Mi-fugue, mi-raison

Ohrid, son lac, sa foule et ses coins tranquilles

Publié dans la catégorie Macédoine du Nord, le 19 mars 2020

Après un mois de juillet à vadrouiller gaiement en Albanie, vient août. Chaque année, en tant que nomades, ce mois nous met des parasols dans les roues. Plus que son prédécesseur, il est synonyme de pic du nombre de touristes, de forte indisponibilité des logements et d’explosion des prix, surtout en Europe. Mais il faut bien que nous vivions quelque part. Après avoir envisagé des dizaines d’options, plouf plouf, ce sera la méconnue ville d’Ohrid, dans la non moins méconnue Macédoine du Nord !

Parasol au bord du lac

Deux arguments ont pesé dans la balance pour Ohrid : l’altitude de sept cents mètres et le lac qui jouxte la ville. Tous deux devraient nous aider à ne pas rôtir sous la canicule. Ce lac d’Ohrid, nous l’avions déjà admiré côté albanais où il est contrenommé lac de Pogradec.

Il y a juste un léger hic. Nous pensions avoir déniché un lieu calme car loin de la mer. Nous débarquons en réalité dans un rassemblement touristique digne de la Côte d’Azur !

 

 

Folie touristique à Ohrid

Même si nous savons bien que nous faisons nous aussi partie du problème en nous ajoutant à la masse des touristes, démarrons tout de suite l’article avec cet aspect moins réjouissant d’Ohrid, ainsi nous pourrons ensuite nous concentrer sur le positif.

D’ailleurs, qui sont les touristes ici ?  Eh bien si nous en croyons les plaques minéralogiques, le lac attire une bonne partie de l’Europe de l’Est.

Jeu des points à relier, les plaques minéralogiques d'Europe

Tout ce beau monde défile ensuite en tongs dans la ruelle dite de l’ancien bazar, devenu un bazar nouvelle génération. Ce n’est qu’une superposition d’enseignes tape-à-l’œil, un alignement de boutiques de magnets ou de fausses perles et… ah tiens, on peut même poser pour un selfie avec un serpent tropical. Fuyons !

Tourisme de masse à Ohrid

La propreté n’est pas non plus le point fort de la ville en haute saison. Les éboueurs ont beau agiter leurs balayettes dès l’aube, ils peinent à éradiquer les bouteilles vides de la veille.

Ce portrait donne peu envie, n’est-ce pas ? Heureusement, tout n’est pas horrible à Ohrid. Nous avons, au fil des jours, déniché des recoins beaucoup plus calmes et authentiques qui nous ont doucement fait changer d’avis sur la petite station lacnéaire.

 

Dans les vieilles ruelles d’Ohrid

Pour débusquer le charme d’Ohrid, mieux vaut s’éloigner rapidement de l’ancien bazar et se percher dans la vieille ville. Ici, l’air est frais et l’ambiance plus légère. Des maisons fleuries s’ébattent le long de ruelles inclinées aux pavés fatigués et aux voitures guère plus récentes.

Rues perchées à Ohrid
Ville d'Ohrid en Macédoine du NordVieille voiture à Ohrid

Surtout, les points de vue sur le lac et les montagnes apaisent, par nous ne savons quelle sorcellerie, nos esprits échauffés par la grimpette. L’agitation est lointaine… lointaine… Un horizon de calme s’étale… La détente prend place doucement… Tous les muscles se relâchent… Vos paupières sont lourdes… lourdes…

Dessin : Mais enfin !? Il ne faut pas hypnotiser les lecteurs !

Donc comme nous le disions, Ohrid a un étrange effet apaisant, propice à la contemplation. Pas étonnant, dans ces conditions, que s’y soit développé au Moyen Âge un immense centre religieux, sorte de capitale de la soutane orthodoxe, que l’on surnomme encore aujourd’hui la « Jérusalem des Balkans ». Et de fait, des églises se cachent un peu partout, ainsi que des vestiges de monastères en pagaille.

Église Saint-Clément à OhridPeinture orthodoxe sur une fontaine

C’est ici que l’alphabet cyrillique fut inventé par le moine Cyrille, avant de se répandre de Belgrade à Oulan-Bator.

Dessin : T'es sûre pour l'alphabet cyrillique ? Mais oui !

