Mi-fugue, mi-raison

Un mois à Chiang Mai : une des villes les plus agréables d’Asie

Publié dans la catégorie Thaïlande, le 12 mars 2017

Chiang Mai est la deuxième plus grande ville de Thaïlande, située dans le nord du pays. C’est aussi la ville que nous avons adoptée pendant un mois. La dernière fois que nous sommes restés aussi longtemps au cœur d’une grande ville, c’était à Belgrade sept mois plus tôt.

Nous n’avons pas choisi Chiang Mai au hasard. Elle est bien connue des nomades du monde entier qui viennent profiter de sa qualité de vie et de ses prix raisonnables. Elle est même première du classement du site NomadList. Il fallait que nous venions juger par nous-mêmes !

 

Chiang Mai, une ville d’Asie sans klaxons

Immédiatement, nous nous sentons bien à Chiang Mai. C’est une ville à l’asiatique, sans unité architecturale et sans forcément de trottoirs, avec quelques grands axes pollués qu’il vaut mieux fuir. Mais l’essentiel du centre est constitué de ruelles qui serpentent tranquillement entre les habitations et les temples bouddhistes. Il nous a fallu plusieurs jours pour réaliser que personne ne klaxonnait. En plein cœur de l’Asie, c’est incroyable !

Chiang Mai, Thaïlande Moines au Wat Umong, Chiang Mai

Plus le temps passe et plus nous trouvons cette ville reposante. L’extrême gentillesse des Thaïlandais y est pour quelque chose. Prenez par exemple notre gardien d’immeuble. Chaque fois qu’il nous voit, il nous salue de son plus grand sourire. C’est notre première dose de bonne humeur gratuite chaque matin !

Dessin : gardien qui dit bonjour

Nous sommes surpris de découvrir que le centre-ville est fortifié. C’est un large carré, entouré de remparts et d’une douve. Ça non plus, ce n’est pas courant en Asie.

Fleuve de Chiang Mai, Thaïlande

La douve qui entoure le centre-ville fortifié

Quartier mignon de Chiang Mai, Thaïlande Boutique de Nimman, Chiang Mai

Les habitants ont beaucoup de goût. Ils sont particulièrement doués pour mélanger l’ancien au neuf, le mignon au décalé et l’utile à l’agréable. À l’inverse des villes qui cherchent la modernité à tout prix, Chiang Mai s’est construit sa propre personnalité, contemporaine et traditionnelle à la fois.

Nous renouons avec certaines de nos habitudes européennes : nous promener en ville, voir une exposition, acheter notre pain… tout en étant régulièrement surpris par l’incongru. Comme par exemple lorsque nous allons au cinéma, que la séance débute par l’hymne du roi et que toute la salle se lève avec respect.

À l’image de la ville, les jeunes Thaïlandais ont du style, parfois à deux doigts de l’esprit « hipster » new-yorkais. La différence de niveau de vie entre les locaux et les nomades est plus faible qu’ailleurs en Asie. Il arrive souvent que nous nous rendions dans les mêmes cafés, restaurants, magasins…

Street food à Chiang Mai Rue de Chiang Mai, Thaïlande

 

Un calme matin d’été

Tous les matins, en ouvrant nos rideaux, nous pouvons être sûrs que le soleil brille. En janvier et février, nous sommes au cœur de la saison sèche, archi-sèche. C’est aussi l’hiver, mais un hiver tout relatif puisque la température ne descend que rarement en dessous des 20°C. S’il fallait voter pour notre climat idéal, ce serait celui-là. Souvent, en nous promenant, l’ambiance calme nous rappelle celle d’un doux matin d’été français.

Chiang Mai, Thaïlande Jeunes filles en scooter à Chiang Mai

En nous réveillant tôt, nous assistons parfois au défilé des moines orangés. Ils font quotidiennement le tour de leur quartier avec un bol pour quêter de la nourriture auprès des habitants. C’est un système instauré par Bouddha lui-même, afin que les moines restent en contact avec la population et ne partent pas s’isoler dans la montagne, comme dans d’autres religions.

