Mi-fugue, mi-raison

Le GR21 en Normandie : 180km sur le sentier des falaises

Publié dans la catégorie France, le 21 novembre 2020

En cet été 2020 un peu corona-spécial, nous nous élançons sur notre plus long sentier de randonnée : le GR21 Normandie. Une jolie trotte de 180km qui longe la côte entre Le Havre et Le Tréport, c’est-à-dire d’un bout à l’autre du département de la Seine-Maritime, au pays des pommes, des vaches et des falaises blanches.

Carte : Randonnée GR21 Normandie

Pourquoi avoir choisi cette rando méconnue, dans une région au soleil capricieux ? Parce que nous avons tous deux des origines normandes et pourtant des connaissances limitées de cette côte. Aussi parce que Mi-fugue a demandé « Chiche ? », que Mi-raison a répondu « Chiche ! », et qu’il est interdit de revenir sur sa parole après ça.

Dessin : troupeau de vaches colorées

Projet GR21 : nos préparatifs pour la randonnée

Le sentier GR21 n’attire pas énormément de randonneurs, et nous nous en rendons bien compte en préparant notre balade. Quelles sont les étapes recommandées ? Est-il simple de se loger ? De se nourrir ? À quoi ressemblent les paysages traversés ? Les témoignages étant difficilement trouvables sur le net, nous nous lançons sans les réponses !

Dessin : départ randonnée Normandie GR21

Pour la durée, nous nous donnons dix à douze jours. Un objectif assez relax et plutôt bien estimé, puisque nous mettrons onze jours à parcourir le GR21. Cela fait 16km par jour en moyenne ou 18km en ajoutant nos divers détours.

Nous choisissons de dormir en tente et donc de porter sur nos petites épaules tout le matériel qui va avec. Mais il est possible de faire autrement et nous en reparlerons en bas de l’article.

Enfin, nous partons sans guide papier, avec une simple trace GPS sur nos smartphones. Une petite erreur car celle-ci s’avèrera ancienne et erronée par endroits. Rien de grave, les balises sont nombreuses et les risques de se perdre sont minimes !

 

Alors, à quoi ressemble la côte d’Albâtre ?

Elle est vachement belle ! Plus précisément, nous avons admiré d’infinies falaises de craie blanche…

Randonnée GR21 sur les falaises entre Etretat et Yport

… longé des champs, beaucoup de champs de betterave, de maïs, de lin…

Champ de betterave en Normandie

…. emprunté de nombreuses descentes vers les plages pour nous faire les mollets…

Valleuse de la côte d'Albâtre sur le GR21 en Normandie

… salué un nombre incalculable de bovins en tout genre…

Vache Shetland en Normandie

Vache sur une colline en Normandie
Vaches curieuses en Normandie
Une vache qui broute

…craint quelques fois que le ciel ne nous tombe sur la tête…

Orage sur la plage de Saint-Marguerite-sur-Mer sur le tracé du GR21

… compté des dizaines de plages et des centaines de cabines de plage…

Cabines de plage au Tréport en Normandie

… contemplé des couchers de soleil flamboyants…

Surfeur sur la plage de Dieppe au coucher du soleil

… traversé quelques villes et villages célèbres tels qu’Étretat, Fécamp, Veules-les-Roses ou Dieppe…

… et constaté un accent et un vocabulaire bien d’ici !

Dizi boujou, parler cauchois

 

Nous allons entrer dans le détail de chaque étape, puis vous retrouverez tous nos conseils pratiques en fin de l’article. En route mauvaise troupe !

 

Jour 1 : de Fontaine à Gonneville-la-Mallet, 24km

Nous ne revisitons pas le Havre, mais nous vous conseillons fortement de faire un tour dans son centre, véritable temple à la gloire des dieux de la géométrie et du béton.

Ville du Havre, départ du GR21

Faute de sentier en bord de falaise, les trente-sept premiers kilomètres du GR21 restent éloignés de la mer, et c’est fort dommage. Pour la peine, nous trichons légèrement en ne démarrant pas au Havre, mais quelques kilomètres plus au nord, à Fontaine-la-Mallet où nous héberge une cousine.

Nous soulevons péniblement nos sacs et démarrons l’aventure sous un bon crachin normand du 15 août, idéal pour économiser sur les crèmes solaire et hydratante. Nous évoluons entre les collines vertes, les vaches, les tiges de maïs géantes, les villages, les maisons de briques rouges et même quelques lacs.

Vaches à Fontaine-la-Mallet en Normandie Cygne sur un lac

De discrets indices nous confirment que nous sommes en Normandie : la galette cauchoise en boulangerie, l’impasse Gustave Flaubert, le Courrier Cauchois chez le buraliste, l’école Les Vikings, le club de foot Athléti’Caux…

Le Pays de Caux, parlons-en justement. Il s’agit du nom informel de la région, dont le signe distinctif principal est… l’accent ! Un accent qui sent bon la tarte aux pommes et son coulis de camembert. Par exemple, on ne dit pas :

  • « Comment vas-tu ? » mais « Aaatitoi ? »
  • « Il n’y en a plus » mais « Ènnnapu »
  • « C’est très beau » mais « C’est rien bô »
  • « Bonjour ou au revoir » mais « Boujou »
Dessin : l'accent cauchois normand

Dernière découverte de la journée : les mûres. Elles poussent sur tous les bords de chemin et nous nous en goinfrerons durant les onze jours de randonnée, à toute heure. Le reste du temps passe à s’escrimer contre les pépins coincés entre les dents.

Cueillette de mûres pendant la randonnée

Cette section du GR21 entre Le Havre et Étretat n’est pas seulement éloignée des flots bleus, elle l’est aussi des campings. Au cœur de la saison estivale, nous ne trouvons pas plus d’hôtel ou de chambre d’hôtes disponible. C’est la nature qui nous accueillera !

Paysage près forêt près de Gonneville en Seine-Maritime

Tandis que le soleil tarde à se coucher, nous tardons à nous arrêter. C’est la raison pour laquelle nous parcourons ce premier jour notre plus longue distance. Un petit coin d’herbe dans un petit coin de forêt finit par nous plaire, bingo.