À force de monter, nous atteignons une forteresse en excellent état, qui trône au point le plus haut et offre une vue imprenable (tarif 60 denars).

Forteresse d'Ohrid en Macédoine du Nord Forteresse Samuel à Ohrid

Celle-ci s’enchaîne fort bien avec le Fort Café. Nous n’avons pas testé son café fort, en revanche le jus d’orange pressé, les glaces et les parts de gâteau subliment la vue sur la baie.

Vue sur Ohrid depuis la forteresse

Sur une excroissance de la même colline siège un autre lieu qui nous plaît bien. Il regroupe le musée des icônes et l’église Holy Mary Perybleptos. Pour y accéder depuis la ville basse, nous vous recommandons la ruelle Metodi Patche, toute proche des rues touristiques et pourtant déserte.

Petite rue calme à Ohrid

Ce musée des icônes, bien que riquiqui, se vante d’être le deuxième plus important au monde après celui de Moscou. Les œuvres sur bois sont superbes et il est rare, à part à Lascaux, de pouvoir admirer des peintures aussi anciennes (tarif 100 denars). Deux portraits barbus reviennent sans cesse : Saint-Clément et Saint-Naum, des intellos si l’on en juge par leurs ciboulots costauds.

Dessin : Saint-Naum et Saint-Clément d'Ohrid

Quant à l’église Holy Mary Perybleptos juste en face, elle ne paye pas de mine de l’extérieur. Sauf qu’elle dissimule, sous son extension de tuiles rouges, ses anciennes façades badigeonnées de fresques inestimables, ainsi protégées des intempéries.

Église Holy Mary Perybleptos

L’intérieur lui-même abrite des peintures sans âge. Si vous ne devez entrer que dans une seule église à Ohrid, choisissez celle-ci (tarif 100 denars).

L’autre passion des habitants d’Ohrid, après la peinture sur tous matériaux, semble être le piment doux. Non seulement ils en accompagnent leurs plats sous la forme d’une pâte rouge appelée ajvar, mais ils en décorent leurs maisons par chapelets entiers.

Piments rouges en Macédoine Dessin : Visite virtuelle d'Ohrid grâce à l'hypnose

Au pied de la vieille ville

Imaginez que vous redescendez maintenant la colline et vous rapprochez du lac d’Ohrid. Le lieu est nettement plus animé, en particulier sur les deux rues parallèles Tsar Samoil et Kosta Abrash. Vous retrouvez quelques boutiques à magnets et slalomez à nouveau entre les touristes. La particularité de ce quartier, c’est qu’il déborde de maisons traditionnelles.

Rues anciennes dans la ville d'Ohrid

Déborder est le juste mot, puisque chaque étage est un demi-mètre plus large que l’inférieur. Le quartier ressemble à un empilement de boîtes de tailles diverses, sans queue ni tête.

Vieux centre d'OhridMaison typique à Ohrid, Macédoine

Vous débouchez ensuite sur une petite plage… de béton. Nous ne savons pas comment l’appeler autrement. Un quai de baignade peut-être. Qu’importe, il est plein à craquer. Comme tout le monde, vous enfilez vos maillots et plongez dans l’eau rafraîchissante.

Baignade dans le lac d'Ohrid l'été

 

Dessin : regarde, ça marche, ils nagent !

 

Pour être passés là tôt le matin, nous pouvons confirmer que les vacanciers se chamaillent les places de béton rugueux face à l’eau lisse. Les premiers « plagistes » déboulent dès 7h du matin pour réserver les meilleurs emplacements, en étalant chaises longues et glacières.

Ohrid au petit matin

D’autres fragments de plages plus ou moins naturelles s’enchaînent ensuite, reliés par un ponton de bois qui ne manque pas de romantisme… au point que le lieu sert souvent de décor pour photographies de mariage, à grand renfort de spots lumineux et de drones. Imaginez alors que la nuit tombe (c’est un ordre). Les passants sont soudainement moins nombreux, un parfum de mystère se dégage des lanternes orangées, Ohrid s’adoucit.

Ponton au bord du lac d'Ohrid

Un pâté de maisons surgit, il s’agit du microquartier de Kaneo. Ici, vous vous régalez à l’excellent restaurant Kaneo Letna Bavcha, testé et validé par nos soins (nous ne vous emmenons pas n’importe où).