Nous sommes juste à côté du quartier branché de Nimman, où se trouvent d’excellents cafés et restaurants. De temps en temps, nous poussons la balade plus loin jusqu’au centre-ville. Ces quartiers se traversent bien à pied et sont chaque fois l’occasion de nouvelles découvertes.

Rue de Chiang Mai Chauffeur de tuk-tuk endormi Bouddha rieur

 

Une ville de rêve pour les gourmands

Peu importe où nous nous promenons, les stands de nourriture de rue sont partout, y compris à deux pas de chez nous. Les prix sont si peu élevés qu’il est souvent plus judicieux de manger dehors que de cuisiner. Et c’est délicieux ! En revanche, les portions ne sont pas vraiment généreuses car les Thaïlandais préfèrent manger peu, mais souvent.

Marché de nuit à Nimman, Chiang Mai Quartier de Nimman, Chiang Mai Marché de nuit, Nimman, Chiang Mai Vendeur de rotis, Chiang Mai

Nous sortons généralement le soir pour engloutir un pad thaï (nouilles sautées) ou un banana roti (sorte de crêpe à la banane). De temps en temps, nous craquons même pour un mango sticky rice qui est sans conteste possible le meilleur dessert de Thaïlande !

 

Le Chiang Mai animé

Chiang Mai se bouge pour plaire à ses visiteurs et ses locaux, avec des festivals, des concerts, des expos photo, des marchés de créateurs… Nous assistons par exemple à la fête des fleurs, un grand défilé de chars colorés et parfumés qui se tient le premier week-end de février, à la saison où les fleurs sont paraît-il les plus resplendissantes.

Fête des fleurs, Chiang Mai Fête des fleurs, Chiang Mai Buak Hard Park, Chiang Mai, Thaïlande

Nous nous rendons aussi dans la petite ville voisine de Bo Sang, connue pour ses ombrelles artisanales. Un festival s’y déroule le troisième week-end de janvier. À n’envisager que pour son joli défilé de femmes à ombrelles sur leurs vélos.

Festival des ombrelles, Bo Sang, Chiang Mai Festival des ombrelles, Bo Sang, Chiang Mai Festival des ombrelles, Bo Sang, Chiang Mai Bo Sang, Chiang Mai

Un marché de nuit pour touristes se tient dans le centre de Chiang Mai tous les dimanches. Mais attention, c’est une telle cohue que nous ne sommes pas sûrs de le recommander !

Il faut dire qu’un film chinois se déroulant à Chiang Mai a connu un énorme succès il y a quelques années. Du jour au lendemain, la ville s’est mise à recevoir un déferlement de touristes venus de Chine. Ce n’est pas beau de faire des généralités, mais il y a une technique imparable pour distinguer un Chinois d’un Thaïlandais : s’il pousse ou double sans s’excuser, c’est un Chinois. Les Thaïlandais sont tellement polis qu’ils en seraient incapables et auraient des remords pendant trois jours.

Sunday night market, Chiang Mai

Alors, plutôt que le marché du dimanche, nous préférons celui du samedi, qui s’installe dans un quartier mignon au sud des murailles.

Saturday night market, Chiang Mai Saturday night market, Chiang Mai

Comme dans de nombreux lieux publics en Thaïlande, l’hymne national retentit à 18h pile. Tout le monde se fige… puis reprend le cours de ses activités. C’est ici que nous l’expérimentons pour la première fois. Alors que plus personne ne bouge, nous résistons à l’envie de faire les quatre cents coups, tels des super-héros capables de suspendre le temps !

Flash Man et Flash Woman

 

La tournée des temples de Chiang Mai

Chiang Mai ne plaisante pas avec les temples. Il est difficile de marcher cent mètres sans tomber sur un toit étincelant, un stūpa ou une paire de dragons. La plupart du temps, les trois en même temps. Si vous décidez d’entrer dans un temple et de vous accroupir comme les bouddhistes pour saluer une statue de Bouddha, sachez que les pieds sont considérés impurs. Faites donc attention à ne jamais mettre vos pieds en direction du grand homme.

