Mi-fugue, mi-raison

Chiang Rai : blanc, noir, émeraude, blanc, rose…

Publié dans la catégorie Thaïlande, le 26 mars 2017

Aujourd’hui, nous vous emmenons à la découverte de Chiang Rai (à ne pas confondre avec Chiang Mai, les Thaïlandais sont joueurs). C’est à la vue des photos d’un superbe temple blanc que nous nous sommes décidés à faire le chemin jusqu’à cette ville située tout au nord de la Thaïlande. Elle nous a finalement réservé bien d’autres surprises !

À vrai dire, la ville de Chiang Rai en elle-même n’est pas franchement folichonne. Elle n’est pas laide non plus, disons qu’elle a juste cette habituelle incohérence architecturale à laquelle nous ne faisons plus trop attention après sept mois en Asie du Sud-Est.

Cependant, l’ambiance est tranquille, en particulier vers notre logement, à deux pas du centre-ville. Le doux soleil hivernal continue de nous suivre partout où nous allons depuis bientôt un mois que nous sommes en Thaïlande.

Chiang Rai, Thaïlande

Le seul point d’intérêt culturel dans le centre-ville est une grande horloge dorée qui frappe par sa silhouette fantasmagorique. Est-ce une architecture typique de la région ? Non, il s’agit d’une œuvre de l’artiste Chalermchai Kositpipat, celui-là même qui a imaginé le fameux temple blanc. Vous remarquerez que sa patte est facilement reconnaissable, avec une nette tendance à exagérer et à dramatiser le style thaï traditionnel.

Chiang Rai, Thaïlande

Dessin : style architecturale Chalermchai

 

Le temple blanc de Chiang Rai

Parlons-en, justement. Ce White Temple est un véritable bijou qui nous a vraiment impressionnés. Plus qu’un lieu de culte, il peut être vu comme le chef-d’œuvre d’un illuminé !

White temple, Chiang Rai, Thaïlande

Pour éviter la foule, nous nous y sommes rendus quinze minutes avant son ouverture à 8h du matin. C’est le moment idéal pour observer le temple sous la douce lumière matinale, par dessus la simple balustrade qui sépare le temple des passants.

Comme son nom l’indique, le temple est… blanc, même très blanc. Pour le rendre encore plus étincelant, Chalermchai a encastré des milliers de petits miroirs dans les enjolivures extérieures. L’édifice fourmille de détails symboliques qui nous ont parfois laissés un peu perplexes… En entrant dans le temple, il faut observer attentivement les peintures situées derrière les battants de la porte. Nous vous en laissons la surprise puisque les photos sont interdites ! Jetez également un coup d’œil au bassin en dessous du pont qui mène à l’entrée et repérez les énoooormes poissons qui rasent le fond.

White temple, Chiang Rai White temple, Chiang Rai, Thaïlande White temple, Chiang Rai

Dire que Chalermchai a failli faire démolir le temple, à la suite d’un tremblement de terre qui l’a fissuré en 2014… Rassuré sur la possibilité de remettre le temple en état, l’artiste décide carrément de lui consacrer le reste de sa vie. De nouveaux bâtiments sont donc en train de sortir de terre à proximité. Sont prévus, entre autres, des logements pour les moines, une école bouddhiste et un centre de méditation. D’après les estimations, l’ensemble ne devrait pas être terminé avant 2070. Il faudra que nous y retournions pour vous raconter la suite !

White temple, Chiang Rai

Parfois, l’artiste pète un boulon…

Sculpture et peinture au White temple White temple, Chiang Rai

Juste en face du temple se trouve le musée de Chalermchai, qui s’est fait connaître par la peinture bien avant de se lancer avec succès dans l’architecture. La visite vaut le coup, avec un style très original mêlant traditions et couleurs psychédéliques. Et devinez sur qui nous tombons en ressortant du musée ? Sur le maître lui-même !

White temple, Chiang Rai

 

La maison noire

Comme en réponse au temple blanc, un autre artiste de la région nommé Thawan Duchanee a construit la Black House, un lieu difficile à catégoriser. Est-ce un musée ? une collection privée ? un parc ? une exposition d’architecture traditionnelle ? Un peu tout cela à la fois.

La maison noire est le plus gros bâtiment, mais ce n’est pas le seul. Ils sont plusieurs dizaines, finement travaillés et répartis dans un joli parc. À l’intérieur, monsieur Duchanee a réuni tout un tas de curiosités, avec visiblement une passion lugubre pour les crânes et les peaux d’animaux.

Black House, Chiang Rai Black House, Chiang Rai Black House, Chiang Rai Black House, Chiang Rai Black House, Chiang Rai Black House, Chiang Rai

 

Le temple du Bouddha d’émeraude (de Chiang Rai)

Le Wat Phra Kaeo (à tes souhaits !) est un sympathique temple, noyé dans la verdure, qui ne reçoit pas beaucoup de visiteurs. Pourtant, c’est ici que fut découverte la statue du Bouddha d’émeraude, l’un des principaux emblèmes religieux du pays. En 1434, la foudre éventre le stūpa du temple, qui met au jour une statue dorée. Sur le principe des poupées russes, la couche de plâtre dorée finit par s’effriter à son tour et dévoile cette fois une incroyable statue verte !

