repérons la plus grande plantation de tables et de chaises. On y moissonne le finho, un verre à bière de 22cl, à tour de bras.

Bar à Porto Praça dos Poveiros

En poussant l’enquête jusqu’à ses retranchements, nous tombons sur un bel alignement de terrasses à la fois en bordure du fleuve et loin de l’agitation de la ville. L’ambiance n’est pas touristique pour un sou et les prix s’en ressentent. Visez par exemple le kiosque Barraca do Ouro ou bien des restaurants tels Pepino et ses compères.

Bar près du pont Arrabida à Porto

Pour les atteindre, l’idéal est d’emprunter le tram de la ligne 1 qui passe toutes les vingt minutes.

 

 

Dessin : le tramway passe à Porto, Portugal

 

Filer jusqu’à l’océan à Foz do Douro

Le vieux Porto trempe ses orteils dans le Douro, certes, mais la ville est si étendue qu’elle se fait aussi chatouiller les côtes par l’océan Atlantique. Une agréable balade de cinq kilomètres le long du Douro permet d’atteindre le phare de Felgueiras ainsi que la première véritable plage.

Pêcheurs à Foz do Douro, Porto

Pêcheurs aperçus en chemin

Si la rando n’est pas votre dada, vous pouvez facilement la remplacer par le bus 500. Priez alors pour que les places panoramiques au-dessus du conducteur soient libres. Le vélo de location est probablement aussi une bonne alternative.

Vous voilà arrivés dans un quartier appelé Foz do Douro (l’embouchure), agrémenté de luxueuses villas côté terre et de rochers sauvages côté eau. Entre deux, la promenade grouille de flâneurs, de sportifs et de terrasses de cafés.

Maisons à Foz do Douro, Porto
Visite de Foz do Douro
Bar de plage à Foz do Douro Bronzeur à Foz do Douro

Ajoutez trente minutes de marche pour rejoindre le pied du Fort de São Francisco Xavier, surnommé château du fromage en raison de sa forme pavée.

Fort Saint-François Xavier à Foz do Douro

Pour la suite de votre échappée, nous jetons ici quelques idées :

1) Baignez-vous ou observez les surfeurs sur la plage de Matosinhos.

Surfeurs sur la plage de Matosinhos à Foz
Surfeur sur la Praia Internacional à Foz do Douro
Plage des Matosinhos à Foz do Douro

2) Rendez visite au grand Parque da Cidade, peuplé d’arbres, de lacs, d’oiseaux de basse-cour et de joggeurs.

Parc de la ville à Foz do Douro

3) Poursuivez vers le nord et le vaste port industriel pour découvrir le quartier des restaurants à poissons que les Portugais adorent.

Bar dans une ruelle de Foz do Douro

4) Allez encore plus loin, traversez le pont mobile et découvrez le quartier du Forte Leça de Palmeira. Vous y retrouverez alors à nouveau des maisons de pêcheurs, une plage, des cafés et des surfeurs.

Fort de Leça de Palmeira à Foz do Douro

 

Notre avis sur Porto

Cette ville possède un charme unique et mérite vraiment que l’on s’y attarde. Son centre n’est pas large, pourtant nous avons passé des heures à y déambuler sans nous lasser, nous frotter les yeux face à des vues majestueuses et nous pourlécher les babines dans ses excellents restaurants.

Comme pour Lisbonne, nous vous conseillons de visiter la ville hors week-ends, car les touristes débarquent en masse, puis repartent dès le dimanche soir. Et si vous avez du temps, n’hésitez pas à parcourir le très beau nord du Portugal. Nous évoquerons bientôt sur ce blog les principales villes autour de Porto ainsi que le parc de Peneda-Gerês.

Portugais qui nourrit des pigeons à Porto

Fernand le gourmand  (à gauche) tente de se faire passer pour un pigeon.

 

Informations pratiques pour visiter Porto

Où loger à Porto

Nous nous sommes installés pour un mois dans l’archicentre, pas loin de Ribeira. C’était agréable et tranquille tant que les frontières étaient fermées, seulement la reprise du tourisme a ajouté beaucoup de décibels, dont des passages de quads sous les fenêtres. Nous conseillons alors plutôt de loger un peu plus haut, dans des quartiers toujours centraux mais dotés d’une ambiance plus locale, comme Cedofeita (notre quartier préféré où sortir) ou Bonfim (un autre quartier sympa)i.

Nos conseils de restaurants

Le niveau des restaurants étant excellent, nous avons plusieurs bonnes adresses à vous recommander. Globalement, les prix sont raisonnables, mais peuvent enfler dans les lieux branchés. Pour réduire l’addition, repérez les formules du midi servies en semaine dans les quartiers non touristiques, à plus ou moins 6€. Pour ne rien gâcher, la plupart des lieux proposent des terrasses, parfois cachées dans l’arrière-cour.