Voici un florilège de temples que nous avons visités.

Le Wat Saen Muang Ma Luang, un petit bijou dans le centre-ville.

Wat Saen Muang Ma Luang, Chiang Mai Petite statue de moine

Le temple d’argent Wat Srisuphan, vraiment beau lui aussi et particulièrement travaillé. Certaines parties à l’intérieur sont réellement faites en argent, le reste en aluminium. L’entrée est malheureusement réservée aux hommes.

Wat Srisuphan, Chiang Mai Wat Srisuphan, Chiang Mai

Au sud du quartier de Nimman se trouve Wat Suan Dok, que nous avons trouvé moins beau que les autres. Néanmoins, le gros stūpa doré contient une relique du Bouddha qui attire les fidèles. Ceux-ci font trois fois le tour dans le sens des aiguilles d’une montre, une fleur ou une bougie à la main.

Wat Suan Dok, Chiang Mai Wat Suan Dok, Chiang Mai

Le Wat Umong est excentré et caché dans une forêt. Il tombe un peu en ruines, c’est plus pour l’ambiance que nous l’avons apprécié, avec des souterrains, un petit lac, des moines et des gens en pleine méditation.

Messages au temple Wat Umong, Chiang Mai

Il n’est pas rare de croiser des conseils de sagesse sur les arbres autour des temples bouddhistes. Ça vous inspire ?

Wat Umong, Chiang Mai, Thaïlande Tunnel au Wat Umong, Chiang Mai, Thaïlande Moine au Wat Umong, Chiang Mai, Thaïlande Petit Thaïlandais Statue de Bouddha Jeune couple, Wat Umong, Chiang Mai

 

Oh hisse ! Doi Suthep !

Doi Suthep est une colline située à une dizaine de kilomètres de Chiang Mai. Vous souvenez-vous de la relique de Bouddha dans le temple Wat Suan Dok mentionné plus haut ? La légende raconte qu’elle se serait miraculeusement dupliquée. Admettons. La légende se poursuit en racontant que la deuxième relique fut installée sur le dos d’un éléphant blanc avant de le lâcher dans la jungle, que celui-ci gravit Doi Suthep, barrit trois fois et mourut. Il n’en fallut pas plus pour y voir un signe et lancer la construction d’un nouveau temple en haut de la colline : le Wat Phra That Doi Suthep.

Temple de Doi Suthep, Chiang Mai Temple de Doi Suthep, Chiang Mai

L’intérieur du temple est étincelant de dorures. Le stūpa, qui abrite la relique tueuse d’éléphant, pourrait bien détruire aussi la rétine de ceux qui le regardent trop longtemps.

Il y a une grande ferveur religieuse dans ce petit espace qui reçoit autant de touristes que de Bouddhistes venus prier et faire des offrandes.

Doi Suthep, Chiang Mai Doi Suthep, Chiang Mai Doi Suthep, Chiang Mai Petite Thaïlandaise

C’est à pied que nous nous sommes rendus au temple, en suivant les conseils de ce blog. Une fort belle idée malgré le dénivelé, car le chemin passe par un superbe deuxième temple, niché au milieu d’une nature apaisante et traversé par un petit torrent de montagne. Ce temple quasiment désert et plein de charme, c’est le Wat Phalad.

Wat Sakithaka (Pha Lat), Chiang Mai Wat Sakithaka, Chiang Mai Wat Sakithaka, Chiang Mai

 

Un peu de verdure à Huay Tung Tao

À douze kilomètres au nord de Chiang Mai se trouve le lac Huay Tung Tao, que les Thaïlandais affectionnent le week-end en famille. Il est possible de s’y baigner mais l’eau nous paraît un peu trop fraîche ! Alors nous nous promenons puis mangeons dans l’une des dizaines de huttes sur pilotis posées au bord du lac. Une petite sortie bucolique !