Dessin : qu'y a-t-il dans le Bouddha d'émeraude ?

La statue bourlingue ensuite dans plusieurs villes avant de s’installer à Bangkok. C’est en fait une réplique qui peut s’admirer dans ce temple de Chiang Rai.

Wat Phra Kaeo, Chiang Rai
Moine bouddhiste

Sommes-nous les seuls à trouver que ce moine a un air de Bruce Willis ?

En traversant le temple, nous tombons sur un escalier qui mène à un autre temple encore plus paisible : le Wat Doi Ngam Muang. Sur le chemin, de jeunes moines tiennent les murs et se marrent en regardant des vidéos sur leurs smartphones. Nous qui pensions qu’ils passaient des journées entières à méditer !

Wat Doi Ngam Muang, Chiang Rai Wat Doi Ngam Muang, Chiang Rai

 

Le Bouddha géant de Huai Pla Kung

Le temple Wat Huai Pla Kung est tout nouveau dans la région et apparemment pas encore dans les guides. Pourtant, à six kilomètres seulement du centre-ville, il mérite vraiment le détour. Une statue géante, un véritable mastodonte, vient d’être achevée en haut d’une petite butte. Nous n’avons trouvé nulle part sa hauteur exacte, peut-être bien cinquante mètres à vue de nez. Si vous vous demandez ce que Bouddha voit avec son troisième œil, un ascenseur peut même vous emmener jusqu’au petit hublot qui s’y cache.

Wat Huai Pla Kung, Chiang Rai Wat Huai Pla Kung, Chiang Rai

Les Thaïlandais semblent s’être donné le mot car ils viennent nombreux pour se recueillir et visiter la nouvelle fierté régionale ! À côté de cette statue se trouvent deux autres bâtiments : une belle pagode à neuf étages avec des escaliers pour atteindre le sommet, ainsi qu’un joli temple qui ressemble au White Temple, si ce n’est le toit en tuiles rouges.

Wat Huai Pla Kung, Chiang Rai

 

Le Parc Singha

Toujours dans les environs proches de Chiang Rai, nous nous sommes rendus dans ce grand parc gratuit. Singha, la marque de bière la plus consommée en Thaïlande, a métamorphosé une ferme qui lui appartenait pour le plaisir des visiteurs.

Les photographes se régaleront au coucher du soleil, au milieu des plantations de thé taillées au millimètre ou des champs de fleurs sauvages. Il est aussi possible de louer des vélos sur place, pour profiter des belles pistes cyclables toutes neuves.

Singha park, Chiang Rai Plantation de thé Singha Park, Chiang Rai Singha park, Chiang Rai Crocus, Singha park, Chiang Rai Singha Park, Chiang Rai Crocus, Singha park, Chiang Rai

 

Conseils pratiques sur Chiang Rai

Hôtel : Nous avons logé à la Baan Bua Homestayi, une petite maison d’hôte colorée d’un excellent rapport qualité/prix. Elle est située dans une ruelle calme, collée au centre-ville.

Restaurant : S’il y a bien un restaurant qui nous a marqués en Thaïlande, c’est le Chivit Thamma Da : une belle maison envahie par les plantes au bord d’une rivière paisible, un personnel au top et une nourriture délicieuse, à des prix raisonnables.

Night Market : Le soir, n’hésitez pas à dîner au marché de nuit du centre-ville pour profiter de l’ambiance. Au milieu des vendeurs de tout et de rien, vous trouverez un food court bien sympathique.

Transports depuis Chiang Mai : Nous avons emprunté les bus de la compagnie Green Bus, dont vous trouverez les horaires ici. Les tarifs d’environ 150 Bahts par personne varient selon le confort choisi, mais sachez que le moins cher est déjà confortable. Nous sommes parvenus à réserver en ligne sur le site de la compagnie en utilisant Google Translate et le retrait de billets dans un magasin 7/11. L’autre solution est de se rendre dans une agence de voyage qui prendra une commission.

Location de scooter : Nous avons loué un scooter dès notre arrivée à Chiang Rai, qui s’est avéré très pratique puisque les points d’intérêts sont en périphérie. Comme les paysages sont plats, un 110cc nous a suffi, loué 200 bahts pour 24h.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.


6 réponses à “Chiang Rai : blanc, noir, émeraude, blanc, rose…”

  1. Sego dit :

    Waouh, ils sont forts ces Thailandais ! Bisous et on pense à vous qui devez encore être entre ciel et terre pour de longues heures…

    • mifuguemiraison dit :

      Oui, les Thaïlandais sont assez impressionnants en architecture religieuse !
      Merci, le long voyage est terminé, place à la découverte du Maroc !

  2. pascale dit :

    genial! merci, nous y allons cet été. Est ce que dans les alentours il y a d’autres endroits à voir sans forcément prendre la fameuse route avec les 700 virages …
    j’ai un site aussi car nous aimons beaucoup voyager (moins que vous :))

    • mifuguemiraison dit :

      Salut Pascale !
      Nous n’avons pas pris le temps de visiter plus en profondeur la région de Chiang Rai, mais il paraît que la visite des montagnes et des villages ethniques du Triangle d’Or est agréable.
      Joli site web, avec de belles destinations qui font rêver !

  3. Marie dit :

    Bon, j’ai pris du retard… très intéressant et joli tous ces temples !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.