Mi-fugue, mi-raison

Shkodër : à pied ou à vélo, au lac ou au château

Publié dans la catégorie Albanie, le 20 février 2020

Qui dit nord de l’Albanie dit haute montagne. Et qui dit haute montagne albanaise dit généralement passage par Shkodër, la grande ville du coin. Du moins, notre boucle vers Valbona et Theth en bateau-rando-bus partira d’ici et repassera par là.

Nous découvrons à Shkodër une bourgade nonchalamment posée à proximité d’un grand lac qui porte le même nom. Et puisqu’il n’y a pas le feu au lac, nous choisissons de nous fixer ici pour quatre nuits. L’occasion de passer du temps dans un élégant centre-ville albanais, d’explorer les environs à vélo et de boire quelques cafés en terrasse. Ainsi que quelques rakis… en grimace !

 

Un centre-ville qui titille les narines

Nous faisons rapidement connaissance avec un bel alignement de maisons cossues qui tient office de centre-ville. Entre les façades fraîchement repeintes, les lampadaires désuets et les pavés bien ordonnés, nous nous croyons débarqués dans un décor de cinéma. Un peu plus et nous apercevons l’actrice principale surgir d’un joli porche, monter dans une calèche et s’enfuir au galop.

Rue de Shkodra en Albanie

Mais les murs sonnent plein et les tee-shirts LC Waikiki ont remplacé les robes d’époque. Reste un puissant parfum de… parfum. Pour une raison que nous n’expliquons pas, peut-être parce que Shkodër rime avec odeur, cette ville déborde de parfumeurs qui inondent les rues de leurs volutes chanelesques, dioresques ou pacorabannesques.

Dessin : passer devant une parfumerie à Shkodër

Sans aucun lien apparent, Shkodër est également la ville des vélos. Les Scodriens de tout âge défilent autour de nous sur leurs bicyclettes, les posent où cela les arrange et ne les attachent que rarement. Les villes de cyclistes gagnent immédiatement mille points dans notre classement !

Ville de Shkodra en Albanie Glacier à Shkoder en Albanie

Plus loin, la rue piétonne se prolonge en une allée verdoyante aux bancs bien rentabilisés, sous le regard d’une haute mosquée et de sa paire de minarets immaculés.

Albanais sur un banc à Shkodër en Albanie Mosquée Ebu Beker à Shkodër

Toute élégante que soit la mosquée, elle se fait voler la vedette auprès des touristes par une église catholique à la décoration très simpliste. L’habit ne faisant ni le moine, ni l’évêque, nous apprenons qu’il s’agit plus exactement d’une cathédrale. La cathédrale la plus basique que nous ayons jamais croisée. Sa réaffectation en gymnase durant l’ère communiste y est peut-être pour quelque chose.

Cathédrale de Shkodër en Albanie

Malgré cela, nous approchons tandis qu’une messe se termine et c’est un long défilé de Polonais et d’Italiens que les dernières notes d’orgue poussent dehors. Apparemment, Shkodër fait l’objet de nombreux pèlerinages, notamment sur les traces de Mère Teresa dont les origines albanaises font la fierté du pays. Ce qu’on appelle être en Shkodër de sainteté.

En déviant des rues centrales, l’ambiance se popularise : des magasins de balais ou de byreks, des Mercedes fatiguées sous les platanes, mais toujours autant de vélos. Notre logement étant agrémenté d’une cuisine, nous achetons nos légumes directement dans la rue, à des habitants qui étalent leurs maigres récoltes sur un bout de trottoir. Nos trois-quatre mots d’albanais ne nous auront jamais autant servi !

Scène de vie à Shkodër en Albanie
Vendeur de chaussures en Albanie

Besoin d’une paire de chaussures de sport ?

En revanche, même après trois semaines en Albanie, nous nous faisons encore avoir comme des débutants en sortant l’après-midi. À l’heure de la sieste, les rues si bondées le matin sont désertes et même les innombrables bicyclettes ont pris la poudre d’escampette.

Nous en profitons pour visiter le musée Marubi de la photographie, du nom d’une lignée de « gens-qui-te-font-croire-que-le-petit-oiseau-va-sortir » albanais, ayant légué des kilomètres de vieux clichés. Les bouilles et les tenues d’époque sont incroyables, mais nous recommandons surtout le musée aux amateurs d’histoire et de photographie car le prix d’entrée est un peu élevé (700 leks).

Lorsque nous ressortons, les Albanais sont revenus comme par magie. C’est même l’heure la plus chouchoubidounette, celle où les papis se promènent avec un petit-fils ou une petite-fille derrière le guidon.