Huay Tung Tao Lake, Chiang Mai Huay Tung Tao Lake, Chiang Mai Lac Huay Tung Tao

 

Le sommet de Doi Inthanon

Chaque fois que nous observions des photos de Chiang Mai, nous tombions sur deux temples dominant un superbe paysage. Nous finissons par comprendre que ces temples ne se trouvent pas tout à fait à Chiang Mai, mais beaucoup plus loin. Ils sont sur le Doi Inthanon, la plus haute montagne de Thaïlande qui culmine à 2565 mètres.

Motivés et téméraires, nous décidons de nous y rendre en scooter et franchement… nous ne le recommandons pas du tout. Le trajet nous prend trois heures à l’aller et autant au retour, sur des autoroutes poussiéreuses (oui, ça existe !). Seule la dernière partie qui grimpe dans la montagne a du charme…mais pas quand des minibus de touristes nous frôlent. Et puis ça caille là-haut, même avec la paire de chaussettes prévue en guise de gants pour tenir le guidon !

Une fois au sommet, nous découvrons un petit sanctuaire bouddhiste mais malheureusement pas de point de vue sur la vallée.

Sommet du Doi Inthanon, Chiang Mai

Un peu plus loin se trouvent les fameux temples jumeaux des cartes postales, entourés de jardins fleuris. Certes, la vue sur les environs est belle, mais elle ne vaut pas à nos yeux le long trajet depuis Chiang Mai.

Doi Inthanon, Chiang Mai Doi Inthanon, Chiang Mai Doi Inthanon, Chiang Mai

 

Et les fameux éléphants de Chiang Mai alors ?

L’éléphant est le symbole de Chiang Mai et beaucoup de touristes viennent ici justement pour rencontrer le fameux pachyderme. Pour notre part, nous sommes repartis sans en voir un seul car nous ne cautionnons pas ce business basé sur l’exploitation des animaux et les pratiques barbares qui sont cachées aux yeux des touristes.

Si vous voulez absolument en voir, nous vous recommandons un safari au parc national de Khao Yai, où vous pourrez observer des éléphants sauvages. Vous avez aussi la possibilité de visiter l’un des quelques refuges qui prennent soin d’animaux sauvés de leurs dresseurs, comme semble l’être l’Elephant Nature Park.

Dessin : nous sur une statue d'éléphant

 

Nos restaurants préférés à Chiang Mai

Même si la nourriture de rue est excellente, nous avons pris le temps de tester les restaurants de la ville et nous vous présentons notre sélection. Vous pourrez constater que la nourriture n’est pas toujours très locale, mais ça fait plaisir de varier, surtout lorsque c’est cuisiné avec brio !

  • Imm Aim : un petit resto végétarien qui se situe dans le quartier Santitham, donc proche de l’hôtel que nous recommandons plus loin. Il sert de bons currys accompagnés de naans de patate douce.
  • The Larder : des tartines délicieuses, surtout la citrouille-amandes-cranberries. Il se situe dans le quartier de Nimman.

Restaurant de Chiang Mai

  • Rustic & Blue : une cuisine inventive et internationale au top, dans le quartier de Nimman. En particulier le croissant à l’œuf Bénédicte avec sa crème d’avocat et ses patates douces rôties (le bacon est remplacé par des champignons grillés sur demande).
  • Beast Burger : Même si vous n’êtes pas végétariens, il faut goûter le burger vegan dans ce petit resto à hamburgers, avec une terrasse idéale pour dîner. Il se trouve lui aussi dans Nimman.
  • Pink House Garden : Un jardin calme où se détendre tout en se régalant d’excellents currys. Il se situe au sud des douves, à proximité du temple d’argent et du Saturday Night Market.

