Mi-fugue, mi-raison

Tenerife : la nature dans toute sa splendeur

Publié dans la catégorie Canaries (Espagne), le 24 juillet 2017

Les dattes, les tajines, les thés à la menthe… c’est fini ! Nous quittons le Maroc pour nous rendre aux Canaries. L’archipel n’est situé qu’à une centaine de kilomètres des côtes marocaines, pourtant le voyage n’est possible qu’en avion. Le ferry qui effectuait la traversée a sombré, ainsi que son remplaçant !

Dessin : Canaries ou canaris ?

Nous nous installons pour deux mois à Tenerife, avec l’idée de prendre notre temps. C’est le printemps, mais quelle importance, nous sommes sur « l’île de l’éternel printemps ».

Après deux mois sur place, nous revenons avec des centaines de souvenirs et tout autant d’informations pratiques à partager avec vous. Nous allons mettre de l’ordre dans tout cela et vous mitonner plusieurs articles détaillés. Mais en guise d’apéritif, allez, vous prendrez bien une petite présentation générale de l’île ?

Volcan de Teide, Tenerife

 

L’enfer et le paradis

Tenerife est la plus grande et la plus peuplées des sept îles canariennes. C’est aussi la plus touristique, avec un afflux massif d’Anglais et d’Allemands. Mais les habitants sont malins : ils parquent les visiteurs au sud-ouest de l’île, là où le soleil tape le plus fort, dans ce qu’ils surnomment « l’enfer touristique ». Moins ils y mettent les pieds, mieux ils se portent. Sauf peut-être les livreurs de bière.

Dessin : l'enfer touristique au sud de tenerife

Pour observer la facette authentique de Tenerife, c’est vers le nord qu’il faut se rendre. Certes la météo a tendance à être plus capricieuse, mais les habitants sont chaleureux et les traditions restent fortes. Sans parler des sublimes paysages ! Clairement, nous ne nous attendions pas à une nature aussi belle, ni à une telle diversité : forêts humides, zones désertiques, terres volcaniques, campagne bucolique, vignobles, bananeraies, montagnes abruptes, longues plages, petites criques… Bref, Tenerife est un paradis pour les amateurs de grand air !

Nous choisissons de vivre à San Cristóbal de la Laguna, l’ancienne capitale aux ruelles piétonnes et colorées.

La Laguna, Tenerife

Ruelle de San Cristóbal de La Laguna

San Cristobal de La Laguna, Tenerife

Les maisons d’époque recèlent quelques jolis patios

Peu de touristes restent sur place. La plupart visitent la ville une petite heure et repartent. Il faut dire qu’il y fait un peu frais : la température dépasse rarement les 20°C en avril-mai, tandis qu’il fait cinq degrés de plus à Santa Cruz, la nouvelle capitale située à seulement quelques stations de tramway en contrebas. Il faut croire que les premiers colons préféraient enfiler un pull et vivre en altitude plutôt que de subir les attaques des pirates ou des ennemis !

Dessin : les pirates à Tenerife

 

Culture ibérique, racines indigènes

Les Canaries sont intensément espagnoles. À Tenerife, tout rappelle l’Espagne, que ce soit le niveau de vie, le roulage des « rrrrrrrr », la sangrrria, les churrrrrros… Nous apprenons même à cuisiner nos propres tortillas. Attention, avec la vraie recette : celle qui nécessite un litre d’huile d’olive rien que pour faire frire les pommes de terre !

Tortilla espagnole

Notre tortilla maison !

Malgré la domination culturelle hispanique, les Canariens revendiquent fièrement leurs origines indigènes. Avant la colonisation au XVe siècle, l’archipel était celui des Guanches (prononcer « gouanneché »), un peuple d’origine berbère qui résista vaillamment avant d’être largement massacré ou réduit en esclavage. Les autochtones restants furent absorbés dans la population, de sorte que la majorité des Canariens possèdent aujourd’hui un peu de sang guanche. Quelques coutumes persistent, notamment au niveau culinaire. Les prénoms guanches sont à la mode, comme Yaiza ou Guacimara.

L’histoire raconte que les conquérants espagnols découvrirent surpris que les Guanches de Tenerife vénéraient une statue de Marie. La figure en bois avait visiblement flotté depuis les côtes européennes avant de s’échouer sur une plage. La statue, récupérée par les colons sous le nom de Notre-Dame de Candelaria, est devenue la sainte patronne des îles.