 

Jour 2 : de Gonneville à Étretat, 11km (+ détour de 5km)

Au réveil, la tente est humide, l’herbe est humide, la forêt est humide… mais ce n’est rien comparé à ce qui nous attend : la météo annonce un orage dans deux heures.

Bivouac dans la forêt, randonnée en Normandie

Nous enfilons nos anoraks, remballons le reste à la hâte et pressons le pas jusqu’au prochain village, Le Tilleul.

Chaumière normande
Randonnée sur le GR21 en Normandie sous la pluie

À peine ressortis de la boulangerie du Tilleul, un déluge s’abat sur nos pains au chocolat. La patronne du café voisin prépare nos boissons en se voulant rassurante : le changement de marée chassera bientôt la pluie. La mer n’est donc plus très loin ! D’ailleurs, deux autres réfugiés accoudés au comptoir discutent :

– Je rapporte kek’chose ce soir ?
– Ça dépend si j’reviens avec beaucoup d’palourdes.

L’ondée s’éloigne, nous aussi. Au lieu de suivre tranquillement le GR21 vers la plage du Tilleul, nous choisissons d’ajouter cinq petits kilomètres à notre journée en bifurquant vers le phare d’Antifer. La mer, enfin !

Falaises d'Etretat à la plage du Tilleul
Goélands au-dessus de la mer
Portrait de goéland de profil
Vaches au phare d'Antifer

Les falaises autour d’Étretat, parmi les plus hautes de Normandie, en mettent immédiatement plein les yeux d’en haut comme d’en bas.

Plage du Tilleul près d'Etretat en Normandie

À marée particulièrement basse, il est possible de passer d’une plage à la suivante à pied sec. Ce n’est pas le cas. Nous reprenons de la hauteur et admirons deux arches successives, ainsi que le fameux piton rocheux qui renferme le trésor d’Arsène Lupin. Les sculpteurs normands n’ont pas chômé dans leurs chaumières.

Randonnée du GR21 : les falaises d'Etretat

Plus Étretat approche, plus il y a foule, sur les falaises comme en ville.

Vue aérienne sur la ville d'Etretat Maison normande à Etretat

Étretat est un parfait exemple de cité balnéaire, dotée de nombreuses et belles maisons. Nous cheminons vers le camping municipal qui affiche… COMPLET Gloups ! La gérante nous tranquillise immédiatement, elle garde toujours une place pour les marcheurs de passage.

Dessin : nous intriguons nos voisins de camping

La soirée s’achève sur les galets, à savourer le retour du soleil et à lui souhaiter bonne nuit. L’éclairage des falaises prend alors le relais.

Pêcheur sur la plage d'Etretat au coucher du soleil
Atterrissage de goéland à Etretat
Coucher de soleil sur les falaises d'Etretat en Normandie
Aiguille creuse d'Etretat la nuit

Où dormir à Étretat ?

Le camping municipal occupe un petit terrain très simple, à l’équipement correct pour le faible prix (12,20€ pour deux) et de bonnes douches bien chaudes.

Pour ceux qui préfèrent le bivouac, il existe quelques pointes bien sympathiques sur les falaises, avant et après Étretat. Avec vue, bien entendu !

 

Jour 3 : d’Étretat à Yport, 10km

Le matin, tandis qu’Étretat s’éveille, nous grimpons sur la falaise suivante, jusqu’à la chapelle des pêcheurs, avec un sachet de pains au chocolat. Une routine est lancée.

Vue sur les falaises d'Etretat depuis un banc Chapelle des pêcheurs à Etretat

Sous un ciel ensoleillé, nous entamons celle qui s’avérera notre étape préférée, dotée de points de vue à s’en décrocher la mâchoire.

Randonnée sur le GR21, le sentier des falaises près d'Étretat
Sentier du littoral, randonnée en bord de mer à Etretat

Par endroits, des panneaux interdisent le passage sur la crête et imposent une déviation. La faute à l’érosion, qui grignote au hasard de gros blocs de falaise. Patatras.

Dessin : interdiction sentier falaise normandie

Il faut alors compter plusieurs années pour négocier avec l’agriculteur-trice, raccourcir son champ et tracer un nouveau chemin. Retour à l’intérieur des terres.

Vache normande dans un champ
Tracteur en Haute-Normandie
Randonnée du GR21 à la campagne en Normandie

Nous faisons connaissance avec un mot essentiel du lexique haut-normand : la valleuse. Lorsqu’une rivière souhaite rejoindre la mer, elle pourrait se jeter du haut de la falaise en une élégante cascade. Que nenni, elle préfère creuser son lit jusqu’au niveau de la plage. Mignon, certes, mais ces valleuses demandent de descendre puis remonter à chaque fois. En cela, le GR21 n’est pas aussi plat qu’il n’y paraît !

C’est l’occasion de faire un tour sur une plage, voire de tremper les orteils dans l’eau fraîche, pour ceux qui ne redoutent pas les engelures.

Valleuse près d'Etretat, plage de Normandie Randonnée du GR21 sur la côte d'Albâtre

Arrive Yport, une jolie bourgade pleine de maisons vraiment très normandes. Non pas qu’elles soient coiffées de chaume, non pas qu’elles répondent « P’tet ben qu’oui, p’tet ben qu’non » lorsqu’on leur pose une question, mais plutôt parce qu’elles revêtent briques rouges, galets et ardoises.

Ville d'Yport en Seine-Maritime

La plage d’Yport est douze fois plus tranquille que celle d’Étretat, mais nous retrouvons le même schéma, qui se répètera dans toutes les autres cités balnéaires : des parasols plantés dans les galets, des cabines de plage bien alignées, des transats installés devant, des pêcheurs à l’épuisette, des baigneurs qui ressortent en frissonnant, des gangs de goélands, un poste de secouristes, un manège pour occuper les enfants et un casino pour les adultes.

Cabines de plage à Yport en Normandie
Pêche à l'épuisette à Yport
Falaises sur la plage d'Yport
Manège de fête foraine, l'été à Yport

La plage se prolonge à perte de vue sous la falaise, mais l’accès est interdit pour risque de chute de cette dernière. Décidément, ça ne plaisante pas !

Goéland sur la plage d'Yport en Normandie

Une fête de la mer et de la peinture prend place chaque année le 15 août. Nous la ratons de peu, mais cela n’empêche pas Mi-raison de sortir son carnet à aquarelles.

