Mi-fugue, mi-raison

Hambourg : beauté froide au nord de l’Allemagne

Publié dans la catégorie Allemagne, le 2 octobre 2017

Après la (re)découverte de Berlin, nous voici à Hambourg pour quatre jours. Pour vous situer, nous sommes au nord de l’Allemagne, plus très loin du Danemark. Hambourg a la particularité d’accueillir un immense port, le troisième d’Europe. Or les grandes villes portuaires, peut-être parce qu’elles grandissent ouvertes sur le monde, ont souvent quelque chose d’intéressant à raconter.

Coucher de soleil sur Hambourg

 

Hambourg, ville éminente et distinguée

Nous démarrons notre découverte par une visite guidée du centre. Le guide nous présente sa ville avec humour. Fondée par Charlemagne, Hambourg fut rendue prospère par une charte que l’Empereur germain Barberousse aurait signée quelques jours avant sa mort, dispensant la ville de l’impôt douanier. Or de nombreux soupçons pèsent sur la véracité du document.

 

La charte de Barberousse est-elle réelle ?

Les Hambourgeois sont fiers de clamer que la ville compte 2300 ponts, soit davantage qu’Amsterdam et Venise réunies. Mais ces derniers se font discrets, éparpillés dans les quartiers portuaires, tandis que le centre est taillé en larges bâtiments entrecoupés de rues commerçantes.

Hôtel de ville de Hambourg Hôtel de ville de Hambourg

Sans guide, nous n’aurions pas eu l’idée de venir flâner dans Kontorhaus, le quartier d’affaires. Les architectes des années 20 se sont lancés dans un concours : le championnat d’utilisation de la brique, matériau emblématique d’Hambourg, de la façon la plus créative possible. Ils ont nommé ce courant architectural le Backsteinexpressionismus, c’est-à-dire l’expressionnisme de brique. Nous ne dirions pas que le résultat est beau, il est même assez austère, mais reste intéressant.

Bâtiment d'Hambourg Bâtiment d'Hambourg

Plus loin, nous tombons amoureux d’autres architectures en briques, encore plus impressionnantes : les anciens entrepôts portuaires. Il s’agit du quartier de la Speicherstadt, littéralement la « ville des entrepôts », construit les pieds dans l’eau afin de décharger les marchandises. Hambourg ne lésinait déjà pas sur les moyens au 19e siècle pour offrir le nec plus ultra de la modernité aux armateurs du monde entier. Le clou du spectacle intervient à la tombée du jour, lorsque les bâtiments s’illuminent. Ça vaut le détour !

Speicherstadt, Hambourg, Allemagne

Mais au fait, pourquoi utilisent-ils autant la brique ? C’est simple, la région est pauvre en pierres naturelles et les Hambourgeois, plutôt que de les importer, leur ont préféré une solution locale !

 

Deuxième jour : Moin Moin Schmuddelwetter !

Petite leçon d’allemand du nord. Moin Moin, c’est le bonjour local, plein de bonne humeur et de sympathie. Un peu comme le « salut biloute » d’un Ch’ti. Quant au mot Schmuddelwetter, c’est le nom donné à la météo typique d’Hambourg et qui se traduirait par… temps pourri.

Le deuxième jour à Hambourg, nous avons droit au Schmuddelwetter : un vent fort, de la bruine et le thermomètre qui atteint tout juste les 14°C. C’est dur pour le moral en plein mois d’août ! Nous nous rabattons ce jour-là dans un café pour travailler sur nos ordinateurs. Conclusion : à moins d’être waterproof comme un Breton, il faut toujours prévoir quelques jours de marge lors d’une visite à Hambourg.

Pluie à Hambourg

 

Troisième jour : le soleil perce, Hambourg s’égaye

Nous repartons à l’assaut de la ville. Nous réglons le réveil à l’aube pour nous rendre au marché aux poissons qui se tient tous les dimanches de 5h à 9h30.

Marché d'Hambourg Marché à Hambourg Concert au marché d'Hambourg

L’ambiance incroyable vaut le déplacement. Dans la grande halle, des papis rockeurs s’époumonent devant un public conquis et la bière coule à flot. Il n’y a que les Allemands pour réussir à boire des mousses de si bon matin.

Prendre une bière de bon matin, à Hambourg

Sinon, il y a bien un marché classique autour de la halle avec des marchands de légumes, de fleurs, de vêtements… mais aucun poissonnier. Il va falloir songer à renommer ce Fischmarkt !

 

Les bords de l’Elbe

Le marché étant collé à l’Elbe, le fleuve hambourgeois, nous enchaînons avec un tour en bateau. Nous avons le choix entre le ferry pour touristes et le ferry public n°62 qui suit le même trajet pour bien moins cher. Notre choix se porte sur le second et nous ne sommes pas seuls : tous les touristes semblent s’être donné le mot. Le bateau effectue une boucle vers le nord-ouest, permettant d’admirer Hambourg d’un autre point de vue, d’approcher les grues du port et même d’observer la plage d’Elbstrand. Eh oui, il y a des plages à Hambourg !

