Mi-fugue, mi-raison

Sarajevo, le phénix des Balkans

Publié dans la catégorie Bosnie-Herzégovine, le 7 juin 2016

Qu’est-ce que la ville de Sarajevo vous évoque ? On a forcément en tête une ville ravagée par la guerre. N’est-ce pas encore un peu dangereux d’aller là-bas ? Ce n’est apparemment pas une destination qui fait rêver. D’ailleurs, lorsque nous avons annoncé à nos amis que nous allions à Sarajevo :

Chacun son truc

Eh bien il est temps que ça change ! Sarajevo est une attachante petite capitale que nous sommes heureux d’avoir découverte.

Le siège de Sarajevo

Si, comme nous, vous ne vous souvenez pas bien des tenants et des aboutissants de la guerre, voici un petit rappel.

En 1992, la Yougoslavie est en train de se disloquer. La Slovénie et la Croatie viennent d’obtenir leur indépendance. La région de Bosnie-Herzégovine organise elle aussi un référendum et le oui l’emporte. Or ici la situation est plus complexe, car les Serbes représentent une part importante de la population :

  • Bosniaques : 45 %
  • Serbes : 31 %
  • Croates : 17 %
  • Autres : 7 %

Pour les Serbes de Bosnie, l’indépendance signifierait une séparation du reste du peuple serbe. Ils demandent alors la création d’une république serbe indépendante à l’intérieur de la nouvelle république indépendante de Bosnie-Herzégovine, mais cette dernière refuse. Les Serbes de Bosnie le vivent comme une grande injustice. Vous suivez ?

Carte de l'ex-Yougoslavie

C’est le début d’une guerre civile, et c’est à Sarajevo que se déroule la majeure partie de l’affrontement. La ville est entourée de collines, sur lesquelles s’installent les forces serbes. En infériorité numérique, leur stratégie est d’affaiblir les défenseurs Bosniaques afin de faire plier le nouveau gouvernement. Mais la ville tient bon durant quatre années, de 1992 à 1996.

Quatre longues années de cauchemar pour les habitants. Il faut dire que les bombardements ne font pas dans la dentelle. Ce sont en moyenne 329 obus par jour qui pleuvent et tous les bâtiments sont visés : les habitations, les écoles, les hôpitaux…

La ville aujourd’hui

Après la fin de la guerre, un formidable travail de reconstruction commence. Il reste bien sûr des stigmates, des traces d’impacts ça et là.

Grbavica

Mais si l’on compare avec les photos prises à la fin de la guerre, le résultat est stupéfiant. Ces dernières années, de grands buildings de verre flambants neufs ont même été construits. Un grand bravo plein d’émotions donc, pour les Sarajéviens, qui ont vécu l’enfer et qui repartent de l’avant.

Sarajevo

La nouvelle skyline de Sarajevo

Les ethnies tentent maintenant de cohabiter malgré les rancœurs : « Forgive but don’t forget » nous a dit un Bosniaque (pardonnez, mais n’oubliez pas).

Le tourisme a malheureusement du mal à reprendre. L’image de la ville délabrée reste dans l’inconscient collectif. C’est bien dommage, car il y a un vrai potentiel touristique qui aiderait cette attachante population à sortir la tête de l’eau et de son chômage à 40 %.

Nous espérons donc que la suite de cet article va vous donner envie de venir !

Que faire, que voir à Sarajevo ?

Sarajevo

Petite surprise en arrivant : Sarajevo est une ville à majorité musulmane. Plutôt inattendu pour une capitale européenne, mais c’est ce qui fait indéniablement son charme ! Les mosquées sont très belles et on en compte 210 dans la ville. Pourquoi autant ? Parce qu’il y a beaucoup d’habitants sur les collines, or un bon musulman doit prier cinq fois par jour. C’est donc une question pratique, pour éviter de passer son temps à descendre puis monter la colline !

La mixité se retrouve également dans l’architecture. La ville a appartenu à l’empire Ottoman durant quatre siècles, puis à l’empire Austro-Hongrois pendant quarante ans. Les habitants retiennent que les Austro-Hongrois ont plus fait avancer la ville en quarante ans que les Ottomans en quatre cents ans : de larges rues, de beaux immeubles, l’électricité, le tramway…

Sarajevo

L’académie des Beaux-Arts, et son pont à looping intégré.

Le quartier turc (Baščaršija)

L’entrée dans le quartier turc est spectaculaire. On se croit tout à coup au Moyen-Orient. Les grands axes font place à de petites ruelles pavées, dont les échoppes vendent des tapis et des lampes d’Aladdin.