Dessin de randonnée sur les falaises en Normandie

Et le soir, nous admirons la baie depuis notre emplacement de camping « avec vue » :

Coucher de soleil à Yport sur la côte normande

Dormir à Yport

À Yport, nous plantons nos sardines au camping du Rivage, situé en hauteur et à trois mètres du GR21. Il est bondé d’Allemands en van, ainsi Mi-raison peut passer inaperçu avec ses chaussettes dans les sandales (c’est faux, je n’ai pas apporté mes sandales !). 20€ la nuit.

 

Jour 4 : d’Yport à Saint-Pierre-en-Port, 20km

Cette grosse journée se révèle beaucoup moins maritime que la précédente. Le GR21 perce quelques minutes sur les falaises, mais nous renvoie inexorablement entre les plantations. Ce sont probablement ce qu’on appelle des champs magnétiques.

Randonnée entre Yport et Fécamp

Fécamp apparaît subitement, théâtralement. Les villes côtières ne sont finalement que des valleuses plus larges que les autres, offrant des panoramas dantesques.

Ville et plage de Fécamp en Normandie

Nous découvrons une cité plus touristique que nous ne le pensions. Cela commence par une typique promenade bétonnée, avec autant de monde que sur la plage galetonnée, et une ambiance familiale, pas jet-set pour un sou.

Promenade en bord de mer à Fécamp
Cerf volant en bord de mer à Fécamp
Petit vélo, Fécamp l'été

Au port se côtoient voiliers et chalutiers, ainsi qu’un grand musée de la pêche en plein milieu. Fécamp s’était spécialisée dans la morue, un travail éreintant qui envoyait les marins six mois consécutifs aux portes du Canada.

Port de plaisance à Fécamp, randonnée GR21 Normandie Bateau au port de Fécamp en Normandie Dessin : Terre-Neuvas parti loin depuis Fécamp

Niveau architectural, l’alignement de maisonnettes colorées qui bordent le port est poétique, attendrissant. Et dans un style tout opposé, voici le fantasque Palais Bénédictine.

Palais de la Bénédictine à Fécamp

Son mégalomane bâtisseur s’appelait Alexandre le Grand, cela ne s’invente pas !

Nous nous exfiltrons de Fécamp via la sente des matelots, ancien chemin de pèlerinage avant un départ en mer. Là-haut, au plus haut point de tout le littoral, de gros bunkers allemands nous attendent de pied ferme.

Randonnée à Fécamp sur la sente des matelots
Bunkers en Normandie près de Fécamp

Ces espèces de boîtes en béton, les côtes normandes en comptent à la pelle, souvenirs d’outre-tombe laissés par nos amis d’outre-Rhin. Avec une préférence pour les emplacements panoramiques.

Nous poursuivons jusqu’à Saint-Pierre-en-Port, notre étape du soir. Le sentier en bord de falaise est bloqué par un panonceau. Certains promeneurs en font fi, mais nous sommes encore sages en ce début de randonnée, nous nous soumettons à la déviation.

Progressivement, nous apprenons même à trouver de la sublimité dans ces champs qui s’étendent à l’infini…

Randonnée à travers champs sur le trek GR21

… non c’est exagéré, vivement le retour des falaises !

Une moissonneuse-batteuse nous recouvre d’un duvet de poils de paille. Mieux encore, des champs fraîchement épandus de fumier nous offrent de longues minutes de joie olfactive.

Vaches sur le chemin de randonnée du GR21
Tracteur et fumier dans un champ de Normandie

L’adorable plage de Saint-Pierre-en-Port nous attend à marée basse, accompagnée d’un village calme et d’un ciel fugacement bleu.

Plage et falaises de Saint-Pierre-en-Port, randonnée GR21 Normandie

L’instant d’après, un nuage noir déboule et nous offre une soirée bien arrosée. Avec dîner sous la tente, entourés de limaces qui salivassent sur nos sacs, duvets, godasses.

Conseils pratiques

Déjeuner à Fécamp

Nous conseillons le Coffee de Clo, qui prépare des bagels et des desserts savoureux. Sinon, nous ne l’avons pas testée mais une cabane appelée Chez Malo sert des crêpes en haut de la sente des matelots, dont une qui s’intitule « GR21 ». C’est bon signe !

Dormir à Saint-Pierre-en-Port

Nous choisissons le petit « Camping à la ferme » à seulement 8,40€ la nuit pour deux (+1€20 la douche). Il est calme, doté d’une pelouse digne d’un stade de foot et géré par un couple de retraités sympas. Si vous préférez une grosse structure, l’Huttopia est plus proche des falaises.

 

Jour 5 : de Saint-Pierre-en-Port à Veulettes-sur-Mer, 18km

 

Après la pluie… la pluie. (proverbe normand)

 

Au réveil, les gouttes fouettent toujours la tente. Nous nous fouettons nous-mêmes pour nous extraire des sacs de couchage, c’est qu’une nouvelle journée de randonnée nous attend !

Randonnée sous la pluie sur le GR21 en Normandie

Rituel de matin humide : tenter de faire sécher serviette et torchon entre deux crachins.

Le chemin retourne copiner avec les falaises, les retrouvailles font plaisir !

Randonnée sur les falaises à Saint-Pierre-en-Port

Nous marquons l’arrêt à Grandes Dalles puis Petites Dalles, deux valleuses peuplées de villas cossues. L’ambiance est bruineuse, douce, mélancolique. Nous comprenons qu’elle ait inspiré les grands peintres : Monet, Delacroix, Mi-raison, Morisot. Cherchez l’intrus !

Réponse : Delacroix, car il commence par D !

Randonnée GR21 en Normandie à Grandes Dalles

Au village de Sassetot-le-Mauconduit, tout fait référence à Sissi l’impératrice : une rue, un buste, un hôtel, un restaurant… L’impératrice en question a simplement eu le malheur d’y séjourner un été il y a 150 ans, vive le respect de la vie privée.

Nous avons tout le loisir d’admirer son momentané château, puisqu’une pluie nous retient deux heures juste en face. Il pleut comme vache qui pisse, comme on dit ici, avec un vent à décorner les bœufs.

Dessin : Mi-raison parvient à faire une sieste sous la pluie !

