Mi-fugue, mi-raison

Saluer les vigognes et les neiges éternelles du volcan Chimborazo

Publié dans la catégorie Équateur, le 31 août 2018

La ville dans laquelle nous débarquons s’appelle Riobamba, mais ses habitants ont fini par la surnommer Friobamba, avec « frio » comme froid. S’ils avaient pu caser le mot « pluie », ils l’auraient fait aussi. Non, vraiment, il ne faut pas venir ici en espérant passer de douces soirées en terrasse. Ce n’est d’ailleurs pas du tout la raison de notre visite. Nous sommes ici pour fouler le grand, le géant, le titanesque volcan Chimborazo, qui culmine à 6263m.

Carte : Riobamba et le Chimborazo en Équateur

 

Frio… euh… Riobamba

Laissons pour le moment le mastodonte de côté, il ne s’envolera pas. En arrivant le soir, la ville de Riobamba nous surprend, non par le charme pluvieux de ses rues, mais par son animation. Autant Latacunga, notre ville précédente, était déserte, autant celle-ci grouille de jeunes qui sortent, rient, chantent, titubent un peu, s’amusent beaucoup.

Nous sommes également étonnés du succès d’une spécialité bien française : la crêpe. Nous comptons pas moins de quatre crêperies dans notre quartier et, pour avoir testé, le résultat est gustativement honorable.

Dessin : Riobamba serait-elle en Bretagne ?

Le lendemain, nous flânons à la découverte du centre de Riobamba. Un certain guide de voyage (qui commence par Lonely et finit par Planet) nous apprend l’histoire de cette ville, ravagée par un tremblement de terre et reconstruite quatorze kilomètres plus loin.

Cathédrale de San Pedro, Riobamba, Équateur Ville de Riobamba, Équateur

Quelques pâtés de maisons colorées plus loin, nous montons sur la petite colline du Parque 21 de Abril. Nous sommes censés apercevoir le Chimborazo et les autres volcans du coin… nous n’avons vue que sur des bataillons de nuages prêts à nous pleuvoir dessus.

Ville de Riobamba, Équateur

Le samedi est jour de marché à Riobamba. Il n’y a rien de mieux pour prendre le pouls des traditions d’une ville. Nous nous lançons dans le tour des trois principaux mercados. D’abord, le Mercado Santa Rosa avec ses montagnes de fruits et sa rue de la patate.

Mercado Santa Rosa, Riobamba Mercado Santa Rosa, Riobamba Marché de Riobamba, Équateur

Le deuxième marché est celui de la Concepción, spécialisé dans l’artisanat et… le raccommodage. Une rangée entière de repriseurs attendent vos vêtements derrière leurs vieilles machines à coudre.

Mercado de la Concepción, Riobamba Mercado de la Concepción, Riobamba

Enfin, à midi, le troisième marché de la Merced tombe à pic pour combler une petite fringale. Nous passons notre tour devant ses stands de cochons grillés (entiers) et trouvons notre bonheur végétarien sous la forme d’une purée de patate dorée à la plancha, puis recouverte d’un œuf sur le plat. Ce n’est peut-être pas flagrant, dit comme ça, mais c’est follement bon !

Papas con huevo, cuisine équatorienne

 

Papa Chimborazo

C’est ainsi que les Quechuas surnommaient le volcan. Son âme sœur, Maman Tungurahua, se situe quarante kilomètres plus à l’est. Toute une mythologie entoure les volcans équatoriens, détaillant leurs amours, colères, rivalités, mais le Chimborazo reste le plus vénérable de tous. Les locaux nous expliquent d’ailleurs très sérieusement qu’il mérite un profond respect et qu’il faut se montrer particulièrement humble sur ses flancs, sous peine d’ennuis.

Dessin : Il faut respecter le Chimborazo

Trois ans plus tôt, nous étions passés par une agence qui propose la descente du Chimborazo à vélo, l’un de nos meilleurs souvenirs de voyage. Pour changer, nous entreprenons d’y grimper à pied, sans guide, et figurez-vous que cette randonnée rejoint également notre top liste !

Cela commence pourtant mal. Lorsque le bus nous dépose à l’entrée de la réserve, à 4400m d’altitude (plutôt haut pour un bus public, n’est-ce pas ?), le paysage est noyé sous une épaisse purée de pois.

