Mi-fugue, mi-raison

Lanzarote, l’île aux mille volcans

Publié dans la catégorie Canaries (Espagne), le 17 septembre 2017

Installés à Tenerife depuis quelques semaines, nous organisons une excursion de cinq jours à Lanzarote. Nous qui pensions que les îles des Canaries se ressemblaient… nous débarquons sur une toute autre planète !

 

Les volcans de Lanzarote

Lanzarote est la quatrième île des Canaries en terme de taille, mais sans nul doute la plus surprenante au niveau des paysages. Ici, le volcanisme s’affirme, il s’exhibe, il étale ses couleurs noires, rouges, ocres sur le moindre bout de caillou. Tout le monde n’a pas un volcan au fond de son jardin, mais presque. À l’inverse de Tenerife, qui a choisi d’héberger un gros volcan en son centre, Lanzarote laisse les volcans se multiplier comme des lapins. Rien que l’éruption de 1730 en créait trente et recouvrait 23% de l’île par la lave.

Dessin : comparaison des reliefs de Tenerife et de Lanzarote

Dès le premier pied posé sur l’île, nos yeux s’écarquillent. Ces collines ici et là, ce sont des volcans ? Oui. Celles derrière ? Aussi. Au deuxième pied, nous n’avons plus qu’une envie : arpenter tous les recoins de cette terre de feu. Nous louons immédiatement une voiture et établissons notre camp de base à San Bartolomé, un petit village blanc en plein centre de l’île.

San Bartolomé, Lanzarote, Canaries

 

Dans leurs volcans, il y a des cactus

Nous empruntons une route au hasard. Partout, la roche est noire. Elle porte le deuil de la végétation, découragée par les caprices magmatiques de Mère Nature. Quelques petits arbustes, parfois des cactus.

Paysage volcanique à Lanzarote Terre volcanique à Lanzarote

Au loin, un beau reflet rouge sur le flanc d’un volcan capte notre attention.

Montaña colorada, Lanzarote

Nous nous perdons en l’approchant et tombons sur des vignobles. À Lanzarote, les pieds de vigne sont traités en rois. Chacun dispose de son nid douillet, creusé dans la terre noire et entouré d’un muret de pierre en fer à cheval pour le protéger des alizés qui soufflent de façon permanente dans la région. Le résultat de ce mode de culture unique est un vin particulièrement renommé. Un vin de caractère, un vin volcanique. Nous croiserons d’autres vignes ailleurs sur l’île, mais les plus spectaculaires se situent sur la route LZ-30 entre San Bartolomé et La Geria.

Vignes de Lanzarote, Canaries Vignes de Lanzarote, Canaries

 

Montaña Colorada et Los Cuervos

Il s’avère que la montagne rouge aperçue est la Montaña Colorada. Nous nous garons. Des parkings gratuits se trouvent à tous les endroits stratégiques de Lanzarote. Il y a aussi des sentiers de randonnée parfaitement balisés, traversant des zones magnifiques. Celui que nous empruntons fait le tour du cratère.

Montaña colorada, Lanzarote

Nous sommes en plein dans le parc naturel des volcans, la partie libre d’accès située juste à côté du parc de Timanfaya payant dans lequel les randonnées sont proscrites. Les paysages y sont certainement encore plus irréels mais nous décidons de zapper le tour en bus qui nous semblerait trop frustrant.

Toujours à pied, nous rendons visite au voisin d’en face, le volcan Los Cuervos. Il ressemble à un gros pain noir dont la croute se serait soulevée à la cuisson. Il suffit de contourner le monstre pour accéder à sa large bouche, ouverte jusqu’au niveau du sol.

Volcan Los Cuervos, Lanzarote Volcan Los Cuervos, Lanzarote

 

Randonnée sur la Caldera Blanca

Le lendemain, nous nous motivons pour une randonnée plus longue sur un autre volcan, la Caldera Blanca. La marche débute par la traversée d’un immense champ de lave. De part et d’autre du chemin, la roche est ténébreuse, tranchante et de forme si chaotique qu’il est impossible de s’y aventurer. Dire que cette région était, avant l’éruption de 1730, réputée pour la fertilité de ses champs de céréales…

Randonnée dans la Caldera Blanca à Lanzarote

Du lichen, apporté par les vents, commence à recouvrir quelques coins de roches. Cette première étape de la reconquête végétale servira de maigre terreau pour des plantes de plus en plus grosses. Mais à ce rythme, trois siècles pour un peu de mousse, le premier arbre n’est pas près de pousser !