Les gouttes rapetissent, mais nous suivent tout l’après-midi. Pour se donner du courage, rien n’égale l’écoute d’un bon podcast sous la capuche. La zone est riche en vieilles demeures, qu’elles soient à colombages, à toit de chaume ou aux deux à la fois.

Belle maison normande à Veulettes-sur-Mer, randonnée GR21 Normandie
Maison traditionnelle normande

Le soleil revient sur la vaste plage de Veulettes-sur-Mer. Les épuisettes remplacent les parapluies et les baigneurs les grenouilles, à croire qu’il n’a jamais plu ici.

Pêche en famille à Veulettes-sur-Mer

Le meilleur des réconforts se trouve à la cabane d’Esta’frites, aux frites divines. Nous les dégustons sur les galets tout proches, accompagnées d’une bouteille de cidre et de crêpes en dessert, tandis que les gérants et les clients s’entendent pour mettre l’ambiance.

Cidre normand sur la plage
Baraque à frites à Veulettes-sur-Mer la nuit

En parlant des galets, savez-vous qu’ils sont en voie de disparition et qu’il est rigoureusement interdit d’en prélever ? Mais bon… quel randonneur aurait envie d’alourdir son dos avec des cailloux ?

Dormir à Veulettes-sur-Mer

Nous avons dormi au camping municipal de Veulettes pour 13€, bien situé, bien propre et bien tenu, entouré de belles demeures et de quelques biquettes affectueuses, si vous recherchez des amies.

 

Jour 6 : de Veulettes-sur-Mer à Veules-les-Roses, 21km

Encore une grosse journée de randonnée. Après le sacro-saint pain au chocolat du matin, dégusté sur l’immense promenade de Veulettes, nous sommes de retour sur notre corniche fétiche, coiffée de plusieurs blockhaus molosses.

Petit déjeuner en bord de mer à Veulettes sur Mer, trek GR21 Normandie
Veulettes à travers un bunker

Débute alors un long contournement de la centrale nucléaire de Paluel. Ce n’est pas le passage le plus glam’ de notre séjour cauchois, mais bon, aucun troisième bras n’est à signaler et nous ne brillons toujours pas la nuit.

Zone nucléaire, centrale de Paluel

La ville suivante, Saint-Valery-en-Caux, s’est vue presque entièrement rasée par la guerre, puis remodelée en béton uniforme. Parmi les rescapés, subsiste ce chef-d’œuvre du Moyen Âge, la maison d’Henri IV :

Maison d'Henri IV à Saint-Valery en Caux, randonnée GR21 Plage de Saint-Valery-en-Caux en Normandie

À partir d’ici, la mer prend à notre grande surprise des reflets turquoise. Cette côte normande a plus d’un tour dans sa Manche.

Randonnée GR21 sur la côte d'Albâtre en Normandie

Le reste de la journée se déroule hélas à nouveau à quelques centaines de mètres de la mer. La faute aux betteraves qui rougissent et aux brins de lin qui rouissent.

Gros plan sur un papillon et fleur jaune
Eolienne dans un champ sur le GR21 en Normandie
Goéland mécontent en bord de mer

Notre village-étape du soir est le fameux Veules-les-Roses. En ce 20 août, il contient plus de touristes que de roses.

Randonnée GR21 à Veules-les-Roses en Normandie

Derrière la plage bondée, les ruelles sont embouteillées de grosses berlines immatriculées 75 ou 92. Cela n’enlève rien à la beauté du cadre, les maisons sont toutes plus élégantes et mieux entretenues les unes que les autres.

Ville de Veules-les-Roses en Normandie Village de Veules-les-Roses
Maisons à briques rouges, Veules-les-Roses

Sur cette photo se cache le secret de la cuisine normande.

Le soir, l’ambiance devient un peu magique, sur la plage délaissée, alors que nous dégustons notre pique-nique sous le ciel enflammé.

Marée basse le soir à Veules-les-Roses, randonnée GR21 Normandie
Nuages roses au coucher du soleil
Coucher de soleil sur la plage de Veules-les-Roses

Conseils pratiques

Déjeuner à Saint-Valery-en-Caux

Sur les conseils d’une amie, nous avons testé et vous conseillons à notre tour les bonnes pâtes maison du restaurant Quai 23. Le bouche-à-oreille fonctionne !

Dormir à Veules-les-Roses

Nous avons posé nos baluchons au camping Les Mouettes, au tarif enflé par la réputation du village (24,80€). Il se trouve à 10 minutes de la plage par un chemin le long des falaises.

 

Jour 7 : de Veules-les-Roses à Quiberville, 14km

Malgré une étape plutôt courte, nos corps sont flagadas comme des fraises tagada. Même un vieux barbu célèbre s’était autorisé du repos le septième jour.

Dessin : randonnée GR21 falaises normandie

Le sentier tente à nouveau de nous écarter de l’eau, pourtant la plus turquoise depuis notre départ.

Sentier de randonnée GR21 en Normandie, côte d'albâtre

Cette fois, le panneau d’interdiction n’est pas trop alarmiste et nous repérons d’autres promeneurs. Bref, ne le répétez pas mais nous transgressons la règle et grappillons ainsi au moins un kilomètre.

Assis à pique-niquer sur la mini plage de Saussemare, nous réalisons que les marées sont plus hautes que d’habitude. Les vagues viennent lécher nos baskets. Nous reculons. Elles reviennent à la charge. Nous re-reculons. Une bourrasque s’en mêle, les parasols s’envolent, c’est la panique sur les galets.

Parasol à jambes sur la plage de Saussemare

Idem, voire pire à Saint-Aubin-sur-Mer, qui pourrait être renommée « Saint-Aubin-SOUS-Mer ». Une fillette à côté de nous en jette sa bouée par terre : « Mamie, t’avais promis qu’on se baignerait ! ».

Vagues géantes à Saint-Aubin-sur-Mer Vagues et vent à Saint-Aubin-sur-Mer

Mention spéciale pour les cabines pastel de Saint-Aubin, nos préférées de toute la côte !

Cabines de plage de Saint-Aubin-sur-Mer, randonnée GR21 Normandie

Notre journée n’est pas terminée. Nous traînons nos sacs à travers la campagne jusqu’à Quiberville, un village côtier étrangement posé sur les hauteurs de la falaise plutôt qu’au fond de la vallée.