Baščaršija

C’est ici que l’on trouve les plus belles mosquées, ainsi que la place Sebilj avec ses pigeons et sa fontaine en bois, l’un des symboles de Sarajevo.

Baščaršija
SarajevoSarajevo

Les papilles aussi se sentent en Turquie, grâce aux petits restaurants du quartier qui proposent des spécialités héritées de la domination ottomane. Citons deux pâtisseries : le burek et le baklava, la première est salée, la seconde est sucrée.

Burek bosnien

Assortiment de bureks : un délice !

Entre deux visites, on se laisse tomber dans un sofa pour tester le café bosnien (à la turque). Ce café est servi non filtré, il faut donc faire attention de s’arrêter avant d’avaler le marc !

Café bosnien à la turque

Le café est une institution dans le pays. Nous qui ne sommes habituellement pas des buveurs de café avons eu cette remarque amusante de la propriétaire de notre appartement :

Cafe-cigarette

Aux bords de la rivière

Sarajevo s’est construite le long d’une petite rivière peu profonde. Sympathique promenade que nous avons souvent empruntée.

On y trouve le « pont latin », qui est surtout connu pour avoir vu l’assassinat du prince François Ferdinand d’Autriche, élément déclencheur de la Première Guerre Mondiale.

Sarajevo

A quelques pas de là se trouve Vijećnica, la magnifique bibliothèque nationale, autrefois mairie de Sarajevo. Elle a été brûlée pendant la guerre et deux millions de livres ont été perdus. Sa rénovation est tout juste terminée, pour le plaisir des habitants et des touristes. Certains la surnomment maintenant « le phénix de Sarajevo », car elle est renée de ses cendres.

City Hall de Sarajevo

Par son architecture, on pourrait penser qu’il s’agit d’un bâtiment turc, mais non, ce sont bien les Austro-Hongrois qui l’ont construite !

Dessin homme têtu Sarajevo

La petite maison est toujours là, en face du gros bâtiment :

Sarajevo

Yellow fort

Pour voir la ville, le meilleur moyen est de monter sur une ancienne forteresse, située sur une colline proche. Elle offre une vue impressionnante sur la ville, qui s’apprécie encore plus au coucher de soleil.

Sarajevo

À la belle saison, une buvette s’y installe. Le lieu est très agréable !

Yellow Fort Sarajevo

Vrelo Bosne

À une dizaine de kilomètres à l’ouest du centre-ville se trouve la source de la rivière Bosna. Un joli parc y a été aménagé avec de nombreux points d’eau. Nous avons préféré marcher, mais des calèches font le trajet depuis la station de tramway.

Vrelo Bosne

Vrelo Bosne

Une belle promenade pleine de fraîcheur ! Parce que oui, cela ne se voit peut-être pas sur nos photos, mais la chaleur est tombée sur Sarajevo à la mi-mai.

Vrelo Bosne

Visite guidée

Plus que dans n’importe quelle autre ville, nous pensons qu’il est intéressant de faire une visite guidée à Sarajevo. Ici, voir ne suffit pas, il faut comprendre.

Nous avons choisi les visites guidées de Neno, un jeune Sarajévien passionné et passionnant que l’on recommande vivement. Plutôt que de s’attarder sur les monuments, le guide nous a expliqué la vie des habitants, les quartiers, l’histoire. Il nous a notamment raconté son enfance durant la guerre, comment lui, sa famille et ses voisins ont tenté de recréer une vie normale dans le sous-sol de leur immeuble afin de ne pas devenir fous. La visite dure environ trois heures et on ne s’ennuie pas une minute.

Echecs à Sarajevo

Des papis jouent aux échecs tous les jours de l’année, même sous la neige !


Notre verdict : Sarajevo est une très jolie ville. Elle est petite pour une capitale, mais vaut bien que l’on y passe deux ou trois jours.

Si vous aimez le ski, raison de plus, les pistes sont proches et les prix imbattables. Il ne manque que les vols directs depuis la France.

Sarajevo

Nous vous laissons sur quelques notes de musique bosnienne, une chanson culte que nous avons en tête depuis quelques semaines : Halid Beslic – Prvi poljubac.

Dessin chante chanson bosnienne

Logement à Sarajevo

En guise d’hébergement, nous avons trouvé ce bel appartement sur AirBnbi. Il est un peu excentré, mais calme et bien équipé. Si vous n’êtes pas encore inscrit sur AirBnb, n’hésitez pas à utiliser notre lien de parrainage pour gagner 34€ à valoir sur votre première réservation.

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.


29 réponses à “Sarajevo, le phénix des Balkans”

  1. Martine dit :

    Ah ah, moi je connais presque tout cela comme nous sommes venus vous voir !