Dessin : les Guanches et les Espagnols se disputent la Madonna de Candelaria

Coup de chance pour nous, le mois de mai marque le début de la grande saison des romerías. Ce sont de grandes fêtes populaires que chaque ville organise, l’une après l’autre, durant les week-ends de mai à août. Des chars à bœufs défilent, en alternance avec des musiciens et des danseurs traditionnels. Les Tenerifiens ne renient pas leurs origines paysannes. Au contraire ils les adorent et n’hésitent pas à leur rendre hommage en enfilant les costumes de leurs ancêtres pour tapoter les fesses des bœufs, engloutir des patates fripées et boire quelques verres de piquette locale !

Santa Cruz, Tenerife, Canaries

Santa Cruz se prépare à la fête

Romería de Las Mercedes, Tenerife
Romería de Las Mercedes, Tenerife

La romería du village de Las Mercedes

 

Des villes hautes en couleur à Tenerife

S’il ne fallait choisir qu’un adjectif pour décrire les villes de Tenerife, ce serait “bariolées ». Toutes les maisons sont badigeonnées d’une couleur différente, les anciennes comme les récentes. Et d’une couleur vive de préférence. Vus d’avion, les bâtiments ressemblent à des milliers de briques de Lego multicolores. De près, nous nous sommes souvent crus en Amérique latine, notamment dans les ruelles en pente de La Orotava ou d’Icod de los Vinos.

La Orotava, Tenerife, Canaries

Le centre historique de La Orotava

Icod de los vinos, Tenerife

Icod de Los Vinos

 

Une île d’origine volcanique

Ça, pour être volcanique, Tenerife est volcanique ! Il n’y a qu’à regarder la couleur noire du sable sur les plages, des pavés qui tapissent les rues ou des pierres qui portent les maisons. L’île s’est hissée hors de l’eau à coup d’éruptions volcaniques. Surtout, elle est chapeautée par le volcan Teide, un colosse de 3 718 mètres au garrot. C’est d’autant plus impressionnant que les fonds marins alentour plongent à 3 000 mètres de profondeur.

Autour du pic, un grand parc national a été créé afin de préserver les paysages volcaniques stupéfiants, presque martiens, qui offrent de belles possibilités de randonnées. Notre meilleur souvenir restera sans conteste notre ascension pédestre jusqu’au sommet du volcan Teide, au clair de lune, pour assister à un lever de soleil chatoyant sur une mer de nuages.

Volcan El Teide, Tenerife, Canaries

Au fond, le Teide

Vipérine de Tenerife, Canaries

L’immense fleur est une vipérine. Ces colonnes de deux à trois mètres de haut fleurissent en mai autour du volcan.

Roques de Garcia, Tenerife

La randonnée des Roques de García

Ascension du volcan Teide, Tenerife

Sur le chemin qui mène au sommet du Teide

Coucher de soleil depuis le Teide, Tenerife

Coucher de soleil sur une mer de nuages, au refuge du Teide

Lever de soleil au sommet du Teide, Tenerife

Lever de soleil à 3718m d’altitude

 

Les forêts de grands pins

Un peu moins haut, entre 1 000 et 2 000 mètres d’altitude, poussent de belles et grandes forêts de pins. Comme cette altitude est aussi celle des nuages, les pinèdes se retrouvent régulièrement pénétrées par une brume épaisse. Pas de panique, il est toujours possible de prendre un peu plus d’altitude et de trouver un mirador pour dépasser les nuages et se prendre pour un oiseau. Un canari ?

Forêt de pins de Tenerife, Canaries

Passer au-dessus des nuages

 

Des montagnes qui plongent dans la mer

Les deux pointes nord, à l’ouest et à l’est de Tenerife, sont constituées de fascinants reliefs escarpés, attenants à la mer. À l’ouest, par exemple, le village de Masca est niché au cœur d’une profonde vallée et offre des paysages qui laissent bouche bée.

Masca, Tenerife, Canaries

Paysages autour de Masca

Masca, Tenerife, Canaries

Soleil et nuages menaçants, un ciel ordinaire à Tenerife.

En longeant la côte nord, de grandes bananeraies remplacent le maquis et de jolies villes, agrippées sur la pente du volcan Teide, surplombent l’océan. Puis, la vigne prend le relais. Elle profite d’une terre volcanique très riche pour produire des crus renommés, comme ceux de Tacoronte.

Enfin, la pointe tout à l’est de Tenerife est notre énorme coup de cœur. Il s’agit de l’Anaga, un parc protégé dans lequel nous avons beaucoup crapahuté. Les nuages, eux aussi, sont très attachés aux collines de cette région. Les visiteurs doivent s’attendre à traverser des brumes persistantes. Les arbres sont tortueux et couverts de mousse, ce qui compose une inquiétante ambiance de forêt enchantée. D’ailleurs, les légendes racontent que les sorcières s’y rassemblaient pour pratiquer d’étranges rituels. Il suffit d’emprunter un sentier qui redescend vers la mer pour retrouver soleil, sécheresse, cactus et palmiers. Sans oublier la traditionnelle baignade rafraîchissante dans l’Atlantique qui conclut toute randonnée dans l’Anaga !

