Mi-fugue, mi-raison

Le volcan Teide à Tenerife : on a marché sur Mars

Publié dans la catégorie Canaries (Espagne), le 2 septembre 2017

Il est grand, il est fort, et il peut parfois se montrer un poil exubérant. Sa dernière colère remonte à 1909. Nous parlons du Teide bien sûr, le volcan de 3718m qui trône au centre de l’île de Tenerife ! Sa silhouette s’aperçoit d’à peu près partout, mais le mieux reste de l’approcher, de découvrir son univers minéral, de fouler de ses pieds les brûlures et les cicatrices qu’il a laissées à la nature autour de lui.

Le volcan Teide, Tenerife, Canaries

Une première fois, nous nous sommes rendus au pied du Teide pour une simple balade en voiture, sans trop savoir à quoi nous attendre. Les paysages nous ont tellement plu que nous y sommes retournés à trois autres reprises, équipés pour des randonnées de plus en plus difficiles, jusqu’à grimper au sommet à pied, le meilleur souvenir de notre séjour à Tenerife !

 

Monter au pied du Teide, déjà une expérience

Le volcan est protégé par un parc national qui s’étend sur un dixième de la superficie de l’île. Ou peut-être que c’est l’inverse : le parc protège les habitants vis-à-vis d’une éventuelle saute d’humeur du volcan. Ce parc se situe aux alentours des 2000m d’altitude, ce qui représente l’air de rien une grimpette de près d’une heure en voiture depuis notre QG à San Cristóbal de La Laguna. Mais pas le temps de s’ennuyer : les paysages font le show tout du long !

Route allant de La Laguna vers le Teide

Nous quittons généralement La Laguna sous des nuages maussades. La route grimpe aussitôt et pénètre dans une majestueuse forêt de pins des Canaries. Et puis, à force de monter, nous nous retrouvons engloutis par les nuages. L’ambiance est aussi inquiétante que fascinante.

Route vers le Teide, Tenerife Arbre mouillé Rosée et toile d'araignée sur les fleurs

En poursuivant notre ascension, le soleil finit par transpercer le brouillard et s’imposer pour de bon. Plusieurs miradors stratégiquement situés permettent de découvrir les paysages qui dévalent vers l’océan de chaque côté de la route. Parfois, une véritable mer de nuages bouche la vue, rendant l’expérience encore plus inoubliable.

Chemin vers le Teide, Tenerife Traversée d'une forêt de pins, Tenerife Dominer les nuages

Quelques milliers de pins plus tard, nous entrons dans le parc national. C’est le moment que choisit le Teide pour réapparaître face à nous. La majeure partie du chemin est accomplie, pourtant il semble toujours aussi lointain. Autour de nous, le soleil ravive les couleurs : les teintes rouges et noires de la terre, le bleu intense du ciel, le blanc éblouissant des nuages, le vert des pins et les innombrables touffes de fleurs jaunes, roses, bleues…

Le volcan Teide, Tenerife, Canaries Teide, Tenerife, Canaries

Surprise, la pente s’inverse. La route descend. Elle nous dépose au fond de la caldeira, sorte de chaudron géant. Ce terme utilisé par les volcanologues du monde entier fut inventé ici. La caldeira du Teide nous conte une vieille histoire, celle d’un ancien volcan appelé Cañadas, beaucoup plus volumineux que le Teide, qui s’est un beau jour effondré sur lui-même. Crac. Une fois que tout s’est bien tassé, le Teide a resurgi de la caldeira, accompagné de quelques compères plus petits.

Dessin : les étapes de la caldeira Canadas et du Teide

Les paysages de la caldeira sont difficiles à décrire. Secs et minéraux. Ils nous rappellent nos vacances sur Mars (article à venir, accompagné de nos bons plans pour des billets de fusée pas chers).