Bus pour le Chimborazo

Nous entamons tout de même notre ascension, très lentement. À cette altitude, la plus haute de toutes nos randonnées, la pente douce paraît dix fois plus raide. Ce n’est pas que nos jambes aient du mal, elles sont à peine sollicitées. Ce sont les poumons qui tournent à plein régime, comme après un sprint. Emballés sous toutes nos couches pour lutter contre le vent glacial, nous nous prenons pour des astronautes explorant une autre planète…

Randonnée brumeuse sur le Chimborazo, Équateur

Soudain, à travers les vapeurs inhospitalières, les habitantes de cette planète nous font face. Elles allongent leurs cous interminables et écarquillent leurs grands yeux incrédules…

Vigognes sur le Chimborazo, Équateur

Ce sont des vigognes ! Ces fragiles cousines du lama survivent aux altitudes extrêmes grâce à leur laine, la plus fine et la plus douce du monde. Nous sentons que nous les stressons et qu’un pas de plus vers elles leur ferait prendre leurs jambes à leurs cous. Or avec un cou pareil, le risque d’emmêlement est important. Nous les contournons et reprenons notre ascension.

Cela fait maintenant une heure que nous marchons à l’aveugle, hésitant de plus en plus sérieusement à rebrousser chemin. Rien ne sert de poursuivre si la météo persiste à nous gâcher la vue.

Et puis, tout à coup, une éclaircie. Le sommet du Chimborazo est là, devant nos yeux éberlués, tel un mirage élaboré par nos cerveaux harassés.

Volcan Chimborazo, Équateur

Sans échelle, nos repères sont chamboulés. Le volcan semble à la fois si proche et si lointain. Nous finissons par discerner en plissant les yeux le microscopique refuge des 5000m situé à la lisière des neiges éternelles. Il peut s’agir d’un objectif pour cette randonnée. De notre côté, par manque de forces, nous arrêtons notre route sur un promontoire, face à ce morceau de volcan si imposant qu’il n’entre pas entier sur une photo. Nous ne sommes « qu’à » 4750m d’altitude, d’après nos altimètres, et le sommet nous toise donc 1500m plus haut, d’après nos calculettes.

Volcan Chimborazo, Équateur

Trois ans plus tôt, l’agence de VTT nous avait emmenés en voiture jusqu’au refuge des 5000m. Il est accessible sans risques, à condition de rester humble envers le volcan bien sûr. Au-delà, les pentes sont réservées aux alpinistes chevronnés. Les douzaines de mémoriaux plantés près du refuge sont là pour rappeler que Papa Chimborazo ne plaisante pas.

Après un rapide pique-nique bourré de sucre et de sel, deux apports recommandés en haute altitude, nous amorçons la descente. Nous profitons des paysages de pampa lunaire, enfin libérés des nuages.

Parc national du Volcan Chimborazo, Équateur

Nous repérons maintenant facilement les groupes de vigognes et nous en approchons en douceur. Au lieu de s’enfuir, l’une de ces peluches plus curieuse que les autres s’avance. Elle nous étudie du coin de l’œil, fait mine de partir, revient, semble hésiter à nous poser une question qui ne viendra jamais.

Vigognes sur le volcan Chimborazo, Équateur Vigogne sur le volcan Chimborazo, Équateur

Nous redescendons par le premier bus qui passe, encore plus amoureux de la haute montagne, de l’Équateur, de l’Amérique du Sud !

Conseils pratiques sur Riobamba et le Chimborazo

Hôtels : Le rapport qualité / prix des logements n’est pas excellent à Riobamba. Nous avons choisi l’Hotel Metropolitanoi (~28€ petit déjeuner inclus), bien moins chic que le bâtiment pompeux ne le laisse croire de l’extérieur. La décoration est vieillotte et l’insonorisation à revoir, mais c’est grand, propre et les lits sont confortables.

Trois ans plus tôt et avec plus de budget, nous avions dormi à l’hôtel Casa 1881 (~48€)i, nettement plus douillet.

Restaurants : Si la France vous manque, vous devriez trouver facilement une crêperie. Sinon, voici deux adresses pas particulièrement équatoriennes mais qui pourraient vous plaire :

  • Vintage House : Des tacos, arepas, crêpes (encore !), hamburgers, dont beaucoup d’options végétariennes. Ne vous arrêtez pas à l’étrange décoration de maison de poupées, les plats sont bons et frais.
  • Frida : Impossible d’être déçu dans ce restaurant mexicain très savoureux.

Venir à Riobamba depuis Latacunga : Un changement à Ambato est recommandé, mais tout s’enchaîne très rapidement puisqu’il s’agit de la route principale du pays. Premier bus : 1h de trajet, prix 2,50$. Deuxième bus : durée 1h40, prix 1,50$ + 0,20$ de taxes de terminal.