Dormir à Quiberville

Le camping municipal de Quiberville est le plus cher de notre périple (26€), tout en se permettant d’être moins bien que les autres. Peut-être est-ce le prix à payer pour être aussi proche de la plage ?

 

Jour 8 : de Quiberville à Hautot-sur-Mer, 13km

Cette journée fait partie de nos préférées de la randonnée, pour la diversité des découvertes.

Cela démarre par la douce et captivante plage de Sainte-Marguerite-sur-Mer, dans le prolongement de celle de Quiberville. La marée est si basse qu’il semble possible de rejoindre Portsmouth à pied.

Plage de Quiberville à marée basse Goélands sur la plage de Quiberville et Sainte-Marguerite-sur-Mer

Si vous avez la chance de repérer une paire de moustaches dans l’eau, elles appartiennent à Georges, le phoque solitaire. Nous les avions aperçues quelques années plus tôt, pas cette fois.

L’autre curiosité de la plage de Sainte-Marguerite-sur-Mer est un bunker planté à la verticale. Il n’est pas tombé du ciel mais presque, il reposait sur la falaise. Cela donne une idée de la vitesse d’érosion des côtes.

Bunker de Sainte-Marguerite-sur-Mer
Ciel orageux à Quiberville
Retour de pêche à Varengeville sur Mer

Les balises rouges et blanches du GR21 s’enfoncent dans une belle forêt, ressortent au Cap d’Ailly, approchent quelques valleuses, longent d’élégantes maisons. Nous sommes aux anges.

Randonnée en forêt au Cap d'Ailly
Grande maison normande du pays de caux
Valleuse de Vasterival, randonnée du GR21

À Varengeville-sur-Mer, nous jetons un coup d’œil à l’église du cimetière marin, idéalement située sur la corniche et dotée d’étonnants vitraux, dont certains signés Georges Braque. Encore un peintre amoureux de Normandie.

Au rythme d’érosion des falaises, le monument pourrait bien culbuter d’ici la fin du siècle. Des études sont en cours afin de le mettre sur roulettes et le déplacer 200m plus loin.

Cimetière marin et église de Varengeville-sur-Mer
Eglise de Varengeville sur Mer
Vue sur la côte d'Albâtre depuis Varengeville sur Mer, randonnée GR21 Normandie

Sur les valleuses suivantes, la marée haute ne laisse pas la moindre chance aux baigneurs déconfits. Parfois, elle tente même de gravir les escaliers d’accès.

Gorges du Moutier à Varengeville sur Mer
Valleuse des moutiers en Normandie près de Dieppe
Enfants l'été à la valleuse des Moutiers

Un dernier bout de forêt nous dépose sur la plage d’Hautot-sur-Mer. Le drapeau rouge est en bonne compagnie, assorti de drapeaux canadiens en hommage au débarquement raté de Dieppe en 1942.

Cabines de plage à Hautot-sur-Mer
Plage de Pourville, Hautot-sur-Mer
Enfants et skate l'été en Normandie

Nous pourrions poursuivre quelques kilomètres de plus jusqu’à Dieppe, mais nous choisissons de nous offrir une journée de presque-repos le lendemain. Nous bifurquons alors vers l’un des campings d’Hautot-sur-Mer.

Dormir à Hautot-sur-Mer

Même s’il est situé loin de la mer, le camping La Source est un intéressant point de chute quelques kilomètres avant Dieppe (24€). Une pelouse impeccable bordée d’une rivière est réservée aux tentes, bel écrin de nature.

Si vous ne souhaitez pas ralentir, vous pouvez poursuivre jusqu’à Dieppe pour y dormir en dur (voir nos conseils pratiques du jour 9). Sinon, le camping suivant est 13km après Dieppe, ça commence à faire loin.

 

Jour 9 : d’Hautot-sur-Mer à Dieppe, 5km

C’est notre journée de repos ! Enfin, pas tout à fait, il nous reste un petit effort pour atteindre Dieppe. Mais ensuite, nous avons loué une studette pour la nuit, ce qui va nous permettre de visiter la cité normande délestés de nos sacs à dos.

Dieppe ne recense que trente mille âmes, pourtant elle semble immense. La colline que nous descendons est couverte de pavillons et les immeubles occupent la vallée jusqu’à l’horizon.

Château de Dieppe en Normandie

Les températures semblent avoir baissé d’un cran et le vent cingle, les silhouettes penchent vers l’avant, épaules relevées. Cela ne semble guère déranger les cerfs-volants, qui sont nombreux à cerf-voler au-dessus des larges pelouses du front de mer. Un festival reconnu se tient d’ailleurs ici tous les deux ans.

Boutique de souvenirs en bord de mer à Dieppe
Glace géante à Dieppe
Enfants et glace
Cerfs-volant à Dieppe

Quant à l’agréable centre-ville, avec ses petits commerces et ses briques sombres, il possède un air d’Angleterre. Peut-être est-il apporté par les passagers qui descendent du gros ferry jaune et blanc.

Briques rouges dans le centre-ville de Dieppe Rues piétonnes dans le centre-ville de Dieppe

La ville fait blocus au vent, qui ne peut atteindre le quartier du port. Les cafetiers et leurs clients l’ont bien compris, nous retrouvons sur le quai la moitié de la ville attablée devant un verre !

Port de plaisance à Dieppe

Nous n’oublions évidemment pas de retourner sur la plage profiter des derniers rayons du soleil qui transforment en or tout ce qu’ils caressent.

Coucher de soleil sur la plage de Dieppe
Goéland sur la plage de Dieppe
Silhouettes sur la plage de Dieppe au coucher du soleil

Ne vous fiez pas à l’air mignon du goéland. Juste après la photo, il s’est mis à attaquer Mi-fugue et à la poursuivre sur la plage. Bref, demandez la permission avant de tirer le portrait de ces sales teignes.

Conseils pratiques pour visiter Dieppe

Dîner à Dieppe

Nous avons enfilé nos coupe-vents, commandé un délicieux pad thai à emporter chez Khean et dégusté celui-ci sur la plage.