Caldera de Las Cañadas, Tenerife Ascension du Teide par la Montaña blanca, Tenerife

Afin de permettre de vadrouiller au milieu des différents types de roches magmatiques, plusieurs parkings sont disposés le long de l’unique route qui traverse la caldeira. Nous nous arrêtons notamment près d’une grande zone de malpaís, terme utilisé par les locaux qui se traduit par « mauvais pays ». Le sol est hérissé de roches si dures et si coupantes qu’il faut abandonner toute idée de l’exploiter. Les volcanologues, ces plaisantins, utilisent le terme hawaïen de lave a’a. Elle pique tellement les pieds que…

Dessin : la lave a'a, un mot hawaïen

 

Randonnées dans la caldeira du Teide

Du côté des sentiers de randonnées, le parc national du Teide n’a rien à envier au massif de l’Anaga. Nous avons réalisé deux belles marches dans la caldeira, dont voici les itinéraires :

1. La courte mais impressionnante randonnée des Roques de García (en bleu sur la carte)

Cette tranquille promenade d’une heure environ réalise une boucle au milieu de formations rocheuses surprenantes, les Roques. Une bonne façon de découvrir les trésors bio-géo-volcano-minéralogiques de la caldeira, sans trop forcer sur les mollets !

Randonnée autour des Roques de Garcia, Teide, Tenerife Randonnée autour des Roques de Garcia, Teide, Tenerife
Roques de Garcia et vipérine, Teide, Tenerife

Le rocher dit des « 1000 pesetas ». Pourquoi ? Parce qu’il occupait une face de l’ancien billet avant l’arrivée de l’euro !

Roques de Garcia et vipérine, Teide, Tenerife

Cette tige géante pleine de fleurs rouges est emblématique du parc du Teide. Elle se nomme vipérine rouge, ou tajinaste rojo en espagnol et mesure dans les deux ou trois mètres. C’est vers la fin du mois de mai qu’il faut venir pour la voir en fleur.

Détails pratiques sur la randonnée des Roques de García

Itinéraire en boucle : Oui

Longueur et durée : Comptez 45 minutes de marche tranquille pour parcourir les 2km.

Difficulté : C’est une rando facile qui convient à tous. Une petite portion est même aménagée pour les fauteuils roulants et poussettes. Prévoyez crème solaire et eau.

Point de départ et d’arrivée : Parking du Mirador de Ucanca. Des cars y déversent des flots de touristes issus des hôtels du sud de Tenerife mais soyez rassurés, ils prennent quelques photos et repartent aussi sec, sans entreprendre la randonnée. Pour venir, il vaut mieux avoir une voiture, les bus publics étant trop rares.

 

2. La longue randonnée des Siete Cañadas (en rose sur la carte)

Cette randonnée longe la belle falaise de la caldeira dans un décor aride et rocailleux. Une sorte de traversée du désert dont les paysages finissent peut-être par sembler un peu monotones. Elle plaira aux bons marcheurs en quête de décors inhabituels.

Randonnée des Siete Cañadas, Teide, Tenerife Randonnée des Siete Cañadas, Teide, Tenerife Randonnée des Siete Cañadas, Teide, Tenerife

Détails pratiques sur la randonnée des Siete Cañadas

Itinéraire en boucle : Non

Longueur et durée : Nous avons réalisé cette randonnée de 17km en 4h environ hors pause déjeuner.

Difficulté : Le sentier est large, plat et le dénivelé est faible. En revanche le soleil tape fort. Nous ne pouvons que vous recommander de venir tôt le matin et d’emporter beaucoup d’eau.

Point de départ : Parking de l’hôtel Parador de Cañadas del Teide ou bien de l’église, la seule du coin. Suivez le sentier n°4.

Point d’arrivée : Le lieu-dit El Portillo et le restaurant du même nom. Le restaurant possède son parking, mais un parking public se situe 50m plus loin. Les points de départ et d’arrivée peuvent être inversés sans problème. Pour ne pas avoir le soleil dans les yeux, partez plutôt du Portillo le matin, du Parador l’après-midi.

Revenir au point de départ : Des amis nous ont rejoints pour faire cette randonnée. Nous avons donc positionné une voiture à chaque extrémité du chemin et la question ne s’est pas posée. Voici deux autres options : 1) Faire du stop. 2) S’organiser avec l’un des rares bus. La ligne Titsa 342 fait Parador → Portillo à 10h43 et Portillo → Parador à 15h10. La ligne Titsa 348 quant à elle fait Portillo → Parador à 10h32 et Parador → Portillo à 16h.