Randonner sur le Chimborazo sans guide : Un bus de la compagnie Patria part chaque heure à la demie du terminal nord de Riobamba et coûte 2,50$ pour 1h de trajet. Il est globalement recommandé de monter en matinée pour éviter les nuages, mais les gardiens n’ouvrent la barrière que vers 8h-8h15. Le bus de 7h30 est donc le plus approprié. Pour le retour, attendez au bord de la route et hélez un bus.

L’entrée dans le parc est gratuite, il faut simplement renseigner son nom et son numéro de passeport. Elle se trouve à 4350m d’altitude. Une fois entré, toute la difficulté est de repérer le chemin piéton/VTT, surtout sous la brume. Après le buisson, la route pour voitures part à droite. Au lieu de la suivre, continuez tout droit sur la petite butte. Les premières balises manquent, mais vous repérerez rapidement les suivantes.

Habillez-vous chaudement, comme si vous alliez skier, avec gants et bonnet. Vous retirerez éventuellement quelques couches au soleil. Étalez-vous impérativement de la crème solaire. Enfin, prévoyez des snacks pour alimenter votre corps. Les alpinistes du coin emportent des biscuits salés et des blocs de sucre de canne, carrément.

Attention, n’entreprenez cette aventure que si vous êtes déjà acclimaté à l’altitude depuis au moins sept jours, le temps que votre armée de globules rouges reçoive des renforts. Même après ce délai, il est normal d’être (très) essoufflé et d’avoir le cœur qui cogne dans la tête. Tout autre symptôme (vertige, nausée, migraine…) implique une redescente immédiate.

Descendre le Chimborazo à vélo : Même si elle n’est pas donnée (60$ par personne), nous recommandons les yeux fermés cette expérience à tous les amateurs de sensations fortes. Elle est proposée par l’agence Pro Bici, qui assure autant au niveau de la bonne ambiance que du sérieux. Vous serez déposés en voiture à 4800m, grimperez à pied jusqu’au refuge des 5000m, puis redescendrez tranquillement sur vos VTT à travers des paysages variés. Le tout prend six-sept heures.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter. Pour en savoir plus, c'est ici.



Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

10 réponses à “Saluer les vigognes et les neiges éternelles du volcan Chimborazo”

  1. Constance dit :

    4400m d’altitude ça commence à faire! Vous étiez acclimatés mais tout de même. Pour la respiration j’ai lu dans « La grande crevasse » de Frison-Roche qu’il fallait se forcer à respirer plus vite. Astuce.

    Les paysages sont sublimes comme toujours même si pendant un moment j’ai cru que vous alliez connaitre de nouveau la malédiction des volcans guatémaltèques sous les nuages.

    • mifuguemiraison dit :

      Ah merci pour l’astuce, on retient ! Nous aussi, on a bien cru que la malédiction revenait. Finalement, on est contents d’avoir eu un début de balade difficile, ça n’a rendu la suite que plus magique !

  2. Sego dit :

    Cela devait vraiment être extraordinaire. Magnifiques photos avec la neige et les vigognes. Et trop rigolo le dessin sur la Bretagne !

  3. Aurore dit :

    Nous vous suivons de près alors merci pour toutes ces astuces et cette écriture vraiment sympa!
    Une famille en vadrouille!

    • mifuguemiraison dit :

      Ah génial ! Votre voyage a l’air superbe et les enfants doivent adorer. On est épatés de voir qu’ils ont escaladé le Fuya Fuya plus vite que nous !

      Merci pour les compliments et ravis de savoir que quelques astuces peuvent vous servir. On croise les doigts pour qu’un grand soleil éclaire votre balade sur le Chimborazo 🙂

  4. Nous avons fait un road trip moto au Pérou en Juin dernier jusqu’à 4 600m d’altitude et avons eu la chance de voir des troupeaux entiers de vigognes et aussi de lamas. Un vrai régal pour les yeux de pouvoir admirer d’assez près ces animaux dans leur habitat naturels.Merci pour ces superbes photos qui nous rappellent des scènes villageoises péruviennes et les paysages andins. Bravo pour votre rando, il faut le faire !

    • mifuguemiraison dit :

      On imagine facilement le bonheur d’aller se perdre sur les routes à de telles altitudes. Vous nous faites rêver avec ce road trip en moto dans les Andes !

  5. Marie dit :

    Encore de magnifiques paysages !! il va falloir passer le cap de l’alpinisme !! En tout cas, c’est vraiment beau !! Biz

    • mifuguemiraison dit :

      Ça nous plairait sûrement ! Ça nous rappelle quand on admirait les poissons avec masques et tubas, la prochaine étape est la plongée avec bouteille… mais ça complique tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.