Dormir à Dieppe

Il n’y a pas de camping à Dieppe. Nous en profitons pour passer la nuit sur un vrai matelas, dans une studette louée sur Airbnb. Ce qui est amusant, c’est qu’elle se situe au dernier étage de l’ancien hôtel chic de la ville. C’est un poil cher, tout petit, mais bien cosy et il n’y a pas mieux situé ! Voir ici l’annonce sur Airbnb (79€ en haute saison)i.

Immeuble chic à Dieppe

Jour 10 : de Dieppe à Petit-Caux, 13km

Le réveil est gris. La mer ne se distingue plus du ciel. Un pain au chocolat plus tard, tout va mieux et la poésie des minuscules silhouettes se miroitant dans le sable fait son retour.

Matin pluvieux à Dieppe

Nous traversons le port sans le reconnaître, abaissé de plusieurs mètres par rapport à la veille, et trouvons sur la colline… une chapelle avec vue. Décidément, c’est une coutume !

Vue panoramique sur le port de Dieppe

Sur la falaise, des nuages balèzes nous frôlent les épaules sans oser pleuvioter. Ambiance fin d’été ou fin du monde.

Falaises de la côte d'Albâtre, randonnée du GR21

Nous passons par une vieille voie romaine, une « butte de César », des champs, des lotissements, des points de vue majestueux comme celui du Val du Prêtre.

Val du prêtre près de Dieppe sur le GR21

Cette courte journée s’achève à Petit-Caux, tout près de la centrale nucléaire de Penly. Nous aurions aimé l’éviter, mais il est difficile de faire autrement. Le minuscule village est bien joli et la centrale bien cachée, de sorte que nous l’oublions facilement.

Randonnée à Petit-Caux, centrale de Penly

Dormir à Petit-Caux

Nous nous installons au camping Les Goélands, 17€50, grand, très propre, et calme. Il lui manque juste une boulangerie à proximité pour être parfait.

À propos, attention, il y a très peu de magasins et restaurants entre Dieppe et Criel-sur-Mer, prévoyez de quoi survivre.

 

Jour 11 : de Petit-Caux au Tréport, 21km

Nous commençons la journée en contournant notre deuxième centrale. Youpi… Cela nous occupe tout de même une heure et demie. Nous pensions que seule une poignée de téméraires travaillaient dans une centrale, mais le parking est géant et rempli comme celui d’un centre commercial. Peut-être une période de soldes sur le plutonium.

GR21 : randonnée près de la centrale de Penly

Le reste de la journée n’est que bonheur ! Certes, ce jour-là, la Normandie a du vague à l’âme. Elle broie du gris. Les nuages approchent, nous observent, nous jaugent et parfois nous visent d’une averse avant de repartir aussi sec. Mais nous sommes heureux, libres et nous traversons la partie la plus sauvage de nos onze jours, seuls sur les falaises, saluant juste quelques vaches et escargots.

Randonnée GR21 sur les falaises normandes près du Tréport
Gros plan sur un escargot
Randonnée sur les falaises, GR21 en Normandie

En arrivant à Criel-sur-Mer, le soleil revient par magie, accompagné d’un arc-en-ciel. L’arc-en-ciel des cabines sur la plage.

Criel-sur-Mer, randonnée sur les falaises Pétanque et cabines de plage à Criel-sur-Mer

La dernière plage avant le Tréport, celle de Mesnil-Val, nous plaît encore. Un rapide détour par la Boulangerie de la Plage dépose entre nos mains les meilleures viennoiseries du GR21.

Mesnil-Val près du Tréport, randonnée GR21 Normandie Cabines de plage de Mesnil-Val

Nous pensons les déguster tranquillement sur la plage, mais c’est sans compter sur l’apparition d’un dernier nuage… 𝖆𝖕𝖔𝖈𝖆𝖑𝖞𝖕𝖙𝖎𝖖𝖚𝖊.

Ciel orageux à la mer en Normandie

Tous aux abris !

Une dernière grimpette puis, terminus, tout le monde descend des falaises ! La vue plongeante sur le vieux centre du Tréport, tout bien aligné et tout de briques rouges vêtu, est fascinante.

Vue panoramique sur Le Tréport depuis la falaise et le GR21 Quartier des cordiers, ville du Tréport

Ces rues bien serrées, appelées « quartier des Cordiers » en référence aux anciens pêcheurs à la corde, présentent un avantage : elles coupent le vent du large. Et ce n’est pas désagréable à la fin d’une journée de rando qui décoiffe !

Quartier des Cordiers, maisons au Tréport

Ce 26 août, la météo semble avoir précipité la fin des vacances d’été. Le manège est à l’arrêt, la friterie a baissé le rideau, le bar de plage a plié bagage. La Normandie nous offre cependant, en guise d’adieu, un dernier coucher de soleil radieux.

Phare du Tréport en Seine-Maritime Coucher de soleil sur la plage du Tréport

La gérante du camping nous prévient que, juste après les grandes marées, déboulent de grands vents. Nous installons notre tente à l’abri d’un gros buisson, tendons les ficelles et… nous endormons bercés par le fouettement des bourrasques. Le lendemain, nous apprenons que celles-ci ont atteint 110km/h en bord de mer !

Conseils pratiques pour visiter Le Tréport

Le camping en question s’appelle Les Boucaniers, situé à 20 minutes à pied du front de mer du Tréport. C’est un peu loin mais très bien et bon marché, 13,30€.

Pour siroter un EXCELLENT chocolat chaud au Tréport, installez-vous à la mini-terrasse de l’épicerie Chouchou.

 

Bonus, jour 12 : Mers-les-Bains, 3km

Il serait dommage d’arriver jusqu’au Tréport et de ne pas en profiter pour faire un saut dans sa ville voisine et jumelle, Mers-les-Bains. Pour franchir la frontière départementale, il suffit de passer au-dessus d’une écluse, de longer quelques bâtiments du port et hop, nous voilà dans la Somme, en somme.

Ville de Mers-les-Bains dans la Somme

La différence entre les deux villes est sidérante. Le Tréport est vivante et populaire, sans chichis ni fioritures, tandis que Mers-les-Bains étale ses villas extravagantes, dans la plus pure tradition des chics lieux de villégiature.