Venir en bus : Comme au-dessus, vous avez uniquement le choix entre le bus Titsa 342 si vous logez dans le sud et le Titsa 348 en provenance de Puerto de la Cruz ou de la Orotava. Un seul aller le matin et un seul retour l’après-midi. Cela met la pression pour marcher vite ! Les billets sont réservables en ligne ici, au moins 48h à l’avance.

Itinéraire précis de la randonnée sur Wikiloc : lien.


Attention : chaque année, deux campagnes de chasse au mouflon sont organisées, l’une en mai-juin et l’autre en octobre-novembre. L’espèce a été introduite par l’homme, or ses ravages sur l’écosystème sont tels que l’homme le regrette. Durant ces périodes, les sentiers du parc national sont fermés aux randonneurs les mercredis et vendredis. Renseignez-vous auprès des locaux pour connaître les dates exactes.

 

L’ascension du Teide à pied

L’ascension du volcan reste le meilleur souvenir de notre séjour à Tenerife. Nous démarrons au niveau de la caldeira, soit déjà 2200m de gagnés depuis le niveau de la mer. Il reste tout de même 1500m à gravir !

La pente démarre en douceur. Nous foulons longuement de petits gravillons orangés. C’est à se demander si le volcan ne serait pas qu’un immense tas de sable. Bientôt, nous rencontrons nos premières vipérines bleues, plus petites que les rouges. Elle apprécient visiblement le calme et la vue, dans ce désert incliné.

Ascension du Teide par la Montaña blanca, Tenerife Ascension du Teide par la Montaña blanca, Tenerife

Le soleil cogne. Le chemin se rétrécit. La pente se renforce. Le sol est maintenant jonché de sombres et tortueuses roches volcaniques. Les lézards, peu trouillards, sortent la tête de leur touffe de fleurs sauvages pour regarder passer notre convoi essoufflé.

Ascension du Teide par la Montaña blanca, Tenerife Ascension du Teide par la Montaña blanca, Tenerife

La vue est de plus en plus impressionnante, vivement le sommet ! Mais avant, nous avons une nuit à passer. Nous atteignons le refuge des 3260m en avance, moins fatigués que prévu et soulagés de ne ressentir aucun mal d’altitude. Nos colocataires pour la nuit arrivent sur nos traces, par petits groupes. Nous réhydratons notre dîner déshydraté, puis restons longuement devant le refuge, à contempler le coucher de soleil, malgré la température qui baisse et le vent qui se lève.

Refuge de l'Alta Vista, Teide, Tenerife Refuge de l'Alta Vista, Teide, Tenerife Coucher de soleil depuis le Teide, Tenerife

À 4h30 du matin, tous les réveils du refuge sonnent à l’unisson. Nous enfilons l’intégralité des vêtements que nous avons emportés, écharpes, gants et bonnets compris. Le thermomètre du refuge indique 6°C, dont il faut probablement ôter quelques degrés encore pour connaître la température au sommet du volcan. Il nous reste 458 mètres à gravir avant l’apparition du soleil, à 7h10. En réalité, les plus belles couleurs sont celles qui enflamment progressivement l’horizon dans les trente minutes qui précèdent l’astre.

Nous nous élançons, lampes aux fronts. Le sentier serpente, de plus en plus escarpé, vers le ciel étoilé. En haut, un étroit cratère et une odeur de souffre nous attendent. Nous nous posons sur un rocher et attendons que le spectacle commence.

Lever de soleil au sommet du Teide, Tenerife

Tout à coup, des cris dans l’assistance : « Aaaaaaaaah ». Le premier rayon de soleil étrécit nos pupilles. Nous restons encore une trentaine de minutes, tentant d’oublier le froid et de mémoriser cette scène, cet infini troupeau de nuages qui paissent sous nos pieds. Et puis, impressionnés, nous réalisons que notre montagne est tellement haute qu’elle projette son ombre conique sur l’atmosphère elle-même.