  2. Isabelle et Bernard dit :

    Objectif atteint ! Cela nous donne envie de découvrir Sarajevo !

  3. Olivier dit :

    Je découvre Sarajevo grâce à vous, merci !

  4. Marie dit :

    Franchement, ça donne vraiment envie. C’est trop chouette ce reportage !! Et j’imagine que la suite, ça va être autour … Trop hâte à la suite !!!

    • mifuguemiraison dit :

      Merci ! On vous a donné une nouvelle idée de destination originale pour l’été ?

      • Marie dit :

        On revient à un classique, un retour au sources : on va aller aux Limonières !! Bon si vous nous trouvez des supers plans randos, escalade, des coins paumés mais beaux, ça nous va !!

  5. Mathilde dit :

    Ai écouté le son youtube ce matin, trop drôle ! J’adore vos petites histoires et rappels historiques, c’est vraiment intéressant à lire 🙂

    Alors merci pour votre article !

  6. Ségo dit :

    Nous aussi on a envie d’y aller maintenant !! (mais avant aussi…). Gros bisous à vous 2 et à vos visiteurs.

  7. Pauline dit :

    C’est très sympa ce résumé historique de Sarajevo, on se demande quand même comment on peut survivre 4 ans sous 329 obus par jour…
    Et votre appart ? On veut les liens rb&b svp
    Vous avez pensé à monter un business dans les filtres à café?

    • mifuguemiraison dit :

      C’est clair… Notre guide a quand même plusieurs souvenirs joyeux de son enfance à cette période mais c’est complètement fou comme « vie ».

      Notre appart airbnb était encore au top, bien qu’un peu excentré : https://www.airbnb.fr/rooms/9052090? (33% de réduction au mois).

      Pas bête mais on dirait qu’ils aiment prendre des risques avec le marc !

  8. Kenza dit :

    Tu donnes vraiment envie ! ton blog est une belle découverte, j’ai hâte de suivre vos… fugues ? 🙂

  9. Geoffrey dit :

    Pour un lien musical dans chaque article ! Avec pleins de dessins. C’est vrai ça donne envie d’y aller !

  10. j.c. dit :

    Vous nous donnez envie de connaitre , bien mieux qu’une agence de voyage ! Merci à vous et ..continuez.

  11. Luc-Mathurin dit :

    Nous sommes actuellement au Monténégro et voyageons à velo pour encore 2 mois et demi.
    Nous hesitions à rejoindre Sarajevo à cause du ramadan ….mais ces quelques lignes sur ce blog nous ont convaincu. ..
    Mathurin et Christilla

    • mifuguemiraison dit :

      Oh ça nous fait plaisir ça ! Oui, allez-y, d’autant que le sud du pays vaut le détour aussi, c’est très beau vers Mostar, Počitelj. Ça grimpe pas mal avec les montagnes mais les routes sont vraiment belles. Faites attention aux mines hors des sentiers battus. Bon voyage !

  12. h et j dit :

    C’est un plaisir de prendre connaissance de vos reportages qui nous instruisent.Vous faites un bon travail et c’est sympa de nous le faire partager.

  13. Geoffrey dit :

    bon j’ai repris la lecture de votre blog ! et j’ai du retard ! maintenant que Laura est partie je vais enfin avoir le temps hihihi! j’ai tout relu car j’avais déjà oublié l’avoir lu celui-là, mais ça m’est revenu en chemin. Il me semble qu’il n’y a pas beaucoup de soleil à Sarajevo, non ? ça donne envie d’y aller, même si on imagine que tous les monuments ont soit été recréés, soit sont nouveaux

    • mifuguemiraison dit :

      La preuve que tu l’avais déjà lu : il y a un commentaire de toi plus haut 🙂
      C’était pas si mal la météo pour un mois de mai, moitié nuages, moitié grand soleil grande chaleur… Entre la France et la Grèce à peu près.
      La vieille ville (le quartier turc) a été à peu près épargnée par la guerre, heureusement. Sinon de nombreux immeubles sont toujours en piteux état mais les monuments on été restaurés sans que ça saute aux yeux.

  14. J’ai visité Mostar en Bosnie. Quand j’ai aperçu les panneaux Sarajevo j’avais très envie de pousser jusque là bas mais le timing ne le permettait pas, il nous fallait redescendre en Croatie.
    En tout cas Sarajevo est dans le même esprit que Mostar, avec plus de choses à voir on dirait.

    • mifuguemiraison dit :

      Dommage pour le timing… Sarajevo a vécu le pire et c’est ce qui rend cette ville particulièrement touchante. En plus la route entre Mostar et Sarajevo est bien belle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.