☛ Lire notre article détaillé : Six chemins de randonnées dans l’Anaga

Montagnes de l'Anaga, Tenerife

Les montagnes de l’Anaga et ses minuscules villages

Montagnes de l'Anaga, Tenerife

La mystérieuse forêt de lauriers

Roques de Anaga, Tenerife

Des criques ensoleillées, c’est aussi ça l’Anaga

Montagnes de l'Anaga, Tenerife

Roque Bermejo : un village accessible uniquement à pied ou en bateau

Lézard des Canaries

Tenerife, terre de lézards !

Montagnes de l'Anaga, Tenerife

Le facteur ne doit pas passer souvent

 

Les plages, ou encore mieux : les charcos de Tenerife

Vous vous doutez bien que Tenerife possède tout ce qu’il faut pour les amateurs de baignade… à condition de ne pas être trop frileux : l’océan est plutôt frais, aux alentours de 19°C.

Dessin : l'eau n'est pas très chaude aux Canaries...

La plupart des plages que nous avons visitées sont couvertes de sable noir. Ça change d’un banal sable blanc ! Attention toutefois aux vagues, souvent puissantes.

Surfeur à Tenerife, Canaries

Les surfeurs se régalent

Plage El Bollullo, Tenerife

Le chemin qui descend à la plage El Bollullo

Plage de la Tejita, Tenerife

La plage de la Tejita et son gros rocher rouge

Mais nous avons découvert bien mieux que les plages : les charcos, des piscines façonnées naturellement en bord de mer par des coulées de lave. Les nageurs sont protégés des vagues et l’eau se renouvelle automatiquement à chaque marée. Génial !

Charco de la Laja, Tenerife

Le charco de la Laja

Charco de Mareta, Tenerife

Les charcos de Mareta

Charco El Caleton, Garachico, Tenerife

Le charco El Caletón, à Garachico

Et lorsqu’une ville n’est dotée ni de plage, ni de charco, ce n’est pas un souci : elle creuse sa propre piscine en bord de mer et la remplit d’eau salée. Ces piscines sont gratuites pour la plupart. Nous en avons aussi trouvé des payantes, comme celles de Santa Cruz ou Puerto de la Cruz, qui disposent d’un autre niveau de confort : beaux bassins turquoises, transats, palmiers, vendeur de glaces… Un peu plus luxueuses, mais l’eau n’y est pas plus chaude pour autant !

Piscine de Punta del Hidalgo

La piscine de Punta del Hidalgo

Parc maritime César Manrique, Santa Cruz, Tenerife

Le parc César Manrique de Santa Cruz

Coucher de soleil à Bajamar, Tenerife

Coucher de soleil près de la piscine de Bajamar

☛ Lire notre article détaillé : Se baigner à Tenerife : nos plages, piscines et charcos préférés

 

Toutes nos recommandations sur une seule carte

Vous trouverez sur la carte suivante nos randonnées préférées, plages préférées, charcos préférés, villages préférés, bref tous nos coups de cœurs. N’hésitez pas à cliquer sur les points pour obtenir plus d’informations.

Informations pratiques sur Tenerife

Venir à Tenerife depuis la France : Ce n’est pas une destination chère. En vous y prenant avec un peu d’avance, vous pouvez trouver des vols low-cost pour moins de 100€ l’aller-retour.

Venir à Tenerife depuis le Maroc : Si comme nous vous arrivez du Maroc, la compagnie Royal Air Maroc effectue quelques rotations par semaine depuis Casablanca. Il n’y a malheureusement plus de ferry.

Quand partir à Tenerife : Même s’il fait plus chaud en été, la météo est clémente toute l’année. À vous de voir si vous préférez être dans la partie sud, touristique mais ensoleillée, ou bien dans la partie nord, authentique mais souvent plus nuageuse. De toute manière, l’île est truffée de micro-climats et, comme disent les locaux, « Si la météo ne te plaît pas, fais un petit tour en voiture ».

Se déplacer en bus : Tenerife est de taille moyenne, avec une centaine de kilomètres de bout en bout. Hors des grandes villes, nous avons trouvé que les passages étaient trop rares pour en faire un moyen de transport pratique. Pour les plus courageux donc, voici les itinéraires et horaires. Pour ceux qui restent longtemps, sachez que vous profitez de prix réduits en téléchargeant l’application Vía-móvil. Vous pré-chargez un solde, avec par exemple 15€, puis scannez un QR Code en entrant dans le bus, autant de fois que vous êtes de passagers.