Villas colorées de Mers-les-Bains Architecture chic à Mers-les-Bains

Presque sans nous en rendre compte, conditionnés par dix jours de falaises, nous nous retrouvons à grimper sur la suivante. Derrière nous, une splendide vue sur l’anse du Tréport. Devant… d’autres falaises, un sentier et des balisettes rouges et blanches. Flûte, il faudra revenir poursuivre cette aventure !

 

Notre bilan du GR21, le sentier des falaises

Nous souhaitions tenter un nouveau mode de voyage, sans savoir si nous arriverions à marcher aussi longtemps avec des gros sacs. Eh bien le résultat est très positif ! Non seulement nous y sommes parvenus, mais nous avons adoré l’expérience.

La relation au temps et à la distance change totalement sur une telle durée, entraînant un sentiment profond de déconnexion vis-à-vis de l’agitation du monde. Et puis la marche n’a pas son pareil pour offrir des détails. En voiture, on remarque les villages, les maisons. À vélo s’ajoutent les moutons, les oiseaux. À pied, même les escargots ou les papillons prennent place dans le voyage.

Niveau sportif, les premiers jours furent un poil difficiles, en particulier pour les épaules. Les pieds ont ensuite commencé à fatiguer, mais ils ont tenu bon. Nous avons cherché le défi, mais pas l’exploit. Dix-huit kilomètres par jour reste une distance très raisonnable, surtout avec un faible dénivelé, qui laisse le temps de faire des pauses à l’envi, de s’émerveiller et de visiter.

Falaises de Criel-sur-Mer en Normandie

Enfin, la Haute-Normandie nous a ravis. Côté paysages, la côte est sublime, la nature bien verte, la mer turquoise et les nuages volent bas. Il faut s’attendre à s’ennuyer parfois, notamment lorsque le sentier persiste de longues heures à deux cents mètres de la falaise, mais cela fait partie du jeu. La culture normande est là pour compenser, avec une histoire très présente, une architecture typique, des villages charmants, des peintures d’impressionnistes affichées çà et là et un accueil franc et sympathique de la part des locaux rencontrés en chemin.

Nous sommes étonnés, avec tout cela, de n’avoir croisé qu’une quinzaine de randonneurs sur l’ensemble du sentier !

Conseils pratiques pour randonner sur le GR21 en Normandie

S’orienter sur le GR21

Nous avons suivi une trace sur l’appli Wikiloc qui s’est révélée dépassée. Une version à jour (2020) est disponible par ici. Ce n’est pas bien grave car le balisage est globalement efficace. Sinon, la Fédération Française de Randonnée et le département publient un guide papier qui s’achète en ligne ou dans les offices de tourisme : voir par là.

Construire ses étapes de randonnée

La longueur officielle du GR21 est de 180km, mais nos flâneries et détours nous ont largement fait dépasser les 200. Nous n’avons rien réservé, ce qui nous permettait d’ajuster notre programme au fur et à mesure, en fonction des campings sur la route et de notre forme physique.

Voici un récapitulatif de nos distances journalières :

  • Jour 1 : 24km (et encore, nous ne sommes pas partis du centre du Havre)
  • Jour 2 : 11km (+5km de détour)
  • Jour 3 : 10km
  • Jour 4 : 20km
  • Jour 5 : 18km
  • Jour 6 : 21km
  • Jour 7 : 14km
  • Jour 8 : 13km
  • Jour 9 : 5km (repos à Dieppe)
  • Jour 10 : 13km
  • Jour 11 : 21km
  • Jour 12 : 3km (bonus)

Si vos jambes sont en béton, vous pouvez facilement combiner nos journées relax et boucler la randonnée en neuf voire huit jours.

Les plus belles portions du GR21

Les étapes que nous avons trouvées les plus belles et dignes d’intérêt sont :

  • entre Étretat et Yport, pour la falaise (jour 3)
  • entre Quiberville et Hautot, pour la diversité des lieux traversés (jour 8)
  • entre Dieppe et Le Tréport, hormis la centrale, pour l’aspect sauvage (jours 10 et 11)

Entre-deux, il faut s’attendre à beaucoup de marche en ligne droite à travers champs !

Pour un seul jour de randonnée

Le plus simple est probablement de réaliser un aller-retour entre Étretat et Yport (20km). Ou bien de marcher seulement l’aller (10km donc) et de rentrer en bus.

Les logements

Camping ou hôtel ? À vous de choisir. Nous avons croisé des randonneurs qui avaient réservé des chambres tout du long et qui étaient ravis. Veillez juste à réserver longtemps à l’avance en haute saison, car la région est prise d’assaut l’été.

Du côté des campings, nous n’avons jamais eu de problème pour obtenir une place en tant que randonneurs, même lorsqu’ils affichaient complets. Il vaut mieux tout de même appeler dans la journée pour prévenir et vérifier l’heure de fermeture de l’accueil.

Pour rappel, le bivouac est autorisé en France, c’est-à-dire le camping sauvage, à condition de s’installer à la tombée de la nuit et de remballer au lever du jour. L’enjeu reste de trouver un lieu adapté, ce qui n’est pas toujours simple dans cette région pleine de ronces, de clôtures et d’habitations. La partie la plus adaptée est celle autour d’Étretat.

Le matériel

Toute la difficulté est de partir avec le sac le plus léger possible. Nous portions 12 et 15kg, c’est trop pour un trek. Et pourtant, nous avions investi dans une tente, des sacs de couchage et des matelas ultra-light. Le réchaud et la popote étaient peut-être de trop, nous aurions pu manger froid et aller au restaurant plus souvent. Nous aurions pu aussi retirer quelques vêtements, puisque nous avions trois jours de change, mais il n’est pas évident de les faire sécher les soirs de pluie. Enfin, nous transportions des livres, de gros appareils photo, des batteries et des accessoires de dessin, pas utiles à tout le monde !

Les repas

Nous n’avons que rarement mangé au restaurant, préférant pique-niquer sur une falaise ou une plage, et ce ne sont pas les beaux spots qui manquent pendant la randonnée.

Il est facile de s’approvisionner tout au long du sentier (excepté sur les tronçons Le Havre – Étretat et Dieppe – Criel-sur-Mer). Repérez les prochaines épiceries, supérettes et boulangeries le long du sentier via Google Maps et vérifiez qu’elles seront ouvertes. Notez aussi que les campings proposent souvent du pain et des viennoiseries, à réserver la veille.