Lever de soleil au sommet du Teide, Tenerife Lever de soleil au sommet du Teide, Tenerife Lever de soleil au sommet du Teide, Tenerife Lever de soleil au sommet du Teide, Tenerife

En redescendant, nous tombons sur une multitude de petites fumeroles de vapeurs soufrées que nous n’avions pas remarquées dans l’obscurité. Simple rappel que l’activité volcanique du Teide reprendra un jour ou l’autre. N’annulez pas pour autant votre visite, il s’agit de l’un des volcans les mieux surveillés au monde !

Fumerolles au sommet du Teide

Nous prenons un peu à regret le téléphérique que nous avions réservé pour la descente, alors que nous nous sentons en forme pour la réaliser à pied.

Informations pratiques sur l’ascension du Teide à pied

Dénivelé et durée : Le dénivelé est de 1500m environ. Dans le détail, le point de départ se situe vers les 2200m, le refuge à 3260 mètres, le point d’arrivée du téléphérique à 3555m et le sommet à 3718m. Nous avons mis 3h pour monter au refuge, sans compter une longue pause déjeuner d’une heure. La seconde partie de nuit nous a demandé 1h20.

Difficulté : Le dénivelé est important mais nous nous attendions à plus dur encore. Notre entraînement dans l’Anaga durant les semaines précédentes semble avoir porté ses fruits ! Les principales contraintes sont :

  • le soleil qui chauffe sur la partie basse,
  • le froid sur la partie haute (températures parfois négatives au sommet la nuit),
  • le poids dans le dos avec l’eau, la nourriture et les affaires à porter,
  • l’oxygène qui se fait plus rare, ce qui ralentit la progression sur la dernière partie,
  • le sentier qui nécessite parfois l’aide des mains.

Mal de l’altitude : Nous sommes inégaux face à l’altitude. Les 3718 mètres du Teide peuvent causer des soucis à certains. D’après Wikipedia, 15% de la population en souffre à 2000m et 60% à 4000m. Le risque n’est donc pas si faible. Si cela vous arrive, ne vous acharnez pas et redescendez au plus vite pour éviter des complications.

Venir en voiture : Le point de départ du sentier est le parking de la Montaña Blanca, qui est malheureusement souvent plein à partir du début de l’après-midi. Il y a un autre parking appelé Tabonal Negro 800m plus loin et, au pire, le parking du téléphérique 3km plus loin. En contrepartie, si vous redescendez par le téléphérique, vous serez les premiers à regagner votre voiture !

Venir en bus : Là encore, ce n’est pas facile puisque les deux lignes de bus 342 et 348 ne passent que deux fois par jour. Les horaires du matin peuvent néanmoins concorder avec votre retour. À voir si vous préférez arriver par le bus du matin et prendre votre temps ou par celui de l’après-midi et marcher vite.

Le refuge de l’Altavista : C’est l’unique refuge du Teide et il n’a qu’une cinquantaine de places en dortoir. Nous ne pouvons que vous conseiller de réserver votre place plusieurs semaines à l’avance, surtout en haute saison. Cela se passe sur ce site, pour un tarif entre 21€ et 25€. Pensez à imprimer votre réservation et à apporter une pièce d’identité, ces documents vous seront demandés. Draps et couettes bien chaudes sont fournis et il y a un coin cuisine avec plaques, casseroles et micro-ondes. L’eau du robinet n’est pas potable. Des distributeurs hors de prix vendent des barres chocolatées et des boissons. Enfin, il n’y a pas de douches. Le refuge ouvre ses portes à 17h et les dortoirs à 19h.

Téléphérique retour : Nous avons choisi de réserver nos places de téléphérique pour la descente. C’est une option facultative lors du paiement en ligne du refuge. Nous n’aurions pas dû. Déjà, le ticket descente peut s’acheter en haut du téléphérique au même tarif (13,50€), pas besoin de réserver. Ensuite, parce qu’en cas de mal de l’altitude ou n’importe quel autre problème, le billet est acheté pour rien. Et enfin, parce que nous nous sentions en forme et avions suffisamment d’eau pour redescendre à pied. Le premier téléphérique descend vers 9h du matin, nous l’avons donc attendu presque une heure avec les autres randonneurs du refuge.