Green curry

  • Cat House : Un lieu qui détend, servant une nourriture à la fois bonne et saine comme des burritos au dhal ou à la ratatouille, du houmous et des jus de fruit frais. Il est juste à l’extérieur des douves, au nord-est du centre-ville.

 

Se loger à Chiang Mai

En arrivant dans la ville, nous avons logé trois nuits au Tarntong Boutique, un bon hôtel avec des chambres modernes et un excellent petit déjeuner que nous recommandons les yeux fermés pour un séjour de courte durée.

Pour ceux qui souhaitent rester sur le plus long terme, un mois ou plus, n’hésitez pas à chercher un appartement une fois sur place. C’est assez simple sauf… entre décembre et février ! Hé oui, pas de bol, nous sommes arrivés à Chiang Mai en plein pendant la saison préférée des nomades. Il faut savoir que c’est plus facile pour ceux qui comptent rester trois mois ou plus car en dessous de cette durée, le propriétaire est censé déclarer le logement en tant qu’hôtel auprès du gouvernement.

La recherche consiste à rendre visite à un maximum de condos (immeubles) et à demander d’y visiter les appartements disponibles. En effet, lorsqu’un logement est libre, les propriétaires laissent les clés aux standardistes de l’immeuble, qui peuvent faire visiter les appartements sans rendez-vous.

Dans notre cas, en haute saison, tout était soit plein, soit cher. Nous nous sommes rabattus sur un logement plutôt cher pour la ville, à 19 000 Baths, soit 505€ le mois (hors eau et électricité).

Appartement à Chiang Mai

Notre condo s’appelle Play Condominium et il se situe à proximité du centre commercial Maya. À ce prix, nous disposons d’un petit 30m2 flambant neuf, avec cuisinette, machine à laver, fibre optique, piscine partagée et salle de sport.

 

Quelques conseils « spécial nomades » sur Chiang Mai

Travail à la piscine, Chiang Mai

Cinéma : Le centre commercial Maya dispose d’un excellent cinéma où les films sont passés en VO sous-titrés en thaï. Le mercredi, les tarifs sont divisés par deux, soit 100 bahts au lieu de 200 le reste de la semaine. Nous avons pu voir de bons films américains avant même leur sortie française : La La Land, Moonlight, Premier Contact. Horaires et séances ici.

Coiffeur : Le salon New York New York a l’habitude de coiffer des occidentaux, dont les cheveux sont paraît-il très différents des cheveux thaïlandais. La coupe femme revient à 650 bahts et ne fait pas de mal après 11 mois sans approcher de ciseaux !

Yoga : Nous avons suivi les cours du studio Ananda Yoga, qui a de très bonnes profs. Attendez-vous à rentrer chez vous en sueur et exténués, on n’est pas là pour se relaxer !

Café pour travailler : Nous en avons testé plusieurs avant d’adopter tout simplement le Starbucks de Nimman, qui dispose d’une belle salle pleine de prises à l’étage et d’un bon wifi.

Extension de visa : Pour prolonger son séjour en Thaïlande au-delà d’un mois, il faut se rendre à l’Immigration Office situé dans le centre commercial Promenada. La formalité est simple, elle prend deux à trois heures et coûte 1900 bahts. Il est possible de faire les photos d’identité et les photocopies dans une petite boutique à côté.

Burning season : Évitez de rester à Chiang Mai aux mois de mars et avril et dans tout le nord de la Thaïlande en général. Les paysans préparent leurs rizières en débroussaillant par le feu, ce qui rend l’air irrespirable et toxique.

 

Transports et déplacements

Venir depuis Bangkok : Nous sommes venus par le train de nuit, qui quitte théoriquement Bangkok à 19h30 pour arriver à Chiang Mai à 8h30. Le nôtre avait 3h de retard au départ et 5h à l’arrivée. Nous avons très bien dormi en 2e classe. Il vaut mieux réserver tôt le train car les places partent vite. L’agence Travex permet de le faire à distance via une petite commission. Rendez-vous sur leur site thailandtrainticket.com ou écrivez-leur à info@thailandtrainticket.com.