Changement de décor, nous posons pied sur le flanc du blanc cratère. L’ascension se fait sans difficulté. Là-haut, la vue est fabuleuse, à 360°. À nos pieds, une cuvette d’un kilomètre de diamètre. Oui oui, un kilomètre. Derrière, un paysage tout en contrastes et l’océan un peu plus loin.

Montaña Blanca à Lanzarote Randonnée dans la Caldera Blanca à Lanzarote Montaña Blanca à Lanzarote Randonnée sur un volcan de Lanzarote

Nous aurons mis 3h30, en explorant au passage le petit volcan de la Caldereta et en faisant le tour complet de la Caldera Blanca. Le sentier à l’arrière du volcan est glissant, certains préféreront faire demi-tour et redescendre par le chemin officiel. Voir la carte en bas de l’article pour le point de départ de la randonnée.

 

El Golfo et le Lago Verde

Tout proche de Timanfaya, El Golfo est un petit village blanc de bord de mer construit sur des coulées de lave. Honnêtement, si nous habitions ici, nous ne nous sentirions pas trop en confiance. Les volcans de Lanzarote s’alignent généralement le long de lignes invisibles correspondant à des failles souterraines. Or un coup d’œil à la carte suffit pour remarquer que le village se situe pile dans l’alignement de la plus belle série de volcans de l’île !

El Golfo, le village aligné sur une faille volcanique !

Nous pique-niquons sur la plage, face aux vagues violentes. À Lanzarote, la nature s’exprime avec force. Quelques pas nous mènent au Charco de Los Clicos, aussi appelé la Lagune Verte. Une curieuse mixture biologique rend complètement verdâtre cette grande flaque d’eau qui n’est séparée de la mer que par un banc de sable noir.

El Golfo, Lanzarote Lagune verte El Golfo, Lanzarote Lagune verte El Golfo, Lanzarote

 

Los Hervideros et les salines de Janubio

Nous poursuivons la route vers le sud, en nous arrêtant souvent pour contempler le paysage et prendre des photos. Le sol, noir comme du charbon, craquelle sous les pieds. La végétation n’existe pas. Quelqu’un a mis l’île au four et a oublié de l’éteindre. Côté mer, le magma a formé en se figeant des sortes de grottes marines appelées Los Hervideros, dans lesquelles les vagues se fracassent à grand bruit.

Los Hervideros, Lanzarote, Canaries Los Hervideros, Lanzarote, Canaries

En arrivant aux salines de Janubio, nous laissons les champs de lave derrière nous. Le sol retrouve des nuances plus claires, plus lumineuses. Certains bassins arborent une belle couleur rouge-violacée, due à la présence d’algues.

Salines de Janubio, Lanzarote Salines de Janubio, Lanzarote

Par curiosité, nous approchons de Playa Blanca, la station balnéaire du sud qui concentre l’essentiel des établissements touristiques et… nous avons envie de fuir, comme prévu. L’autoradio annonce en anglais le cours de la livre sterling, avant une publicité pour une virée touristique en sous-marin. Une autre facette du tourisme local dont nous nous tiendrons éloignés !

 

La plage de Papagayo

Avec tout le soleil que notre épiderme a emmagasiné, il est grand temps de nous baigner. Nous nous rendons à la plage de Papagayo, sur la pointe la plus au sud de l’île. D’ici, nous apercevons les côtes de Fuerteventura, l’île voisine d’une petite quinzaine de kilomètres. Mais ce qui attire le plus notre attention, c’est la couleur turquoise de l’eau !

Plage de Papagayo, Lanzarote

Trois plages sont accessibles depuis le parking de Papagayo (droit d’entrée de 3€ par voiture). Étant donnée l’affluence sur la plus belle plage, nous nous rabattons sur sa voisine, la playa Del Pozo, habituellement naturiste mais pratiquement déserte lors de notre visite.

Plage de Papagayo, Lanzarote

 

Rendre à César…

Impossible de ne pas remarquer, en arrivant à Lanzarote, que tous les bâtiments sont blancs. Un blanc qui contraste avec le noir des roches volcaniques. Cette tradition perdure grâce à un homme, César Manrique. Né à Lanzarote, ce peintre et sculpteur est parti vivre de son art aux États-Unis. En 1986, à 49 ans, il revient avec une seule idée en tête, faire de son île l’un des plus beaux endroits du monde. Donc si les maisons de l’île sont blanches, c’est lui. Si les bâtiments ne font pas plus de deux étages et qu’il n’y a pas de hauts complexes hôteliers, c’est lui aussi. Et si les panneaux publicitaires sont interdits, devinez.