Restaurant avec vue, Kaneo à Ohrid
Bateau taxi sur le lac d'OhridCoucher de soleil sur le Kaneo à Ohrid

Au fait, savez-vous comment s’écrit « restaurant » en macédonien ? PECTOPAH. Il nous a fallu deux semaines pour percuter que le P se prononçait R, etc.

Écriture macédonienne

Tout au bout de la vieille Ohrid, vous atteignez la star incontestée de la région, voire du pays : l’église Saint-Jean de Kaneo, posée au bord du lac. Vous avez deux grands O à la place des yeux et la bouche B.

Église Saint-Jean Kaneo à Ohrid Église Saint Jean à Ohrid Lac d'Ohrid au coucher du soleil

Sa localisation est exceptionnelle. Nous sommes repassés l’admirer matin, midi et soir, sans jamais nous lasser. Mystérieusement, il y a nettement moins de foule ici que dans le centre. Les touristes préfèrent s’agglutiner dans l’un des innombrables bateaux d’excursion pour zieuter la belle à distance.

Les bancs autour de l’église face au coucher de soleil font d’ailleurs un excellent emplacement à pique-nique, vous venez hélas de manger au restaurant juste avant.

Crépuscule sur le lac d'Ohrid

La balade ne s’arrête pas là. Vous empruntez le sentier qui s’offre à vous afin de prolonger la détente entre les arbres à l’arrière de la colline d’Ohrid. En deux secondes, vous vous sentez en pleine nature et vous surprenez à siffloter avec les oiseaux (c’est encore un ordre).

Plage de Labino à Ohrid

Vous arrivez alors à la hauteur de Labino Beach, une minuscule plage de cailloux à l’esprit bien plus calme que les précédentes. Elle a l’originalité d’être ombragée par des arbres fruitiers, dont il faut écarter les prunes et les pommes abîmées pour poser sa serviette. L’eau est bonne, malheureusement un peu algueuse dans ce coin secret.

Coucher de soleil flamboyant à Ohrid

Juste au-dessus du chemin qui mène à cette plage, ici précisément, voici enfin notre spot de pique-nique favori, pour admirer des couchers de soleil non dénués d’intensité.

Coucher de soleil sur le lac d'Ohrid

 

La nouvelle ville d’Ohrid en quelques mots et quelques lieux

Le principal regret de notre séjour aoûtien est de ne pas pouvoir échanger plus de trois phrases avec les Macédoniens, pris dans le tourbillon de la haute saison. Nous trouvons tout de même des recoins épargnés, moins touristico-touristiques, du côté de la nouvelle ville.

Café dans le plan B

Nous prenons par exemple plusieurs petits déjeuners chez Wake & Bake, une boulangerie toute simple qui étale ses trois tables à l’extérieur. Pour un croissant ? Oh là là, n’y songez même pas. Les Macédoniens ne jurent que par les viennoiseries salées. Mais elles passent bien avec un café !

Et puis nous aimons beaucoup faire nos emplettes sur le marché (voir sur un plan). C’est ici que nous retrouvons la meilleure ambiance de tout Ohrid, avec des vendeurs qui taillent facilement un brin de discut’ malgré la barrière de la langue et des fruits locaux d’excellente qualité. Dommage que nous arrivions en fin de saison des cerises et des abricots. Restent d’énoooormes pastèques à nous mettre sous la dent !

Pastèques au marché d'Ohrid

Dans un autre style, la longue promenade au bord du lac (rue Kej Makedonija) sait se faire apprécier, surtout en début ou en fin de journée.

Promenade dans la ville d'Ohrid
Promenade au bord du lacCoucher de soleil sur la ville d'Ohrid

À la moitié de cette promenade, une buvette appelée Gigolo a bien choisi son emplacement pour proposer de la Skopsko, la bière nationale macédonienne.

Bières au coucher du soleil

 

Un coup de bateau vers Saint-Naum

À notre tour d’explorer le lac. Nous montons dans un bateau qui rejoint en 1h30 le monastère de Saint-Naum, collé à la frontière albanaise. Nous savourons, en nous éloignant, la vue sur la vieille Ohrid et sa cascade de maisons et comprenons mieux le succès des tours sur l’eau.