En ville : Chiang Mai ne dispose malheureusement pas de réseau de bus. Le Songthaew est une sorte de transport collectif aménagé dans un pick-up rouge. Ils sont nombreux à quadriller la ville et les tarifs sont raisonnables. Sauf qu’il est difficile pour un étranger de comprendre où ils se rendent et les chauffeurs n’hésiteront pas à vous demander le prix fort pour faire un détour. Sinon, la marche à pied reste un bon moyen de transport, avec un parapluie pour se protéger du soleil entre 11h et 15h !

Location de scooter : Les agences de location de scoot se trouvent très facilement, mais il ne faut pas hésiter à en visiter plusieurs afin d’obtenir le meilleur prix. Nous avons loué les nôtres à 200 bahts la journée ou 250 bahts pour un 125cm3 plus puissant. Néanmoins, les environs de Chiang Mai ne sont pas très agréables, avec de nombreuses voies rapides. Il faut vraiment s’éloigner pour commencer à voir des beaux paysages.

 

Conclusion

Chiang Mai a largement tenu ses promesses de ville agréable. Notre quotidien nous a enchantés, et la gentillesse des locaux ainsi que la qualité de la nourriture y ont été pour beaucoup. Notre seul regret concerne peut-être le manque de nature aux alentours de la ville. Nous nous imaginions naïvement pouvoir traverser jungles et rizières à quelques minutes de scooter seulement. Ce n’est pas cela qui nous empêchera de revenir, dans le futur, pour y passer du bon temps, nous régaler et nous ressourcer !

Nous ne quittons pas encore tout de suite la Thaïlande sur le blog : deux articles vont suivre pour vous raconter des excursions que nous avons faites plus au nord de la Thaïlande : Pai, puis Chiang Rai !

 

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.


18 réponses à “Un mois à Chiang Mai : une des villes les plus agréables d’Asie”

  1. tania dit :

    merci pour ce retour en Thaïlande
    à la même époque en 2012 j’étais en Thaïlande j avais aussi bien aimé Chiang Mai
    je ne savais pas que c’était un des endroits préférés des nomades
    je ne me souviens pas avoir entendu l hymne à 18h
    je ne sais pas ce que je faisais à cette heure la
    intéressant votre article et comme êtes restés sur une longue durée
    je n’ai pas La La Land mais j’ai adoré Premier Contact et Moonlight
    je ne connais pas vos prochaines destinations thaïlandaises alors je serai la pour la découverte

    • mifuguemiraison dit :

      Touristes et nomades ne se rendent pas forcément dans les mêmes lieux, ce qui explique sûrement que tu n’en aies pas croisé beaucoup. Ils sont nombreux à rester dans leur espace de coworking du matin au soir par exemple.
      Pour l’hymne, ce n’est pas partout, mais sur un marché ou dans une gare tu es assurée de l’entendre. Un moment bien insolite !

  2. Pauline dit :

    Plein de jolies photos c’est chouette!

  3. Kévin dit :

    Merci pour ce petit brin d’évasion ! J’ai beaucoup apprécié l’article. J’ai eu un coup de coeur pour la partie sur l’architecture religieuse, merciii !
    Et très utile aussi la partie plus pratique (comment se loger, manger, visa etc) si un jour j’arrive à me caser un petit voyage en Thaïlande ^_^
    Portez vous bien !

    • mifuguemiraison dit :

      Merci beaucoup pour les compliments ! On te souhaite d’aller découvrir cette belle ville de tes propres yeux un jour prochain !

  4. MARIE dit :

    Merci pour ce magnifique document. je suis allée 6 fois en Thaîlande et lors de mon prochain séjour, je visiterais Chang Mai.

    • mifuguemiraison dit :

      Merci ! Nous ne connaissons pas le sud de la Thaïlande mais c’est apparemment très différent. Chiang Mai et sa région sont à voir pour découvrir un autre aspect du pays. Bon séjour dans cette belle ville !