Monumento al Campesino, Lanzarote

Le Monumento al Campesino, une sculpture de Manrique au centre de l’île.

Monumento al campesino, Lanzarote

Il ne s’est pas arrêté en si bon chemin et a aménagé plusieurs curiosités naturelles en attractions touristiques. César Manrique est ainsi devenu aussi incontournable que Gaudí à Barcelone ou que Denzel à Washington.

Lanzarote, l'île de César Manrique

 

Arrecife, la capitale de Lanzarote

Nous ne sommes pas particulièrement emballés par Arrecife, la ville principale de l’île. Aussi blanches les maisons soient-elles, les ruelles manquent un peu de charme. Nous finissons par découvrir sa plus belle facette en nous promenant autour du port au soleil couchant. La soirée se termine à la terrasse d’un restaurant, avec quelques tapas.

Port d'Arrecife, Lanzarote Port d'Arrecife, Lanzarote

 

Téguise, le village pimpant

Contrairement à Arrecife, Téguise possède de ravissantes ruelles, décorées de petites touches végétales. C’est assurément le plus beau village de l’île, même s’il est un peu trop parfait pour paraître naturel. Les galeries d’art et les restaurants chics se disputent les meilleurs emplacements.

Téguise, Lanzarote, Canaries Téguise, Lanzarote, Canaries

 

L’univers de Manrique

Dans la partie nord de l’île, trois sites aménagés par le « Grand Créateur » César Manrique retiennent notre attention. Nous commençons avec le Jardín de Cactus (payant), un joli lieu, vraiment, qui collectionne des cactées de toutes formes : le gros touffu, le petit joufflu… Bref, vous saurez tout sur les cactus.

Jardin de cactus, Lanzarote Jardin de cactus, Lanzarote Jardin de cactus, Lanzarote
Jardin de cactus, Lanzarote

Mention spéciale pour cet énorme cactus mexicain appelé « coussin de belle-mère ».

Les grottes Jameos del Agua (payantes) sont des salles aménagées dans des tunnels de lave. L’une d’elle abrite un lac translucide au fond duquel se promènent de minuscules crabes blancs, rendus aveugles par le manque de lumière. Manrique ne s’est pas arrêté à la construction d’un escalier pour accéder à cette curiosité naturelle, il a aussi tapissé le lieu de végétaux, établi un restaurant et une salle de concert souterrains et, clou du spectacle, installé la plus belle piscine du monde dans une section à ciel ouvert. Ne vous emballez pas, il est interdit de s’y baigner !

Jameos del agua, Lanzarote Jameos del Agua, Lanzarote Jameos del agua, Lanzarote

Un petit kilomètre plus loin, nous visitons la Cueva de Los Verdes (payante). Il s’agit d’un autre accès vers le tunnel de lave, mais Manrique n’a installé ici aucune piscine de rêve. Il s’est contenté d’ajouter un parking et d’aménager l’entrée avec une billetterie. Les visites se font en groupe avec un guide. Malgré la petite surprise en fin de parcours (nous n’avons pas le droit d’en dire plus !), nous avons trouvé que c’était un peu cher pour un intérêt limité.

Cueva de los Verdes, Lanzarote

Pour conclure avec les créations de Manrique, nous nous rendons au Mirador del Río. Ce point de vue est situé au sommet d’une falaise de 475 mètres et offre une vue dégagée sur La Graciosa, petite île tout aussi volcanique que sa grande sœur. Astuce : la route qui longe la corniche, juste à gauche du mirador, est gratuite et offre la même vue, le café et la boutique de souvenirs en moins.

Mirador del Rio, Lanzarote Mirador del Rio, Lanzarote

 

Plages sauvages au nord de l’île de Lanzarote

La côte nord de Lanzarote possède une étonnante série de plages qui valent le détour. Nous nous sommes d’abord rendus sur la plage de la Cantería, juste à l’ouest du village d’Orzola. Les falaises sombres offrent un cadre impressionnant. Pour bronzer tranquillement tout en s’abritant du vent particulièrement puissant, les locaux ont la technique. Ils élèvent des petits murets en pierre sur la plage. Apparemment, rien n’a été trouvé pour briser les vagues malheureusement un peu trop puissantes !