Le port d'Hambourg, Allemagne Le port d'Hambourg, Allemagne Plages de Elbstrand, Hambourg

Nous descendons au terminus, sur les jetées de Landungsbrücken pour une petite promenade au bord de l’eau, avant de plonger vingt-quatre mètres plus bas pour visiter le vieux tunnel sous l’Elbe, construit il y a plus d’un siècle. Ce qui est étonnant, c’est que les véhicules qui veulent traverser prennent l’ascenseur. Un très gros ascenseur, vous imaginez bien. Le dimanche, seuls les piétons et les vélos sont autorisés dans le tunnel.

Tunnel piéton à Hambourg Jetées de Landungsbrücken, Hambourg

 

Le côté rebelle d’Hambourg (si si, il existe)

De retour sur la rive nord, nous marchons vers le quartier de Saint-Pauli. La différence avec le centre tout propre et tout parfait saute aux yeux. Ici, les graffitis recouvrent les murs, les mauvaises herbes tapissent les trottoirs et les bouteilles vides s’entassent dans les coins. Le quartier, connu comme celui de la fête et du vice, se remet de son samedi soir agité.

Saint-Pauli, Hambourg Saint-Pauli, Hambourg Saint-Pauli, Hambourg Saint-Pauli, Hambourg Saint-Pauli, Hambourg Saint-Pauli, Hambourg

Nous remarquons bien vite de nombreux tags et autocollants hostiles au sommet du G20 qui s’est tenu à Hambourg un mois plus tôt, dans le quartier adjacent. Franchement, installer la réunion des représentants du capitalisme international à quelques centaines de mètres seulement des quartiers anarchistes n’était pas très futé !

Saint-Pauli, Hambourg

Un petit crochet nous mène au Hamburger DOM, une immense fête foraine qui revient s’installer ici trois fois par an.

Fête foraine

Nous nous rendons ensuite dans Karolinenviertel, notre quartier préféré. Les rues sont aussi déglingues qu’à Saint-Pauli, mais elles sont plus vivantes et possèdent plus de charme, avec de nombreux arbres et toujours autant de fresques sur les murs.

Karolinenviertel, Hambourg

Toujours à pied, nous atteignons le quartier de Strenschanze, populaire et rempli de grandes terrasses. Il fait si beau que tous les Hambourgeois passent leur dimanche après-midi dehors !

Justement, notre destination suivante, le Parc Planten uns Blomen, est bondé. Et il le mérite. Après un tour dans le jardin japonais, nous découvrons un beau lac, entouré de touffes de plantes et de fleurs sauvages et, surtout, de solides chaises longues en bois.

Parc Planten uns Blomen, Hambourg Parc Planten uns Blomen, Hambourg

 

Retour à la Speicherstadt, le quartier des entrepôts

De passage dans le centre-ville déjà visité, nous savourons notre chance d’avoir la compagnie du soleil. C’est frappant comme la brique rouge se montre déprimante par temps gris et joyeuse par beau temps. La preuve en images :

Hambourg griseHambourg sous le soleil

Avec une telle lumière, nous avons envie de retourner nous promener dans le quartier des entrepôts. Observez bien le pouvoir magique du soleil en action !

Hambourg au coucher du soleil Speicherstadt au coucher du soleil, Hambourg Speicherstadt au coucher du soleil, Hambourg

Tandis que l’astre baisse dans le ciel, nous grimpons sur la Philharmonie de l’Elbe, le tout nouveau monument-salle-de-concert-hôtel-et-résidence-de-luxe inauguré quelques mois plus tôt. Le bâtiment est superbe, avec sa partie inférieure en briques récupérée d’un entrepôt désaffecté et sa partie supérieure en verre qui ressemble à une piste d’atterrissage pour nuage.

Philarmonie de Hambourg, Allemagne

La terrasse à mi-hauteur est en accès libre et représente le meilleur endroit pour profiter du coucher de soleil sur la ville d’Hambourg et son port.

Coucher de soleil sur Hambourg Coucher de soleil sur Hambourg Coucher de soleil sur Hambourg

Pour terminer cette journée bien chargée, nous visitons le Miniatur Wunderland, une visite amusante pour les petits ou les grands enfants. Un groupe de fous-furieux de modélisme s’est acharné à recréer certaines villes et régions du monde en miniature. Rome et Hambourg sont particulièrement réussies, surtout lorsque la nuit artificielle tombe (toutes les quinze minutes) et que les bâtiments s’éclairent. Sachez que les tarifs sont réduits jusqu’à -30% si vous réservez vos billets sur Internet aux horaires les plus tardifs.

