Mi-fugue, mi-raison

Voyage en Équateur : avis, conseils et itinéraire

Publié dans la catégorie Équateur, le 10 septembre 2018

De mai à juin 2018, nous avons voyagé cinq semaines en Équateur. En octobre 2015, nous y avons également passé deux semaines.

Notre avis sur l’Équateur

L’Équateur a été notre premier voyage en Amérique du Sud et le pays nous a tellement plu que c’est ici que nous avons pris la décision de quitter notre vie parisienne pour voyager. Trois ans plus tard, nous sommes à nouveau sous le charme de ce petit pays qui mériterait bien plus d’attention de la part des voyageurs : une variété folle de paysages, des montagnes impressionnantes et des traditions encore présentes.

Les plus 👍

  • Les montagnes et les volcans parmi les plus hauts et les plus beaux de la Cordillère des Andes. Le rêve pour randonner !
  • Une grande variété de paysages sur un petit territoire : plages, volcans, jungles, montagnes, villes coloniales… l’Équateur est un véritable condensé d’Amérique latine.
  • Des traditions indigènes encore fortes dans certaines régions, des costumes traditionnels et de longues tresses noires. Dépaysement garanti !
  • Relativement peu de touristes. Ils sont tous dans le pays voisin, le Pérou !

Les moins 👎

  • La nourriture plutôt fade et peu variée
  • La pollution des vieux moteurs, particulièrement agressive dans les grandes villes
  • Bien que les habitants soient gentils et attentionnés, l’ambiance n’est pas festive dans le pays. Ne venez pas en espérant des soirées latinos endiablées.

 

Marché artisanal d'Otavalo, Équateur

 

Notre itinéraire de voyage en Équateur

– Otavalo, son marché et sa nature : 3 jours

Comme nous arrivions de Colombie, c’est ici que notre voyage a commencé. La ville d’Otavalo est une parfaite introduction au pays, entre marché d’artisanat, tenues traditionnelles et nature préservée. Nous avons effectué notre première randonnée en escaladant le mont Fuya Fuya, au-dessus de la Lagune de Mojanda. Un sacré dénivelé avec pour récompense une belle vue sur des paysages brumeux au petit air écossais.

➤ Lire l’article sur Otavalo

 

– Quito, la capitale : 14 jours

La capitale équatorienne, entourée de montagnes, possède grâce à son architecture le charme des vieilles villes d’Europe… les vendeurs ambulants en plus. Une étape intéressante, entre deux époques. Si comme nous vous aimez les jolies vues, vous serez gâtés ! Il suffit d’emprunter n’importe quelle ruelle en pente pour dégoter une vue plongeante sur la ville. Et pour le point de vue ultime, un téléphérique vous dépose à 4000m près du volcan Pichincha, avec une possibilité de randonnée là-haut. Pour vous remettre de l’effort, Quito propose d’excellents chocolats chauds.

➤ Lire l’article sur Quito

 

– La boucle de Quilotoa : 4 jours

En partant de la Lagune de Quilotoa, nous avons réalisé un superbe trek de trois jours dans la montagne. Pas besoin de guide, tout est bien indiqué, et des logements permettent de dormir au chaud dans les villages croisés en chemin. Il faut juste des mollets en forme ! En trois jours, nous avons descendu, puis grimpé, puis redescendu des canyons, croisé quantité de miradors, et repris des forces à coups de soupes à la patate.

➤ Lire l’article sur la boucle de Quilotoa

 

– Riobamba et le volcan Chimborazo : 3 jours

Désormais bien acclimatés, nous sommes passés à la très haute altitude en randonnant à presque 5000m sur le Chimborazo, plus haut volcan du pays. Comme toujours en Équateur, il est possible de tout faire sans agence grâce à un bus public qui dessert le parc national. Là-haut, nous nous sommes sentis sur une toute autre planète, peuplée de vigognes et agrémentée de neiges éternelles. La ville de Riobamba nous a servi de base pour explorer le volcan mais elle ne présente pas grand intérêt.

➤ Lire l’article sur Riobamba et le Chimborazo

 

– La belle Cuenca, au sud de l’Équateur : 10 jours

La vie à Cuenca s’écoule doucement, entre boulangeries, églises, placettes baignées de lumière… Le centre est relativement petit et peut se visiter rapidement, mais c’est le lieu idéal où flâner ou prendre un verre dans le patio d’une ancienne demeure coloniale. Cerise sur le gâteau : à une heure de là se trouve le superbe le parc national El Cajas qui offre des possibilités de randonnées mémorables.