Ville d'Ohrid en Macédoine du Nord

Nous longeons ensuite les vertes montagnes de la rive, apercevons le village de Trpeytsa dont nous reparlerons et atteignons Saint-Naum sans avoir le temps de nous ennuyer.

Collines et lac d'Ohrid, Macédoine du Nord Saint-Naum en Macédoine du Nord

Le monastère de Saint-Naum, réputé très influent vers les années 1100, a conservé son importance dans le cœur des orthodoxes. Nombreux sont ceux qui viennent pour allumer un cierge et se confier aux saints qui recouvrent le moindre morceau de mur. Au fil des siècles, les volutes ont d’ailleurs noirci les fresques de l’église principale, lui conférant une ambiance quelque peu cryptique.

Monastère de Saint-Naum, Macédoine Intérieur du monastère de Saint-Naum

Nous repérons une boucle pédestre qui s’éloigne du monastère sur un joli chemin et permet de rallier trois chapelles, dont l’une réputée pour la source, sacrée cela va de soi, jaillissant de son sol. La douce balade à l’ombre des arbres côtoie par endroits une rivière d’une pureté impressionnante, aux reflets glaçants.

Église Saint-Petka en Macédoine Rivière à Saint-Naum, Macédoine du Nord

La boucle ne fait pas plus de 2km de long, puis rejoint la plage. Oui oui, une plage existe à deux pas du monastère et nombreux sont ceux qui viennent s’y baigner. Saint-Naum doit être tout égratigné à force de se retourner dans sa tombe !

Conseils pratiques pour visiter Saint-Naum

Le bateau coûte 10€ l’aller-retour depuis Ohrid et vous trouverez sans difficulté les horaires des différentes agences à l’embarcadère (ici). Pas de réservation, venez 10 minutes avant.

L’enceinte du monastère est gratuite, cependant la petite église en son cœur est à 100 denars. Si, plutôt que de vous promener à pied, vous préférez une balade en barque sur la jolie rivière translucide, comptez 20€ jusqu’à quatre personnes, 5€ par tête au-delà.

Enfin, il existe quelques restaurants sur place, mais vous préfèrerez probablement pique-niquer car ils croulent sous la demande en haute saison.

 

Randonnée le long du lac jusqu’au resto perché

Autre jour, autre histoire. Pour nous dégourdir les jambes, nous étudions la carte et imaginons une randonnée au départ d’Ohrid vers le restaurant Terasa Utarna, niché sur une colline des environs. Une riche idée ! Déjà parce que le chemin est sympathique, mais aussi parce que ce resto est un petit trésor caché !

D’Ohrid à Gorica Beach, la promenade est plate et bien agréable, longeant une piste cyclable. Débarqués sur une plage, nous trempons nos pieds entre les bronzeurs, dans une ambiance nettement plus calme qu’à Ohrid.

Gorica beach à Ohrid Eau transparente dans le lac d'Ohrid

Ensuite, il faut rester attentif pour repérer le sentier piéton (ici) qui grimpe sur une colline et permet de marcher entre l’hôtel Gorica et le lac. Il s’agit d’un joli passage, avec vue sur l’eau la plus turquoise de tout le lac, à l’ombre de grands pins. Il doit être possible de descendre s’y baigner… sauf qu’un resto nous attend !

Promenade au bord du lac d'Ohrid

Nous apercevons quelques immeubles balnéaires au loin mais nous bifurquons pour jeter un coup d’œil à la chapelle Saint-Stéphane, creusée dans une grotte.

Église Sveti Stefan

Puis, avec l’aide de l’appli Maps.me, nous trouvons des sentiers pour nous mener à table. Cette partie est la plus éprouvante, sous le soleil d’août. Mais il y a pire : une armée de moucherons s’entête à tournoyer à trois centimètres de nos visages !

Enfin, nous atteignons le restaurant Terasa Utarna en même temps qu’une fermière à fichu noué qui livre une brouette d’oignons. Cela promet ! Et effectivement, la nourriture macédonienne servie est à la fois simple et redoutablement bonne, jusqu’au pain maison tout juste sorti du four. Ajoutons que les gérants sont adorables et que le panorama sur le parc est grandiose. Bref, foncez !