Voici notre sélection :

  • Epoca : un café qui sert chaque midi une courte sélection de plats végétariens redoutables, renouvelés quotidiennement. Ouf, les œufs mollets sur yaourt épicé (photo) semblent rester sur la carte d’un jour sur l’autre !
Restaurant Café Epoca à Porto
  • Si c’est complet chez Epoca, repérez la petite adresse A Padoca juste en face, plus simple, mais qui propose un menu du jour à 6€50 avec 4 ou 5 choix, dont un végétarien. Pour nous, un surprenant et délectable ragoût de peau de banane sur purée de patates douces violettes.
  • Callejero : un restaurant mexicain à l’ambiance très détendue, avec cocktails originaux et nourriture succulente.
  • Arvore do Mundo : une adresse qui ne paye pas de mine depuis l’extérieur, mais qui cache une grande terrasse. Dans l’assiette, les recettes sont végétariennes, simples et délicieuses. Exemple : une moussaka à tomber.
  • Alecrim : un petit restaurant qui installe sa terrasse au bord d’un parc et propose de bons plats. Le brunch du week-end est superbe pour son prix (10€).

Du côté des cafés et des bars, nous avons aussi nos favoris :

  • Le café Castro, quelques rues au-dessus du Douro, est devenu notre QG pour une pause goûter. Ils servent de délicieuses boissons chaudes, mais sont surtout spécialisés en pasteis de nata qu’ils réussissent à la perfection.
Pasteis en terrasse chez Castro à Porto
  • Peneira est une boulangerie-café perdue dans un quartier de ruelles perchées, que nous recommandons pour le petit déjeuner. Nous aimons le bon accueil, la bonne musique, les bons cafés, le bon pain, les bons cakes… Et si vous traînez jusqu’à midi, suppliez-les de vous concocter un de leurs sandwichs à base de focaccia !
  • Pour un café ou apéro, dirigez-vous chez Menina et Moça. L’intérieur est rempli de livres, la terrasse est vivante et les cocktails ne sont qu’à 5€ pour l’happy hour.
  • Enfin, si c’est le porto qui vous intéresse, nous avons beaucoup aimé le bar à vin Bacchus Vini près du Douro. Le mieux est de se laisser guider par l’une des formules dégustation. Choisissez trois verres si vous êtes seul ou mieux, partagez-en six, sauf si vous projetez de finir rond comme une barrique. C’est vous qui voyez.

Free Walking Tour

Nous sommes fans de ces tours guidés gratuits, payés au pourboire. Nous avons testé le tour classique, particulièrement intéressant, mais il en existe d’autres dont un spécial Harry Potter.

Cours d’aquarelle

Si l’aquarelle vous tente, poussez la porte de l’atelier d’Hugo, un artiste qui propose des cours pour tous niveaux. C’est vraiment instructif, récréatif et pas cher (25€ les 2h), et puis vous repartez avec votre chef-d’œuvre sous le bras. L’un des dessins de l’article (la placette aux maisons colorées) en sort !

Le climat de Porto

Attention, n’imaginez pas que l’Europe du Sud est forcément ensoleillée. Pour tout vous dire, Porto et la côte nord du Portugal subissent une pluviométrie supérieure à celle de la Normandie ! Les Portuans sont habitués, ils marchent vite sous leurs parapluies, mais les touristes se retrouvent détrempés et… déconfits.

Les trois saisons en une journée, vues depuis notre fenêtre :

Visite de Porto sous toutes les météos

Transports entre Lisbonne et Porto

Nous avons emprunté le « Pendular », qui est le train le plus rapide (3h), mais aussi le plus cher (31,50€). Il ne dépose pas directement dans la gare São Bento du vieux centre de Porto, mais un peu plus loin à Campanha. Rien de grave, il suffit de changer de quai et de monter dans le premier train de banlieue qui passe, pour une seule station, et sans supplément.

Si vous n’êtes pas pressés, il est aussi possible d’économiser en montant dans un bus (voir horaires et prixi).

Nos bonnes adresses à Porto sur une carte

Cliquez sur les différents points de la carte pour en afficher les détails.

Dessin : Pont Dom-Luí à Porto, Portugal
Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter. Pour en savoir plus, c'est ici.


Vous avez une question ? Vous repérez une erreur dans l'article ? Une adresse a fermé ? Laissez-nous un message un peu plus bas.


Vous souhaitez nous remercier pour les conseils du blog et nous encourager à continuer ? Voici diverses manières de le faire.

Une question ? Une envie de discuter ? C'est ici !

  1. Léodie dit :

    Quel bonheur de vous lire ! J’adore particulièrement vos photos et vos dessins. Très réussis. Merci pour ce blog délicieux comme une friandise, toujours instructif, léger et croustillant de mille découvertes. Vous avez compris : je suis gourmande ! Comment le cacher !
    Bon vent pour vos prochains voyages et merci pour cet art du partage que vous nous offrez sans compter.🙃👍

  2. Ségo dit :

    Aie Aie Aie, très joli tout ca ! Mais alors si je ne retiens qu’une chose, ce sont les œufs sur Yaourt ! J’ai trouvé cette recette et ca me parait correspondre avec ce que vous avez mangé ! https://christelleisflabbergasting.com/2017/09/oeuf-a-la-turque.html

  3. Michel dit :

    Merci de m’avoir fait découvrir avec maestria cette ville que je ne connais pas. Avez-vous des nouvelles de José le blasé, Fernand le Gourmand et Dolorès la Poétesse?

Laissez-nous un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les messages sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.