Mi-fugue, mi-raison

Bali au rythme des fêtes et des cérémonies

Publié dans la catégorie Indonésie, le 1 novembre 2016

Ubud, c’est un quotidien agréable mais aussi de belles visites et d’excellents restaurants. Voici maintenant un article un peu particulier car nous allons vous raconter trois fêtes auxquelles nous avons assisté durant notre séjour. Trois ambiances pleines de bonne humeur qui nous ont permis de mieux appréhender la culture balinaise.

 

 

Mercredi 17 août 2016 – Fête de l’Indépendance

Aujourd’hui est un jour spécial. L’Indonésie fête l’anniversaire de son indépendance, et ce pour la soixante-et-onzième fois. Les Balinais s’affairent pour achever les dernières touches de décoration et ajouter quelques drapeaux rouges et blancs aux milliers déjà dressés dans la semaine. Nous nous renseignons sur les festivités : c’est sur le terrain de football d’Ubud qu’il faut se rendre.

En chemin, des rires et des cris nous attirent sur un terrain de volley de Penestanan. Deux grands troncs de cocotiers fraîchement coupés sont plantés là et des cadeaux pendent au sommet : appareils électroniques, ustensiles de cuisine, billets… mais une épaisse couche de graisse recouvre les mâts. Les habitants hilares encouragent les jeunes qui essayent de décrocher les lots. Nous retrouvons notre adorable voisin Ady, torse nu au pied du poteau, un camarade debout sur ses épaules. Un troisième entreprend de l’escalader mais arrache son short au passage, le voilà en caleçon. Fou rire général. La pyramide tient encore dix secondes puis s’écroule sous un nouvel éclat de rire collectif.

Fête de l'indépendance à Ubud, Bali

Nous apprendrons plus tard que ce jeu fut inventé par les colons hollandais qui se gaussaient en regardant les Indonésiens s’acharner à grimper pour quelques babioles. Il est surprenant que cette tradition perdure pour célébrer justement la fin de l’ère coloniale.

Fête de l'indépendance, Bali

Sur le terrain de football d’Ubud, l’ambiance n’est pas aussi amusante. Nous assistons à la fin d’un défilé d’écoliers qui marchent au pas. C’était donc ça, tous ces collégiens défilant à la baguette les semaines précédentes, sur Java puis Bali. Un discours dont nous ne comprenons pas un mot est déclamé, puis l’ambiance se détend, les rangs se rompent et les sourires des écoliers reprennent leur liberté. C’est l’heure du grand show.

Fête de l'indépendance à Ubud, Bali

Le gamelan, l’orchestre traditionnel balinais, engage sa curieuse partition. Les notes de la gamme ne sont pas les mêmes que chez nous et sonnent faux à nos oreilles habituées au do-ré-mi. Des danseuses entrent en scène, le geste tout en délicatesse. Viennent ensuite une ribambelle de danseurs qui courent, drapeaux rouges et blancs au poing. La fierté nationale propre aux jeunes nations est manifeste, tout comme celle de porter le costume balinais issu de traditions millénaires.

Fête de l'indépendance, Bali Fête de l'indépendance à Ubud, Bali Fête de l'indépendance, Bali

 

 

Mercredi 7 septembre 2016 – Galungan

Aujourd’hui est un nouveau jour de fête. C’est Galungan, le nouvel an balinais qui se répète tous les 210 jours et qui célèbre la création de l’Univers ainsi que la victoire du Bien sur le Mal. À cette occasion, dieux et ancêtres redescendent sur Terre pendant dix jours et il est hors de question de les laisser s’ennuyer. Alors depuis hier, tous les Balinais s’affairent pour rendre l’île la plus belle possible. Les couleurs blanches et jaunes, symboles de pureté, ont envahi les rues. Devant chaque maison, une longue perche en bambou a été plantée, soigneusement décorée et tressée de feuilles de palmier. Tous ces penjors sont plus beaux les uns que les autres. Même devant la maison que nous louons, les propriétaires ont pris soin d’en installer un.

Rues d'Ubud, Bali, Indonésie

Les offrandes battent des records. Nombre d’habitants se promènent, plateau sur la main, et s’arrêtent çà et là pour déposer une offrande, puis allumer le bâton d’encens. Ce sont les volutes de fumée qui guideront les esprits gourmands jusqu’au petit panier.

Offrandes et statue à Bali

Dès le matin, les Balinais ont enfilé leurs plus beaux sarongs, ce tissu enroulé à la taille et qui descend jusqu’aux chevilles. Les femmes portent une fleur dans les cheveux, les hommes un udeng noué en turban. Tout le monde converge vers le temple, nous les suivons.

Galungan à Bali

L’ambiance est joviale, les vieillards et les enfants s’échangent des regards malicieux et les familles se complimentent avant d’entrer dans le temple. Par respect, nous restons à l’extérieur. C’est un bon choix puisqu’un cortège arrive. La star de ce cortège est le Barong, une étrange créature aux yeux globuleux, aux longues dents et au corps recouvert de fourrure. C’est le Seigneur de la forêt, chef des forces du Bien. Il avance en se trémoussant, suivi par son orchestre.