  5. christophe dit :

    chiang mai est « the place to be » en thailande, perso, c’est la haut que vous trouverez la vrai culture thai, le sud est beau pour ses décors mais le peuple est corrompu par le tourisme…

    avez vous gouté le kao soy ? une spécialité culinaire Lana délicieuse.

    je connais tres bien chiang mai et de manière général le nord. Pour ce qui est de la jungle et des rizieres, il ne faut pas faire bcp de kilometre pour les trouver, par exemple, direction le doi sakhet, un magnifique temple monastère qui se trouve a 20km en direction de chiang rai, de la, vous pouvez allez explorer la campagne alentour et les sources d’eau chaude. Avez vous continué la route apres le doi suthet ? pour aller gouter le café des « KAREN »….il y a aussi sur la route de samoeng connu pour ses cultures de fraise…Huay ting thao est sympa mais il y a un lac encore plus beau a quelques 30 kms plus loin, il faut prendre des barques taxi qui vous transportent jusque une petite concentration de baraquement posés sur l’eau ou vous pouvez y passer la journée a vous baigner, peché et meme y rester la nuit….

    quand aux festivals , la fete de l’eau purificatrice « songkran », magique dans cette partie du pays, la fete des lumieres « loy kraton »…la encore, c’est « the place du be » etc etc…

    bref, il y a tant a faire a voir à dire sur cette ville et autour qu’on ne s’y ennuis pas ou peu.

    seul bémol, il ne faut pas y etre pendant la saison des « brulis »…. mars et avril …irrespirable

    • mifuguemiraison dit :

      Merci pour tous ces bons conseils ! Nous avons goûté le khao soy, très bon comme tous les plats en Thaïlande mais notre préférence va au pad thaï 🙂 Nous n’avons pas continué après le Doi Suthep car nous sommes grimpés à pied et étions déjà un peu fatigués. Cette ville nous a tellement plu que nous y reviendrons, et ça fait plaisir de savoir qu’il nous reste encore tant de choses à découvrir dans ses environs !

      • Je suis tombe un peu par hasard sur votre article (en fait je cherchais ou se situait le mien :D).

        En effet comme le dit Christophe, il y a plein de choses autour de Chiang Mai mais c’est clair que sans scooter (ou meme voiture), c’est complique.

        Bravo pour votre ascension de Doi Suthep a pied. Je n’ai jamais essaye ^^

  6. geoffrey dit :

    C’est là-bas que j’ai mangé le sushi le moins cher du monde, à 5 centimes d’€ !
    J’ai dû y aller avant le film chinois alors, car je ne me rappelle pas de tant de monde.
    Chouettes photos mais ça manque un peu de dessins et de musiques locales !
    Bel article encore une fois, merci !

    • mifuguemiraison dit :

      Oups, un commentaire laissé sans réponse !

      Le film Lost in Thailand est sorti en 2012, donc t’y étais effectivement avant le boom. Désolé pour les dessins et la musique, c’est pas toujours facile !

  7. joel dit :

    Bravo pour votre carnet de voyage ,tres detaillé ,et très instructif ca va me facilité les préparatifs car j y serais en juillet cette année un grand merci ;

  8. Tinmar dit :

    Super article pour nous qui venons d’arriver à Chiang Mai pour y vivre !
    Nous recherchons de belles terrasses pour passer des coups de fil tranquillement, une idée ?
    Encore merci pour toutes ces adresses et conseils !!

    • mifuguemiraison dit :

      Désolés, on n’a pas vraiment ça en stock…

      La terrasse de notre condo n’était pas mal pour ça, mais elle est réservée aux habitants. Dans les autres lieux que l’on connaît, il y a des risques de gêner les autres. Sauf peut-être le petit café Cottontree, qui est situé dans une grande cour très tranquille, celle de Green Hill Place, un condo pas très loin de Maya.

      Bonne vie chiangmaienne à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.