Pique-nique avec réchaud pendant une randonnée

La météo

Clairement, n’envisagez pas le GR21 sans un anorak et une housse de pluie pour le sac. Mais même si nous avons eu pas mal de jours de pluie, cela ne nous a finalement pas vraiment dérangés. Deux fois seulement nous avons dû trouver un abri en attendant l’accalmie. Nous avons préféré cela plutôt qu’une canicule comme celle qui sévissait juste avant notre arrivée. Retenez aussi que les hauts coefficients de marée amènent le vent, qui amène la pluie.

Pour surveiller et anticiper les averses, nous sommes devenus accros à l’application Storm Radar, qui estime l’heure des gouttes à dix minutes près. Pour encore plus de précision, vous pouvez utiliser cet obscur site hollandais.

Le conseil le plus important du GR21

Apportez un cure-dent, pour les pépins de mûres !

Dessin à l'aquarelle : cerf-volant et cabines de plage au coucher du soleil en Normandie
Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter. Pour en savoir plus, c'est ici.


Vous souhaitez nous remercier pour les conseils du blog et nous encourager à continuer ? Voici diverses manières de le faire.

15 réponses à “Le GR21 en Normandie : 180km sur le sentier des falaises”

  1. Guy dit :

    Comment un tel parcours sans une goutte de l’or local un vieux calva. à mon commentaire ébloui :‘ c’est bien bon , notre vieil ami ancien maire de Crasville la Mallet devait reprendre : Oh monsieur G•••••••• ici on dit plutôt ça se laisse boire ou y a pas de dégoût c est plus proche du territoire…

  2. Chris dit :

    Le pays de mes ancêtres… Mes vacances chez les grands parents à Shainvaldi, cette langue vernaculaire si savoureuse. Mes parents regardent la valleuse depuis le cimetière. J’aurais aimé aller y faire un tour début novembre mais… Merci pour ces lignes si évocatrices (écrase une larme de nostalgie)

  3. Alain dit :

    Intéressant et bien écrit, comme d’habitude même quand vous n’êtes pas à l’autre bout de la terre … J’avoue que je louche vers le GR 34 (Bretagne) et vers le GR 21 depuis quelques temps, entre deux voyages, mais votre récit me laisse dubitatif ! Entre la météo capricieuse (ce n’est pas un scoop), les déviations du GR, les possibilités d’hébergement parfois onéreuses ou éloignées, j’ai l’impression que j’opterai plutôt pour les tronçons préférés que vous signalez. Je m’efforce toujours de voir le verre à moitié plein mais la rando doit rester un plaisir et marcher sous la pluie avec 15 kgs et loin de la côte …J’ai des doutes ! Bravo, vous l’avez fait ! Je récupère quand même votre trace GPS pour voir ça de plus près. Merci encore, je reste fan de vos articles !

    • mifuguemiraison dit :

      C’est vrai que le GR34 semble longer beaucoup plus souvent la côte. A priori les Bretons n’ont pas de problème de falaises friables, ni de centrales en bord de mer. Un jour on ira y jeter un coup d’œil et se régaler de crêpes à tous les repas. Mais bon, le GR21 a tout de même un sacré charme, on ne regrette pas !

  4. Delphine dit :

    C’est typiquement le genre d’expérience qui me tente (mais en mode hôtel/AirBnB plutôt que camping, parce que je n’ai aucune envie de me coltiner un sac trop lourd et parce que la question de la « gestion » du pipi est existentielle pour moi). D’ailleurs, si nous n’avions pas été autorisés à sortir de notre région cet été, j’aurais très certainement embarqué ma meilleure amie sur le sentier qui va de la source de la Somme jusqu’à sa baie (elle a l’air open). L’article est extra, avec la dose d’humour qui va bien (les aquarelles sont géniales), et des photos à tomber, qui nous feraient presque oublier le temps globalement gris. Bref, vous m’avez vendu du rêve et je suis à deux doigts de tout plaquer pour enfiler mes chaussures de rando (ah mince, on est confinés).

    • mifuguemiraison dit :

      Très importante, la gestion du pipi 😄
      On t’avoue qu’on n’aurait pas été contre dormir en dur toutes les nuits, mais on a aussi beaucoup apprécié d’être dehors en permanence. Ça aère bien l’esprit et laisse de bons souvenirs !
      Elle a l’air vachement sympa cette randonnée le long de la Somme, c’est la première fois qu’on en entend parler.
      Merci pour les compliments et vivement le déconfinement !

  5. Marie dit :

    Merci pour ce super récit !! Et vous avez vraiment sû rendre ce parcours photogénique, agréable, avec ses valleuses, galets, falaises !! Vraiment, moi qui en suis si proche, ça me tente vraiment, et ça me donne vraiment envie de partager ce récit !!! Vous avez su mettre en valeur notre côte !! Merci !!! Et au plaisir de vous héberger pour la Seine à Vélo 😉 Et ça me dirait trop de vous accompagner 😉 Biz

  6. Constance dit :

    Je n’ai fait que parcourir votre article pour le moment (j’ai regardé les images et jolies couleurs d’aquarelles). Une question me taraude: comptez vous faire la Basse Normandie maintenant?
    Comme toujours ça donne très envie, peut-être pas pour autant de jours de marche mais pour un week-end dépaysant ça me tente carrément…A voir avec ma comparse Jéromine !

  7. Florence dit :

    Votre périple est simplement MAGNIFIQUE.
    Je connais une partie des endroits que vous avez visité.
    En fermant les yeux j ai pu revivre des moments passés.
    Vous avez toujours une très belle écriture pour raconter vos expériences.
    Avez-vous vous publier un livre ? Cela me permettra de me replonger dans vos récits.

  8. virginie dit :

    Chouette ballade. Les paysages sont sublimes et nous donnent envie de partir sur vos traces… Bon il faudra attendre encore un peu. Après je vous rejoins totalement,la marche permet de voir les petits détails (ah je garde un souvenir impérissable des limaces en Ecosse qui rythmaient nos randonnées.
    Et bravo pour les aquarelles.
    Je file en Argentine pour lire la suite, euh non le début de vos pérégrinations.😃😊Virgine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.