Miniatur Wonderland, Hambourg Miniatur Wonderland, Hambourg

 

Virée à l’ouest, sur les bords de l’Elbe

Pour le dernier jour, nous décidons de nous mettre au vert. Un petit tour en ferry nous mène à la plage d’Elbstrand, que nous avions aperçue la veille. La plage n’est pas particulièrement belle avec les grues voisines mais l’ambiance balnéaire détendue est bien là. Les gens bronzent en maillot par endroits. Nous nous motivons pour prendre un bain… et nous démotivons au premier orteil mouillé !

Plage de Elbstrand, Hambourg

Un charme inattendu se dégage du lent va-et-vient des cargos sur le fleuve. Nous sommes des fourmis au pied de ces géants. Nous empruntons la jolie rue piétonne Övelgönne qui longe la plage devant un alignement de vieilles maisons coquettes.

Elbstrand, Hambourg

En un coup de bus, nous nous rendons dans la petite ville bourgeoise de Blankenese, toujours plus loin sur la rive droite de l’Elbe. Le quartier inférieur, à proximité de l’eau, est un ancien village de pêcheurs au nom bien choisi : Treppenviertel, c’est-à-dire « quartier des escaliers ». Ne vous attendez pas à croiser des pêcheurs, les petites maisons sont désormais investies par de riches familles. Le dédale de petits passages entre les jardins fleuris est particulièrement mignon.

Treppenviertel, Blankenese, Hambourg Treppenviertel, Blankenese, Hambourg Treppenviertel, Blankenese, Hambourg

 

 

L'hamburger vient-il d'Hambourg ?

 

Nos conseils sur une carte

Retrouvez nos conseils de visites et quelques informations pratiques supplémentaires sur cette carte :

 

Conseils pratiques sur Hambourg

Venir en bus depuis Paris : Des bus de nuit effectuent le trajet Paris-Hambourg. Nous arrivions de Berlin, mais c’est en bus que nous sommes repartis vers Paris. La compagnie Flixbus propose un départ à 20h45 pour une arrivée à 9h20, que nous avons obtenu à 36€ par personne (tarif variable).

Venir en bus depuis Berlin : Même si les trains sont deux fois plus rapides, le bus est l’option la moins chère. Là encore, nous avons emprunté la compagnie Flixbus qui est ici en concurrence avec IC Bus. Nous vous conseillons d’utiliser un comparateur tel que ComparaBus pour trouver le meilleur tarif. Nous avons payé 11€90 pour un trajet de 3h10.

Se loger à Hambourg : La ville est chère et cela se remarque immédiatement lorsque vient le moment de chercher un hébergement. Nous nous sommes rabattus sur cette chambre AirBnb chez l’habitant à 34€ la nuit. Le quartier (plutôt sympa) est en périphérie mais les transports sont fiables et fréquents à Hambourg. Si vous n’êtes pas encore inscrits sur AirBnb, vous pouvez bénéficier de 35€ de réduction sur votre première réservation en utilisant notre lien de parrainage.

Faire une visite guidée : Nous sommes passés par Sandemans, une agence qui organise des tours en anglais ou en espagnol, payés au pourboire. La visite était intéressante et le guide particulièrement drôle.

Se déplacer dans Hambourg : Les déplacements dans le centre-ville et le vieux port se font bien à pied. Nous avons emprunté les transports pour les trajets depuis notre logement en périphérie ou pour atteindre les endroits un peu plus reculés. Le prix du ticket à l’unité est cher : 3€20. La meilleure solution, même en voyageant à deux, consiste à acheter la « 9-Uhr-Gruppen-karte » qui permet à un groupe de 2 à 5 personnes de voyager toute une journée pour 11€80. Voici la page des tarifs détaillés et pour trouver le bon métro ou le bon bus, sachez qu’Hambourg est couverte par l’application Citymapper.

Manger à Hambourg : La plupart des restaurants ne sont pas donnés (rien à voir avec Berlin !) mais nous avons réussi à trouver quelques adresses abordables. Nous sommes tombés sur plusieurs « food courts » assez sympathiques avec différents stands de cuisine du monde. Le plus grand est celui de la gare centrale. Dans le quartier de Saint-Pauli, le petit restaurant thaï « Mr. Dam » est également un bon plan.

Prendre un café / travailler : Nous recommandons « The Coffee Shop », plutôt calme, qui sert de bonnes boissons chaudes et offre une jolie vue sur un canal.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.



Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

2 réponses à “Hambourg : beauté froide au nord de l’Allemagne”

  1. Bernard & Isabelle dit :

    Nous ne connaissions pas du tout Hambourg, nous voilà plus instruits après la lecture de votre article. Même l’origine du hamburger nous avait échappé ! A ce propos, mention spéciale au dessin final 🙂

    • mifuguemiraison dit :

      On avoue qu’on ne savait même pas situer Hambourg avant de se pencher dessus ! Maintenant il faudra qu’on aille dans un pays voisin pour l’histoire de l’origine des frites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.