Faire l’aller-retour dans la même journée : La plupart des marcheurs effectuent comme nous la montée en deux étapes, avec nuit au refuge. Ce n’est pas obligatoire. Si vous le sentez, vous pouvez parfaitement tout faire dans la même journée. Sachez juste que la dernière portion qui mène au sommet est fortement réglementée et nécessite soit de l’emprunter et de la quitter avant 9h du matin, soit d’avoir en sa possession un permis de passage délivré sur ce site. Il est gratuit mais distribué en nombre si limité qu’il faut s’y prendre plusieurs mois à l’avance.

Neige : Attention, les conditions climatiques empêchent parfois d’accéder au sommet, notamment lors d’épisodes neigeux en hiver.

 

Monter sur le Teide en téléphérique

Nous ne sommes pas montés en téléphérique, mais nous avons glâné quelques informations pour ceux qui souhaiteraient s’y rendre. Le téléphérique se prend tous les jours entre 9h et 17h pour un tarif de 13,50€ l’aller, 27€ l’aller-retour. La réservation est possible en ligne ici. N’oubliez pas de prévoir un vêtement chaud.

Téléphérique pour le volcan Teide, Tenerife

Attention, le téléphérique ne vous emmène pas au sommet, il s’arrête à 3555m d’altitude. De là, vous aurez tout de même une superbe vue sur la caldeira et accès à deux sentiers (n°11 et 12) pour vous dégourdir les jambes. En revanche, l’accès au sentier n°10 qui mène au sommet du Teide est restreint. La pointe serait trop étroite pour accueillir tous les visiteurs de la journée. Si vous souhaitez gravir les 163 derniers mètres, vous devez demander un permis et surtout vous y prendre plusieurs mois à l’avance tant il y a de candidats. Cela se passe sur ce site.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.



Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

10 réponses à “Le volcan Teide à Tenerife : on a marché sur Mars”

  1. Manon dit :

    Cette série de photos donne envie de voyager, direct ! Avec la rentrée, l’évasion fait du bien !

    Bisous.

    Manon

  2. pauline dit :

    Merci pour l’explicatif illustré de la formation de la caldeira, je me posais des questions sur ces paysages martiens. Bon quand vous viendrez nous voir on s’organisera la montée du Canigou, ça sera du gâteau pour vos gambettes expertes!

    • mifuguemiraison dit :

      Haha d’accord on est chauds ! 2785m, c’est ça ? Il ne faudrait pas qu’on reperde tous les bénéfices de notre entraînement d’ici là !

  3. Estelle dit :

    Arf c’est pas cool du tout cette histoire de permis, ça me décourage déjà, mais au moins on peut réserver en avance. Je rentre des Açores et ma plus grosse frustration est qu’on m’a empêchée de gravir le Mt Pico et qu’il n’y a aucune possibilité de réserver. Il faut commencer à faire la queue à 2h du matin pour espérer peut-être commencer à marcher vers 10h30 ou pas. Bref organisation scandaleuse.
    C’est super que vous ayez pu gravir le Teide et voir le lever du soleil.

    • mifuguemiraison dit :

      Commencer la queue à 2h du matin ? C’est fou ça ! Au Teide, même si tu n’a pas accès au sommet, la partie sans permis permet déjà d’aller assez haut et d’avoir une superbe vue.

      En tous cas les Canaries nous ont donné envie de découvrir les Açores un jour !

  4. Bernard & Isabelle dit :

    Sublimes paysages ! et bravo aux grimpeurs !

  5. Marie dit :

    Wahoo, trop bien, ça c’est vraiment une future destination ! en plus, on a double motivation : cousin et paysage !! Merci pour tous ces détails, ça donne vraiment envie ! Allez je m’empresse de lire le dernier article…

    • mifuguemiraison dit :

      Oui c’est vraiment le type de destination que vous aimeriez. Hors saison pour être tranquilles. Allez, il n’y a plus qu’à réviser l’espagnol 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.