Vélo dessiné dans la ville de Shkodër en Albanie

 

À la conquête du château de Shkodër

Deux jours plus tôt, en approchant de Shkodër en bus, une citadelle passait devant notre fenêtre et nos yeux aux aguets. C’est à pied que nous choisissons de revenir en arrière pour rendre visite aux vieilles pierres.

Château de Shkodër en Albanie

En quarante-cinq minutes, nous longeons la route principale, perdons quelques gouttes de sueur dans la montée, payons les 400 leks de droit d’entrée pour découvrir… de vieilles murailles et beaucoup d’herbe.

Château de Shkoder en Albanie Muraille du château de Shkoder

En revanche, le panorama est un tableau de maître à 360° : un horizon crénelé de collines et de montagnes, une vue sur la confluence des deux rivières et un village suspendu au bout d’un pont. C’est une surprise à la hauteur de la hauteur.

Fleuve Buna à Shkodra en Albanie

Sans oublier le lac de Shkodër tout là-bas, que l’astre fada enflamme de mille carats.

Coucher de soleil sur le lac de Shkodra

Nous recommandons fortement de viser une demi-heure avant le coucher de soleil. D’autant que les horaires indiqués à l’entrée de la citadelle (19h) semblent sujets à négociation l’été. Nous avons repéré de nouveaux arrivants jusqu’à 20h15.

Cette visite du château s’enchaîne à merveille avec un dîner dans l’un des nombreux restaurants qui bordent la rivière. Sur une promenade piétonne intitulée Shëtitorja e Molos, le tout Shkodër débarque les soirs d’été et de weekend pour se détendre, prendre un verre et… faire du vélo évidemment. Nous n’aurions pas cru au succès de ce quartier, loin du centre, si nous ne l’avions pas vu de nos propres mirettes !

 

Balade le long du lac de Shkodra à vélo

Les cyclistes nous donnent des idées, tout comme le coucher de soleil mémorable de la veille. Il faut que nous nous échappions de Shkodër pour l’admirer de plus près.

En fin d’après-midi, nous louons donc des vélos et nous élançons à l’assaut des berges du lac, la fleur aux dents, le pique-nique au porte-bagage. Et les genoux au menton, tant nos selles sont basses, mais ce n’est qu’un détail. Nous traversons le vieux pont, puis trouvons la petite route qui serpente entre la montagne et le lac en direction de la frontière du Monténégro.

Pont de Shkodër et mosquée Lac de Shkodër en Albanie

La balade est superbe. Nous traversons quelques villages, saluons les baigneurs sur les plages de galets, croisons d’autres cyclistes et respirons à pleins poumons, même si occasionnellement, il faut bien le dire, quelques odeurs d’égout dégoûtent. Nous préférions finalement la rue des parfumeurs !

Lac de Shkoder à vélo Lac de Shkodra en Albanie Lac de Shkodra en Albanie l'été

Nous poussons jusqu’à Zogaj, à onze kilomètres de Shkodër, dernier village avant la frontière. Durant la dictature, le gouvernement albanais craignait tellement la fuite de ses citoyens que Zogaj s’est retrouvé interdit d’accès, isolé de la civilisation. L’ambiance de bout du monde est restée. Il ne s’y passe pas grand-chose, si ce n’est un ponton pour la pêche, quelques maisons, un café et deux messieurs hilares qui tiennent à nous raconter des blagues. Nous n’avons absolument rien compris, mais nous repartons pliés sur nos bécanes.

Vélo sur le lac de Shkoder en Albanie Zogaj et lac de Shkodra en Albanie

Sur le chemin du retour, le ciel s’empourpre. Le moment est tout choisi pour casser la croûte, avec les noires montagnes du Monténégro qui nous font de l’œil en arrière-plan. Il se pourrait bien que nous leur rendions visite un jour !

Coucher de soleil sur le lac de Shkoder

À la nuit tombée, nous sommes embêtés : un seul de nos vélos est éclairé. Inquiétude de courte durée puisqu’autour de nous la norme est plutôt à l’absence de lumière. Les voitures doivent y être habituées. Nous évitons tout de même la grosse route en repassant par la Shëtitorja e Molos, toujours aussi bondée, puis en longeant des ruelles calmes jusqu’à notre logement.