➤ Lire l’article sur Cuenca et El Cajas

 

Vous l’aurez constaté, notre voyage de 2018 s’est concentré sur les Andes, la partie centrale du pays. Mais l’Équateur est bien plus que cela, avec l’Océan Pacifique à l’ouest et la forêt amazonienne à l’est.

Notre circuit de 2015 : Quito – Puerto Lopez et Isla de la Plata – Cuenca – Riobamba – Baños – Amazonie (Tena) – Quito.

Nous n’écrirons pas d’articles sur les étapes de 2015, mais voici notre avis rapide.

– Puerto Lopez (et Isla de la Plata) :

La plage de Puerto Lopez n’est pas des plus paradisiaques. Ne vous attendez pas à de l’eau turquoise et des cocotiers. Cependant la petite ville possède quelques hôtels agréables sur la côte et constitue une bonne base pour partir explorer Isla de la Plata. Cette île surnommée « Les Galapagos du pauvre » permet d’observer des oiseaux rigolos comme les fous à pieds bleus, ainsi que des baleines.

– Baños :

La ville de Baños est l’eldorado des amateurs de sensations fortes, qui peuvent pratiquer saut à l’élastique, tyrolienne, rafting, parapente, etc. Pour les autres, il est possible de randonner et d’aller observer des cascades plutôt costaudes. Nous n’avons pas particulièrement accroché avec le côté très touristique de la ville (les cafés à l’occidentale grouillent de backpackers) mais sa situation au cœur des montagnes est un gros point positif.

– Tena et l’Amazonie :

Après une nuit à Tena, nous rejoignons un « lodge » pour deux jours dans l’Amazonie. Au programme : trajets en pirogue, promenade explicative dans la jungle et découverte d’animaux surprenants dans un refuge. Franchement, nous n’en gardons pas un souvenir incroyable et le prix de ces lodges est hallucinant (>100€ la nuit pour notre cabane toute simple, jusqu’à 500€ avec plus de confort !). Si vous tenez à découvrir la plus grande jungle du monde, nous vous recommandons plutôt de dormir à Tena et de réaliser une excursion à la journée.

Et les Galapagos alors ?

D’après les échos que nous avons eus, les îles Galapagos semblent spectaculaires, avec non seulement des animaux uniques, mais aussi de superbes paysages volcaniques. Cependant, elles ne sont vraiment pas données et nous avons préservé notre budget en les évitant lors de nos deux voyages.

 

Notre circuit en Équateur sur une carte

(en bleu les étapes de 2018 et en orange les étapes supplémentaires de 2015)

La nourriture équatorienne

Après la Colombie, nous avons trouvé la nourriture équatorienne plutôt décevante. La viande est reine et les accompagnements sont invariablement des pommes de terre, du riz et des bananes plantains. Végétariens, soyez rassurés : même si ce n’est pas dans la culture équatorienne, des options sans viande sont systématiquement proposées et nous n’avons eu aucun mal à nous alimenter. Notez par ailleurs que, de façon générale, le budget nourriture est plus élevé que dans les pays voisins.

 

Vendeuse de rue à Cuenca, Équateur

 

Les transports en Équateur

Comme sur des roulettes ! Le pays est plutôt petit par rapport à ses voisins, les distances sont donc raisonnables. Nous nous sommes déplacés entièrement en bus et ils sont au top : fréquents, confortables, ponctuels et bon marché, à 1$ par heure en moyenne. Il est possible de se rendre à peu près partout en transports en commun, y compris devant l’entrée des parcs nationaux, et donc d’éviter de payer pour des excursions, ce que nous avons fortement apprécié. Attention toutefois aux vols qui sont réputés fréquents dans les transports. Ne laissez pas votre sac ni sous le siège, ni au-dessus de votre tête. Ne vous endormez qu’avec vos affaires posées sur les genoux et recouvertes par un pull par exemple.

 

La sécurité

Quasiment rien à signaler à part cette histoire d’objets de valeur qui disparaissent dans les bus. Les Équatoriens ne sont pas violents, mais certains semblent maîtriser l’art du pickpocket. Par ailleurs, il existe deux-trois quartiers à éviter la nuit tombée dans les grandes villes, demandez conseil aux habitants. Mais concrètement, nous sommes sortis sans nous priver et nous ne nous sommes jamais sentis en danger en Équateur.