Galungan à Bali

Pour les Balinais, la soirée se poursuivra par un grand repas de famille. Durant les neuf jours que dureront encore les festivités, nous croiserons de nombreux autres Barongs dans les rues, promenés par des petits groupes d’enfants qui s’amusent beaucoup. Impossible de rater leur tintamarre, c’est à celui qui tapera le plus fort dans son instrument !

 

 

Vendredi 14 octobre 2016 – Une cérémonie au temple pour Calonarang

Cette fois, nos voisins nous invitent à une cérémonie religieuse dans notre village de Penestanan. Ils nous prêtent même gentiment des sarongs, leurs sarongs. Porter la tenue traditionnelle est déjà une expérience en soi.

C’est Wayam, notre voisine, sa belle-mère et son jeune fils Esa qui nous accompagnent au temple. Belle-maman est ravie de nous découvrir habillés ainsi. Elle nous dévore des yeux en continu, un sourire jusqu’aux oreilles : « Ooooh Balinese girl! Balinese boy! ». Tout le village se retrouve au temple et l’ambiance est très conviviale. Les enfants, surtout, adorent être là, ils jouent et courent dans tous les sens. Des femmes apportent sur leur tête, avec une élégance on ne peut plus balinaise, de magnifiques corbeilles de fruits empilés.

Ceremonie à Bali

Nous imitons Wayam et la suivons dans une partie du temple où sont installés de superbes masques, représentant les divinités. Sous ces figures à la fois sympathiques et terrifiantes, les autels débordent d’offrandes, dont les piles de fruits.

Dragon balinais Cérémonie au temple à Bali

Les Balinais prient. Nous observons Wayam qui retire ses tongs, s’accroupit et sort ses ustensiles de prière. Elle commence en allumant quelques bâtons d’encens. Puis elle saisit des fleurs, les porte devant son front en prière avant de se les accrocher sur la tête. Autour de nous, tout le monde exécute les mêmes gestes.

Cérémonie religieuse à Bali

Jusque-là, nous étions simples observateurs. Mais une femme se place devant nous et verse à trois reprises de l’eau bénite dans nos mains. Nous comprenons que nous devons la boire. Puis, elle nous verse cette eau sacrée directement sur la tête. Enfin, elle nous tend une soucoupe pleine de riz mouillé. Comme tout le monde, nous nous collons les grains sur le front et le cou. Certains mangent les derniers grains. Par dévotion ou par gourmandise ?

Retour dans la partie principale du temple. Copiant les Balinais, nous retirons nos tongs. Cette fois, ce n’est pas par respect pour les dieux mais pour poser nos fesses dessus et détendre nos chevilles. Commence la partie que tout le monde attend : le spectacle de danses. Elles content, sans paroles, les épisodes de l’histoire divine. Ce sont de véritables bijoux et les danseuses, des orfèvres de précision car les chorégraphies sont millimétrées. La position du petit doigt est aussi importante que l’orientation du regard. Les performances reçoivent des tonnerres d’applaudissements bien mérités.

Danseuses balinaises Danseuses balinaises

Nous rentrons tout heureux de cette belle immersion et remercions cent fois Wayam.

 

 

Mi-fugue, mi-raison À propos de nous

Nous sommes deux fugueurs : nous avons changé de vie pour voyager en continu à travers le monde, sans date de retour. Ce que nous aimons, c'est prendre notre temps. Alors, nous avançons au gré de nos envies, sans nous précipiter, afin de nous imprégner des ambiances particulières à chaque coin du monde. Pour en savoir plus, c'est ici.


10 réponses à “Bali au rythme des fêtes et des cérémonies”

  1. geoffrey dit :

    Août ? vous n’avez pas un peu de retard ? 😉
    Que de fêtes ! Vous m’avez vraiment donné envie d’aller à Bali.

  2. Mathilde dit :

    Quelle expérience géniale ! Toute cette série d’articles sur Bali et l’Indonésie en général donne définitivement envie d’y aller 🙂

  3. Marie dit :

    En tout cas, on voit bien que vous avez aimé Bali, ou alors, vous devenez de plus en plus bon pour la transmission de votre voyage !!!! En effet, ça donne bien envie !!
    Bon, je reconnais que c’est toujours un plaisir de voir que vous avez écrit un nouvel article !!

  4. shehyn dit :

    Bonjour, merci pour cet article très intéressant qui m’a vraiment donné envie d’assister à ces fêtes et pouvoir m’en faire ma propre idée et surtout mes propres souvenirs. Je suis aussi en train de créer mon blog concernant cette île dont je suis tombée amoureuse. Je souhaite avoir des avis et des conseils afin de l’améliorer donc n’hésitez pas à aller y faire un tour http://balisejour.com/
    Les photos que vous avez prises sont magnifiques, puis-je savoir ce que vous utilisez comme appareil? Je ne suis pas douée pour la photo mais il faut que je m’y mette afin de mieux alimenter mon blog.
    Encore bravo et merci.

    • mifuguemiraison dit :

      Bonjour,
      Tu vis à Bali ou tu y vas souvent ? Essaie d’assister à une fête la prochaine fois que tu en as l’occasion, c’est vraiment intéressant et les Balinais sont très accueillants.
      Nous prenons des photos avec un Sony Alpha NEX-5. Bon courage pour les débuts de ton blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas visible. Les commentaires de notre blog sont modérés et ne sont donc pas publiés immédiatement.