Restaurant avec vueCôte du lac d'Ohrid
Nourriture macédonienne

Pour rentrer, nous comptons dégringoler la colline à pied et attraper le bus qui relie Saint-Naum à Ohrid. Coup de chance, un couple de Macédoniens passe en voiture et propose spontanément de nous embarquer.

Colline et lac d'Ohrid

Au total, nous aurons marché 3h30 en prenant notre temps, pour environ 9km et 350m de dénivelé positif.

 

Randonnée dans le parc national de Galitchitsa

Notre dernière excursion se déroule encore plus haut sur le même massif montagneux, dans le parc national de Galitchitsa. Puisqu’aucun bus ne s’y rend, nous optons pour le scooter de location et avalons en 1h30 les 38km de route, d’abord le long du lac puis en lacets vers un parking niché à 1500m d’altitude, lieu de départ de la randonnée.

Le sentier fraye son chemin dans une agréable forêt, puis passe au-dessus des arbres pour réaliser une boucle jusqu’au pic Magaro qui culmine à 2200m. Il offre des points de vue sans pareil sur le lac d’Ohrid d’un côté et le lac Prespa de l’autre.

Lac Prespa, montagne de Galitchitsa
Parc national de Galitchitsa en Macédoine du NordRandonnée dans le parc de Galitchitsa

Bien qu’il s’agisse de la rando la plus connue du coin, figurez-vous que nous ne croisons pas plus de dix randonneurs. Difficile à croire dans une région aux plages si bondées !

Sur le chemin du retour, nous faisons halte au village tout serré de Trpeytsa, aperçu quelques jours plus tôt en bateau. Sa minuscule plage est prise d’assaut, mais l’ambiance familiale nous plaît bien. Nous restons un bon moment à observer les batailles navales sur bouées et les pêcheurs qui tentent d’éviter l’hameçonnage de nageur.

Baignade dans le lac à Trpeytsa Trpeytsa au lac d'Ohrid, Macédoine

Cette ambiance bon enfant, sans cocktails ni paillettes, résume tout le charme de l’Europe de l’Est.

Coucher de soleil sur le lac d'Ohrid Toboggan sur le lac d'Ohrid

Conseils pratiques pour randonner à Galitchitsa

Louer un scooter à Ohrid

L’agence la plus réputée est Rent A Car Escape, mais leurs scoots étaient déjà loués. Nous nous sommes rabattus sur une agence de voyage qui propose également quelques véhicules : Lale Tours. Tout s’est bien passé et nous pouvons vous la recommander. Notre bécane n’était cependant pas très puissante (50cm³) ni très robuste. Le tarif est de 25€ la journée, 19€ à partir de 3 jours, 13€ à partir de 7 jours. Pour info, leurs voitures sont à 37€ par jour.

Réaliser la randonnée jusqu’au pic Magaro

Le circuit est consultable ici, mais aucun risque de s’égarer, un baliseur zélé a peinturluré une roche tous les deux mètres. Privilégiez de véritables chaussures de randonnée pour marcher sur les cailloux, nous avons regretté nos sandales. Enfin, pensez à apporter un pull, votre passeport car la frontière albanaise est proche, ainsi qu’un peu d’argent pour régler les droits d’entrée du parc (200 denars par personne).

 

Notre avis sur Ohrid

Le lac d’Ohrid en général et la ville d’Ohrid en particulier sont des endroits assez exceptionnels dans leur genre, avec une nature splendide et apaisante, mettant en valeur un remarquable patrimoine historique. Cependant, évitez si vous le pouvez de venir en juillet/août, car la saturation touristique a tendance à écrabouiller le charme des lieux. Sinon, eh bien faites comme nous : levez-vous tôt et fuyez tant que possible les rues principales !

Conseils pratiques pour visiter Ohrid et son lac

Transports depuis Tirana en Albanie

Nous sommes venus à Ohrid en minibus avec la compagnie Eurobus, qui n’opère que de mai à octobre. La réservation peut être réalisée en ligne sur leur site ou bien au guichet n°16 du terminal international de bus d’Ohrid. Un départ par jour à 14h dans ce sens, retour à 7h, durée 3h, prix environ 16€.