Plage d'Orzola, Lanzarote

Soyez rassurés, nous avons dégoté non loin la plage idéale. Imaginez une eau calme, si turquoise qu’elle paraît irréelle. Ajoutez un sable blanc qui contraste totalement avec le noir des roches basaltiques. Voilà, vous êtes au Caletón Blanco, l’une des plages les plus surprenantes jamais vues.

Caleton blanco, Lanzarote Caleton blanco, Lanzarote

Il est préférable de venir à marée haute pour se baigner, autrement l’eau n’arrive qu’aux genoux.

 

Et un cratère de plus au compteur !

Enthousiasmés par les volcans explorés plus tôt, nous nous lançons dans la courte mais agréable ascension du Monte Corona, dont la lave a donné naissance aux grottes de Manrique. La randonnée nous mène sur la crête d’où nous découvrons un beau cratère rouge foncé. Nous trouvons même un petit coin ombragé pour pique-niquer tranquillement, en compagnie de Léonard le lézard.

Volcan Monte Corona, Lanzarote Volcan Monte Corona, Lanzarote Volcan Monte Corona, Lanzarote Lézard peu farouche

Le parking se situe devant l’église de Yé. Le chemin, non fléché, démarre à 50m à gauche de cette église (quand on se trouve face à l’église) et s’enfonce dans les vignes. L’ascension jusqu’au cratère ne prend qu’une trentaine de minutes sans forcer. Une fois en haut, il est possible de descendre à l’intérieur du cratère ou d’entreprendre le tour de la crête, mais nous vous conseillons d’arrêter là, les deux chemins étant glissants et périlleux.

Le premier qui tombe fait la vaisselle

 

Vallée des palmiers et cultures en terrasses

Sur le chemin du retour vers le sud, nous passons par le village d’Haría pour admirer sa fameuse vallée aux dix mille palmiers, qui dépassent entre les maisons blanches. Concrètement, nous avons compté, il y en a moins. Nous prenons un peu de hauteur en grimpant sur une butte pleine de figues de Barbarie.

Vallée d'Haria, Lanzarote

La route ose ensuite quelques virages entre d’arides collines, crénelées par des cultures en terrasses. Chaque fin d’après-midi à Lanzarote, le soleil déploie ses plus belles couleurs et intensifie la beauté des paysages.

Paysage de Lanzarote

Pour achever la journée, nous nous rendons sur la grande plage de la Caleta de Famara, située au pied d’une superbe falaise. Les drapeaux rouges nous accueillent, la plage est réservée aux sports nautiques. Qu’importe, le lieu est beau.

Route de Lanzarote, Canaries Caleta de Famara, Lanzarote Caleta de Famara, Lanzarote

 

Retrouvez les lieux d’intérêt de Lanzarote sur la carte

Cliquez sur les points de la carte pour plus d’informations.

 

Notre avis sur Lanzarote

Magnifique et complètement dépaysante, Lanzarote possède des atouts qui en font une destination idéale pour un court mais inoubliable séjour. L’île étant petite, les cinq jours que nous avons passés sur place nous ont permis une découverte en profondeur. C’est aussi une destination accessible aux petits budgets. Les vols ne sont pas chers, la location de voiture non plus et nous avons essentiellement pique-niqué ou utilisé la cuisine de notre appartement. Bref, si vous rêvez des paysages de l’Islande sans pouvoir vous les offrir, pensez à Lanzarote !

Jeu de mot pourri

 

Informations pratiques sur Lanzarote

Venir à Lanzarote depuis la France : Comme Lanzarote est en Europe, vous pouvez trouver des vols low-cost à moins de 100€ l’aller-retour.

Venir à Lanzarote depuis Tenerife : Deux compagnies locales proposent plusieurs vols par jour à partir de l’aéroport Tenerife Nord : Binter Canarias et Canaryfly. En basse saison, vous pouvez vous en sortir pour moins de 60€ l’aller-retour. Il est possible de faire le trajet en ferry mais c’est beaucoup plus long et plus cher.

Se déplacer à Lanzarote : Il semble très difficile de profiter de Lanzarote sans voiture. Heureusement, les tarifs des locations sont vraiment bas (10€ par jour) et les distances sont courtes. Ici, évitez de passer par un comparateur de prix et rendez-vous directement sur les sites d’Autoreisen (la compagnie que nous avons utilisée) ou de Cicar (un peu plus chère). Toutes deux sont encensées par les voyageurs.