Sur un autre thème, vérifiez l’actualité des volcans car ils éruptent de temps en temps.

 

La meilleure saison pour visiter l’Équateur

Position équatoriale oblige, le climat varie peu tout au long de l’année. Il existe tout de même une tendance un peu plus ensoleillée en juin, juillet et août ainsi qu’une tendance pluvieuse en mars, avril et mai. En octobre, nous avons eu une alternance de soleil et de pluie. Au niveau des températures, il fait frisquet au centre du pays, sur la cordillère des Andes, tandis que la côte pacifique et l’Amazonie sont beaucoup plus chaudes et humides.

Vigogne sur le volcan Chimborazo, Équateur

 

 

Nos trucs et astuces pour voyager en Équateur

– Même lorsqu’il fait froid, le soleil cogne très fort : protégez-vous bien la peau et le sommet du crâne.

– Le mal de l’altitude n’est pas à prendre à la légère. Acclimatez-vous progressivement (en passant du temps à Quito par exemple) avant de vous lancer dans des exploits sportifs à haute altitude.

– Respectez les volcans ! Ce sont quasiment des dieux pour les Équatoriens et si vous leur manquez de considération, vous en subirez les conséquences.

Dessin : Il faut respecter le Chimborazo

 

Quelques anecdotes

– Les habitants dégustent des glaces, partout, tout le temps et à tout âge. On trouve même des glaces en vente dans les pharmacies !

– Beaucoup de femmes passent la journée avec un bébé dans le dos, que ce soit pour vendre des sucreries dans la rue, faire la lessive, la cuisine… et ces enfants sont étonnamment sages. Le bercement peut-être ?

– Nous avions peur de tomber sur des animaux féroces lors de notre tour dans la jungle amazonienne… Ha ha ! Le plus gros que nous ayons vu était un papillon !

 

Dessin du lundi : la jungle telle qu'on l'imagine vs la réalité...

 

L’Équateur pour les nomades

Les villes du centre de l’Équateur sont bien connectées, que ce soit par la 3G/4G ou le Wifi. À Quito et Cuenca, vous trouverez sans problème des cafés agréables où travailler. Cuenca est même assez connue parmi les nomades américains. Petit bémol, il n’est pas toujours simple de faire ses courses ailleurs que dans de toutes petites épiceries qui ne disposent que de peu de choix.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter. Pour en savoir plus, c'est ici.



Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

8 réponses à “Voyage en Équateur : avis, conseils et itinéraire”

  1. Constance dit :

    Ce chapitre sur l’Amérique centrale était bien chouette, mais j’ai aussi très hâte de voir vos nouvelles aventures gergiennes

  2. Lise dit :

    Nous sommes trois sœurs sur les routes de la Colombie puis maintenant de l’Équateur. Votre blog nous aide beaucoup, nous aimons votre façon d’écrire et surtout de prendre le temps de découvrir les endroits que vous visitez. Alors bravo et merci !

  3. France dit :

    Génial votre blog. Je ferai l’équateur en janvier 2019. Petite question sur les variétés d’oiseaux et leur proximité. Je suis photographe mais je ne veux pas apporter de matériel lourd, gros objectif. Alors les Fous à pattes bleus et autres sortes, ils sont environ à quelle distance de nous?

    • mifuguemiraison dit :

      Merci France ! Les oiseaux que nous avons vu sur Isla de la Plata étaient très très près de nous : à un ou deux mètres pour les fous à pieds bleus et à peine plus pour les oiseaux perchés dans les arbres. Peut-être qu’un gros objectif pourrait servir pour immortaliser les baleines, mais il y a des chances que tu t’en sortes sans. Est-ce que tu comptes aller dans l’Amazonie ? Là, certains oiseaux seront sûrement plus éloignés (on avait aperçu des toucans au loin). Bon voyage !

  4. France dit :

    Merci beaucoup pour votre réponse. J’ai un un poids léger, hybride canon Eos M5 avec une 18-150mm, alors je vais bien me débrouiller. On fera votre itinéraire 2018 sans Otavalo donc Quito… et à partir de Cuanta vers Isla Plata pour revenir à Quito. Qu’en pensez-vous

    • mifuguemiraison dit :

      Oui, ça nous semble déjà pas mal un zoom à 150mm. Quant à votre itinéraire, on valide ! Il vous laissera d’excellents souvenirs du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.