Mosquée Xhamia E Pazarit à Shkoder

 

Notre avis sur Shkodër

Voici encore une étape qui nous aura bien plu. N’hésitez pas à y prévoir un peu de temps avant de foncer vers les montagnes du nord (voir notre article sur Koman, Valbona et Theth). Plus que la ville, nous avons adoré profiter de la nature environnante, surtout en pédalant, vous l’aurez compris !

Conseils pratiques pour visiter Shkodër en Albanie

Transports de Tirana à Shkodër

Les bus partent de Tirana chaque heure de 7h à 11h, puis toutes les 45 minutes jusqu’à 17h. Ils sont grands et climatisés, coûtent 400 leks et déposent à bon port en 2h10. Le départ se fait depuis le terminal nord, situé très exactement ici.

Se loger à Shkodër

Nous avons choisi la maison d’hôtes Lille France Apartments pour ses bons avis et n’avons pas été déçus (~30€ pour un studio en plein centre, infos et réservation icii). Ne nous demandez pas pourquoi ce nom franchouillard, la gérante très sympa ne parle pas français ! En revanche, elle gardera sans problème vos affaires si vous comptez réaliser comme nous le trek entre Valbona et Theth, puis revenir récupérer vos sacs à Shkodër.

Restaurants

Pour dîner, nous avons adoré les plats italiens raffinés de Pasta te Zenga. En plus, le serveur était tout heureux de croiser des Français pour dépoussiérer un peu son vocabulaire.

Pour un excellent petit déjeuner, le Café Stolia tout cosy n’a pas son pareil. Nous avons cru que la belle décoration était destinée à attirer les touristes étrangers mais pas du tout, il n’y a que des locaux. Les choix sont excellents, le service est au top.

Louer des vélos

Nous sommes passés par notre guesthouse, qui utilise en fait elle-même les services de l’agence de location voisine. Tarif : 700 leks la journée. Sinon, plusieurs autres loueurs existent en ville.

 

Bonus artistique

Nous parachevons cet article sur ce parfait chef-d’œuvre d’art abstrait exposé en pleine rue !

Fils électriques en Albanie
Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter. Pour en savoir plus, c'est ici.


Vous souhaitez nous remercier pour les conseils du blog et nous encourager à continuer ? Voici diverses manières de le faire.

9 réponses à “Shkodër : à pied ou à vélo, au lac ou au château”

  1. René dit :

    Vos photos et les textes sont très contagieux…
    Nous souhaitons visiter tous les endroits où vous passez..
    Continuez à nous faire rêver…

  2. Valérie dit :

    « Sans oublier le lac de Shkodër tout là-bas, que l’astre fada enflamme de mille carats. »

    Je n’ai pas pu m’empêcher de rire (heureusement que j’avais fini mon café), à quand un article en vers ? 😀

  3. xanu dit :

    Depuis que j’ai découvert votre blog et ses articles sur l’Albanie, je le consulte frénétiquement pour voir les mises à jour ! J’attends le récit de la boucle Lac de Koman Valbona Teth avec impatience! Merci de nous rappeler ces bons moments.
    On est à deux doigts de choisir la Géorgie pour nos prochaines vacances après avoir lu vos articles..

    • mifuguemiraison dit :

      Oh ça fait plaisir de se savoir attendus ! L’article sur la boucle arrive bientôt, nous aussi on a adoré cette étape !
      On vous recommande grandement la Géorgie ! À notre avis, c’est un pays qui ne peut que plaire aux voyageurs qui ont aimé l’Albanie, tout en étant très différent.

  4. Arnaud dit :

    C’est vrai que le château est particulièrement photogénique et les vues splendides ! À noter que le prix d’entrée est passé à 400 LEK, légèrement plus cher que Berat (300 LEK) avec pourtant moins de choses à voir (une heure au château de Shkodra contre… une demi-journée à celui de Berat !). En revanche, après Tirana l’animée, la ville ne m’enchante pas trop, je la trouve triste et déprimante. La saison y est sûrement pour quelque chose ^^

    • mifuguemiraison dit :

      Merci, on a mis le prix à jour. Ah oui, février ça ne doit pas être l’idéal ! Est-ce que tu es quand même allé voir le lac ?

      • Arnaud dit :

        Pas encore, j’irai peut-être y faire un tour demain avant que la pluie ne s’abatte sur la région ^^ Je ne sais pas si c’était le cas l’été dernier mais maintenant tous les bus partent du même terminal à Tirana (Regional Bus Terminal – North and South Albania sur Google Maps) : Shkodër, Berat ou Kruja, tout au même endroit, c’est beaucoup plus simple ! Depuis le centre, un bus va jusqu’au terminal pour 40 LEK 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.