Se loger à Lanzarote : Peu amateurs de stations balnéaires, nous avons cherché à nous loger dans la partie nord de l’île. En ne nous y prenant que dix jours à l’avance, le meilleur plan que nous ayons trouvé était un appartement sur AirBnbi. (Si vous n’avez pas encore de compte AirBnb, gagnez 34€ sur votre première réservation en vous inscrivant via notre lien de parrainage).

Si vous préférez un hôtel, nous avons sélectionné une liste d’hébergements bien situés à Lanzarotei, loin de l’enfer touristique !

Découvrir l’histoire de César Manrique en BD : La bande dessinée Le Retouri par Bruno Duhamel est librement inspirée de la vie de César Manrique et de son combat contre les promoteurs. Le récit est prenant et les dessins sont sublimes.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.



Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

11 réponses à “Lanzarote, l’île aux mille volcans”

  1. Alain dit :

    D’après vous,quelle est la meilleure période de l’année pour y aller ?
    Meilleur compromis météo/affluence touristique/prix ?
    Question identique pour Tenerife.
    Merci

    • mifuguemiraison dit :

      Probablement le printemps et l’automne : températures douces, peu de touristes, prix réduits. L’été, ça semble assez pris d’assaut, notamment par les Anglais et les Allemands qui y ont leurs habitudes. En mai à Lanzarote, il y avait un peu de monde pour les visites des grottes mais à part ça on a souvent été tous seuls dans la nature. Et il a fait un bon 27°/soleil tout du long ! À Tenerife, il faut enlever quelques degrés et ajouter quelques nuages au nord de l’île mais le printemps est une bonne saison aussi. Même l’hiver, ça doit se faire mais la baignade doit être plus difficile et le Teide risque d’être enneigé.

      Ça y est, t’es tenté ? 🙂

      • Alain dit :

        Merci de ces précisions. Oui je suis tenté mais le monde est grand et je suis tenté par beaucoup de choses, aussi bien dans le grand nord que sous les tropiques. Mais clairement les Canaries font partie des destinations envisagées à court terme. Merci encore pour vos agréables et enrichissantes chroniques que je ne manquerai pas de consulter quand j’irai.

  2. Bernard & Isabelle dit :

    Des paysages bien impressionnants en effet qui s’adoucissent au fil de l’article dont la chute nous fait terminer la lecture avec un éclat de rire ! Et pour ceux qui seraient tentés de prolonger le voyage en B.D., se plonger dans « Le retour » écrit et illustré par Bruno Duhamel. https://www.bedetheque.com/BD-Retour-Duhamel-Le-retour-296850.html

  3. Marie dit :

    Bon, je valide et confirme cette prochaine destination !!! merci pour l’édition de ce guide ! y a encore des articles à venir sur les canaries ? Allez c’est bon, j’ai rattrapé mon retard !! Biz

    • mifuguemiraison dit :

      Effectivement, c’était le dernier article sur les Canaries… pour le moment, parce qu’on y retournera un jour pour découvrir les autres îles !

  4. janine dit :

    Très belle évasion dans l’île de Lanzarote. Merci pour ce voyage.

  5. Anaïs & Alex dit :

    Bonjour,
    Nous partons en voyage à Lanzarote 1 semaine début décembre et nous commençons à préparer nos visites !
    Est-ce-que vous vous rappelez des tarifs des visites des grottes naturelles ? Ainsi que du jardin des cactus ?
    Avez-vous des adresses (bar, restaurants, petites boutiques) à me donner ?
    Et pour vous, quelle est la chose à ne surtout pas oublier à faire à Lanzarote ?

    Merci beaucoup,
    Anaïs & Alex

    • mifuguemiraison dit :

      Bonjour à vous deux !

      Nous n’avons plus les tarifs en tête car nous avons pris un pass qui combinait plusieurs sites. Voici les tarifs 2017 des différents pass : http://www.cactlanzarote.com/wp-content/uploads/2016/02/tarifas2017_bonosCACT_fra.jpg

      Concernant les adresses de bars, restos et boutiques, désolés, nous n’allons pas pouvoir vous aider car nous avons surtout pique-niqué. Et nous n’achetons pas de souvenirs puisque nous n’avons pas de maison 🙂

      La chose à ne surtout pas rater : on a surtout adoré randonner et grimper sur les volcans.

      Beau voyage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.