Dormir à Ohrid

En restant plusieurs semaines, nous avons préféré louer un appartement entier sur Airbnb (celui-ci plus exactementi). Il nous a bien plu, calme, mignon, doté d’un balcon et proche du lac. Son seul défaut est d’être situé dans la rue des casinos, c’est-à-dire la plus inintéressante d’Ohrid. PS : si vous n’avez pas de compte Airbnb, vous pouvez vous inscrire avec notre lien de parrainage pour économiser 38€ sur votre première réservation.

Pour profiter davantage du charme de la ville, nous vous conseillons plutôt de loger dans le centre historique. Nous avons par exemple jalousé chaque fois que nous passions devant l’hôtel Villa Sofijai ceux qui y séjournaient : il se situe dans une ruelle calme avec une vue sur le lac, de belles terrasses et une moyenne de 9,8/10 sur Booking (~60€ la chambre double).

Manger à Ohrid

Beaucoup de restaurants « à touristes » exagèrent avec les prix sans assurer la qualité. Nous étions donc heureux d’avoir une cuisine. Première exception, nous avons beaucoup apprécié le restaurant Kaneo Letna Bavcha, ses tables au bord de l’eau et ses plats savoureux. Le lieu est un peu chic mais les prix sont très corrects (8-10€), à condition de ne pas craquer pour les plats les plus chers. Les gnocchis aux légumes ou ceux à la truffe, notamment, sont excellents. Réservez impérativement 24h à l’avance en été et profitez-en pour négocier une table au bord de l’eau.

Et puis, si vous êtes véhiculés ou si vous vous motivez à réaliser la randonnée dont nous parlons plus haut, ne manquez pas le restaurant Terasa Utarna en pleine campagne, et sa cuisine traditionnelle macédonienne à damner un saint orthodoxe.

À propos de spécialités, ôtez de vos têtes la fameuse « salade macédonienne », elle s’appelle ironiquement ici « salade française » !

Dessin : tourisme en Macédoine du Nord

 

Visiter le reste de la Macédoine du Nord

En nous limitant à Ohrid, nous n’avons pas l’impression d’avoir réellement découvert le pays, mais cela nous convenait car nous avions du travail en retard. Nous pouvons néanmoins donner de rapides conseils aux voyageurs plus curieux.

La capitale macédonienne nous intriguait, mais elle fond chaque été sous des canicules à plus de 40°C qui nous ont fait passer l’envie. La blogueuse Stéphanie de Voyage Roadtrip a été plus brave que nous et présente les beautés de la capitale dans ce chouette article sur Skopje.

Le couple de Macédoniens qui nous a pris en voiture ne manquait pas de louanges pour les montagnes du parc national de Mavroro, les plus belles du pays, où il semble agréable de gambader.

Enfin, Estelle du blog Curiosity Escapes donne un bon aperçu de la variété du pays dans ses articles dédiés à la Macédoine. C’est d’ailleurs elle qui nous avait ouvert les yeux quatre ans plus tôt sur ce pays que nous ne savions même pas situer sur une carte !

Dessin : réveil de l'hypnose
Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter. Pour en savoir plus, c'est ici.


Vous souhaitez nous remercier pour les conseils du blog et nous encourager à continuer ? Voici diverses manières de le faire.


Vous aussi vous êtes sur Pinterest ? Épinglez cet article : Épingler l'article

20 réponses à “Ohrid, son lac, sa foule et ses coins tranquilles”

  1. Arnaud dit :

    Pas mal la photo du restaurant « Saint-Tropez » ! La fréquentation touristique l’été ne semble rien avoir à envier à la Côte d’Azur… j’y ai passé un week-end depuis Skopje en janvier, c’était beaucoup plus calme. Même si je suis venu, sans le vouloir, pour la Théophanie, quand les orthodoxes plongent en masse dans le lac !

  2. janine dit :

    Je viens de passer un merveilleux moment,merci pour l’hypnose!j’ai fortement apprécié les textes et les dessins pleins d’humour.Les photos toujours magnifiques font rêver.Heureusement il n’y a pas de confinement pour les pensées et les rêves,merci de nous en fournir.