Louer une voiture : L’idéal pour visiter Tenerife est de louer une voiture : les tarifs sont vraiment bas (à partir de 10€ par jour) et vous bénéficiez d’une totale liberté. Pour trouver le meilleur prix, nous passons par un comparateur comme Expedia ou Voyages-sncf, puis nous choisissons une compagnie de location reconnue parmi les résultats.

Où dormir à Tenerife : Vous l’aurez compris, nous déconseillons le sud de l’île, où se trouvent pourtant la majorité des hébergements. Pour ceux qui aiment la fraîcheur, vous pouvez vous installer comme nous à San Cristóbal de La Laguna. Sinon, nous vous recommandons de séjourner dans l’une des nombreuses villes de la côte nord : Icod de Los Vinos, La Orotava, La Matanza, Tacoronte, etc. Trouver un hébergement dans le nord sur le site Booking

Comme nous restions près de deux mois, nous avons cherché un logement entier et avons trouvé une charmante maisonnette, avec cuisine et terrasse privée. Nous sommes passés par le site AirBnb. N’hésitez pas à vous inscrire en utilisant notre lien de parrainage, afin de bénéficier de 35€ de réduction sur votre première réservation.

Trouver des idées de sorties : Si nos articles détaillés ne vous suffisent pas (vous êtes exigeants !) et que vous savez déchiffrer l’espagnol, voici un site qui nous a bien aidés : adondevamoshoytenerife.com.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.



Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

12 réponses à “Tenerife : la nature dans toute sa splendeur”

  1. Oh, c’est trop cool ! Ca me fait trop du bien de lire votre article, ça me rappelle tant de bons souvenirs 🙂 Hâte de lire la suite ^^

  2. Constance dit :

    Ca a l’air aussi sublime que je le pensais, j’ai vraiment hâte de voir vos prochains articles.
    Je louche beaucoup sur les îles de l’Atlantique pour de prochains voyages et j’hésite: Canaries, Acores, MAdère? Votre blog va surement me décider enfin!

  3. Marie dit :

    Super, ça donne vraiment envie d’y aller !!! Vous devriez aller dans les cornouailles, franchement c’était trop bien, et ça se ressemble par certains aspects !! Allez je m’en vais lire l’article suivant (sisi, je suis au boulot…) !!

    • mifuguemiraison dit :

      C’est noté pour les Cornouailles ! D’après les photos, ça ressemble pas mal à la Bretagne non ? Sauf qu’ils boivent du thé au lieu du cidre ?

      • Marie dit :

        Euh, ils boivent de la bière, du cidre et ils font du surf ou du bodyboard, et ne sortent jamais sans leur chien !! Je vous envoie un lien photos (pour les commentaires, faudra revenir ;))

  4. Marie dit :

    Ah oui, l’eau à 19°C, trop bien, en Angleterre, elle était à 16°C…

  5. Isabelle dit :

    Tellement impatiente de partir à Tenerife fin Octobre avec mes 3 ados ! Ce site renforce encore l’envie . Je ne sais pas encore quelle formule d’hebergement choisir : Pour une semaine : un seul point de chute , 2 ou bien on bouge tous les jours … On me dit aussi qu’au nord il rique de faire moins chaud à cette saison , pourtant c’est attirant le nord ! Que me conseillez vous ?

    • mifuguemiraison dit :

      Bonjour Isabelle et merci pour ton message !

      Les distances ne sont pas énormes, mais elles peuvent être fatigantes à force. Nous te conseillons donc plutôt de chercher deux points de chute. Par exemple au nord-ouest et au nord-est. Nous avons des amis qui sont venus passer une semaine à Tenerife. Ils ont pris un logement vers Tacoronte et un autre vers Icod. Ça leur a permis de bien explorer toute la côte nord, le parc national du Teide et le massif de l’Anaga.

      Concernant la météo, il est vrai que le sud bénéficie davantage d’ensoleillement, mais cette région plait principalement à ceux qui aiment se prélasser sur la plage sans visiter ni randonner. Les températures ne sont pas non plus frigorifiques au nord. Un pull et un coupe-vent suffisent ! Sache juste (pour le choix des logements) qu’il fait quelques degrés de plus en bord de mer qu’en hauteur, surtout dans la région de San Cristobal de la Laguna. Et si vraiment vous avez un temps maussade, prenez la voiture et passez au dessus des nuages, au parc national du Teide !

      D’avance bonnes vacances à vous quatre, et n’hésite pas si tu as d’autres questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.