  3. ioulia dit :

    J’aime beaucoup vos articles et celui-ci ne fait pas exception à la règle ! Vous avez un ton sérieux mais humoristique et un beau style, tout est bien dosé. La Macédoine, le pays d’Alexandre le Grand ! Je n’avais aucune idée de ses paysages, j’imaginais sûrement des montagnes partout comme au Monténégro (d’ailleurs si vous avez l’occasion d’aller au Monténégro, c’est magnifique, surtout l’arrière-pays = tout sauf la côte haha). Les photos des monastères et églises confirment mon amour pour les monastères orthodoxes et les icônes (c’est si beaauuu). Et franchement, bravo. Vous êtes de formidables hypnotiseurs. J’ai failli plonger dans mon jardin, croyant que c’était un lac.
    J’ai hâte de lire vos prochains articles 🙂
    Bonne journée.

    • mifuguemiraison dit :

      Merci ! On ne s’attendait pas à des compliments d’écriture venant de la part d’une habile poète !
      On se redisait en écrivant l’article que l’art orthodoxe avait un côté mystérieux qui nous plaisait, donc on te comprend.
      Quant au Monténégro, pour chaque personne qui nous parle de ce pays, il remonte d’un cran dans notre liste d’envies. Combien de temps encore avant qu’il ne finisse premier ?
      À bientôt !

  4. virginie dit :

    J’adore,merci pour cette petite séance d’hypnose. C’était parfait et juste ce qu’il fallait pour se laisser transporter dans ce petit pays méconnu.Flûte encore une idée de voyage… Je vais finir par me désabonner , c’est pas sérieux tout ça . Trop de lieux à l’écart ou pas d’ailleurs du tourisme de masse. J’en rêve😊
    Les paysages sont vraiment magnifiques, la rando pour ce petit resto hum…
    Merci à vous deux de continuez à poster des articles,ça fait toujours autant de bien,encore plus en ses temps troublés et anxiogène.
    Schuss
    Virginie

    • mifuguemiraison dit :

      On a rarement eu autant de commentaires que sous cet article, l’hypnose a dû fonctionner 🙂
      Oui, désolés de te mettre encore une nouvelle idée de voyage en tête. Ça va si on écrit sur Marseille ? Tu ne nous en voudras pas ?
      À bientôt !

  5. Ségo dit :

    Rohh même Messmer n’avait pas réussi à me contrôler comme cela ! J’ai adoré !
    Gros bisous

    • mifuguemiraison dit :

      D’ailleurs Mi-fugue se lance dans une carrière d’hypnotiseuse à la Messmer. Elle sera bientôt en tournée dans toute… euh… dans toutes les pièces de notre deux-pièces argentin, confinement oblige.
      Bisous !

  6. alain dit :

    Salut mi-fugue et mi-raison,

    toujours au top on dirait ? malgré le confinement mondial … Si j’ai bien compris, vous êtes confinés en Argentine. Bon courage là bas.
    Petite info si jamais vous ne l’avez pas déjà : sosuntoit.fr aide les p’tits français à trouver un hébergement à l’étranger. Bon vous avez un logement actuellement mais on sait jamais. Ce n’est pas populaire d’être français ou italien actuellement à l’étranger …
    Moi, ma dernière escapade était au Cap Vert en Janvier, peut être l’avez vous vue sur http://www.lanouvelleaventure.com ?
    Bonne chance et prenez soin de vous. Alain

    • mifuguemiraison dit :

      Salut Alain,
      Oui c’est exact, nous passons notre confinement à l’autre bout du monde. Merci pour le site web, on le garde sous le coude si la situation venait à mal tourner.
      Le Cap-Vert fait partie de ces pays qui nous attirent beaucoup et ce ne sont pas tes photos qui vont nous aider à y résister !
      Prends soin de toi aussi !

  7. Emma dit :

    Je n’avais jamais entendu parler de cet endroit auparavant, c’est donc avec plaisir que je le découvre à travers votre récit et photos. J’ai particulièrement aimé la photo de l’église Saint-Jean de Kaneo ! Ça ne m’étonne pas que vous y soyez retournés plusieurs fois pour l’admirer, je crois que j’aurais fait pareil 🙂

  8. Paul dit :

    Ce lac a l’air merveilleux !!! Pas étonnant qu’il y ait du monde en été… les voitures sur les premières photos sont trop mythiques ! Les panoramas en bateau et en rando ont l’air assez fantastiques… merci pour cette belle échappée les gars !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.